Dans ‘Divan 52’, « le rire rassemble » Dominique Watrin et Christophe Bourdon

Cinéma |

Pour ce douzième et dernier épisode de Divan 52’, Maxime Demière accueille deux humoristes belges. Retour sur les parcours de Dominique Watrin et Christophe Bourdon pour connaître les secrets de l’humour belge. 

De Proximus

Partager cet article

Dans ce nouvel et déjà dernier épisode de la saison de ‘Divan 52’, Maxime Demière reçoit deux personnalités imposantes de l’humour belge : Dominique Watrin et Christophe Bourdon. En plus d’exercer le même métier, ils se côtoient dans l’ émission ‘Les Enfants de Choeur’ sur VivaCité. Leurs points de vue critiques sur la société vous font rire et réfléchir au quotidien. C’est à travers leur humanité et leur amour pour les gens qu’ils se rapprochent et deviennent amis. Et même s’ils pensaient tout savoir l’un sur l’autre, nos invités en apprennent plus sur l’autre grâce à notre présentateur. Le débat est ouvert autour des mots: journalisme, révélation, créer, tabou et accomplissement. 

Le premier invité est journaliste de formation et est bien installé dans le milieu de l’humour depuis des décennies. Véritable touche-à-tout, c’est à travers le théâtre, la musique, les chroniques et les livres qu’il s’émancipe. Ces dernières années, il accorde une importance cruciale à la littérature de jeunesse. Son nom figure d’ailleurs dans la liste des plus grandes plumes de Belgique. Pour le second, c’est à travers l’émission de Nagui ‘Tout le monde veut prendre sa place’ qu’il se fait connaître par le grand public. Grâce à cela, il a pu se frayer un chemin dans ce qu’il fait de mieux : faire des blagues. En plus d’être un des auteurs de l’émission ‘Le Grand Cactus’ pour la RTBF, il assiste Alex Vizorek dans son travail d’écriture pour France Inter. 

Des journalistes avant d'êtres humoristes

Les deux amis ont de nombreux points communs. Tout d’abord, ils frôlent la frontière du journaliste-humoriste grâce à leurs chroniques engagées qu’ils dévoilent en radio. « Je pense que l’on a tous les deux l’impression d’avoir un regard journalistique sur la vie et sur le monde. Et après on donne un petit décalage, un petit coup de kick sur le côté. On a un journalisme qui est humoristique on va dire » explique Dominique Watrin. Et s’ils peuvent se qualifier de journalistes, c’est notamment grâce à leurs premières armes faites dans le monde professionnel. Pour l’écrivain, il suit une formation à l’université dans ce domaine et s’exerce sur le terrain pour le journal Le Soir. À 25 ans, il couvrait déjà les plus grandes grèves du pays et se fondait, en immersion, dans la masse afin d’en soutirer des témoignages forts et compatissants. L’ancien champion de Nagui a lui aussi fait ses débuts dans la presse locale. Aujourd’hui, plutôt que de parler du malheur des gens, ils s’accordent pour dire qu’ils apportent « du bonheur aux gens », en les faisant rire sur ‘Les Enfants de Choeur’. Autre point commun : leur humour populaire et intello à la fois. 

Un humour mordant

Et s’ils ne veulent pas blesser, leur humour se veut mordant. Prenant des situations cocasses de leur quotidien, des déclarations de politiques ou des sujets touchy de l’actualité, ils veulent pousser leurs auditeurs à la réflexion. « On est des commentateurs pas des acteurs, on peut créer la discussion et ouvrir au débat » précise Christophe Bourdon. Parfois, ils « titillent » l’actualité en choisissant une thématique qui pousse contre leur volonté à la polémique sur les réseaux sociaux. Ils choisissent un angle et partagent un point de vue, sans avoir « une vérité absolue ». Le plus âgé des deux regrette d’ailleurs le manque d’insolence de la part de la nouvelle génération. « Il n’y a plus des jeunes comme Desproges par exemple qui vont oser demander s’il y a un Juif dans la salle ». Alors que ce dernier reproche les points de vue faussement subversifs des humoristes actuels, l’autre se demande s’il y en a déjà eu en Belgique. « On a toujours un humour bienveillant en Belgique. On n’a pas une culture de la polémique comme en France » précise-t-il.

De nombreux projets à venir

En plus de continuer à faire rire, les deux « amoureux de la langue française » ont des rêves différents. Quand l’un réfléchit à son prochain roman, l’autre rêve de réaliser des films ou « des programmes courts ». Tant qu’ils peuvent créer et mettre sur papier leurs idées, ils sont heureux d’exercer leur profession. Ils ont tous les deux encore soif d’accomplissements. « Quand on est créatif et créateur, on n’a jamais de l’accomplissement. Quand on fait quelque chose, on a toujours la chose suivante qui débarque ». Malgré leur succès, ils restent tous les deux humbles et veulent continuer à donner. Pour celui qui a été révélé grâce à un jeu télévisé, il a été fier de pouvoir se dépasser et surtout de prouver en France qu’il y a des Belges qui en ont dans la cervelle dans un moment où la Belgique était moquée pour sa politique compliquée. C’est notamment grâce à cette expérience, qu’il peut aujourd’hui être lui-même. Pour l’autre, il est question de ne jamais se trahir soi-même. Il a toujours pu vivre de son humour à la fois populaire et intellectuel. « Ce que je fais, ce n’est pas du grand public (…) Ça veut dire que je ne vais pas faire des stades comme Bigard, je m’en fous. Je fais ce que je veux et j’obtiens le résultat désiré ».

Comme vous l’auriez compris, les deux humoristes ne sont pas près de prendre leur retraite. Ils veulent continuer à être « des fournisseurs de bonheur ». D’ailleurs, à travers ce talk-show, nos deux compatriotes ont pu prouver que les grands esprits se rencontrent souvent. En ce moment même, Christophe Bourdon travaille sur un projet pour la RTBF que Dominique Watrin avait déjà imaginé en 2006. Grâce à cette surprenante coïncidence, on les verra travailler encore ensemble pour longtemps.  

Retrouvez le nouvel épisode de ‘Divan 52’ ce mardi 21 juin sur Pickx+ (chaîne 13). Vous vivez à Bruxelles et vous avez le pack TV en néerlandais ? Vous trouverez Pickx+ sur la chaîne 263.

Vous souhaitez en savoir plus sur la toute nouvelle chaîne Pickx+ et vous vous demandez comment regarder ‘Divan 52’ ' et d'autres programmes exclusifs en tant que client Proximus TV ? En savoir plus ici.

 

Découvrez en plus sur ce nouveau show par ici :

 

 

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top