Rémy Béesau et Leo Nocta sur Divan 52 : "En musique, chacun est unique à sa manière"

Musique |

Comme chaque semaine, le talk-show exclusif ‘Divan 52’ se consacre à une facette de la culture belge et, surtout, à ceux qui la font ! Maxime Demière reçoit cette fois-ci Remy Béesau et Leo Nocta autour d’une discussion sur la musique, en solo mais aussi au service d’autres artistes. 

De Proximus

Partager cet article

Dans ce nouvel épisode de ‘Divan 52’, notre présentateur Maxime Demière accueille deux musiciens bien de chez nous sur son divan. Remy Béesau et Leo Nocta sont venus échanger sur leur statut d’artiste, soit pour eux-mêmes, soit pour les autres. Et la tension qui peut parfois exister entre ces deux facettes d’un même métier. 

Remi Béesau, plus connu sous le nom de scène ‘Béesau’, est spécialisé en trompette ! Lui qui n’hésite pas à mixer des sonorités jazz avec des influences plus urbaines a travaillé avec bien des artistes. A commencer par Roman Kouder, Kungs, ou encore en tant que soliste pour Seal. Son premier album, ‘Coco Charnelle’, est sorti tout récemment. 

Leo Nocta, quant à lui, est un féru de piano. Sa carrière l’a amené à travailler avec et pour des grands noms de la scène belge, comme Mustii, Alex Germys, Konoba, Charles, Henri PFR, et plus particulièrement Loïc Nottet. Il faut dire que le duo avec ce dernier est particulièrement prolifique, propulsant le pianiste et musicien sur les devants de la scène. 

Un puissant réseau

Les deux artistes échangent sur leurs débuts, et sur l’équilibre instable à trouver dans la formation musicale entre la rigueur et le jeu. Les deux grands passionnés ont dû se plier à l’apprentissage plus strict de la musique, alors qu’elle était et reste, avant tout, leur terrain de jeu. 

Et c’est justement l’amusement qui est le point de départ, tant pour Leo que pour Rémy. Le premier a été révélé au grand public grâce à des vidéos sur internet, en réalisant des covers ou en jouant sur des pianos de rues et de gares. Rémy aussi expérimente les reprises sur Instagram, en adaptant la prod de titres de rap et en ajoutant sa fameuse trompette par dessus. 

Lorsque Maxime Demière leur lance le sujet des opportunités, les musiciens s’accordent : il y a les portes qu’on nous ouvre et il y a ce qu’on en fait. L’un comme l’autre racontent avoir su tirer leur épingle du jeu, notamment grâce à un réseau qui se tisse et un bouche à oreille fascinant dans le milieu de la musique.

Entre carrière solo, feat et collaborations

Alors qu’ils rêvaient d’une carrière en solo, Rémy et Leo sont tous les deux passés par la collaboration avec d’autres artistes. Ils échangent sur la tension qui existe entre son propre univers qu’on cherche à exprimer, et le projet amené par un artiste. "C’est un shift mental à faire", affirment-ils. "On est là pour se mettre au service d’un projet et on comprend rapidement qu’on est un maillon d’une chaîne", renchérit Leo. "Il faut mettre son égo de côté, car exprimer notre personnalité, ici, ce n’est pas le propos." 

Rémy ajoute que la route est sans doute un peu plus longue pour un instrumentaliste que pour un chanteur. "C’est plus difficile de faire comprendre ce qu’on fait", dit-il avant de comparer la percée en musique à celle d’un sportif, lui qui est aussi prof de surf. "En sport, il faut être le meilleur, il n’y a pas d’autre solution. En musique, c’est plus abstrait. On comprend vite qu’on a tous des points forts à exploiter". Et à Leo d’ajouter "il y aura toujours mieux que moi, mais je suis unique d’une certaine manière. Tout le monde l’est."


Retrouvez le nouvel épisode de ‘Divan 52’ ce mardi 24 mai sur Pickx+ (chaîne 13). Vous vivez à Bruxelles et vous avez le pack TV en néerlandais ? Vous trouverez Pickx+ sur la chaîne 263.

Vous souhaitez en savoir plus sur la toute nouvelle chaîne Pickx+ et vous vous demandez comment regarder ‘Divan 52’ ' et d'autres programmes exclusifs en tant que client Proximus TV ? En savoir plus ici.

Découvrez en plus sur ce nouveau show par ici :

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top