Emma Bale, plus critique et mature qu’avant

Musique |

Dans la mini-série musicale 'Monologue', Proximus donne la parole à huit musiciens locaux afin de mieux les connaitre. Dans ces vidéos, chaque artiste donne un aperçu de sa vision artistique, de ses rêves et du chemin qui l’a mené jusqu'ici. Aujourd'hui, Proximus Pickx vous propose le "monologue" de la chanteuse Emma Bale.

De Proximus

Partager cet article

Bonjour Emma. De tous les artistes présentés dans ‘Monologue’, Milo Meskens et vous êtes peut-être ceux qui ont déjà un sacré public. Cela vous donne-t-il une vision de l'avenir différente ?

Emma Bale : "Si vous êtes dans le monde de la musique depuis longtemps, vous savez peut-être mieux comment gérer certaines choses, mais tout le monde finit par rencontrer les mêmes difficultés à un moment ou à un autre. Lorsque j'ai commencé, il n'y avait pas de TikTok, par exemple, et Instagram n'était pas aussi important qu'aujourd'hui. Il faut s'adapter en permanence."

Vous nous dites dans votre ‘Monologue’ que vous étiez un peu naïve dans le monde de la musique. Est-ce que c'est quelque chose que tout le monde traverse ?

Emma : "Oui, et c'est aussi un sentiment séparé de la musique. Au début, vous ne savez rien de ce monde et, progressivement, vous apprenez à savoir ce que vous voulez. J'apprends de plus en plus à faire attention à mes pas. Avant, je n'aimais rien de mieux que d'avoir quelqu'un qui me prenne la main et me dise comment il fallait faire."

"Musicalement, vous apprenez à mieux articuler votre message et vous apprenez ce que vous voulez envoyer dans le monde. J'ai commencé quand j'avais 14 ans et maintenant, j'en ai 21. Ce serait étrange si je n'avais pas l'air plus mature après tout ce temps."

Dans votre ‘Monologue’, nous voyons, entre autres, différentes versions de vous et une œuvre d'art qui est incendiée. Pouvez-vous expliquer un peu ces images ?

Emma : "Avant que cette peinture ne soit brûlée, on voit deux Emma dans une pièce. L'une est satisfaite de ce qu'elle gagne, l'autre est plus expérimentée et sait mieux ce qu'elle fait et ce qu'elle veut. Le fait que cette peinture soit incendiée représente mon processus. Je suis devenue plus stricte avec moi-même et je ne vais plus publier quelque chose que je ne soutiens pas entièrement. C'est donc une métaphore du fait que je continue à essayer, jusqu'à ce que mon cœur dise que c'est bon."

Vous êtes également assez critique à l'égard de l'industrie musicale dans ‘Monologue’, notamment parce qu'elle est toujours dominée par les hommes.

Emma : "Ce n'est pas un problème auquel je suis confrontée quotidiennement ; ce n'est pas comme si j'étais une activiste montant sur les barricades pour le changement. Mais si je m'arrête et que j'y réfléchis, je remarque, par exemple, que tous mes managers jusqu'à présent étaient des hommes, que mes partenaires d'écriture, les personnes de la maison de disques et de l'édition sont presque tous des hommes. Je sens qu'un changement se prépare et je vois qu'il y a plus de représentation, mais cela ne me dérange pas pour le moment. Je suis surtout en train de créer ma musique."

Vous dites que vous voulez toujours rester créative, même si la carrière musicale doit prendre fin un jour. Travaillez-vous déjà sur d'autres formes d'art ?

Emma : "Oui, en effet ! J'ai beaucoup peint pendant le confinement. Et j'ai récemment suivi un cours de fabrication de bijoux, alors je fabrique beaucoup de bijoux pour mes amis et moi. Ce n'est qu'un passe-temps pour l'instant, mais j'aime vraiment ça et je veux en faire quelque chose de plus. Peut-être qu'un jour je pourrai combiner cela et la musique, pour pouvoir porter sur scène des bijoux que j'ai fabriqués moi-même. C'est toujours agréable quand ces chemins se croisent."

La mentalité du "do-it-yourself" gagne du terrain dans le monde de la musique. Vous vous voyez produire votre propre musique ?

Emma : "J'ai un petit studio à domicile, mais je préfère encore la manière traditionnelle de faire les choses, c’est-à-dire la route vers les studios. Ce qui ne veut pas dire que produire à la maison est moins bien. J'encourage toutes les personnes créatives à fabriquer des objets à partir de chez elles. J'essaie d'apprendre des choses par moi-même, de trouver ma voie à la maison et de l'appliquer ensuite au studio. Ce dernier vous donne indéniablement les outils pour faire quelque chose dont vous vous sentez à 100 % satisfait."

Vous indiquez également que vous voulez être moins impliquée dans les médias sociaux car ils contrôlent un peu trop votre vie. Sont-ils devenus un mal nécessaire pour les musiciens ?

Emma : "Cela me demande beaucoup d'efforts. J'aimerais simplement être occupée à faire de la musique et à partir en tournée, puis, quand il y a un moment agréable, je pense que c'est bien de le partager en ligne. C'est comme ça que j'ai toujours fait. Mais maintenant, vous devez presque être un influenceur et utiliser vos réseaux sociaux pour promouvoir votre musique et j'ai du mal avec ça. Les gens me demandent de faire un TikTok pour promouvoir un single, mais je ne sais même pas comment faire. L'idée que vous devez poster assez souvent pour maintenir vos réseaux sociaux en vie, sinon votre carrière peut être terminée, est devenue une lutte quotidienne. Ce n'est pas quelque chose dans lequel je veux être impliqué."

"Récemment, j'ai vu un post d'un autre artiste disant que c'était devenu trop. Puis j'ai vu combien d'artistes y ont répondu et ont eu la même opinion, jusqu'à même James Blake. C'était bon de voir que je ne suis pas la seule à ressentir cela. J'espère une sorte de mouvement, que les gens choisiront d'être plus authentiques, qu'ils se vanteront moins et partageront plus de choses réelles. Qu'ils partagent ce qui les rend heureux et que cela crée à son tour de la positivité parce qu’aujourd’hui, les médias sociaux font que les gens doutent trop d'eux-mêmes."

Votre premier album ‘RETROSPECT’ est sorti l'année dernière. Allez-vous donc bientôt partir en tournée ou avez-vous d'autres projets ?

Emma : "En octobre et en novembre, j'ai fait une petite tournée et pour l'instant, elle s’en tiendra là. Si tout continue à bien se passer, il y aura probablement quelques représentations en festival. J'ai aussi envie d'écrire beaucoup et de faire une petite pause, car je n'en ai pas eu depuis la fin de l'album. Et puis la suite, on verra !"

Découvrez Emma Bale et bien d’autres artistes belges dans la série ‘Monologue’. ’Monologue' est maintenant disponible via ce lien sur Pickx.be et via l'application Pickx.

Pour en savoir plus sur 'Monologue' :

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top