Pour Abrahamblue, du plaisir à la musique, il n’y a qu’un pas

Musique |

Avec sa nouvelle mini-série musicale 'Monologue', Proximus offre à huit artistes locaux la possibilité de mieux les connaitre. Dans ‘Monologue’, chacun d’eux peuvent présenter leur vision de leur carrière, du monde de la musique et de l’avenir. Aujourd'hui, Proximus Pickx se penche sur l'histoire d'abrahamblue, un artiste autodidacte qui ne se laisse pas limiter par les frontières du genre ou du pays.

De Proximus

Partager cet article

Pour abrahamblue, du plaisir à la musique, il n’y a qu’un pas

Bonjour abrahamblue. Vous êtes multi-instrumentiste, chanteur, producteur... Vous aimez tout faire vous-même. Selon vous, c'est à cela que ressemble l'avenir du monde de la musique ?

abrahamblue : "Je ne sais pas si c'est l'avenir de la scène musicale, mais c'est effectivement quelque chose qui se produit de plus en plus aujourd’hui. De nombreux musiciens font de la musique depuis leur domicile, car la technologie le permet désormais. À long terme, vous n'avez plus besoin d'un studio pour faire de la musique de qualité. Un ordinateur portable et une installation de base suffisent. Ma vision a toujours été que l'on peut faire beaucoup avec peu. J'ai commencé une fois avec un clavier MIDI, un ordinateur portable et un microphone. Parfois, je n'utilisais même pas le clavier, mais simplement les touches de mon ordinateur. On peut faire beaucoup de choses avec ça, comme écrire et travailler ses premières idées."

Depuis, on voit que votre arsenal s’est assez étendu. On vous voit jouer du piano, de la batterie, de la guitare et de la basse dans ‘Monologue’…

abrahamblue : "Oui, j'ai ajouté quelques instruments par expérimentation. Juste en jouant tout le temps et en essayant des choses. Mes doigts ont bougé et c'est ainsi que je suis arrivé à de nouveaux accords et que j'ai appris différents voicings. En s'amusant constamment, on apprend sans s'en rendre compte. C'est venu très naturellement pour moi, juste par plaisir."

Vous dites que vous faites de la musique sans trop y penser. Vous suivez donc juste vos intuitions et vos émotions ?

abrahamblue : "Je fais juste ce que j'aime entendre et ce que j'aime faire. Pour moi, cela signifie que je ne réfléchis pas beaucoup au genre de musique que je dois produire. Il y a beaucoup de soul dans tout ce que je fais, même si la production est plus orientée vers le funk ou le hip-hop, on peut dire que la soul est peut-être le genre principal de ma musique. Chez moi, je n'étais pas vraiment exposé à ce style-là. Quand j'ai grandi, surtout vers mes douze ou treize ans, j'ai commencé à explorer par moi-même le monde musical et je me suis retrouvé à écouter plus de soul et de funk. Donc en fait, mon amour pour ces genres est venu quand j'ai commencé à chercher quelque chose de nouveau en moi-même."

Vous avez mis votre musique sur SoundCloud et depuis, des gens du monde entier vous écoutent. Internet semble être un aspect très important dans votre carrière.

abrahamblue : "La toute première fois que j'ai été "découvert", c'était par la plateforme en ligne Soulection, à Los Angeles. Ils promeuvent la musique de demain, ce sont de véritables faiseurs de goût. Quand vous entendez quelque chose d'eux, c'est toujours très innovant. Ils ont été les premiers à reprendre et à promouvoir ma musique. Mais mettre de la musique en ligne signifie également que vous obtenez une réponse immédiate de votre public. Le retour d'information et d’avis est direct et cela a joué un très grand rôle dans ma carrière musicale."

Y a-t-il des inconvénients au fait que tant de choses se passent en ligne ? Les plateformes sont tellement ouvertes qu'il est peut-être plus difficile de se démarquer ?

abrahamblue : "Je ne le vois pas du tout de manière négative, mais il y a effectivement des gens qui sont stressés par cela. Personnellement, je ne m'en inquiète pas trop. Se tracasser pour les autres n'a pas de sens, selon moi. Je ne me laisse pas influencer par eux car je sais que cela ne m'aidera pas positivement. Ce n'est pas bon de se concentrer sur ce genre de choses."

Vous dites que vous voulez diffuser des messages positifs et motiver les gens. Qui vous inspire ?

abrahamblue : "Ma famille, par exemple. Ma mère a une influence très positive sur moi. Elle est toujours très constructive. Je reçois aussi beaucoup de positivité et d'inspiration de mes amis. C'est dans les petites choses, comme un gentil message ou une bonne conversation. Je peux aussi m'inspirer d'acteurs ou d'athlètes. Je suis un vrai fan de Denzel Washington et de Kobe Bryant, par exemple. Chaque fois que je vois une interview d'eux, ça me donne de l'énergie."

Quelle est la prochaine étape pour vous ? Voulez-vous recommencer à voyager ou à faire des tournées ?

abrahamblue : "Il est très difficile de faire des plans concrets car il y a encore tellement d'annulations. Je veux d'abord terminer mon projet actuel, c'est vraiment ma priorité pour l'instant. Après cela, j'ai hâte de repartir à l'étranger, comme à Paris ou à Londres. Je veux aussi me rendre aux États-Unis, mais je dois attendre que la situation soit plus claire en ce qui concerne la pandémie. Mais l'ambition de partir en tournée est bel et bien là !"

Découvrez abrahamblue et bien d’autres artistes belges dans la série ‘Monologue’. ’Monologue' est maintenant disponible via ce lien sur Pickx.be et via l'application Pickx.


Pour en savoir plus sur 'Monologue' :


Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top