Les scènes émergentes de l’esport

Esports | Lorsque l'on parle d'esport, on pense généralement aux grosses scènes déjà bien implantées dans les mœurs des adeptes : League of Legends, CS:GO, Dota2, Rainbow Six: Siege ou autre FIFA. Ces scènes réunissent des dizaines voire centaines de milliers de spectateurs lors des plus grands événements. Pourtant, de nombreuses scènes émergent et se font petit à petit leur place dans cet écosystème esportif. Zoom sur ces jeux qui ont le vent en poupe et qui pourraient devenir intéressants à suivre à l'avenir.

De Proximus

Partager cet article

La compétition esportive ne date pas d'hier et la scène globale s'est développé au fil des années et des compétitions. Des milliers de supporters se regroupent, chaque année, pour profiter des plus beaux événements compétitifs qu'offre l'esport. Des Worlds de League Of Legends ou Rocket League, au légendaire The International de Dota2, sans oublier les ESL Pro League de CS:GO. L'esport regorge de multiples jeux compétitifs suivis.

Cependant, de nombreux jeux tendent à s'imposer et à se développer sur la scène. De Teamfight Tactics, à Geoguessr, en passant par le renouveau des jeux de combat tels que Tekken ou Street Fighter, la scène esportive actuelle se réinvente et offre des possibilités plus variées aux spectateurs.

Teamfight Tactics

Lancé en 2019 par Riot Games, le même éditeur de jeu que League Of Legends, Teamfight Tactics est un jeu de type auto battler. Calqué sur l'univers de League Of Legends, le joueur affronte sept adversaires au cours de sa partie. Il débute la partie avec 100 hp et son objectif est de former la meilleure équipe possible.

Pour cela, le joueur peut s'appuyer sur divers aspects. L'augment : au cours de la partie, des augments sont proposés pour améliorer l'effectif, et la synergie : chaque champion a au minimum deux synergies qui lui sont propres. Le but est de lier des champions regroupant les mêmes synergies afin de les rendre plus fort et enfin les items/objets : il y a de nombreux items qui, bien utilisés, rendent les champions plus puissants/résistants ou encore rapides.

Le dernier objectif est de réussir à faire monter ses champions de niveau. Diverses cartes de champions sont disponibles aléatoirement. En achetant trois champions de niveau 1, celui-ci passe niveau 2. Avec trois champions de niveau 2, le champion passe niveau 3 et ses prédispositions augmentent proportionnellement.

© Riot Games

En termes de compétition, le jeu en est encore à ses balbutiements sur la scène internationale, face à un League Of Legends. Depuis la création du jeu, des Worlds sont organisés chaque année. L'occasion de voir les meilleurs joueurs de chaque région s'affronter. En 2020, le français de la Karmine Corp, Emre « Double61 » Demirtas a remporté les Teamfight Tactics Galaxies Championship. En 2021, notre compatriote belge Nicolas « ACKK » Batoko a terminé à une honorable 15e place lors des Worlds. Il évoluait à l'époque pour Arma Team et évolue désormais chez Exalty.

Du côté de nos locaux du jeu, on retrouve plusieurs noms qui s'intègrent bien au sein de la scène compétitive. Le représentant de la structure PCS, le Belge Texita affronte les meilleurs joueurs francophones au sein de la Hex League, la ligue française.

© Riot Games

Pour cette saison des Worlds, les qualifications se jouent de différentes manières et on a pu retrouver nos représentants belges au cours de ces qualifications. Durant la Golden Spatula Cup n°2, ACKK et Texita ont tenté de se qualifier, soit directement pour les prochains Worlds en remportant la Cup, ou bien en faisant un bon top pour engranger des points. Malheureusement, ce n'était pas un bon jour pour ACKK qui n'a pas su performer. De son côté, Texita a vu une qualification en play-offs lui tendre les bras mais ça n'a pas suffit.

De bons espoirs pour l'avenir, avec nos représentants locaux. Le jeu n'a de cesse de progresser et les Worlds 2022, qui auront lieu entre le 18 et le 20 novembre prochain offriront une belle tribune pour la scène esport TFT.

En attendant, on pourra continuer de suivre les exploits de Texita qui a su confirmer sa place dans la grande ligue. Après avoir atteint la Hex League lors du split précédent, le joueur de PCS aura affiché une bonne régularité lors de ce split, sécurisant une douzième place.

© @TFT_France

Nul doute qu'il faudra compter sur Texita lors du prochain split de la Hex League. Et en plus de Texita, c'est sur l'ensemble de la scène TFT belge qu'il faudra suivre l'évolution de près dans les mois à venir.

Geoguessr

Vous vous retrouvez déposé à un endroit aléatoire sur la planète et vous devez découvrir où. En partant de ces informations et à l'aide de la technologie de Google Streetview, vous pourrez vous déplacer et vous aider de la zone ou bien des différents panneaux pour essayer de trouver le point exact où vous vous situez, et ce, dans le temps imparti. Plus vous être proches de votre point de départ, plus vous remporterez des points parmi les 25 000 mis en jeu. L'objectif est donc d'être le plus précis possible en un rien de temps.

Créé en 2013, le jeu a vraiment bondi en termes de visibilité en 2020, bien aidé par une communauté francophone qui s'est mise à y jouer énormément durant le confinement. Ainsi, il n'est pas rare, parmi les meilleurs joueurs, de voir des actions folles, dans des modes de jeu extrêmement difficiles.

Même si le jeu n'a encore connu que très peu d'événement compétitifs de grande ampleur, le tout premier tournoi mondial, en équipe, s'est tenu il y a de ça quelques jours, à Paris. Une première compétition, diffusée sur la chaîne twitch du streamer français Antoine Daniel, qui aura permis de mettre en lumière un esport novateur et différent.

Les aptitudes demandées aux joueurs sont différentes de jeux tels que CS:GO ou encore League Of Legends. Exit l'aim irréprochable, les visions de jeu ou autres mécaniques. Ici, on travaille également sa culture générale, sa géographie ou encore ses langues. Les meilleurs joueurs passent par des apprentissages totalement incroyables afin de toujours être les plus performants possibles sur le jeu.

Pour ce qui est de la compétition en équipe, le gameplay s'est révélé être intéressant et haletant à suivre. Des formats qui sont forcément attrayants pour le public avec généralement des parties relativement rapides.

Une première compétition internationale à laquelle l'une de nos compatriotes s'est confrontée aux meilleurs joueurs du jeu. En effet, la Belge MissTk Deb a participé à cet événement, aux côtés des Français Agelias et Gunhter au sein de la team Gaufre Ter. Wass. Chicon. Une performance honorable pour les trois qui donne des espoirs pour la suite. La compétition a quant à elle été remportée par les Speed Plonkers, composés de Blinky, Kodiak et Maccem.

Encore difficile de savoir ce que l'avenir compétitif du jeu donnera, mais si de nouvelles compétitions sont amenées à se créer, il est possible de s'imaginer que l'engouement autour de la pratique puisse encore grandir, intéresser et fédérer plus de monde.

Mais aussi…

Il est possible de s'imaginer que de nombreuses scènes sur des jeux bien moins médiatisés puissent grandir et devenir de réguliers rendez-vous pour supporter nos compatriotes. Bien que les compétitions autour de certains jeux restent encore peu mises en lumière, les bonnes performances de la part de nos compatriotes sont de bons moyens de s'intéresser plus pleinement à certaines scènes.

Dans la catégorie des jeux de combats, on retrouve parmi nos joueurs belges, quelques pointures de ces jeux. En effet, pour ce qui est de Street Fighter V, notre compatriote, le Belge Rabie « Takamura » Houmaid vient tout juste de remporter pour la région d'Europe de l'Ouest sa qualification pour la prochaine Capcom Cup IX, après sa victoire en finale régionale contre l'italien MrWolf (3-2).

Une superbe performance pour le joueur qui aura l'occasion de défendre haut les couleurs belges lors de cet événement qui regroupera les meilleurs joueurs de la planète. Un autre belge qui performe bien sur un jeu de combat, c'est Richard « PikaH » Donders Borrego, le joueur de Tekken.

Pour cette saison, le joueur n'a eu que très peu d'adversité, en remportant quasi tous les tournois locaux auxquels il a eu la possibilité de participer. Au classement régional, il devance ses adversaires très largement en termes de points. Pour ce qui est du classement européen, il se classe même parmi les 20 meilleurs joueurs de l'Ouest de l'Europe.

© Bandai Namco

Il devait tout naturellement pouvoir prétendre à une place pour les championnats du monde mais dans l'incompréhension générale, il n'y participera malheureusement pas. Un coup de frein dans sa progression, lui qui restait sur une victoire pour sa dernière sortie : lors du tournoi régional de Liège Bastogne Liège. Un tournoi qui se jouait également sur Street Fighter et qui a été remporté par… Takamura !

PiKaH aura néanmoins l'occasion de prouver dès ses prochains événements, comme lors du dernier tournoi régional, celui de Rotterdam le 27 novembre prochain.

Ainsi, de nombreuses peuvent espérer une plus grande médiatisation lors des prochains mois. Les principaux événements de ces différentes scènes permettront de mettre d'autant plus en avant les performances remarquables sur ces différents jeux.

De TFT à Geoguessr, en passant par Tekken ou Street Fighter, la scène esportive s'étoffe avec toujours plus de choix. La réussite de nos compatriotes dans différents jeux renforce forcément notre chauvinisme et la volonté de les supporter lors de leurs différents exploits.

Il sera donc intéressant de suivre durant les prochains mois la manière dont certains jeux vont évoluer et peut-être s'installer encore plus durablement dans le paysage esportif local. Une possible occasion de voir plus régulièrement à l'œuvre nos champions belges à travers divers événements ou durant, à plus grande échelle, diverses compétitions internationales.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top