Preview CPL #12: le Beerschot, un nouveau moteur en espérant l'étincelle

Challenger Pro League | Alors que les clubs abordent la dernière ligne droite de leur préparation avant la reprise de la compétition en Challenger Pro League (ex D1B), nous passons en revue les 12 formations qui disputeront le championnat 2022/2023. Analyse des transferts, résultats des matches amicaux et objectifs de chaque club sont ici passés au crible. Nous terminons cette série avec le Beerschot VA, une équipe new look qui est un des trois favoris théoriques de la saison...

De Tagtik

Partager cet article

Le Beerschot VA a connu la saison dernière une année catastrophique. Le club du Kiel n'a pas fait illusion pour le maintien et la retrogradation en D1B est vite devenue une évidence. En 34 rencontres, les Mauves anversois n'ont gagné que 4 fois, n'ont inscrit que 33 buts et en ont encaissé 76.

Le Beerschot est ainsi devenu le premier promu venu de D1B à reprendre l'ascenseur vers l'étage inférieur en D1A. L'heure est à la remise en question...

Nouveau départ

La renaissance obligatoire du club anversois en D1B  a été accélérée par la décision de plusieurs joueurs-clés de quitter le navire, via une clause de leur contrat. Joren Dom, Raphael Holzhauser, Marius Noubissi, Pierre Bourdin, Tom Pietermaat et Reda Halaimia n'ont pas souhaité poursuivre l'expérience en Challenger Pro League.

Wouter Biebauw, en conflit avec son collègue Mike Vanhamel, a finalement décidé de mettre un terme à sa cxarrière. De sjoueurs comme Musashi Suzuki, Lawrence Shankland et Blessing Eleke sont partis voir si l'herbe était plus verte ailleurs.

Tous ces départs sont évidemment un nouveau puzzle pour le staff du Beerschot. Andres Wieland, le nouveau T1, rapidement installé, a supervisé les transferts entrants, principalement du jeune et du belge.

De jeunes talents comme Robby Quirynen (KMSK Deinze), Mardochée Nzita (Pescara), Thibaud Verlinden (DAC Dunajska), Thibo Baeten (NEC), Andi Koshi (Cercle) et Romano La Morte (Mouscron) reçoivent une chance de faire leurs preuves au Kiel. Alors que l'Anversois Marco Weymans (libre) et le Brugeois Hervé Matthys (ADO Den Haag) apporteront une touche d'expérience.

Cette légion belge devra servir d'étincelle pour le 'nouveau' Beerschot qui souhaite tourner la page et retenir les leçons du passé. Enfin, quelques joueurs étrangers, qui offrent en principe une plus-value immédiate, ont été attirés : Ibrahim Alhassan, Leo Seydoux et Luca Meisl appartiennent à cette catégorie.

Un bloc compétitif

La campagne de préparation a montré que le potentiel de ce groupe était non négligeable. Une courte défaite à OHL (2-1), a été suivie par des victoires au KVC Westerlo (2-3) et face au Sparta Rotterdam (1-0), au terme de deux prestations plutôt convaincantes.

Le club a également remporté un tournoi qu'il organise, le 'Memorial Steenackers', en comblant in extremis un retard de 2 buts sur le FC Eindhoven avant de s'imposer aux tirs au but. Le dernier match de la préparation s'est soldé par une défaite sans grande signification face à Dessel Sport (1-0)

Grandir

Si le Beerschot veut prendre un nouveau départ et repartir sur de bonnes bases, c'est d'abord qu'il ne peut pas se permettre de décevoir ses fans, fidèles et nombreux, qui ont mangé leur pain noir ces derniers mois. Un football attractif, à coloration belge, est une des conditions de ce renouveau pour faire revenir une ambiance positive autour du club et du Stade Olympique.

Avec Andres Wieland, le Beerschot dispose d'un T1 qui colle à cette philosophie mais toute la question est de savoir si ce jeune groupe ne sera pas forcé à un revirement plus pragmatique, si le beau jeu prôné par le coach autrichien ne rapporte pas assez de points dans un championnat aussi exigeant que la Challenger Pro League.

Le temps fera son oeuvre et avec le nouveau sytème de Promotion Play-offs, qui permet de viser dans un premier temps le top 6 avant d'accélérer ensuite, le Beerschot devrait être un des protagonistes de cette saison.

Même si un peu de retard à l'allumage est tout à fait envisageable avec un moteur aussi neuf...

Déjà parus :

Dender le promu, compte sur son caractère

Virton le miraculé, repart sur de bonnes bases

Lommel a des problèmes de riches

Club NXT, éviter les erreurs de la première fois

Un Deinze 'new look' qui soulève bien des interrogations

 SL16 FC , les jeunes pousses du Standard doivent grandir d'urgence

Le Lierse veut franchir un cap

La renaissance du SK Beveren, premier chapitre d'une belle histoire

Les RSCA Futures, un difficile équilibre entre JPL et CPL

Le RWDM en retard sur son projet

Jong Genk, assez de potentiel pour jouer les trouble-fêtes

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top