Aller directement au contenu principal
×
×

Die With Me : l’appli ‘en train de périr’

Publié le 12/10/2018 dans Médias sociaux

Die With Me : l’appli ‘en train de périr’

Die With Me est une application pour parler à des gens qui, comme vous et moi, sont devenus les victimes d’un phénomène moderne : la batterie de téléphone (presque) à plat en fin de journée. Les artistes Dries Depoorter et David Surprenant ont voulu faire quelque chose pour tous ceux qui connaissent ce sentiment de désespoir. Leur idée : rassembler tous les losers aux GSM sans vie dans une chatroom. Un lieu que j’ai bien eu envie de découvrir.

Outre quelques plaisantes minutes de vie sur ces derniers pourcents de batterie, l'application donne également une sensation d’exclusivité puisqu’elle n'est accessible que lorsque la batterie atteint les 5% ou moins. C'est la première fois que j'attends avec impatience le moment où mon téléphone va mourir. Moi aussi je veux faire partie de ce club dont on ne peut être membre que temporairement. Cette fraternité des cinq pourcents.

(c) Nichon Glerum

Pour pouvoir vraiment rendre l’application publique et téléchargeable pour tout un chacun, Dries et David ont dû faire face à quelques difficultés. Dans un premier temps, Apple n’en voulait pas dans son Store et l’a refusée à maintes reprises car elle ne remplissait pas les conditions. Elle ne disposait pas, par exemple, d’un système permettant aux utilisateurs abusifs d'être signalés. Chaque petit bout de code de l'application a été analysé, et le design n’a pas été épargné non plus. Finalement, après une vingtaine de jours, l'application était enfin disponible et prête à être téléchargée.

Après avoir choisi une langue et entré un nom d'utilisateur, je me retrouve dans une sorte de chatroom des années 90, aussi basique que possible. Des autres utilisateurs, je ne peux voir que leurs pseudonymes ainsi que – et ce n’est bien sûr pas anodin - le pourcentage de leur batterie, afin de nous aligner sur une souffrance commune.

Après avoir choisi une langue et entré un nom d'utilisateur, je me retrouve dans une sorte de chatroom des années 90, aussi basique que possible. Des autres utilisateurs, je ne peux voir que leurs pseudonymes ainsi que – et ce n’est bien sûr pas anodin - le pourcentage de leur batterie, afin de nous aligner sur une souffrance commune.

Pour faire mon entrée dans cette communauté, j'ai intentionnellement et contre tout instinct de survie laissé ma batterie se vider le plus vite possible. Après tout, j'en avais beaucoup entendu parler et je voulais en faire l'expérience moi-même. J'ai joué à Candy Crush comme une dingue jusqu'à ne plus pouvoir voir un emballage de bonbon en peinture, j’ai scrollé sur Instagram plus longtemps que jamais et j’ai lancé toutes les fonctionnalités de mon portable les plus gourmandes en terme d’énergie, comme le GPS et le Bluetooth.

Finalement, j’y suis arrivée, mon téléphone était à 4% et j'ai donc eu accès à l'application avec mes nouveaux amis et compagnons d'infortune.Un léger sentiment de stress s’est vite emparé de moi : je n’étais jamais allée aussi loin. Là, mon téléphone allait bientôt crever. Normalement, j’ai toujours mon chargeur avec moi et pour les longues journées, je possède même une batterie portable. Mais pas cette fois. Ma batterie était maintenant en phase terminale, me permettant de rejoindre ce club très fermé.

Or, c’est resté très calme. Très très calme. En vrai, ce super club n'est qu'ennui. Peu de messages sont envoyés et ceux qui s’affichent sont de simples bonjours ou des plaintes d’utilisateurs confrontés à une mort solitaire. Pour certains, comme Skuppypuppy, ça semblait vraiment difficile : « S'il vous plaît, dites-moi que je ne mourrai pas seul, je m’en vais lentement. » Rien de franchement excitant. Après tout, j'ai peut-être choisi un très mauvais moment pour rejoindre la confrérie des phases terminales. Je réessaierai demain.

Une fois de plus, je franchis les cinq étapes du processus de deuil pour ramener ma batterie à moins de 5%. Cette deuxième tentative donne déjà de meilleurs résultats. Hauterpop pose des questions existentielles, telles que : « Oh mon dieu. Est-ce qu’il y a quelqu'un d'autre qui aime les Doritos ici ? » Mais avant même qu'il n’obtienne une réponse à cette question cruciale, son téléphone semble s’être complètement éteint. Jason déclare : « Il ne reviendra pas, c'est tellement triste. » Lara fait rapidement une belle comparaison : « Ici, c’est un peu comme lancer une bouteille à la mer, un message dans l'océan.

J’espère que quelqu'un le lira et pourra répondre avant que je ne meure. » C'est exactement ce qu’a fait Hauterpop juste avant sa triste fin. Wharrgarbl, contrairement aux autres, n'a pas trop de problèmes : « L’idée de mourir bientôt me plaît assez. C’est réconfortant. »

Entretemps, le trou noir approche pour moi aussi. Deux pourcents. Juste avant que la fin ne sonne, Alwyna exprime ses dernières pensées : « Parfois, je me demande si c'est ce que je voulais vraiment devenir. Aurais-je pu faire les choses différemment pour ne pas avoir à finir comme ça ? » Bonne question. Puis Amke ajoute : « Je ne veux pas que l’on se rappelle de moi comme ça ; souvenez-vous de mes bons moments, pas seulement de mes mauvais. »

Et puis ceci arrive :

C'est la fin de l'exercice, pour moi aussi. Le stress d'un pourcentage qui baisse a été remplacé par un sentiment de tristesse face à un écran noir. Bien que j’aie passé de bons moments avec Die With Me, il y a eu de longs temps morts et peu d'utilisateurs semblaient être en ligne en même temps. On dirait bien que le soufflé dû au battage médiatique est vite retombé.

Je ne sais pas vraiment si c’est dû au manque d'options, ou au fait que c'est une application payante, comme l'utilisateur Sketch le mentionne : « J'ai dépensé beaucoup d'argent pour cette application. » Les commentaires sur l'App Store indiquent tous le manque d’animation dans la chatroom, ce qui a eu pour conséquence beaucoup de suppressions.RacingKurtle dit ainsi : « Bonne application, bon concept, mais il devrait y avoir plus de monde. » C’est une assez bonne évaluation. DatGuy est moins content : « Je veux récupérer mon argent ! C'est terrible ! Personne n'est en ligne. »

Rétrospectivement, si l’on considère les efforts déployés pour le développement, l'exécution et la version finale de l'application, on peut se demander si tout ça valait vraiment la peine pour Dries et David. Le fait que l’application soit en train de périr, ça nous prouve une fois de plus qu’on va tous crever seuls. Ou ça prouve peut-être aussi qu’un téléphone plat, ce n’est justement pas si grave que ça et que c’est précisément sain d’être temporairement libéré des réseaux sociaux et de l’obligation de réponse à chaque message reçu.


Tu es aussi complètement accro à ton smartphone et tu aimes partager tes photos et tes stories non-stop ? Bonne nouvelle ! Avec Epic beats, tu reçois des datas mobiles à l’infini dans toute l’UE, pour Instagram et toutes tes grandes applis sociales. En plus de ça, tu peux aussi profiter autant que tu veux de ta musique quand tu es en déplacement, avec Spotify et Deezer par exemple.

Commande ton Epic beats

Et Epic beats est au même prix qu’Epic stories pendant 6 mois, pour tout le monde.

Sophie

Passionnée du web et d’apps, un peu FOMO sur les bords, donc jamais sans mon smartphone ! #amis #famille #voyages #web #popculture #infographisme #art #fun

Les autres articles de Sophie

Rubriques

Vous avez une question?

Posez-la à l'un de nos conseillers. Faites votre choix: