La survie des PME dépend de leur maturité digitale

Publié le 16/12/2022 dans Innovation

La survie des PME dépend de leur maturité digitale

L’inauguration de l’Experience Center au MIC, une initiative née du partenariat entre la Région Wallone, Microsoft et Proximus pour renforcer la transformation digitale en Wallonie, permet de s’interroger sur cet enjeu crucial pour les PME.

C’est fait. L’Experience Center dans les locaux du MIC à Mons est inauguré. Ce premier centre wallon entièrement dédié aux technologies digitales a comme objectifs la découverte, l’expérimentation et le prototypage de projets d’innovation. L’initiative supportée par Digital Wallonia, Microsoft et Proximus est également l’occasion de s’attarder sur une question cruciale : comment se porte la transformation digitale dans notre pays et plus spécifiquement en Wallonie ?

Un contexte mondial difficile

Et la question a son importance tant le contexte économique dans lequel nous évoluons actuellement est agité. Que l’on parle d’hyperinflation, de flambée des prix de l’énergie ou encore de chaines logistiques perturbées, les entreprises du monde entier se trouvent dans un climat économique difficile. En réponse à cela, beaucoup d’entre elles prennent déjà des mesures drastiques comme la fermeture de lignes de production ou le chômage technique.

Mais il ne faudrait pas oublier que ce contexte délicat est également une opportunité pour les entreprises de se réinventer grâce aux technologies numériques. Une opportunité de viser l’efficacité, la digitalisation et l’externalisation de certains services.

Une Belgique à la traîne…

Si la Belgique est entrée dans la transformation digitale, elle ne fait pas encore figure d’élève modèle. Le dernier classement DESI (l’indice de l’économie et de la société numérique) l’atteste. “Notre pays recule en Europe”, explique Mathieu Michel, Secrétaire d'État à la Digitalisation. “Pas parce que nous n’avançons pas, mais parce que d’autres avancent plus rapidement.”

Notre pays recule en Europe. Pas parce que nous n’avançons pas, mais parce que d’autres se digitalisent plus rapidement.

Mathieu Michel, Secrétaire d'État à la Digitalisation

author

Mais c’est surtout la fracture digitale entre les grosses entreprises et les PME qui inquiète. “Les PME ont beau fournir énormément d’emplois, elles n’ont pas la maturité digitale pour réussir cette transition.” Un enjeu qui risque d’influencer leur survie. “À la longue, on risque une perte de productivité, d’emplois et un modèle social menacé”. Un constat que Benoît Hucq, directeur général de l’Agence du Numérique, fait également : “Moins de 10% des entreprises sont réellement mobilisées par des technologies avancées.”

… mais remplie d’optimisme et de potentialité !

Pourtant, malgré les chiffres, l’espoir persiste. Selon David Dab, National Technology Officer chez Microsoft Belux, il n’a jamais été aussi facile d’innover. “Nous n’avons pas besoin de comprendre tous les éléments qui composent les technologies pour pouvoir les utiliser.”

D’ailleurs la motivation des entreprises est bien présente. “Toutes sont convaincues que la technologie va permettre d’être plus efficace et de créer de nouveaux business models”, explique Anne-Sophie Lotgering, Chief Entreprise Market Officer chez Proximus. “On sait d’ailleurs que ceux qui investissent en période de crise sont toujours gagnants par la suite.” C’est donc le moment d’investir. Mais par où commencer ?

L’utilisateur au centre

L’important est de s’entourer de partenaires qui remettent l’utilisateur au centre des préoccupations. L’initiative qu’offre l’Experience Center permet cette rencontre et cette prise en charge. “Le MIC est un lieu où les entreprises peuvent venir découvrir, tester et expérimenter différentes technologies”, poursuit Mathieu Michel.

De leur côté les différents prestataires vont pouvoir découvrir les possibilités d’accompagnement des PME. Un véritable écosystème basé sur le soutien et l’émulation donc ! “Les PME n’ont pas accès à un certain nombre de compétences. À travers cet écosystème, elles profiteront du savoir-faire des différents partenaires et apprécieront les conséquences positives sur leur business”, ajoute Anne-Sophie Lotgering.

Et le rôle de Proximus dans tout ça ?

Qu’on se le dise, Proximus et le MIC ont la même mission : aider et guider les entreprises wallonnes à augmenter leur productivité, leur capacité à se différencier avec la digitalisation et l’implémentation des nouvelles technologies. Un travail de longue haleine basé sur quatre points fondamentaux :

1. La fibre et la 5G

Proximus déploie son réseau de fibre à l’origine d’une connexion très stable en Wallonie. Nous développons également la 5G au travers de différents cas d’usage réplicables dans des domaines comme la santé, l’agriculture ou la logistique.

La 5G fait le lien entre les nouvelles technologies : IA, robots, cloud, IoT... Le Gouvernement wallon a d’ailleurs récemment franchi une nouvelle étape dans le déploiement de la 5G en approuvant l’avant-projet de décret modifiant les normes d’émissions. “Nous devons continuer dans ce sens, car cela va faire partie de notre différenciateur et de notre pouvoir économique”, insiste Anne-Sophie Lotgering.

2. Le cloud

“Il est important pour les PME de réfléchir à leur passage au Cloud”, poursuit Anne-Sophie Lotgering. “Et pour ce faire, nous avons mis les petits plats dans les grands en mettant à leur disposition pas moins de 350 experts.”

Ces derniers aident les entreprises à réfléchir sur leurs besoins spécifiques, la technologie ou encore le type de migration du workflow à adopter. C’est un véritable écosystème de conseils et de gestion de projets qui est offert, sans parler de l’innovation que Proximus souhaite développer.

3. La cybersécurité

“C’est le point critique pour les entreprises aujourd’hui et nous avons beaucoup à apporter dans ce domaine”, insiste Anne-Sophie Lotgering. “Il n’y a pas moins de 100 cyberattaques par jour qui touchent les entreprises en Belgique.”

L’idée de Proximus est donc de prendre en charge une partie ou toute la cybersécurité des PME afin de rehausser le niveau de maturité de leur programme de sécurité. Et pour ce faire, là encore, c’est plus de 300 spécialistes qui sont mis à leur disposition. De ce fait, Proximus s’inscrit comme leader dans le domaine au sein du Benelux. Un luxe quand on connaît la pénurie de talents dans ce secteur.

4. Le travail hybride et collaboratif

Le télétravail ayant doublé ces quatre dernières années, une attention toute particulière doit être apportée à l’encadrement de ce travail à distance. “Une entreprise doit savoir ce qu’elle va proposer comme outil collaboratif à ses collaborateurs”, continue Anne-Sophie Lotgering. Et une chose est certaine, un conseillers ’workplace’ est toujours disponible pour orienter ses choix de la meilleure manière.

L’Expérience Center et ses possibilités

Durant cette journée d’inauguration, c’était également l’occasion pour le MIC de montrer ce que l’Expérience Center avait dans le ventre. Et les visiteurs n’ont pas été déçus avec des démonstrations de ses trois grands domaines technologiques porteurs : l’Intelligence Artificielle, les technologies immersives (réalité virtuelle, augmentée et mixte) et les nouvelles manières de travailler.

Le MIC propose 6 différents espaces démontrant l’efficacité d’un matériel et de logiciels qui permettent d’améliorer la collaboration, la productivité et l’inclusivité dans un contexte hybride. Une vraie évolution dans la manière d’aborder les processus et le worflow, de même que le confort du travail.

Vous voulez rester compétitif et vous différencier grâce à la digitalisation et l’implémentation de nouvelles technologies ?

Lisez plus

Experts

Nos experts vous tiennent au courant des dernières nouvelles et tendances pour les professionnels de l'ICT.

Les autres articles de Experts