Aller directement au contenu principal
×
×

Infrastructure IT : 4 tendances

Publié le 15/05/2019 dans Inspiration

Infrastructure IT : 4 tendances

Tout comme la quantité de données que traitent les entreprises augmente, les infrastructures cloud externes sont elles aussi de plus en plus utilisées. Quel impact cela aura-t-il sur votre infrastructure ? Voici 4 tendances.

Bien que le traditionnel centre de données sur site soit encore loin d’avoir disparu, le nombre de fournisseurs de services cloud externes ne cesse d’augmenter. Selon les calculs du bureau d’études 451 Research, 60 % du workload des entreprises seront traités dans le cloud cette année. Et d’après le Cisco Cloud Global Index, d’ici 2021, ce chiffre passera à pas moins de 94 %. Cette évolution entraîne naturellement de très nombreux changements pour les entreprises. Et les départements devront eux aussi s’adapter.

Plus de 80 % des entreprises optent pour une stratégie multicloud.

  1. Serverless Computing

    L’avènement du serverless computing permet aux développeurs de se concentrer sur la création d’applications web et de se préoccuper bien moins de la gestion des ressources IT, puisque celles-ci ont migré dans le cloud.

  2. AI-as-a-service

    Les services cloud permettent également à l’AI-as-a-Service – l’intelligence artificielle en tant que service – de se concrétiser. Celle-ci deviendra ainsi rapidement une composante importante de l’entreprise. Surtout sachant que l’intelligence artificielle aide les départements IT à déployer plus rapidement les services en automatisant les tâches standard, avec, à la clé, moins d’erreurs et plus de collaborateurs disponibles pour des activités liées à la stratégie et l’innovation, par exemple.

    Envie de découvrir les toutes dernières nouveautés dans le domaine des infrastructures réseau sûres et intelligentes ?

  3. Edge computing

    Lorsqu’elles envisagent de migrer ou non leurs données dans le cloud, les entreprises doivent tenir compte de la latence, c’est-à-dire du délai de transmission. Les processus qui doivent être traités en temps (quasi) réel ne doivent donc pas aller dans le cloud. C’est ici qu’intervient le edge computing.

    Le edge computing puise les ressources, les données et la force de calcul dans le cloud et les rapproche de l’utilisateur final, précisément pour réduire le plus possible ce délai. Pensez par exemple à une chaîne de supermarchés qui se sert de l’edge computing dans chacune de ses implantations et qui possède dans ce cadre son propre centre de données. Même si le système central tombe en panne, chaque magasin peut continuer à fonctionner.

  4. Software-as-a-service

    Fort d’un succès commercial plus grand que celui de l’Infrastructure-as-a-Service (IaaS) ou de la Platform-as-a-Service (PaaS), le SaaS (ou Software-as-a-Service) est sans conteste un aspect du cloud computing qui séduit bon nombre d’entreprises. Le hic, c’est que quantité de départements IT ont du mal à gérer ces services qui se développent à une vitesse effrénée. Et pour cause !

    Selon le bureau d’études de marché Gartner, une entreprise moyenne utilise à présent 12 à 15 plateformes SaaS. Ce qui ne fait que compliquer la gestion de la cybersécurité, de la conformité, des licences et des performances pour l’équipe IT.

    Comment trouver un réseau intelligent aussi flexible que votre entreprise ?

Experts

Nos experts vous tiennent au courant des dernières nouvelles et tendances pour les professionnels de l'ICT.

Rubriques

 

Contactez-nous

Nos collaborateurs sont prêts à vous aider !