Les matchs les plus riches en émotions de 2022

Football | L'année footballistique touchant à sa fin, il est temps de jeter un coup d'oeil dans le rétro pour se remémorer les matchs qui nous ont le plus fait vibrer en 2022.

De Pickx

Partager cet article

Union Saint-Gilloise - FC Bruges (0-2)

Étonnante depuis le début de saison, l’Union Saint-Gilloise, promue, trône toujours en tête de la D1A alors qu'il reste quatre matchs à jouer en Champion's playoffs. Avec deux confrontations en quatre jours contre le Club de Bruges, son plus proche concurrent qui compte trois points de moins, les Bruxellois entrent dans le money time. C’est sûr, cette double confrontation décidera de l’issue du championnat.

Dans une rencontre riche en intensité et un Parc Duden plein à craquer, les Unionistes se montrent menaçants mais ne parviennent pas à trouver la faille. Peu avant l’heure de jeu, le penalty manqué par Dante Vanzeir est le tournant du match. Sur une de leurs rares incursions dans le rectangle bruxellois, les Blauw en Zwart ouvrent le score via Hans Vanaken avant de doubler la mise dans les arrêts de jeu par le jeune Antonio Nusa (0-2). Dans le second acte, les Brugeois vinrent à bout de l’Union à domicile (1-0). Ils ne seront plus rejoints et iront décrocher leur troisième titre d'affilée.

Real Madrid - PSG (3-1)

Longtemps, les Parisiens sont restés maîtres de la situation contre le Real Madrid lors de la manche retour des huitièmes de finale de la Ligue des champions en mars dernier. Après une victoire méritée à l’aller au Parc des Princes, le PSG s’est également montré dominant au Santiago-Bernabéu. Avec un Lionel Messi très appliqué au milieu de terrain, les Parisiens contrôlaient le match. Ils prenaient même l'avantage juste avant la pause grâce à Kylian Mbappé, qui s'était vu refuser un but cinq minutes plus tôt. L’attaquant du PSG s’illustrait encore au retour des vestiaires en inscrivant un nouveau but, annulé lui aussi.

Ce fut alors au tour de Karim Benzema de sortir de sa boîte. Profitant de la nonchalance de Gianluigi Donnarumma, l’attaquant français égalisait et réveillait la superpuissance espagnole. En 19 minutes, le score passait de 0-1 à 3-1 grâce à trois buts de l’inévitable KB9. La messe était dite et la qualification était en poche. Les rêves européens de Paris étaient, eux, brisés pour de bon.

Real Madrid - Liverpool (1-0)

Le Real Madrid l'a fait. Éternel et insubmersible, la Maison Blanche a entretenu sa légende européenne en décrochant, en mai dernier, sa quatorzième Ligue des champions aux dépens de Liverpool (1-0), dominateur mais vaincu. Rien n’a toutefois été simple pour des Merengues cyniques et réalistes qui ont pu compter sur le but de Vinicius et un Thibaut Courtois stratosphérique au Parc des Princes. Face à des Reds déterminés, le Real a concédé pas moins de 24 tirs, dont 9 cadrés. Mais le Diable Rouge, élu homme du match, a éclaboussé la rencontre par sa prestation et ses arrêts décisifs, contribuant largement au succès des siens.

FC Porto - Club de Bruges (0-4)

À Porto, en septembre, le Club de Bruges espère confirmer son succès étriqué contre le Bayer Leverkusen acquis lors de la première journée de la phase de poules de la Ligue des champions. Il va faire bien plus que ça. Face aux champions portugais, les hommes de Carl Hoefkens vont réaliser le match parfait. Après un début de match entreprenant des Portugais, un penalty transformé par Ferran Jutgla va changer la donne. 0-1, 0-2 à l’heure de jeu puis 0-3 et même 0-4 en fin de match.

Collectivement, les champions de Belgique ont livré un récital rarement vu de la part d’une équipe belge contre un adversaire de cette envergure. Grâce à ce succès retentissant, les Brugeois signaient un 6 sur 6 en début de Ligue des champions, une première pour un club belge. Ils termineront finalement deuxièmes de leur groupe avec 11 points, juste derrière les Portuans.

France - Argentine (3-3, 4-2 ap. tàb)

Une finale de Coupe du monde unique, inoubliable par son scénario, son suspense et sa dramaturgie. En fin de compte, l’Argentine a décroché le titre mondial et elle peut remercier Lionel Messi. Le numéro 10 s'est installé sur le toit de la planète football en décrochant le seul trophée qui manquait à son incroyable palmarès qui totalise maintenant 42 trophées collectifs. Mais pour un match de légende, il faut deux équipes. Or, durant 80 minutes, la France est passée à côté de sa finale. Messi sur penalty et Di Maria, au terme d’une action collective à montrer dans toutes les écoles, envoient l’Argentine sur le chemin du succès avant la pause. Mais les Argentins oublient peut-être de tuer le match par la suite...

Kylian Mbappé redonne l’espoir aux Bleus sur penalty à la 80e avant de rétablir la parité quelques secondes plus tard sur une reprise folle. Chaque équipe se jette ensuite à l’offensive mais Lloris et Martinez envoient les 22 acteurs en prolongations. Là encore, les occasions se succèdent. Messi trouve la faille mais Mbappé, de nouveau sur penalty, répond à son coéquipier du PSG et s’offre un triplé. Kolo Muani aura encore une balle de match mais Martinez sauve sa nation. Finalement, Kingsley Coman et Aurélien Tchouaméni louperont leur tir au but alors que Montiel fera grimper l’Albiceleste au septième ciel.



À lire également :

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top