12: l'arbitre Kurt Röthlisberger inflige une grosse gueule de bois aux Diables Rouges lors de la Coupe du Monde 1994

Dans le cadre de l'Euro 2020 de football, que tout le peuple belge attend comme le tournoi qui nous offrira enfin une victoire en tournoi international (en dehors des JO 1920), Proximus Pickx a épinglé 20 moments importants de l'histoire des Diables Rouges qui nous donnent la chair de poule... dans le bon ou dans le mauvais sens. Il était une fois un Belgo-croate, un Allemand et un Suisse. Ça pourrait être le début d'une bonne blague. Malheureusement, dans ce cas, il s'agit de Josip Weber, Thomas Helmer et Kurt Röthlisberger. Ce dernier a refusé un penalty indiscutable pour les Diables rouges lors de la Coupe du monde 1994 aux États-Unis. A ce jour, cela reste l'un des plus grands traumatismes de l'histoire du football belge.

 

La Coupe du monde 1994 aux États-Unis est un événement qui commence sur une bonne note pour les Diables Rouges. Les Belges ont remporté des victoires 1-0 dans leur groupe contre les Pays-Bas et le Maroc. Le troisième match de groupe, contre l'Arabie Saoudite, était censé être une promenade de santé vers les 1/8èmes de finale. Mais les Belges n'ont pas réussi à dominer les amateurs du Moyen-Orient et se sont inclinés 1-0 grâce à un but de classe mondiale de Saeed Al-Owairan.

Cette défaite inattendue a fait naître beaucoup de frustration dans le camp belge. Josip Weber s'est senti abandonné par ses coéquipiers. L'ex-Croate estime qu'il n'a pas été impliqué dans le jeu. Pour aggraver les choses, le chef de la délégation de l'époque, Roger Vanden Stock, était en désaccord avec la presse belge.

En raison de cette défaite, les Belges n'ont pas réussi à se qualifier en tant que vainqueurs de groupe. Un match contre l'Irlande était à portée de main, mais les Saoudiens ont poussé les Belges vers un match face à l'Allemagne. Die Mannschaft a connu trois matchs difficiles dans son groupe. Les Allemands ont fait match nul contre l'Espagne, et se sont imposés face à la Bolivie et la Corée du Sud sur le plus petit des écarts. En conséquence, l'Allemagne est passée en tant que vainqueur du groupe.

Völler et Klinsmann font mal aux Belges

Le match contre les Allemands a commencé sur un rythme effréné. Après seulement six minutes, Rudi Völler, qui formait un duo offensif avec l'homme en forme Jürgen Klinsmann, a ouvert le score. Deux minutes plus tard, Georges Grün avait déjà égalisé. Mais trois minutes plus tard, Klinsmann faisait cette fois-ci la différence face à Michel Preud'homme. Cinq minutes avant la fin de la première mi-temps, Völler enfonçait la Belgique en inscrivant le 3-1.

Pourtant, les Belges ont commencé la deuxième mi-temps avec de l’envie. Au début de la seconde période, Josip Weber semblait se diriger seul vers le but allemand. Thomas Helmer faisait alors tomber l'attaquant dans la surface de réparation. Tout le monde s'attendait à un penalty et à un carton rouge, mais l'arbitre Kurt Röthlisberger ne bronchait pas. La meilleure chance pour les Belges de revenir dans le match venait de voler illégalement en éclat avec la décision du Suisse.

Dans les derniers instants, Philippe Albert marquait toutefois le 3-2, mais le but arrivait trop tard pour inquiéter les Allemands. Pour les Diables rouges, le tournoi était terminé. Seul lot de consolation, Michel Preud'homme fut élu meilleur gardien de but du tournoi.

Partisan ?

Après le match, toute la délégation belge a parlé d'une honte absolue. "Tout le monde dans le stade et des millions de téléspectateurs ont vu qu'il s'agissait d'un penalty, mais pas Röthlisberger", a déclaré l'entraîneur national Paul Van Himst. Roger Vanden Stock, le chef de la délégation à l'époque, est allé encore plus loin en accusant l'arbitre de partialité. Le capitaine Grün n'a pas compris la nomination de Röthlisberger. "L'homme vit à la frontière suisse-allemande. Je l'ai entendu parler constamment en allemand aux joueurs allemands."

Ce n'est que 26 ans plus tard que le coupable Helmer a admis que sa faute sur Weber aurait pu être un penalty. "Avec une VAR, l'arbitre aurait certainement regardé à nouveau les images. Je ne suis pas sûr de ce qu'il aurait décidé, mais vous pouvez siffler une faute pour cela, bien sûr." Röthlisberger lui-même a également admis par la suite qu'il avait eu tort et qu'il aurait dû accorder un penalty aux Belges.

 



Toujours plus d'articles "battements de coeur" ?

- 13 : Filip De Wilde loupe ses sorties contre la Turquie à l'Euro 2000
- 14 : les Diables Rouges connaissent un véritable triomphe à l’Euro 1980, mais la fin est tragique
- 15 : la Belgique décroche la troisième place contre l’Angleterre à la Coupe du monde 2018
- 16 : quand Romelu Lukaku délivrait la Belgique au terme d’un match fou contre les Etats-Unis
- 17 : Erwin Vandenbergh surprend l’Argentine au Mondial 1982
- 18 : quand Romelu Lukaku envoie la Belgique au Brésil
- 19 : le jour où Maradona brisa le rêve mondial belge
- 20 : Saeed Al-Owairan réduit en miettes les Diables Rouges à la manière de Maradona au Mondial 94

Euro 2020

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top