20 : Saeed Al-Owairan réduit en miettes les Diables Rouges à la manière de Maradona au Mondial 94

Dans le cadre de l'Euro 2020 de football, que tout le peuple belge attend comme le tournoi qui nous offrira enfin une victoire en tournoi international (en dehors des JO 1920), Proximus Pickx a épinglé 20 moments importants de l'histoire des Diables Rouges qui nous donnent la chair de poule... dans le bon ou dans le mauvais sens. La Coupe du monde 1994 aux États-Unis est considérée par beaucoup comme la plus grande Coupe du monde de tous les temps. Certaines petites nations du football ont joué leur meilleur Mondial. Pensez à la Suède, à la Bulgarie et à la Roumanie. Même l'Arabie Saoudite, qui dispute sa première Coupe du monde, s’est mise sous les projecteurs. Notamment contre la Belgique.

Revenons au 29 juin 1994. Ce jour-là, les Diables Rouges ont joué leur troisième match de groupe au Robert F. Kennedy Memorial Stadium de Washington DC. Après deux victoires 1-0 contre les Pays-Bas et le Maroc, la Belgique est déjà assurée d'une place en 1/8e de finale. L'Arabie Saoudite, une équipe pleine d'amateurs, sera le dernier adversaire avant la phase à élimination directe. Les Saoudiens doivent normalement tomber facilement. La première place du groupe F et une confrontation avec l'Irlande en 1/8e de finale attendent les Diables. L'entraîneur, Paul Van Himst, repose quelques joueurs contre ce petit poucet du football. Il laisse le capitaine Georges Grün et Josip Weber sur la touche. C'était une erreur avec des conséquences majeures.

Solo Saeed fait rougir les Diables

Après seulement cinq minutes, les Belges ont reçu un uppercut en plein visage. Saeed Al-Owairan, alors âgé de 26 ans, ouvre le score pour l'Arabie Saoudite avec un slalom improbable. Tout a commencé par une perte de balle d'Enzo Scifo. Le numéro 10 a ensuite dribblé Dirk Medved, Franky Van der Elst, Michel De Wolf, Rudi Smidts et Philippe Albert. Et il s’est gaiement joué du gardien de but Michel Preud'homme.

Il restait 85 minutes aux Diables Rouges pour renverser la vapeur, mais les Belges ont manqué leurs occasions. La Belgique a perdu 1-0 et les Pays-Bas peuvent jouer, en tant que vainqueur du groupe, contre l'Irlande. Notre équipe nationale doit elle affronter un adversaire beaucoup plus coriace en 1/8e de finale : l'Allemagne. Fin de parcours pour la Belgique qui s'incline 3-2.

Al-Owairan lui-même est devenu un héros absolu pour la nation saoudienne. Il a débuté comme un inconnu, mais a quitté le terrain 90 minutes plus tard comme le "Maradona du désert". Le surnom de "Solo Saeed" est également apparu dans les journaux sportifs. La comparaison avec le rush de Diego Maradona contre l'Angleterre en 1986 a été rapidement faite alors que le but a été classé par la FIFA sixième plus beau du siècle.

Du paradis à l'enfer

Grâce au but d'Al-Owairan, l'Arabie Saoudite s'est qualifiée pour la première - et jusqu'à présent la seule - fois pour le deuxième tour. Le roi a offert à Al-Owairan un coupé Mercedes 500 extrêmement coûteux et de l'or. On pourrait croire que tout va bien, mais le conte de fées ne durera pas longtemps.

Son plus grand souhait ne s'est pas réalisé. Al-Owairan voulait aller à l'étranger. Le Sporting Lisbonne avait un gros contrat prêt pour lui et il y avait aussi des offres du Brésil, mais son pays ne l’a pas autorisé à quitter son sol. Aucune exception n'était faite pour lui. L'humble Al-Owairan, presque introverti, a eu du mal à s'y faire et il est devenu de plus en plus capricieux et rebelle

En 1996, il a été condamné à six mois de prison dans son propre pays et n'a pas été autorisé à jouer au football pendant un an, après avoir été arrêté par la police pour avoir bu et s'être trouvé en présence de femmes étrangères. Cela ne se fait pas en Arabie Saoudite, et certainement pas pendant le Ramadan. En 2001, il a mis fin à sa carrière.
 

Euro 2020

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top