L’apprentissage réaliste en 3D

Publié le 15/06/2022 dans Innovation

L’apprentissage réaliste en 3D

Les équipes d’intervention paramédicales de l’hôpital Onze-Lieve-Vrouw affûtent leurs compétences grâce à la technologie immersive. Ils s’exercent dans des situations virtuelles, mais réalistes.

Pendant la crise sanitaire, il n’était plus possible d’organiser des formations classiques pour l’hôpital Onze-Lieve-Vrouw d’Alost, Asse et Ninove. L’e-learning s’avérait souvent une alternative trop statique, et l’hôpital s’est donc mis en quête d’une nouvelle approche de formation digitale. “Il n’est pas toujours évident pour nos collaborateurs de planifier une formation”, déclare le directeur général Peter Verhulst.

“Nous avons donc opté pour une approche flexible permettant aux collaborateurs de suivre des formations sans contrainte de temps ni de lieu. Il s’agit entre autres de petits parcours ciblés d’une demi-heure leur permettant d’améliorer des compétences très spécifiques.”

Une immersion totale

Trainr de Proximus est une plateforme d’immersive learning. Elle utilise la réalité virtuelle et augmentée pour une immersion du personnel médical dans la formation. Frank Staelens, directeur Processus & Qualité, nous en dit plus : “La formation de l’équipe d’intervention paramédicale était pour nous la priorité absolue”.

Le volet théorique est comparable à celui d’une solution d’e-learning classique. La grande différence réside dans le volet immersif. “Il est très important pour une équipe d’intervention d’apprendre comment conserver son calme dans des situations difficiles et garantir sa propre sécurité. La réalité virtuelle permet de vivre la situation, par exemple un accident, de façon réaliste et en 3D.”

Nous voyons comment les candidats réagissent dans une situation réaliste, et cela nous aide à sélectionner les meilleurs d’entre eux pour les équipes d’intervention.

Frank Staelens, directeur Processus & Qualité

“Cela permet de s’exercer dans des conditions qui semblent réelles y compris le stress ressenti à ce moment-là”, poursuit Peter Verhulst. Trainr complète ainsi à merveille la formation théorique. “Auparavant, pour que nos équipes s’exercent, nous les envoyions en déplacement avec le SMUR”, ajoute Frank Staelens. “À présent, nous voyons comment les candidats réagissent dans une situation réaliste, et cela nous aide à sélectionner les meilleurs d’entre eux pour les équipes d’intervention.” De plus, la séance de réalité virtuelle est toujours suivie d’un débriefing de l’exercice. Peter Verhulst : “Ces moments de débriefing restent importants”.

À terme, la réalité virtuelle aura toute sa place parmi les outils de l’hôpital.

Frank Staelens, directeur Processus & Qualité

Le COVID a accéléré les choses

L’hôpital Onze-Lieve-Vrouw examine à présent les autres formations pour lesquelles Trainr pourrait offrir une solution. “Nous voulons élargir cette approche et l’étendre également aux soignants et médecins. La réalité virtuelle présente de nombreux avantages. On peut s’y exercer à opérer un corps virtuel, préparer virtuellement certaines formes de chirurgie robotique, etc.”, précise Peter Verhulst. L’hôpital est convaincu que la réalité virtuelle aura, à terme, toute sa place parmi ses outils disponibles.Frank Staelens : “L’innovation est très importante dans notre secteur. Nous nous entourons donc de partenaires. En intégrant des applications issues de l’industrie, comme Trainr, aux soins de santé, nous faisons de nouveaux progrès”.

Dans d’autres domaines, la crise sanitaire a accéléré l’utilisation de solutions digitales. “De précédents tests de consultations digitales n’ont pas été un franc succès”, admet Frank Staelens. “Cependant, pendant les confinements, la consultation digitale s’est avérée la seule alternative possible.” Aujourd’hui, les patients préfèrent généralement revenir aux consultations physiques chez le médecin. “Mais les comptes-rendus digitaux sont restés”, ajoute Frank Staelens. “Pour les résultats d’un examen, par exemple, les patients ont désormais plus de facilité à consulter leur dossier digital.”

Un avant-goût de technologie

La pandémie a également donné lieu à une adoption plus large de la technologie dans les soins à domicile. Frank Staelens : “Je pense entre autres aux patients qui disposent d’un oxymètre de pouls ou d’un tensiomètre, ouvrant plus de possibilités au suivi à distance.” Là encore, cette approche s’est maintenue suite à la pandémie. “Médecins, soignants, patients : tout le monde a eu un avant-goût de ce processus intégré”, conclut Peter Verhulst. “Et l’expérience que tout le monde en a eu est positive. Je ne pense pas que l’on reviendra prochainement à la situation d’avant.”

Peter Verhulst est directeur général de l’hôpital Onze-Lieve-Vrouw d’Alost – Asse – Ninove.

Frank Staelens est directeur Processus & Qualité à l’hôpital Onze-Lieve-Vrouw d’Alost – Asse – Ninove.

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Les autres articles de One