×
×

La guerre de l’IoT bat son plein

Publié le 13/12/2017 dans Inspiration

La guerre de l’IoT bat son plein

L’Internet of Things (IoT) entre progressivement dans nos vies. Avec la baisse constante des prix des capteurs et de la connectivité, l’IoT est désormais à la portée de toutes les entreprises. Mais quelles sont leurs attentes à son égard ?

Tout savoir sur l’IoT

Bastiaan Deblieck a étudié la linguistique à la KU Leuven. Il a fait partie des fondateurs de TenForce en 2001, travaillant notamment sur la technologie sémantique de l’entreprise. Il est aujourd’hui Chie Commercial Officer.

TenForce développe des logiciels qui permettent aux entreprises de gérer des activités complexes, allant de la gestion de projet à la sécurité, en passant par l’environnement et la santé. Les solutions de TenForce reposent notamment sur la technologie sémantique, l’apprentissage automatique et l’IoT. L’entreprise, établie à Louvain, emploie 70 collaborateurs. 

Selon Fabio Bottacci, expert en IoT industriel (IIoT) au World Economic Forum, la valeur ajoutée de l’IoT dépend de la manière dont les entreprises le combinent à l’intelligence artificielle (IA) et à l’apprentissage automatique pour l’analyse des données. L’IoT a-t-il un avenir sans l’IA ?
Bastiaan Deblieck :
“À mes yeux, l’IoT permet avant tout d’élargir ses sens, d’écouter, de voir et de ressentir. Ce n’est plus le collaborateur qui effectue la prise de mesures s ur chantier, m ais un capteur qui vous fournit des données de mesure constamment actualisées dans le but, par exemple, d’analyser la pollution sonore sur le terrain.

Dans un contexte où des milliers de capteurs sont utilisés, comme dans un parc de machines, les possibilités sont évidemment multipliées. Les gigantesques volumes de données générés doivent être analysés immédiatement et associés à une réponse directe, par exemple pour optimiser le fonctionnement d’une machine ou planifier une maintenance préventive. Dans ce cas, l’IA peut avoir une valeur ajoutée significative.”

Puissance de calcul à la périphérie

Bottacci estime aussi que le traitement des données à la périphérie (ou edge computing) est essentiel à l’IoT industriel. L’analyse en temps réel et l’action automatisée sont nécessaires pour protéger les lignes de production cruciales pour l’entreprise contre de lourds dégâts ou problèmes. Qu’en pensez vous ?
Bastiaan :
“Dans le contexte de l’IoT industriel, la taille de bande passante et la latence sont déterminantes. Les données proviennent de milliers de capteurs et se retrouvent, souvent sans fil, sur une plateforme IoT dans le cloud. C’est sur cette plateforme que l’analyse a lieu. Le système envoie ensuite des demandes d’action aux machines. La taille des volumes de données et la distance à parcourir peuvent augmenter la latence.

Dans certains processus, par exemple la sécurité dans une entreprise chimique, ce temps de réponse est problématique. La solution consiste à prévoir localement la puissance de calcul nécessaire, à proximité des capteurs qui recueillent les données. Ce petit centre de données local se trouve alors en périphérie du réseau. D’où le nom edge computing : la solution idéale quand l’analyse et la réponse en temps réel s’imposent.” 

Les entreprises doivent-elles évoluer vers une nouvelle architecture IT dans laquelle le cloud n’est pas forcément la meilleure solution pour toutes les applications ?
Bastiaan :
“Absolument. L’IoT est un des moteurs de l’évolution vers un nouveau niveau d’IT hybride. La plupart des entreprises combinent déjà les solutions sur site avec le cloud. L’edge computing est un troisième élément. Toute la difficulté étant de gérer cet écosystème infrastructurel comme un seul et même ensemble.”

“Lorsqu’une application IoT génère automatiquement une transaction financière, la blockchain veille à l’exactitude et à la sécurité de cette transaction.”
Bastiaan Deblieck - Chief Commercial Officer chez TenForce

Solution IoT mobile 

IDC estime qu’en 2020, 80 % des dépenses IoT seront consacrées aux applications B2B. Le marché des applications consommateurs ou le segment des solutions IoT pour les autorités et les pouvoirs locaux pourrait-il rapidement changer la situation ?
Bastiaan :
“Il me paraît clair que l’IoT s’installe sur tous les marchés. La technologie évolue rapidement. Les capteurs actuels
ne sont pas plus grands qu’une capsule. Ils se placent pratiquement partout et leur prix baisse constamment. Je ne pense pas que l’émergence des nouvelles applications IoT pose problème aux citoyens.

La plupart d’entre eux ont désormais un smartphone. Le consommateur devient donc, par définition, une solution IoT mobile. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Microsoft a lancé l’été dernier son thermostat intelligent. La bataille pour faire entrer l’IoT dans nos maisons et nos voitures bat son plein.”

Les interfaces de programmation applicative (API – Application Programming Interface) permettent de constituer, à partir de différents éléments distincts, un seul grand réseau puissant. Sans API, les appareils IoT sont inutiles. Êtes-vous d’accord ?
Bastiaan :
“ Les A PI sont indispensables au succès de l’IoT. Récemment, chez TenForce, nous avons ajouté une fonctionnalité IoT à notre logiciel. En deux heures à peine, nous étions connectés à la plateforme LoRaWAN de Proximus.

Nous l ’aurions fait aussi s’il avait fallu deux semaines. Mais cette rapidité permet de réaliser des progrès importants en peu de temps. On ne surestimera jamais l’importance des API. Regardez les grandes plateformes cloud : sur Microsoft Azure, les composants frôlent l’inimaginable. Et ils sont tous basés sur des API.”

Transactions sûres Quels sont les enjeux en matière de sécurité ? Comment les entreprises doivent-elles y répondre ?
Bastiaan :
“Il y a des enjeux de sécurité, mais aussi de confidentialité. Les entreprises doivent garder la tête froide, ne pas paniquer, rester pragmatiques. Les risques doivent être répertoriés puis gérés. La sécurité dépend toujours (y compris dans l’IoT) de l’interaction de trois éléments : la réglementation, la technologie et les individus.

Ici aussi, l’humain est souvent le maillon faible. Et plus que tout, la sécurité est une question d’équilibre à trouver pour l’entreprise, entre les coûts du risque potentiel et les coûts de la protection contre ce risque.”

La blockchain associée à l’IoT est-elle une solution ?
Bastiaan :
“La blockchain est une excellente solution pour gérer les transactions et l’identité, deux éléments essentiels dans un monde automatisé. On the Internet, nobody knows you’re a dog. Donc, quand vous achetez quelque chose dans le monde numérique, vous voulez que la transaction et l’identité de la contrepartie soient sûres. Avec l’IoT, vous arrivez sur le terrain des transactions automatiques déclenchées par des capteurs. Un exemple simple : vous passez au télépéage en voiture, l’IoT assure automatiquement la transaction, tandis que la blockchain veille à son exactitude.”

Téléchargez la brochure gratuite

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Rubriques

 

Contactez-nous

Nos collaborateurs sont prêts à vous aider !