Une nouvelle ère pour la logistique : IA et 5G à AntwerpXL

Publié le 28/12/2022 dans Inspiration

Le transport et la logistique ont mis du temps à franchir le pas, mais le secteur se digitalise à présent très rapidement. La disponibilité de l’IA et de la 5G peut ainsi, plus que jamais, faire la différence.

Une nouvelle ère pour la logistique : IA et 5G à AntwerpXL

Des plateformes d’échanges de données

Si la digitalisation du secteur se fait simultanément sur plusieurs fronts, les données en constituent systématiquement la base. Le transport et la logistique ont toujours été le secteur par excellence des flux de documents papier. Ces documents furent tout d’abord remplacés par les e-mails, puis par des plateformes d’échanges de données. Aujourd’hui, grâce à l’IA, ces plateformes mènent bien plus rapidement vers les informations souhaitées.

Parallèlement, l’IA est ce qui permet une évolution vers des appareils terrestres, marins et aériens sans pilote et autonomes. Cette évolution s’appuie elle aussi sur les données et leur analyse ultrarapide.

Lors de l’événement AntwerpXL, une table ronde a abordé le rôle joué par l’IA dans l’expédition totalement autonome de produits.

L’important n’est pas les données de traçage en elles-mêmes. Le client veut des informations prédictibles. Il veut savoir où se trouve sa cargaison.

Nick Fedorov, CCO de Moeco

Drones as a service

6th NeTWorK est un bel exemple de la manière dont le secteur se nourrit d’innovation. Le consortium développe des solutions de drones sous forme de service : les ‘drones as a service’. “Au port d’Anvers, nous disposons de 12 drones pour effectuer des missions telles que la détection de nappes de pétrole dans l’eau ou le comptage des stocks”, déclare Jurgen De Klerck, Business Development Manager 5G chez Proximus.

Des vols de drone sur commande

Les entreprises portuaires n’ont pas besoin d’un drone tous les jours. L’idée est donc qu’elles puissent commander un vol de drone via la plateforme, en fonction de leurs besoins. “Les exploitants des terminaux et les entreprises actives sur le port n’ont ainsi pas besoin d’investir dans tout ce qui est nécessaire à la réalisation de ces services par drone”, explique Jurgen De Klerck.

La disponibilité de la 5G est essentielle à cet égard. “La présence de cette connectivité offre également des options de bateaux autonomes au sein du port.” La 5G est en effet indispensable pour manœuvrer de tels bateaux, notamment pour analyser en temps réel les images en provenance des caméras sur les bateaux.

Si la plupart des entreprises ne peuvent développer elles-mêmes de solution d’IA, elles peuvent facilement adopter une solution déjà existante.

Joe Caprara, VP Intelligence & Automation chez Sedna

Analyser les e-mails grâce à l’IA

Le trajet parcouru par un bateau – autonome ou non – fait partie d’un tout, ce qui nous ramène au plus grand défi du secteur logistique : le flux de données. “Actuellement on constate une transition vers les plateformes de données”, note Joe Caprara, VP Intelligence & Automation chez Sedna, “bien que l’e-mail demeure un important outil de communication pour le secteur.”

Seulement, ce canal est devenu si saturé que les entreprises logistiques ne parviennent plus à en tirer les informations qu’elles cherchent. Pour résoudre ce problème, Sedna analyse les e-mails par IA. “L’IA permet d’extraire beaucoup plus rapidement les bonnes informations du système”, explique Joe Caprara. “Mieux encore, elle permet d’automatiser et de rationaliser certains processus.”

L’IA pour travailler plus efficacement

Huit entreprises logistiques sur dix travaillent toujours avec Outlook, semble-t-il. Ce n’est bien entendu pas le canal approprié pour recevoir les notifications en temps réel des capteurs qui émettent des données pendant un transport. “L’important n’est en aucun cas les informations de traçage en elles-mêmes”, précise Nick Fedorov, CCO de Moeco, une start up américaine qui développe des solutions de données pour le secteur logistique.

“Ce qui compte, c’est la visibilité”, poursuit-il. “Le client veut savoir où se trouve son produit.” Le traçage en temps réel doit donc se faire non pas au niveau du conteneur maritime, mais du produit même. Le client ne veut pas de données, il veut des informations exploitables.

“En fin de compte, ce que veut une entreprise – qui fait partie d’une plus grande chaîne logistique –, c’est être plus performante”, selon Jurgen De Klerck. “Pour ce faire, il ne suffit pas de vendre plus ou de réduire davantage les coûts. Il faut avant tout travailler plus efficacement, et c’est précisément là que l’IA peut faire la différence.”

La réponse aux grands défis d’aujourd’hui réside dans la co-création.

Jurgen De Klerck, Business Development Manager 5G chez Proximus

Un seuil bas grâce à la co-création

À cet égard, il est important que les entreprises ne restent pas attentistes. “Si vous l’êtes, vous vous mettez en retard”, avertit Jurgen De Klerck. “La réponse réside dans la co-création.” “Effectivement. Si la plupart des entreprises ne peuvent développer elles-mêmes de solution d’IA, elles peuvent facilement adopter une solution déjà existante”, ajoute Joe Caprara. Ainsi, l’IA est non seulement accessible, mais se rapproche toujours plus du niveau décisionnel.

L’IA modifie le contenu des emplois

“Avant, vous deviez analyser vous-même les e-mails des clients”, observe Alexander Varvarenko, CEO de la plateforme d’expédition digitale Shipnext. “Cela prenait souvent des heures.” Le collaborateur concerné devait ainsi calculer le volume de la cargaison, voir si un seul conteneur serait suffisant, vérifier la disponibilité des conteneurs, trouver le bateau qui en assurerait le transport, etc. “L’IA collecte et analyse toutes les données nécessaires en une fraction de seconde”, affirme Alexander Varvarenko. “Vous obtenez immédiatement vos réponses.” Si l’IA ne fait pas disparaître le rôle du prestataire logistique, elle n’en modifie donc pas moins radicalement le contenu de certaines fonctions.

6th NeTWorK est le nom du partenariat entre DroneMatrix, développeur de drones et logiciels pour drones, SkeyDrone, prestataire de services pour le trafic aérien de drones, et Proximus.

Joe Caprara est VP Intelligence & Automation chez Sedna.

Nick Fedorov est CCO de Moeco.

Alexander Varvarenko est CEO de Shipnext.

Jurgen De Klerck est Business Development Manager 5G chez Proximus.

Gestion de stock intelligente, Asset Tracking et magasiniers mobiles. Voici quelques-unes des solutions de Proximus pour le secteur des transports et de la logistique. Vous souhaitez en savoir plus ?

Découvrez toutes les possibilités

Un réseau 5G privé est un réseau mobile dédié pour répondre aux besoins d’une organisation donnée. Il offre des garanties supérieures en bande passante, une latence plus faible et davantage de sécurité que les réseaux publics, ce qui se traduit par de meilleures performances, une plus grande fiabilité et une plus grande efficacité. Il est donc idéal pour les entreprises qui cherchent à mettre en œuvre des applications avancées, telles que la réalité augmentée, l’automatisation industrielle et les véhicules autonomes et biens d’autres applications.

En savoir plus sur les 5G Private Networks Nouvelle fenêtre

Vous souhaitez développer et concrétiser un projet 5G pour votre entreprise ? Nos experts en 5G vous accompagnent de la définition à la mise en œuvre de votre projet.

Contactez-nous Nouvelle fenêtre

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Les autres articles de One