Il était une fois un Diable : Laurent Depoitre

Football |

Pour cette nouvelle année, Proximus Pickx vous propose une nouvelle série consacrée aux Diables Rouges qui n’ont pas vraiment marqué l’Histoire. Internationaux le temps d’une poignée de sélections, ils figurent tout de même dans le grand livre de notre équipe nationale. Focus cette fois-ci sur Laurent Depoitre.

De Proximus

Partager cet article

Après un début de saison compliqué, Laurent Depoitre semble avoir retrouvé de la confiance. Toutefois, à 33 ans, ses belles années sont clairement derrière lui. Il peut encore rendre de fiers services à La Gantoise, mais plus au point de pouvoir espérer être appelé en équipe nationale, comme ce fut le cas il y a quelques années.

Des divisions inférieures au sommet belge

Laurent Depoitre, c’est l’histoire d’un gars qui a gravi les différents échelons du football belge. L’histoire d’un gars qui n’a pas été formé dans un grand club et qui a dû faire sa carrière petit à petit, à la force de ses buts. Pour Laurent Depoitre, tout a débuté en 2006, à Tournai. Il n’a pas 18 ans quand il débute en Division 3 avec le club hennuyer. Le titre en poche, il n’accompagne toutefois pas son équipe en D2 et rejoint plutôt Mouscron, encore en D3. Deux saisons plus tard, il passe à Alost, puis en 2012 à Ostende. Avec ses buts, il permet à son équipe de rejoindre la D1.

Ostende est alors la belle surprise de Jupiler Pro League et Depoitre étonne tout le monde. Son gabarit de déménageur en fait un buteur redoutable. Il n’est pas aisé de le bouger et La Gantoise sent le bon coup. En 2014, elle le fait venir à la Ghelamco Arena et avec ses 13 buts il contribue largement au premier titre de l’histoire des Buffalos. En moins de 10 ans, Laurent Depoitre est passé de la D3 au titre de champion de Belgique.

Un but directement

Forcément, ses performances excitent les médias qui réclament le joueur en équipe nationale. Et il est vrai que son profil, un peu similaire à celui de Christian Benteke, peut être une arme intéressante pour les Diables. Finalement, c’est à l’occasion d’un déplacement à Andorre que Laurent Depoitre reçoit sa chance sous le maillot… noir et blanc des Diables Rouges.

Titulaire d’emblée en pointe de l’attaque, le Gantois effectue un bon match face aux amateurs d’Andorre. Sa première cap est même ponctuée par un but, après une heure de jeu. Des débuts de rêve pour l’ancien étudiant ingénieur. Cependant, cette cap et ce but resteront sans lendemain, l’attaquant n’étant plus appelé, que ce soit pour des amicaux ou pour l’Euro en fin de saison, malgré d’excellentes performances en club avec La Gantoise (huitième de finaliste en C1).

Expérience mitigée à l’étranger

Après deux ans à Gand, Laurent Depoitre tente l’aventure à l’étranger. Pour son premier transfert hors de Belgique, il s’envole vers le Portugal et le club de Porto. L’expérience n’est pas une grande réussite, avec seulement 13 rencontres jouées dont 2 comme titulaires en championnat. Il inscrira 2 buts pour les Dragons qui le cèdent ensuite à Huddersfield Town, en Premier League.

Chez l’ancien champion d’Angleterre, sa première saison est plutôt bonne avec 33 matchs joués pour 6 buts (qui rapportent directement 6 points dans la lutte pour le maintien). La saison suivante, il reste muet et son club descend. La Gantoise décide alors de le relancer.

Fan de notre série ? Retrouvez l’éphémère passage de Jonathan Walasiak chez les Diables.

 

Sujets associés

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top