One day, one goal : le but maradonesque d’Oktay Derelioglu face à la Belgique

Football |

Un but style la main de dieu ou le slalom extraordinaire ? Quand on parle de but à la Maradona, deux exemples viennent directement à l’esprit. Oktay Derelioglu a lui choisi la deuxième option, et ce sont nos Diables rouges qui en ont fait les frais. 

De Pickx

Partager cet article

30 avril 1997, Ali Sami Yen Stadyum d'Istanbul, cinquième journée des qualifications pour la Coupe du monde 1998 en France. La Turquie et la Belgique sont à la lutte pour la deuxième place du groupe F de ces qualifications, une position qui leur permettrait de disputer les barrages car devant, les Pays-Bas mènent les débats, même s’ils ont été battus par la Turquie. 

C’est donc un match très important pour les deux équipes. A la tête des Diables Rouges, on retrouve un certain Georges Leekens, fraichement débarqué de l’Excelsior Mouscron. Le club hennuyer que "Long couteau", surnom de l’entraineur, a fait monter en D1 la saison précédente. Un championnat qu’il menait même au moment de prendre les commandes de la sélection et de quitter les Hurlus.  

Le slalom de Derelioglu

Les choses démarrent plutôt bien pour les Diables Rouges puisqu’au quart d’heure, Luis Oliveira, l’attaquant belge, ouvre le score sur une passe décisive de Nico Van Kerckhoven. A la demi-heure, le Belgo-Brésilien récidive, cette fois servi par notre numéro dix, Enzo Scifo. Le scénario est idéal pour la Belgique. 

Sauf que, quelques instants plus tard, Oktay Derelioglu va sortir le grand jeu. Le numéro onze turc redescend demander le ballon à hauteur de la ligne médiane, collé à la ligne droite du terrain. Un petit crochet pour effacer Smidts, une accélération pour mettre dans le vent Scifo, une nouvelle feinte pour éliminer Van Meir, Smidts en reprend pour son grade, De Roover et Crasson terminent au sol et enfin, De Wilde ne peut rien sur la frappe croisée tout en finesse de Derelioglu. C’est la folie dans le stade après le quatrième but de ces qualifications du buteur de Besiktas. 

Le dernier mot pour Oliveira

Un tel but relance le suspense et surtout met un petit coup à la défense belge qui plonge dans le doute. Mais heureusement pour nos Diables, le héros du jour ne s’appelle pas Oktay Derelioglu mais bien Luis Oliveira. Idéalement servi par son compère de l’attaque, Emile Mpenza, le buteur réalise le triplé juste avant la pause et offre la victoire à la Belgique 1-3. 

Un succès qui permettra à la Belgique de dérocher la deuxième place du groupe juste devant la Turquie. Lors des barrages, les hommes de Georges Leekens affrontent la République d’Irlande. Après un difficile partage 1-1 chez nous, les Diables font le travail en Irlande avec un succès 1-2 et des buts d’Oliveira et Nilis. La qualification pour la Coupe du monde chez nos voisins français est en poche ! 

Fan de notre série ? Découvrez le
 dribbleur fou Rivelino met à mal la défense de Vasco.


Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top