Les célébrations mythiques : Robbie Keane, celui qui détestait se voir

Pendant plus de 20 ans, Robbie Keane a fait trembler les filets en Angleterre et à travers le monde. Un but de l’Irlandais signifiait juste derrière une roue, une roulade et une fusillade. Décryptage. 

 

Robbie Keane, c’était un buteur, un vrai, comme on en fait peut-être plus aujourd’hui. Travailleur, dur dans les duels et intransigeant dans la surface, l’Irlandais a fait les belles heures de différents clubs et aussi de la sélection, lui qui est le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe nationale irlandaise avec 68 réalisations.

Vous y ajoutez les 325 pour les différents clubs comme Wolverhampton, l’Inter, Leeds United, Tottenham, Los Angeles ou encore Kolkata, en Inde, et vous constatez bien que Keane était un serial buteur jusque sa retraite en 2018. Et tous les grands buteurs ont une célébration bien à eux. L'Irlandais ne fait pas exception. 

 

Roue, roulade, fusillade

Pourquoi faire simple lorsque l’on peut faire compliqué ? Il y a des célébrations élégantes, en finesse, et il y a celle de Robbie Keane qui est à l’inverse assez spectaculaire.

Une fois le ballon au fond du but, Keane court le long de la ligne de but, réalise une roue, ensuite une roulade et termine en simulant des coups de fusil. "C'était juste moi", a déclaré Keane à Gary Lineker sur le podcast de MOTD. "Dès que j'ai marqué, tout a changé. Je me disais 'je ne vais pas faire ça' mais dès que je marquais, tout changeait complètement. Vous oubliez alors ce qui vous entoure et vous partez sur un coup de folie."

 

Un jeu d’enfant

Mais pourquoi tout ce cinéma pour un but ? L’histoire remonte à l’enfance du buteur qui, comme il l’avoue lui même : "Ce n'est pas une histoire très excitante."

Assez maigre et souple, le jeune Robbie jouait au foot avec ses amis. "Quand j'ai commencé à jouer au football, un des garçons m'a dit : "Si tu marques un but le samedi, fais la roue". J'ai fini par le faire. Ensuite, je suis allé dans une autre équipe, puis chez les Wolves. Quelques années plus tard, j'en ai rajouté un peu, mon tout premier but pour les Wolves était juste la roue, puis j'ai ajouté la culbute et la fronde."

Drôle… sauf pour Keane

Cette célébration a fait la légende de Robbie Keane qui est depuis devenu entraîneur adjoint de l’équipe d’Irlande. Et pourtant, il faisait tout pour l’éviter. "C'est drôle parce que je déteste regarder ça" a-t-il déclaré, allant même jusqu’à anticiper le débriefing des matches. 

Il savait très bien que son goal serait analysé sous toutes les formes durant cette réunion. Il prenait donc les devants en allant voir les analystes vidéo."J'avais l'habitude d'y aller avant tout le monde et de dire "enlevez ma célébration, ne mettez pas ma célébration"." Un sacré personnage ce Robbie Keane !

Fan de notre série ? Plongez-vous dans le masque de Paulo Dybala

 

Football

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top