Les matchs de légende: le Portugal et les Pays-Bas se livrent la triste "bataille de Nuremberg"

En juin 2006, la Seleção portugaise et les Oranje se sont affrontés en huitièmes de finale de la Coupe du monde. Les deux pays possédaient une grande équipe et tous les spectateurs s’attendaient à un grand et beau spectacle. Il n’en fut rien, car les adversaires du soir ont préféré se livrer une vulgaire et violente joute physique. Une trist prestation qui a conféré au match le surnom de "Bataille de Nuremberg".

En poules, les Pays-Bas avaient réussi à s’extirper d’un groupe relevé en empochant 7 points sur 9 contre l'Argentine, la Côte d'Ivoire et la Serbie-et-Monténégro. Le Portugal, lui, a obtenu un bilan parfait contre le Mexique, l'Angola et l'Iran. En conséquence, les deux pays se sont rencontrés en huitième de finale.

Tous les fans de football attendaient ce match avec impatience. Des noms comme Luis Figo, Deco, Cristiano Ronaldo, Arjen Robben, Robin van Persie et Wesley Sneijder apparaissaient sur la feuille de match. Le stade de Nuremberg s’apprêtait donc à vivre un grand moment de football. 

Le match a commencé très fort puisqu’après à peine deux minutes, le Néerlandais Mark van Bommel recevait un carton jaune. Et rapidement, l’arbitre Valentin Ivanov n’a plus su où donné de la tête. Tacles agressifs, coups de coude, simulations et autres coups bas n’ont cessé d’interrompre le match. 

À la 34e minute, Khalid Boulahrouz atteignant le summum en plantant ses crampons dans la cuisse de Cristiano Ronaldo, forçant l’attaquant portugais à quitter le terrain. Dès le début, les spectateurs ont compris que le match ne serait pas celui auquel ils s’attendaient. Au point d’en oublier que Maniche avait ouvert le score pour la Seleção à la 23e minute.  

La première mi-temps fut déjà riche de cinq cartons jaunes et d’un rouge (pour Costinha). En seconde mi-temps, ce fut pire. Boulahrouz (63e minute) a vu jaune pour la deuxième fois, gagnant son ticket pour les vestiaires. Idem pour Deco (78e minute) et Giovanni Van Bronckhorst (95e minute). Au total, au terme d’une heure trente de ce qui fut rarement un match de football, le compteur s’élevait à 16 cartons jaunes et 4 rouges. Un record dans un match international de la FIFA. Et la victoire du Portugal (1-0) ne fut qu’anecdotique en regard des autres événements de la soirée.

"Le match le plus dur de ma carrière"

Dès années plus tard, l’arbitre Ivanov est revenu sur ce match qu’il considère comme l'un des plus difficiles de sa carrière. "L'atmosphère du match était différente de celle de d’habitude. À l'époque, je devais faire particulièrement attention à rester cohérent, même en donnant des cartons jaunes. Dans cette situation délicate, je devais rester strict", a-t-il expliqué. 

Dès le lendemain, les deux pays ont subi de plein fouet les critiques des médias internationaux, qui ont qualifié le match de "Bataille de Nuremberg". Au stade suivant, les Portugais ont éliminé l’Angleterre, avant de s’incliner contre la France en demi-finale. Cristiano Ronaldo et les siens n’ont également rien pu faire contre l’Allemagne en petite finale. 

Fan de notre série sur les matchs de légende? Retrouvez notre article sur le récital de Zidane contre le Brésil à la Coupe du monde 2006.
 

Football

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top