Les célébrations mythiques: l’explosion de joie de Marco Tardelli au Mondial 1982

La Squadra Azzura écrivit l’une des plus belles pages de son histoire lors de la Coupe du monde 1982 disputée en Espagne. La plus belle image du tournoi reste sans aucun doute l’intense joie de Marco Tardelli après son but en finale contre la RFA.

Marco Tardelli est une légende du football italien. Le milieu de terrain ne doit pas seulement ce statut à son talent intrinsèque, son palmarès impressionnant et ses dix années passées en équipe nationale, mais également à un événement particulier. En 1982, le milieu défensif de 27 ans participe à sa deuxième Coupe du monde avec la Squadra. Au moment d’affronter la Pologne, premier match adversaire de l’Italie dans la compétition, Tardelli ne sait pas encore qu’il va marquer à jamais l’histoire du football et de son pays.

D’autant que les troupes du sélectionneur Enzo Bearzot sont loin de briller au début du tournoi. Elles franchissent de justesse le premier tour sans gagner le moindre match grâce à une meilleure différence de buts que le Cameroun. Au second tour, les Italiens montrent un autre visage et parviennent à battre l’Argentine (2-1) puis le Brésil (3-2), les deux géants d'Amérique du Sud, avant de retrouver et d'éliminer la Pologne en demi-finale.

Un rêve d'enfant

En finale au Santiago Bernabéu, l'Italie est opposée à la redoutable République fédérale d’Allemagne, qui vient tout juste d’éliminer la France de Michel Platini au terme d’un match complètement fou.

Après une première mi-temps sans but au cours de laquelle Antonio Cabrini manque un penalty, les Italiens, plus frais, font la différence. Paolo Rossi ouvre le score à la 56e minute avant que Tardelli double la mise une dizaine de minutes plus tard. A la conclusion d’une belle action collective, le milieu de la Juventus est obligé d’effectuer un tir en taclant pour éviter le retour de deux adversaires. Le ballon fuse et atterrit dans le petit filet du but d’Harald Schumacher.

D’abord incrédule, Tardelli se relève puis se met à courir tout en secouant la tête. En pleine extase, il serre les poings et hurle “Gol! Gol!" durant de longues secondes. “C’est comme si un volcan explosait”, expliquera plus tard l’intéressé. "On dit qu'avant de mourir, on voit défiler toute sa vie devant soi. C'était un peu la même chose. J'ai revu mes premiers pas sur un terrain de football, quand j'étais enfant."

"Le cri de Tardelli"

L’Italie ne sera jamais rejointe dans ce match, qu’elle remportera finalement 3-1. La Nazionale décroche sa première Coupe du monde depuis 44 ans et la troisième de son histoire. Quant à l'explosion de joie de Tardelli, elle est considérée comme l’un des instants les plus iconiques du football et est restée dans la culture populaire. En Italie, on parle encore souvent de “L’urlo di Tardelli” ("Le cri de Tardelli"). "Je suis né avec ce cri en moi", dira encore celui qui totalise 81 sélections en équipe nationale. "Il est simplement sorti à ce moment-là."

Vingt-quatre ans plus tard, en 2006, le souvenir de ce moment légendaire sera ravivé par un certain Fabio Grosso, qui exprima sa joie de façon assez similaire après son but contre... l’Allemagne en demi-finale d’un Mondial à nouveau remporté par les Italiens.

Dans cette nouvelle série, nous revenons sur des célébrations mythiques. Découvrez la petite revanche de Ruud Van Nistelrooy.

Une fois de plus… Dans le sport, tout est possible !


Info

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top