Le transfert était dans l’air depuis pas mal de temps et il a été officialisé dimanche. Mesut Özil quitte Arsenal et signe pour 3 ans et demi à Fenerbahçe. Pour pouvoir s’offrir le milieu de terrain allemand d’origine turque, le club a eu recours à une méthode plutôt originale.
En cette période de crise sanitaire, la situation financière de nombreux clubs de football est loin d’être au beau fixe, la vente de billets étant complètement à l’arrêt. Un manque à gagner qui a provoqué un sérieux trou dans le budget de beaucoup de clubs. Fini donc les transferts coûteux, sauf quand on est bien décidé à s’offrir Mesut Özil...

Une campagne SMS

Le président Ali Koç avait l'ancien milieu de terrain du Real Madrid depuis un certain temps dans son collimateur. Seul bémol, les émoluments élevés du joueur de 32 ans, qui gagnait quelque 18 millions d'euros par an à Londres. L'ancien international allemand a néanmoins consenti un petit "effort" financier en rejoignant la Turquie, puisqu’il a réduit ses prétentions salariales à 14 millions d'euros. Ce qui reste beaucoup d’argent pour un club comme Fenerbahçe, déjà endetté à hauteur de 517 millions d'euros.

Koç a toutefois imaginé un plan astucieux pour récolter des fonds supplémentaires afin de payer le salaire du joueur. Il a ainsi lancé une campagne de SMS: "Nous avons besoin de nos fans. Merci de nous soutenir financièrement. Notre avenir en dépend. Le jour de la signature, je vous demanderai de battre des records avec la campagne de SMS. Il en faudra 300.000, 500.000 peut-être, et même un million", a expliqué le président au Daily Mail.

Un pays dingue de football

Chaque fan qui envoie un SMS rapportera un peu plus de 2 euros au club d’Istanbul. Une façon originale de rassembler l’argent nécessaire pour les dirigeants du Fener, qui espèrent que la vente des maillots floqués au nom d'Özil leur feront également gagner quelques millions en plus. Ce qui semble loin d’être impossible, vu l’engouement qu’a suscité l’arrivée du joueur dans son pays d’origine. Lorsqu’Özil a fait comprendre sur Twitter que son transfert à Fenerbahçe était imminent, son post a été liké plus de 100.000 fois en quelques minutes seulement.

Pas si étonnant quand on connaît la ferveur du peuple turc et la vénération qu’il porte à ses footballeurs favoris. Sur Twitter, un million de personnes avaient d'ailleurs suivi en direct l'itinéraire du vol d'Özil vers la Turquie via le site Flightradar24. Espérons que le joueur puisse désormais rendre la pareille à ses supporters sur le terrain!

Une fois de plus… Dans le sport, tout est possible !