Aller directement au contenu principal
×
×

L’IA en entreprise : où en est-on ?

Publié le 20/06/2019 dans Inspiration

L’IA en entreprise : où en est-on ?

L’intelligence artificielle (IA) existe depuis des décennies, mais le développement de la puissance de calcul des ordinateurs promet de nouveaux débouchés.

L’IA fait le buzz et les partisans de la première heure la propagent de chaîne de valeur en chaîne de valeur, tous secteurs confondus. Mais dans quoi ces entreprises investissent-elles vraiment et comment gèrent-elles cette transformation complexe ? Microsoft et EY se sont penchés sur le rôle de l’IA dans les entreprises belges et européennes.

1. Le rôle de l’IA en entreprise

Ampleur de l’IA

Le rapport de Microsoft indique que 90 % des répondants belges et luxembourgeois considèrent que l’IA est un ‘sujet important’ parmi les cadres supérieurs, contre 43 % au niveau du management et 19 % parmi les collaborateurs. Sans doute parce que les travailleurs considèrent encore l’IA comme une menace pour l’emploi et que sa notion reste abstraite.

Comme on s’en doute, l’IA flirte avec le haut du classement des priorités numériques, juste après la collecte, le stockage et la compréhension des données. 76 % des entreprises belges ont déjà lancé des projets pilotes avec succès ou commencé à utiliser l’IA au quotidien.

Déploiement de l’IA

En Belgique, l’IA est surtout déployée en IT (52 %) et en R&D (43 %). La R&D est souvent aux mains d’ingénieurs qui comprennent l’IA et donc s’y intéressent. L’IA a aussi investi, dans une très faible mesure, les services commerciaux et le contact direct avec le client (marketing, ventes, service à la clientèle…) où elle devrait évoluer fortement à court terme.

Utilité de l’IA

76 % des répondants la considèrent avant tout comme un outil de prévision, notamment pour prédire le potentiel de sortie de clients. L’IA est utilisée dans la smart automation (62 %), qui sert principalement à automatiser la logistique. Elle fournit de précieux renseignements (pour 62 % pour les répondants belges, à égalité avec l’automatisation) pour pronostiquer, par exemple, la demande de produits. Enfin, pour 38 % des répondants, l’IA personnalise l’expérience utilisateur ou permet l’introduction de chatbots dans le service à la clientèle.

2. Problèmes et conseils

Toutes les entreprises s’accordent à dire que le problème majeur vient de la main-d’oeuvre qualifiée trop peu nombreuse pour répondre à la demande en expertise IA. Beaucoup s’adressent donc à des partenaires externes ou adoptent une stratégie attentiste. Les pionniers de l’IA conseillent pourtant de ne faire appel à des partenaires externes que si vous avez, en interne, des personnes capables d’évaluer correctement vos données.

L’attentisme est risqué : plus vous attendrez, plus les talents seront rares. Si vous optez d’emblée pour un partenaire externe, privilégiez les partenariats académiques, car ils vont de pair avec des écosystèmes innovants et fiables qui peuvent compter sur des jeunes à haut potentiel.

Le problème des données

Deuxième problème : la gouvernance des données. À qui appartiennent-elles, comment les stocker, comment y accéder, qui peut y accéder ? Les obstacles liés à cette gouvernance sont externes (règlements sur le respect de la vie privée ou l’IA) et internes (‘pensée cloisonnée’ organisationnelle).

Les pionniers de l’IA conseillent aux dirigeants d’encourager la collaboration dans leurs projets. De déconstruire le stockage décentralisé des données et d’instaurer un système centralisé où elles seront facilement accessibles. Les solutions cloud sont utiles à cet égard. Les cadres supérieurs auront pour tâche de définir la stratégie et la gouvernance des données pour éviter à l’entreprise d’avancer dans le brouillard. Enfin, optez pour une structure de données capable d’intégrer des données non structurées, y compris de sources externes.

Un leadership IA pas assez agile

Troisième obstacle : le manque de leadership IA chez les cadres supérieurs. Il faut que les dirigeants comprennent l’impact de l’IA pour leur entreprise. La gestion du changement doit partir de la base. Les dirigeants la soutiendront en encourageant une vision claire, des objectifs précis et une forte adhésion.

Misez sur l’agilité ! Oubliez l’approche compartimentée, acceptez que le contrôle échappe au leadership. Encouragez l’exploration via des projets pilotes expérimentaux et des cas d’utilisation aux aboutissements incertains pour traquer la valeur et préparez-vous à corriger plus souvent la trajectoire de l’entreprise. La transformation n’est pas immédiate, elle est continue.

Source : © Ernst & Young LLP pour le compte de Microsoft, 2018

Lisez le rapport complet de Microsoft sur l’IA et découvrir les conclusions à tirer d’une foule de statistiques.

Lisez le rapport l’IA

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Les autres articles de One

Rubriques

 

Contactez-nous

Nos collaborateurs sont prêts à vous aider !