App TV
Proximus Pickx Télécharger l'app GRATUITEMENT
Ouvrir

Proximus ePro League

Preview de la journée 8

Billetterie Lire la suite
Proximus ePro League

Proximus ePro League '19-'20

Proximus ePro League : journée 8

Proximus ePro League : journée 8

La bataille pour les six places qualificatives est toujours très indécise. Seul Elias “Zayror” Bray, le joueur de Saint-Trond, est tranquillement installé au sommet. Pour l’instant, aucune équipe ne semble en mesure d’arrêter le joueur tournaisien , qui peut regarder se premiers poursuivants se battre pour chaque point. Et pour cause, aucune de ces équipes n’est encore assurée de son ticket pour les play-offs!

Proximus ePro League : journée 7

Proximus ePro League : journée 7

19 sur 21, tel est l’impressionnant bilan d’Elias “Zayror” Bray. Le jeune joueur de Saint-Trond est désormais isolé en tête, à cinq points de son premier poursuivant, le Racing Genk. Une seconde place partagée avec trois autres formations. La bataille au sommet pourrait donc encore faire des étincelles.

Proximus ePro League : journée 6

Proximus ePro League : journée 6

Un duel entre clubs de Flandre Occidentale avec pas moins de six buts, un autre entre le sixième et le septième du classement et le premier point du KV Oostende, voici la sixième journée de championnat en bref. Nous faisons le point sur les modifications au classement.

Proximus ePro League : journée 5

Proximus ePro League : journée 5

Les soldes ont débuté et cela semble avoir inspiré les joueurs qui nous ont offert une pluie de buts. Après cinq journées de championnat nous pouvons désormais tirer les premières leçons.

Proximus ePro League : journée 4

Proximus ePro League : journée 4

Un match entre Anderlecht et le Standard, un duel pour le leadership entre Zulte Waregem et Saint-Trond, sans oublier des chocs pour le Club et Genk. Cette 4e journée de championnat de Proximus ePro League a été trépidante.

Proximus ePro League : journée 3

Proximus ePro League : journée 3

Une chose est certaine, aucune équipe n’est à l’abri d’une défaite cette saison. Un constat qui s’est vérifié lors de la troisième journée de championnat. La Gantoise et le Standard ont perdu pour la première fois et abandonnent leur place de leader. Anderlecht et le Club Bruges ont chacun subi une lourde défaite contre Charleroi et le STVV.

Proximus ePro League : journée 2

Proximus ePro League : journée 2

La tension est bien présente en Proximus ePro League, tant les équipes se valent. Un constat qui s’est vérifié lors de la deuxième journée de championnat, mais aussi au classement! Genk a partagé l’enjeu, tout comme le Club Bruges qui a également perdu ses premiers points. Plus bas, quatre équipes restent à zéro point, mais rien n’est perdu.

Proximus ePro League : journée 1

Proximus ePro League : journée 1

La première journée de compétition étant attendue de tous et à juste titre ! De nombreux buts et de belles surprises ont animé cette première salve de matchs.

Joueurs Proximus ePro League

Proximus ePro League: le Cercle mise sur un nouveau talent

Proximus ePro League: le Cercle mise sur un nouveau talent

Malgré de bons résultats, le Cercle de Bruges a préféré donner la chance à un nouveau joueur pour cette nouvelle saison d’ePro league! Un choix risqué mais justifié. La satisfaction était bien présente la saison dernière avec la qualification de Jason “OMG_IT_IS_JAY” Logghe pour les play-off de la toute première Proximus ePro League. Mais malgré ce bon résultat, les “Groen-Zwart” n’ont pas souhaité retenter l’aventure avec leur joueur. Un choix qui, à première vue semble risqué, mais que le club justifie suite à son processus de sélection. Bien que Jason ait retenté les qualifications cette année, il semblerait qu’un autre joueur ait tiré son épingle du jeu. Et ce, autant par son talent que par son attachement au club. Voor de gloednieuwe editie van de Proximus ePro League zal Lars Depoorter dit seizoen de trots van Cercle verdedigen! #eProLeague #eSports https://t.co/Yv4xtIXpri pic.twitter.com/p0vEze7ObL- Cercle Brugge (@cercleofficial) November 28, 2019 Lars “LarzZz42002” Depoorter sera le nouvel esportif du Cercle! Âgé de 17 ans, le jeune joueur est, semble-t-il, aussi doué sur les terrains de FIFA 20 que sur ceux du VV Koekelare en tant qu’arrière droit. Le défi sera pourtant de taille, car les places pour les play-offs ne seront réservées qu’aux six meilleurs joueurs de la phase classique. Et autant dire que les prétendants sont nombreux. Nous serons dès lors très attentifs à ce grand supporter du Cercle, qui compte bien pousser ses couleurs aussi loin que possible!

Proximus ePro League: Yannick à Waasland Beveren pour le plaisir

Proximus ePro League: Yannick à Waasland Beveren pour le plaisir

Pour sa seconde saison en ePro League, Waasland Beveren a décidé de miser sur un fan de longue date qui, plus que la performance, voudra profiter de cette expérience au maximum.Pas de pression du côté de la périphérie anversoise. Malgré une 12e place synonyme d’élimination directe lors de la saison 1, les dirigeants ont misé sur un jeune joueur qui compte principalement profiter de cette expérience unique. Fan du KSK Beveren depuis ses 5 ans, critère important pour le club, Yannick “yannickbraemnr10” Braem mesure la chance de porter le maillot des “Lions” sur les terrains de FIFA 20.Étudiant en éducation physique et joueur du KSV Temse en division 2 amateurs, le jeune homme de 19 ans possède déjà un agenda très chargé. Dès lors, Yannick s’entraîne principalement le week-end. Malgré cela, il a déjà remporté un tournoi 2v2 dans les travées du club. Conscient du niveau des joueurs engagés en Proximus ePro League, il espère surtout prendre un maximum de plaisir et le plus d’expérience possible.Évidemment, si l’opportunité se présente de réaliser un meilleur résultat que celui de Mathias “Matsu_matsu_9_” Vandewinkel lors de l’édition précédente, nous pourrons compter sur Yannick pour prendre la balle au bond!

Proximus ePro League : le KV Mechelen aligne un Néerlandais

Proximus ePro League : le KV Mechelen aligne un Néerlandais

À la lutte cette saison pour les play-offs en Jupiler Pro League, le KV Mechelen va faire son entrée dans la Proximus ePro League cette année. Promu en première division, le club prend très au sérieux le sport électronique et a même ouvert une section dédiée ! Nous verrons donc les “Sang & Or” en 2020 sur FIFA mais également League of Legends. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le KV Mechelen a décidé de s’investir à fond sur la scène esportive belge ! Après l’annonce de l’ouverture d’une section entièrement dédiée à la cause, ce sont deux joueurs qui ont été officialisés pour cette saison de la Proximus ePro League. Miran Salim, responsable de la section “gaming” du club, le représentera également en tant que joueur professionnel. Il accède donc ainsi directement à la phase de play-offs de la compétition. Afin de s’assurer une visibilité maximale, le club a également choisi de recruter un joueur amateur afin de disputer la phase classique de la Proximus ePro League. Welcome to the team Joas Joas will represent @kvmechelen as amateur in the Proximus ePro League. Good luck! #teamAUSY pic.twitter.com/vUBUfXDfOZ- KV Mechelen Esports (@KVM_Esports) December 5, 2019 Après un tournoi de qualification organisé sous forme de diverses épreuves à points se terminant par un ultime match face à Miran, les dirigeants ont porté leur dévolu sur le Hollandais Joas Drost. Le jeune homme de 17 ans, venu pour l’occasion avec son père et son frère, s’est imposé 1 à 0 face au joueur professionnel du KV Mechelen et aura ainsi su démontrer tout son potentiel à son futur coéquipier et responsable. Pour l’anectode, Joas a par le passé tenté de représenter l’Ajax et le PSV en eDivisie, l’équivalent néerlandais de notre ePro League. Ce choix s’avérera-t-il payant pour le club? Nous aurons très vite la réponse !

Proximus ePro League: Courtrai double la mise

Proximus ePro League: Courtrai double la mise

Toujours considéré comme un club solide de division 1, Courtrai s’est également distingué sur les terrains virtuels de la première Proximus ePro League. Le club entame désormais sa deuxième saison sur FIFA 20 avec un second joueur. Lors de la saison 2018-2019, le “VeeKaa” s’était engagé avec un seul esportif en la personne de Manse “Manse01” Bogaerts. Le joueur avait d’ailleurs fait sensation en décrochant la seconde place de la phase classique et en échouant de peu pour le carré final, juste derrière Zakaria “Emperatoor” Bentato. Cette saison, directement qualifié pour la phase finale, le joueur visera directement les demi-finales! C’est dans la dynamique de cette spirale positive que le club a engagé un nouveau joueur amateur. Il s’agit d’Arne “ArneM” Miechielssens. En provenance d’Avelgem, ce véritable fan de foot et de FIFA tentera de réitérer la performance de son coéquipier, et pourquoi pas de viser encore plus haut. ArneM en Manse01 zullen samen KV Kortrijk vertegenwoordigen in de ePro League! https://t.co/J8GMZlcYxQ #COYR #eProLeague- KV Kortrijk (@kvkofficieel) December 6, 2019 Sa motivation est d’autant plus forte qu’il pourra représenter le club de sa région. De ses propres mots, son principal avantage réside en sa forte résistance au stress. Un atout majeur dans une compétition aussi intense que l’ePro League. Autre force pour le nouveau venu, son entente avec Manse. Si les deux joueurs ne se connaissaient pas avant l’arrivée d’Arne, les deux compères se préparent ensemble dans l’objectif de porter leurs couleurs le plus loin possible!

Proximus ePro League : Zulte Waregem mise sur l’expérience

Proximus ePro League : Zulte Waregem mise sur l’expérience

Étonnant sixième de notre championnat, Zulte Waregem a dû revoir ses objectifs à la hausse au vu de ses bons résultats. Qualifié la saison passée en play-offs de la Proximus ePro League, le club compte bien réitérer la performance cette année. Encore mieux, Zulte a recruté pour cette saison deux joueurs afin de mettre toutes les chances de son côté !Nicolas “Nycom” Persoons, joueur amateur lors de la saison précédente, aura su porter haut les couleurs de Zulte Waregem. Après une quatrième place synonyme de qualification en play-offs, il terminera finalement troisième de son groupe derrière le futur champion Quentin “ShadooW” Vande Wattyne et le Brugeois Geoffrey Meghoe.C’est précisément ce dernier que Zulte a décidé de recruter cette année en tant que joueur amateur. Nycom évoluera lui en tant que joueur professionnel du club cette saison. © Zulte Waregem La saison dernière et après une demi-finale perdue sur le fil contre le représentant du Sporting d’Anderlecht, Geoffrey “Blakerevenge” Meghoe aura certainement tapé dans l’œil de nombreux clubs. C’est finalement vers Zulte Waregem que son choix s’est porté.L’homme a un profil atypique par rapport à ses concurrents : âgé de 28 ans, il ne s’est mis à FIFA qu’il y a trois ans. Cela ne l’a pas empêché de participer à une FUT Champions Cup sur FIFA18 et terminer à de nombreuses reprises dans le top 100 des week-ends FUT Champions. Nous sommes donc là en présence d’un sérieux client à la qualification en play-offs et pourquoi pas d’un exploit en phase finale !Les deux représentants du “Essevee” connaissent déjà la compétition et ont engrangé l’expérience nécessaire la saison passée pour viser le podium cette année !

Proximus ePro League : Genk assure le coup

Proximus ePro League : Genk assure le coup

Le KRC Genk a entamé sa course aux play-offs en Jupiler Pro League. Désormais relégué à trois points de la sixième place tant convoitée, le club va également devoir mettre les bouchées doubles s’il veut passer la phase classique de la Proximus ePro League. Champion de Belgique en titre en Jupiler Pro League, le KRC Genk n’a pas connu le même succès sur FIFA19. Ayant terminé la précédente phase classique de la ePro League à une décevante onzième place, le club doit aujourd’hui assumer son statut de meilleure équipe en 2019 et au minimum qualifier son joueur pour les play-offs. Les dirigeants ont donc joué la carte de la sécurité en recrutant Abdullah Waiss. Le jeune Belge de 17 ans et originaire de Genk est bien connu de la scène FIFA en Belgique. Ayant déjà remporté de nombreux titres dont la Ziggo eBattle organisée par l’Ajax d’Amsterdam et qui lui aura permis de participer au bootcamp en Floride avec les joueurs FIFA19 du club, Abdullah va représenter le KRC Genk en tant que joueur amateur. Een 30-0 streak in de Weekend League afgelopen weekend. Een 79ste plaats (Weekly) en 43ste plaats (Monthly) wereldwijd….Posted by KRC Genk on Thursday, December 5, 2019 Également abonné aux 30-0 en Fut Champions, il fait régulièrement partie des cent meilleurs joueurs au monde à la fin des week-ends auxquels il participe. Le KRC Genk a donc recruté une pépite, Abdullah ayant les aptitudes pour être potentiellement recruté en tant que joueur professionnel dans n’importe quelle autre équipe. Fier de représenter le club de sa ville, notre compatriote devrait logiquement faire partie des six qualifiés pour les play-offs, et pourrait même jouer les trouble-fêtes pour le titre final ! Messieurs les professionnels, vous voilà prévenus !

Proximus ePro League: Vincinator à l’Antwerp pour son plus grand défi

Proximus ePro League: Vincinator à l’Antwerp pour son plus grand défi

Après avoir terminé dans le ventre mou de la précédente Proximus ePro League, l’Antwerp a de nouveau misé sur l’humain en sélectionnant un jeune étudiant qui découvrira sa toute première grosse compétition sur FIFA. Évidemment, participer à l’ePro League n’est jamais dû au hasard! Outre la nécessité de performer durant les tournois qualificatifs, la personnalité des joueurs fait partie des critères importants pour les clubs de Pro League! Un point qui s’est avéré capital lors de la sélection de Vincent “vincinator1” Liégeois par le FC Antwerp. Arrivé troisième des qualifications, l’étudiant en médecine à l’Université d’Anvers possédait le profil idéal pour le club. Fan de longue date du “Great Old”, Vincent sait que sa tâche sera ardue. Et pour cause, il reconnait volontiers son manque d’expérience à ce niveau de compétition. Mais du haut de ses 23 ans, le Berchemois a la tête bien sur les épaules et compte défendre corps et âme les couleurs du matricule 1. Si l’envie de faire mieux, que la 9e place en phase classique de son prédécesseur, est bien présente, son objectif principal reste de prendre un maximum de plaisir et de se frotter aux meilleurs joueurs du pays. Et cela ne fait aucun doute!

Proximus ePro League: Laurientes, un ancien champion de Belgique pour le Club Bruges

Proximus ePro League: Laurientes, un ancien champion de Belgique pour le Club Bruges

Désormais engagé dans les compétitions internationales de FIFA 20, le Club Bruges n’aura, cette saison, qu’un représentant en Proximus ePro League. S’il y a bien un club qui voudra prendre sa revanche cette année, c’est le Club Bruges! En effet, les deux joueurs Blauw en Zwart engagés lors de la première saison d’ePro League s’étaient retrouvés dans le carré final. Mais face à ShadooW, le futur champion et Emperatoor du Sporting d’Anderlecht, leur aventure s’arrêtait là! Cette année, un seul joueur reprendra le flambeau sur la scène nationale. Il s’agit de Laurens “Laurientes” Geenens. Habitant à Oudenaarde et fervent supporter du Club, il possède déjà un beau petit palmarès sur le jeu FIFA. Ancien joueur de la structure réputée LowLandLions, trois fois champion de Belgique avant 2010 et quatrième au championnat du monde de 2007, Laurientes pourrait être la grande surprise de cette deuxième édition! Presenting: #Laurientes, our #eProLeague Player for this season! Make us proud, Laurens! #FIFA20 pic.twitter.com/ETqqMzdE6k— Club Brugge eSports (@eClubBrugge) December 6, 2019 En tout cas, le jeune homme de 28 ans fera partie des joueurs les plus âgés et pourra sans aucun doute faire valoir sa grande expérience. Toujours est-il que celui qui travaille pour Samsonite, l’un des sponsors du Club Bruges, se fixe les play-off comme principal objectif avant, qui sait, de forcer son destin…

Proximus ePro League: Sheva au Standard avec le champion en titre

Proximus ePro League: Sheva au Standard avec le champion en titre

L’été dernier, le Standard de Liège frappait un grand coup sur le marché des transferts avec le recrutement de Quentin “ShadooW” Vande Wattyne, le champion en titre de la Proximus ePro League. Il ne leur restait dès lors plus qu’à sélectionner un joueur amateur. Un choix qui s’est porté sur Sheva. C’est avec la volonté de franchir un nouveau palier esportif que les dirigeants liégeois ont accueilli, en juin dernier, leur nouveau joueur pro sur FIFA 20, Quentin “ShadooW” Vande Wattyne. Premier vainqueur de l’ePro League, l’ancien pensionnaire du Royal Excel Mouscron aura à cœur de réitérer son exploit avec le maillot des Rouches cette fois-ci. Bien entouré, il sera accompagné de Timour “Sheva” Warrimont. Passé par les tournois qualificatifs du stade Maurice Dufrasne, le jeune joueur résidant à Herstal n’est pas un inconnu des compétitions belges. Vainqueur de la YesWeLan en duo avec… ShadooW, Timour a également remporté le tournoi du MediaMarkt de sa ville, qu’il a par la suite représenté lors de la finale nationale à Anvers. Bienvenue à @Sheva17z qui représentera nos couleurs lors de la phase classique de la ePro League Welkom aan @Sheva17z die onze kleuren zal verdedigen in de reguliere competitie van de ePro League #eSports #RSCL pic.twitter.com/s5ySMzAvcj- Standard de Liège (@Standard_RSCL) December 5, 2019 Devenu joueur amateur officiel du Standard de Liège, ce jeune diplômé en éducation physique est désormais entré dans une toute nouvelle dimension. Si son premier objectif est de décrocher l’une des six places qualificatives de la phase classique, l’esportif de 24 ans espère ensuite pousser son aventure au-delà des poules de la phase finale, aux côtés de son coéquipier de renom. Et pourquoi pas marquer cette deuxième saison de son empreinte.

Proximus ePro League: à Eupen, Sven a hâte de se mesurer aux meilleurs

Proximus ePro League: à Eupen, Sven a hâte de se mesurer aux meilleurs

À quelques jours des fêtes de fin d’année, le KAS Eupen se prépare autant pour son prochain match face à Genk que sur les terrains virtuels. Et pour cause, la Proximus ePro League arrive à grands pas et son nouveau joueur FIFA 20 a hâte d’en découdre. Si quelques clubs possèdent deux joueurs engagés en ePro League, un pro et un amateur, ce n’est pas le cas des Germanophones. Tout comme la saison dernière, un seul esportif représentera les Pandas. Issu des tournois qualificatifs et sélectionné parmi les quatre derniers candidats en lice, Sven Mertens aura la responsabilité de réaliser un meilleur résultat que la 14e place de Pedro “PEDRO_DEL_ROSA10” Pereira, son prédécesseur. E-Pro LeagueDer 21-jährige Eupener Sven Mertens startet für die KAS Eupen Sven Mertens, 21 ans, d’Eupen, au départ pour la KAS Eupenhttp://bit.ly/2OyUoNLPosted by KAS Eupen on Friday, November 29, 2019 Engagé dès la phase classique et donc obligé de se classer parmi les six meilleurs pour atteindre la phase finale, Sven, de pseudo SvenRoasted, trépigne d’impatience de se mesurer aux meilleurs de sa discipline. S’il se dit habitué de FIFA et de ses tournois, le jeune eupenois, encore méconnu au niveau national, s’engage tout de même dans un défi de taille. À 21 ans, celui qui fera véritablement partie des découvertes de la saison 2, aura fort à faire face à quelques noms déjà bien expérimentés sur la scène belge. Toujours est-il que de bons résultats et pourquoi pas une qualification pour le tour suivant pourraient bien propulser la carrière de la nouvelle recrue locale, qui a à cœur de montrer de quel bois il se chauffe.

Proximus ePro League : priorité au niveau de jeu à Saint-Trond

Proximus ePro League : priorité au niveau de jeu à Saint-Trond

Saint-Trond avait failli réussir l’exploit de se qualifier pour la phase de play-offs lors de la précédente saison de la Proximus ePro League. Fort de cette expérience, le club aura certainement à cœur cette année de faire mieux. À la traîne en Jupiler Pro League, le club de Saint-Trond va tenter une nouvelle fois sa chance afin de se qualifier pour la phase de play-offs de cette nouvelle saison de la Proximus ePro League. N’ayant pas engagé de joueur professionnel, toute la pression reposera sur les épaules du joueur “amateur”. Le club a donc organisé un tournoi de qualification unique, où le vainqueur était directement sélectionné pour représenter le club en ePro League cette saison. Choix pour le moins interpellant de la part des dirigeants qui ont préféré se baser uniquement sur le niveau des joueurs présents, sans prendre la peine d’avoir un entretien individuel avec les meilleurs d’entre eux. C’est donc le jeune Elias “Zayror” Bray, 18 ans et originaire de Tournai, qui s’est montré le plus fort et qui a donc automatiquement reçu la confiance de Saint-Trond. @ZayroR_FIFA e-Pro League speler voor STVV! Meer info via https://t.co/RHX34OaCnV.#STVV #eProLeague #ZayroR pic.twitter.com/N7COOf5K8g- STVV (@stvv) December 3, 2019 Elias a déjà fait quelques belles places d’honneur lors de différents tournois en Belgique, dont une victoire au Shopping Cora Esports Tour d’Anderlecht cette année et une deuxième place lors de la dernière LouvardGame de la saison (en perdant en finale contre le représentant du Sporting de Charleroi). La fougue et les ambitions du jeune homme devraient le pousser à réaliser de bons résultats lors de cette phase classique de la Proximus ePro League. Un joueur à tenir à l’œil !

Proximus ePro League : l’Excel Mouscron pour le doublé

Proximus ePro League : l’Excel Mouscron pour le doublé

Naviguant cette saison dans le ventre mou du classement de la Jupiler Pro League, l’Excel Mouscron va remettre son titre virtuel en jeu cette année lors de la deuxième saison de la Proximus ePro League. Afin de tenter de conserver sa couronne, le club a décidé de recruter deux joueurs afin de mettre toutes les chances de son côté.Le champion en titre, Quentin “ShadooW” Vande Wattyne, ayant été transféré au Standard de Liège, l’Excel Mouscron a dû lui trouver un remplaçant de choix.Plutôt que de repartir à zéro avec un tout nouveau joueur, le club a décidé de promouvoir leur ancien joueur “amateur”, Anthony “REGO” Rochetti, au rang de professionnel. Il accède ainsi directement à la phase de play-offs de la compétition.L’Excel s’est également mis à la recherche d’un joueur pour disputer la phase classique. Après un tournoi de qualification ayant attiré une vingtaine de joueurs seulement, quatre d’entre eux ont été sélectionnés pour l’entretien final. Valentin Yzerbyt: nouveau e-player Royal Excel MouscronLe Royal Excel Mouscron a recruté un nouveau e-player amateur: Valentin Yzerbyt Retrouvez le reportage de Notélé Sport ci-dessous ! Posted by Royal Excel Mouscron on Thursday, December 19, 2019 C’est Valentin “RMPVal” Yzebyt qui a su se démarquer et intégrer le club en tant que joueur “amateur”. Le Mouscronnois de 24 ans, supporter du club depuis son enfance et abonné à ce dernier, a su montrer son attachement à ses couleurs et ainsi convaincre les dirigeants mouscronnois.Habitué des podiums en tournoi, Valentin a reçu sa vérification de joueur de la part de l’éditeur du jeu et compte ainsi participer à certaines qualifications menant à de grands tournois internationaux.L’Excel Mouscron possède donc deux joueurs ambitieux et expérimentés, deux qualités essentielles pour conserver le titre à la maison !

Proximus ePro League : le KV Ostende renouvelle sa confiance

Proximus ePro League : le KV Ostende renouvelle sa confiance

Le début de la Proximus ePro League se fait de plus en plus sentir et bon nombre d’équipes auront à cœur de faire mieux que leur début de saison en Jupiler Pro League. Le KV Ostende en fait partie et a officialisé son joueur pour la phase classique de la compétition virtuelle. Flottant en bas de classement de la division 1, les “Kustboys” vont devoir présenter un meilleur visage en Proximus ePro League. Le club a en tout cas renouvelé sa confiance à Kevin “DNS” Lenglet afin de tenter de redonner des couleurs aux supporters lors de la phase classique de la compétition virtuelle. Breaking News @Dns2311, le joueur de la #TeamApero représentera officiellement le @kvoostende durant la ePro League sur #FIFA20 organisé par @proximusesports pic.twitter.com/I127ABoumW- FUT with Apero (@FUTwithApero) November 22, 2019 Ostende n’ayant pas présenté de joueur professionnel à la Fédération, tous les espoirs du club vont donc résider dans une bonne performance et une qualification en play-offs de son joueur “amateur”. Kevin, trentenaire et heureux papa d’un petit garçon, avait déjà représenté le club la saison dernière lors de la phase classique. Il y avait malheureusement terminé à la septième place, à une position donc de la qualification en play-offs. Cette année, le Bruxellois aura donc à cœur de prendre sa revanche et de passer une étape supplémentaire dans la compétition. Présent sur le jeu depuis FIFA94, il aura su à nouveau séduire les dirigeants par son expérience, sa capacité à communiquer en trois langues et son niveau de jeu affiché lors des qualifications du club. Vu le potentiel de ses futurs adversaires cette année en phase classique, Kevin va devoir jouer à son meilleur niveau s’il veut espérer décrocher une place en play-offs.

Proximus ePro League : les Mauves en taille patron

Proximus ePro League : les Mauves en taille patron

Après un départ catastrophique en Jupiler Pro League, le Sporting d’Anderlecht espère bien faire beaucoup mieux sur les terrains virtuels. Pour mettre toutes les chances de leur côté, ils ont recruté un joueur de choix pour les représenter dans la phase classique de la Proximus ePro League. Finaliste en titre de la compétition la saison dernière grâce à Zakaria “Emperatoor” Bentato, les Mauves espèrent bien rééditer l’exploit cette année. Le club s’en est en tout cas donné les moyens en recrutant Bryan Moeyaert, joueur bien connu de la scène esportive belge et au palmarès plus qu’impressionnant. Il rejoint ainsi Zakaria, qui a gardé la confiance du club pour une année supplémentaire en tant que joueur professionnel. I can finally announce that i will represent @rscanderlecht in the EProLeague and the EClubWorldCup this FIFA season lets do this @zakbentato pic.twitter.com/PrKYEt0GpT- Bryan Moeyaert (@BMoeyaert) November 26, 2019 Rappelons que Bryan avait remporté l’année dernière le Hello Bank! FIFA Masters organisé par le Sporting d’Anderlecht. Une manière comme une autre de laisser sa carte de visite au club. Il s’agit là en tout cas d’une excellente opération de la part du RSCA puisque l’homme est actif sur la scène esportive depuis plus de dix ans et possède donc de l’expérience à revendre ! Les deux joueurs n’ont d’ailleurs pas tardé à être mis à contribution puisqu’ils tentent actuellement de se qualifier pour la FIFA eClub World Cup, où ils sont pour le moment en division 2 de l’étape de qualification. Nous sommes certainement là en présence d’un favori à la victoire finale lors de la phase classique et pourquoi pas prolonger le succès lors des playoffs de la compétition !

Proximus ePro League : la jeunesse au pouvoir chez les Zèbres

Proximus ePro League : la jeunesse au pouvoir chez les Zèbres

La Proximus ePro League approche à grands pas et les équipes officialisent les unes après les autres leur représentant pour la phase classique de cette nouvelle saison. C’est au tour du Sporting de Charleroi d’entrer la danse. Surprenants cinquièmes de la Jupiler Pro League à seulement deux points de la deuxième place et avec un match de retard, les Zèbres auront certainement à cœur d’entamer la ePro League de la même manière ! © Benjamin Meulemans Le jeune Matthias “MatthaX” Rousselet, seize ans à peine, monte en grade et devient le joueur professionnel du Sporting grâce à ses bons résultats cette saison. Il est rejoint par Florian “Didista” Vandamme, vingt ans et originaire de Fleurus. Il aura la lourde tâche de représenter les Zèbres dans la phase classique de la compétition. Les deux carolos auront pour mission de faire aussi bien que lors de la saison passée où les deux joueurs s’étaient retrouvés en playoffs. Florian Vandamme est le nouveau joueur esports du Sporting #RCSC #esport #eproleague @florsc1904 @RCSC_MatthaX @proximusesports https://t.co/8cSRWrEHxE pic.twitter.com/OhI7TeosDF- RCSC Officiel (@SportCharleroi) November 28, 2019 Repéré grâce au tournoi de qualification du club, Florian aura su convaincre les dirigeants qu’il était un Zèbre dans l’âme. Abonné depuis plus de quinze ans au Sporting de Charleroi, son profil collait parfaitement aux exigences du staff qui cherchait à recruter un vrai supporter pour les représenter. C’est chose faite ! La moyenne d’âge des deux joueurs étant de dix-huit ans, on peut largement prédestiner un avenir radieux aux Zèbres sur la scène esportive belge.

Proximus ePro League: Maxime possède l’âme des Buffalos

Proximus ePro League: Maxime possède l’âme des Buffalos

À l’instar des 15 autres clubs de foot pros engagés en Proximus ePro League, Gand a jeté son dévolu sur deux joueurs pour la nouvelle saison qui se déroulera sur le jeu FIFA 20. Durant les jours à venir, nous vous présenterons les représentants de chaque club. Début de notre petit tour du côté de la Ghelamco Arena! Solide en Pro League, le KAA Gent a bon espoir de réitérer ses performances sur les terrains… virtuels ! Pour atteindre leurs objectifs, les dirigeants ont renouvelé leur confiance en Robin “MR-Robz-_-” Sleeuwagen, leur joueur pro, qui, cette édition, sera accompagné de Maxime “ClocherZ” Goyvaerts. Leur nouveau joueur amateur engagé au terme d’un processus de sélection terriblement relevé. Car, bien plus que son talent d’esportif, ClocherZ incarnera également l’âme des Buffalos lors de la deuxième saison de la Proximus ePro League qui débutera dans les jours à venir. Proficiat Robin en Maxime Zij verdedigen de kleuren van KAA Gent dit seizoen in de ePro League!_____#eSports #eProLeague https://t.co/ksvGEgFJnK- KAA Gent (@KAAGent) December 3, 2019 Après deux tournois qualificatifs, une journée composée d’une entrevue personnelle et de duels entre les finalistes, dont un face à Robin, Maxime est parvenu à convaincre ses nouveaux dirigeants. Âgé de 21 ans et étudiant en droit à l’Université de Gand, Maxime ne se rendra désormais plus seulement au stade en tant que supporter de Depoitre et compagnie, mais bien comme membre à part entière de son club de cœur ! S’il s’agit là d’une consécration pour ce jeune esportif, qui n’avait pas été retenu lors de la saison dernière, il devra néanmoins passer par la phase préliminaire de l’ePro League pour espérer rejoindre son coéquipier dans le tableau final des play-off. Il fera donc équipe avec Robin, qui, lui, évoluera une seconde fois sous la bannière des Buffalos. De son côté, le jeune homme de 26 ans espère réaliser mieux que sa sixième place lors de la défunte saison. Et pourquoi pas renverser Quentin “ShadooW” Vande Wattyne, le champion en titre.

Tout sur FIFA

Voir tout
Proximus ePro League : quel bilan tirer à la mi-saison?

Proximus ePro League : quel bilan tirer à la mi-saison?

La septième journée de la phase classique de la Proximus ePro League s’est jouée ce week-end et marquait la fin de la première moitié de celle-ci. Quels bilans pouvons-nous déjà en tirer? Quelles sont les bonnes surprises mais aussi les déceptions de ce début d’année? Voyons tout cela ensemble, journée par journée…Vincent “vincinator1” Liégeois | FC Antwerp | https://www.proximus.be/pickx/fr/2008159/proximus-epro-league-vincinator-a-l-antwerp-pour-son-plus-grand-defi L’Antwerp ayant misé sur un joueur avec très peu d’expérience sur la scène esportive, le club ne nourrissait pas de grandes ambitions pour cette saison de Proximus ePro League.Après un départ raté face à Maxime “ClocherZ” Goyvaerts de La Gantoise et une défaite 1 à 3, l’Anversois n’aura jamais réussi à rivaliser avec ses adversaires lors de cette première moitié de championnat.En effet, malgré des matchs plus équilibrés face au KV Mechelen et à Eupen, mais tout de même perdus, l’Anversois ne va malheureusement marquer aucun point lors de ses sept premières rencontres. Il détient même le triste record de la plus lourde défaite avec un 1-7 face à Elias “Zayror” Bray de Saint-Trond.Le “Great Old” est d’ores et déjà éliminé de la course aux playoffs !Kevin “DNS” Lenglet | KV Ostende | https://www.proximus.be/pickx/fr/2007748/proximus-epro-league-le-kv-ostende-renouvelle-sa-confiance Le KVO avait décidé de renouveler sa confiance en son joueur amateur déjà présent la saison dernière. Le trentenaire, également membre de la Team Apero, n’aura pas su faire parler son expérience au cours de cette première partie de saison.Une courte défaite face au Club de Bruges lors de la première journée (2-1) augurait malgré tout de bonnes choses de la part du côtier.Il aura finalement fallu attendre la sixième journée de championnat avant que le joueur ne marque son premier point. Après des défaites contre Anderlecht, Eupen, La Gantoise et Malines, c’est face au Zèbre Florian “Didista” Vandamme qu’il va réussir à accrocher ce point salvateur. D’autant que le Carolo était dans une bonne série de victoires consécutives.Reboosté par sa prestation, “DNS” va enchaîner un deuxième match nul face à Waasland-Beveren, ce qui le place avant-dernier du classement à mi-parcours avec deux petits points seulement. Le top 6 semble en toute logique inatteignable pour lui.Valentin “RMPVal” Yzebyt | Excel Mouscron | https://www.proximus.be/pickx/fr/2007769/proximus-epro-league-l-excel-mouscron-pour-le-double Le champion en titre, Mouscron, avait bien l’intention de défendre son titre cette année. En plus d’un joueur professionnel, le club a décidé de faire confiance à un fervent supporter du club pour le représenter dans la phase classique de cette Proximus ePro League.Malheureusement, son amour indéfectible du club et sa bonne volonté n’auront pas suffi au joueur pour faire bonne figure lors de ce début de saison.Une douloureuse défaite 0 à 6 face à Abdullah Waiss de Genk va directement calmer les ardeurs du jeune Mouscronnois.Qu’à cela ne tienne, il aura su apprendre de ses erreurs puisqu’il va réaliser ensuite un encourageant match nul 3 partout face au FC Bruges. Boosté par ce résultat, il va même se permettre, la semaine d’après, de battre le représentant du Standard de Liège par un but d’écart (3 à 2).On pensait alors “RMPVal” parti vers les sommets pour créer l’exploit. Malheureusement pour lui, quatre défaites successives l’attendaient, dont la majorité par une but d’écart seulement. Avec quatre points dans sa poche, seule une deuxième partie de saison parfaite lui permettrait peut-être de titiller la sixième place synonyme de qualification en playoffs.Sven “SvenRoasted” Mertens | Eupen | https://www.proximus.be/pickx/fr/2007942/proximus-epro-league-a-eupen-sven-a-hate-de-se-mesurer-aux-meilleurs Seul représentant des “Pandas” cette saison, “SvenRoasted” avait la responsabilité de tout un club sur les épaules concernant la Proximus ePro League.Peu habitué à ce genre de compétition, l’Eupenois a directement été plongé dans le grand bain face à Timour “Sheva” Warrimont. Une défaite 1 à 4 lui a tout de suite donné le ton. Après une courte défaite face à Zulte lors de la journée suivante, “SvenRoasted” a engrangé sa première victoire face à Ostende à l’occasion de son troisième match.La saison du jeune homme était donc enfin lancée et cela a eu le mérite de lui donner un regain de confiance. Il va en effet enchainer avec une deuxième victoire d’affilée face à l’Antwerp.Malheureusement pour lui, le feu sacré va s’éteindre et il va terminer cette première partie de championnat avec un décevant un point sur neuf ! Trop court que pour viser une place dans le haut du classement.Lars “LarzZz42002” Depoorter | Cercle de Bruges | https://www.proximus.be/pickx/fr/2008635/proximus-epro-league-le-cercle-mise-sur-un-nouveau-talent Équipe surprise des playoffs l’an passé, le Cercle de Bruges espérait bien rééditer l’exploit cette saison ! C’est le jeune Lars “LarzZz42002” Depoorter, 17 ans à peine, qui a été chargé de cette mission.Après un mauvais départ et deux défaites concédées, le Brugeois va marquer ses premiers points en battant le redoutable joueur Genkois sur le plus petit écart. C’est un magnifique résultat pour ce joueur débutant.Lars va malheureusement être ramené les pieds sur terre la journée suivante en perdant sèchement 4 à 1 face au Sporting de Charleroi. Un match nul face à Zulte Waregem, une défaite face à Courtrai et une victoire face à l’Antwerp va lui permettre de terminer la première moitié de compétition à la douzième place. Pas si mal pour un joueur sans réelle expérience de la compétition !Yannick “yannickbraemnr10” Braem | Waasland Beveren | https://www.proximus.be/pickx/fr/2008610/proximus-epro-league-yannick-a-waasland-beveren-pour-le-plaisir Le club a décidé cette saison de miser sur un supporter de la première heure. Derrière son équipe depuis l’âge de cinq ans, il a aujourd’hui la possibilité de faire briller les couleurs de son club de cœur en Proximus ePro League.Plus qu’un réel résultat final, c’est surtout un maximum d’expérience que le joueur espère obtenir lors de ce championnat. Pour une première, on peut dire que c’est une petite réussite pour le Waaslandien.Ayant débuté l’ePro League par une victoire, il va ensuite réussir à battre l’Antwerp et à faire match nul face à Ostende pour monter son compteur de points à sept unités.Yannick a de nombreuses raisons de se réjouir puisqu’il aura su démontrer un niveau de jeu tout à fait intéressant et faire trembler quelques favoris. Cette onzième place provisoire est déjà certainement une petite victoire en soi pour lui.Geoffrey Meghoe | Zulte Waregem | https://www.proximus.be/pickx/fr/2008271/proximus-epro-league-zulte-waregem-mise-sur-l-experience Geoffrey a fait office de bon élève la saison dernière en ePro League. Demi-finaliste malheureux, c’est vers le “Essevee” qu’il s’est dirigé cette année.Faisant partie des prétendants sérieux au top 6 avant le début de la compétition, il s’est finalement révélé être l’une des déceptions de ce début de saison.Avec neuf petits points seulement au compteur à la fin de la septième journée, Geoffrey stagne à la dixième place du classement. Bien insuffisant par rapport à son potentiel.Surpris par le jeune Joas Drost de Malines lors du premier match, il n’aura su faire mieux qu’un 1-1. Pas idéal pour entamer un grand tournoi. Il aura néanmoins su venir à bout d’Eupen et de La Gantoise mais va enchainer beaucoup trop de matchs nuls que pour intégrer la première partie du classement.Reste à espérer que la cinglante défaite 1 à 5 face au FC Bruges lors de la sixième journée n’ait pas laissé trop de traces dans l’esprit du joueur.Arne “ArneM” Miechielssens | Courtrai | https://www.proximus.be/pickx/fr/2008338/proximus-epro-league-courtrai-double-la-mise Deuxième de la phase classique l’an passé, Courtrai espère faire aussi bien cette année. Arne “ArneM” Miechielssens, sans réel palmarès jusqu’à présent, sera chargé d’y arriver.Le match d’ouverture face au Sporting d’Anderlecht, conclu sur le score d’un partout, était plutôt encourageant pour le joueur. Il aura cependant fallu attendre la quatrième journée pour voir la première victoire se dessiner pour Courtrai.Véritable déclic, Arne a alors enchainé deux victoires après cela, lui permettant d’atteindre une belle dixième place au classement général, à trois petits points seulement du top 6 !Une bonne deuxième partie de saison lui permettrait d’atteindre les playoffs et ainsi y rejoindre son équipier Manse “Manse01” Bogaerts.Bryan Moeyaert | Sporting d’Anderlecht | https://www.proximus.be/pickx/fr/2007590/proximus-epro-league-les-mauves-en-taille-patron Les Mauves, à la traîne en championnat, comptaient bien faire mieux en ePro League. Faisant confiance à l’expérimenté Bryan Moeyaert, le club a tenté de mettre toutes les chances de son côté.Les choses ne se sont pas aussi bien passées que prévu puisque nous sommes là en présence d’une des véritables déceptions de ce début de saison. L’homme, pourtant sur la scène esportive depuis de longues années, possède un palmarès impressionnant et nous a habitué à truster le haut du panier.Pourtant, avec 2 matchs nuls, 2 défaites et 3 victoires, Bryan n’a pas réussi à atteindre le top 6 en cette première moitié de championnat.Certainement très loin de ses objectifs, il va devoir se reprendre pour les journées à venir sous peine de ne pas atteindre les playoffs !L’homme pourra tout de même se féliciter de ne pas avoir perdu le classico face au Standard de Liège (1-1) et d’avoir remporté la victoire face au Club de Bruges (4-2).La situation n’est cependant pas désespérée pour l’Anderlechtois qui n’est qu’à deux points des playoffs.Laurens “Laurientes” Geenens | Club de Bruges | https://www.proximus.be/pickx/fr/2008126/proximus-epro-league-laurientes-un-ancien-champion-de-belgique-pour-le-club-bruges Ayant propulsé deux joueurs dans le dernier carré la saison précédente, le Club nourrissait de grands espoirs cette année. Il a donc choisi de miser sur un ancien champion du monde pour cette édition de la Proximus ePro League !On peut également considérer que “Laurientes” a été une demi-déception lors des sept premières rencontres. N’ayant pas su imposer sa domination, il est, pour le moment, relégué à une place du top 6, en embuscade pour tenter de grappiller une position ou l’autre.Malgré des résultats dans l’ensemble positifs, on pouvait attendre mieux d’un joueur de ce calibre.Surtout lorsque l’on sait qu’il est resté invaincu jusque la troisième journée. Il mettra alors deux rencontres supplémentaires avant de retrouver le goût de la victoire face à La Gantoise.Avec 11 points sur 21, le Brugeois va devoir passer la seconde s’il veut espérer continuer l’aventure…Maxime “ClocherZ” Goyvaerts | La Gantoise | https://www.proximus.be/pickx/fr/2007528/proximus-epro-league-maxime-possede-l-ame-des-buffalos Énormément d’espoirs ont été placés dans le jeune Maxime de la part du club. Et pour cause, ce dernier a su réussir les nombreuses épreuves de qualification organisées par les Buffalos.Le joueur aura su remporter les points au bon moment et face à des adversaires directs, sans en perdre lors des rencontres importantes. Malgré une baisse de régime après quelques journées, il a réussi à tenir tête à quelques favoris afin de se classer sixième au classement provisoire.Une sévère défaite face au Club de Bruges, un match nul et vierge face au Standard et une victoire face à Mouscron concluent la première moitié de saison du Gantois.Bien accroché au wagon de tête, “ClocherZ” peut être satisfait de sa prestation. Avec de la constance et un brin de réussite, ce sont les playoffs qui lui tendent désormais les bras.Joas Drost | KV Mechelen | https://www.proximus.be/pickx/fr/2008369/proximus-epro-league-le-kv-mechelen-aligne-un-neerlandais Malines a décidé de faire confiance à un jeune Néerlandais pour représenter ses couleurs lors de la phase classique.Ce jeune homme de 17 ans est l’une des bonnes surprises de ce début de championnat. Après un début timide et un nul face à Zulte Waregem, Joas va rester invaincu jusqu’à la septième journée ! En effet, seul Timour “Sheva” Warrimont du Standard de Liège sera arrivé à vaincre le redoutable Malinois !Sans faire de bruit, le jeune homme a réussi à accrocher une très belle cinquième place au classement provisoire et a démontré qu’il avait largement les capacités pour atteindre les playoffs en fin de phase classique.Florian “Didista” Vandamme | Sporting de Charleroi | https://www.proximus.be/pickx/fr/2007545/proximus-epro-league-la-jeunesse-au-pouvoir-chez-les-zebres Le Sporting de Charleroi avait réalisé une très belle saison l’an passé en qualifiant ses deux joueurs pour la phase de playoffs.Le club, très investi sur la scène esportive belge, est en passe de récréer l’exploit cette année.Malgré un premier match complètement raté, perdu sur un score de forfait face à Saint-Trond, Florian ne se sera pas démonté et aura su se remobiliser pour les journées suivantes. Piqué au vif après une telle déculottée, il va se venger sur le pauvre Yannick “yannickbraemnr10” Braem de Waasland-Beveren et remporter sa première victoire 4 à 1.Le Carolo a un jeu porté vers l’avant et ses 17 réalisations lors des sept premières rencontres le prouvent. Ce dernier va en tout cas rester invaincu après cette première journée, et ainsi terminer au pied du podium du classement provisoire.Timour “Sheva” Warrimont | Standard de Liège | https://www.proximus.be/pickx/fr/2007977/proximus-epro-league-sheva-au-standard-avec-le-champion-en-titre S’étant attaché les services du champion de Belgique en titre, le Standard espère réunir ses deux joueurs lors des playoffs. Ce sera en tout cas la tâche de Timour “Sheva” Warrimont en tant que joueur amateur.Après un départ canon et deux victoires d’affilée, le Rouche va baisser en régime et concéder une défaite et un match nul lors du Classico. Conscient de devoir élever son niveau de jeu, Timour va terminer la moitié de saison avec deux victoires et un nouveau match nul, portant son total de points à 14.Il se classe donc 3ème pour le moment au classement général et entretient ainsi l’espoir de se qualifier pour les playoffs.Abdullah Waiss | Genk | https://www.proximus.be/pickx/fr/2008252/proximus-epro-league-genk-assure-le-coup Abdullah Waiss a toutes les qualités pour intégrer n’importe quel club de Pro League en tant que joueur professionnel. Finalement arrivé à Genk en tant qu’amateur, la phase classique semblait largement à sa portée sur papier.Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le Belge a tenu son rang. Une défaite et deux nuls vont ternir son début de saison, mais les quatre victoires accumulées et ses 14 points le propulsent à la deuxième place du classement, à égalité de points avec le Standard de Liège, le Sporting de Charleroi et le KV Mechelen.La lutte s’annonce intense entre ces quatre clubs, aucun d’eux n’étant encore certain de faire partie des playoffs en fin de saison !Elias “Zayror” Bray | Saint-Trond | https://www.proximus.be/pickx/fr/2007788/proximus-epro-league-priorite-au-niveau-de-jeu-a-saint-trond Voici LA révélation de ce début de saison ! Le jeune Elias “Zayror” Bray, 18 ans, va survoler les sept premières rencontres de championnat en ne laissant aucune chance à ses adversaires !Avec six victoires et un match nul, le Trudonnaire réalise quasiment un sans-faute et s’est donc logiquement envolé au classement. Premier avec cinq points d’avance sur ses poursuivants, on ne voit pas comment les playoffs, voire même la première place finale, pourrait lui échapper !Elias possède également la meilleure défense et la meilleure attaque du championnat pour le moment avec 22 goals marqués contre 5 seulement encaissés !Notons tout de même que son seul match nul est arrivé face à son concurrent direct, Abdullah Waiss. Un duel à distance entre ces deux hommes risque donc de dynamiser la deuxième partie de saison.Est-ce qu’Elias va réussir l’exploit de terminer la phase régulière en restant invaincu?ConclusionCette première partie de la phase classique aura été palpitante, tant au niveau du jeu développé par les joueurs qu’aux nombreux retournements de situation qu’ils nous ont offerts.Si l’accès aux playoffs de la Proximus ePro League n’est pas encore déterminé clairement, un petit groupe de tête se détache tout de même de leurs concurrents. La Gantoise, Malines, le Sporting de Charleroi, le Standard, Genk et Saint-Trond semblent bien partis. Mais le Club de Bruges, le Sporting d’Anderlecht et Courtrai sont juste derrière à quelques points seulement du top 6 !Tout reste donc jouable dans cette partie du classement. En revanche, on peut déjà presque dire que s’en est terminé pour les autres équipes. Déjà relégués à minimum 4 points de la sixième place, la deuxième partie de compétition risque de leur être fatale. Une surprise n’est néanmoins pas à exclure en cas de baisse de régime de l’un ou l’autre joueur ! Rendez-vous donc sur Proximuspickx.be/esports ainsi que sur le décodeur Proximus (via le menu « Shop » > « Autres » > « Sports ») ou via l’onglet du menu « Proximus VOD » > section Sport pour les décodeurs V7 afin de connaitre le dénouement de cette saison.

Guide de l’achat revente sur FUT20 (partie 2 – les différentes techniques)

Guide de l’achat revente sur FUT20 (partie 2 – les différentes techniques)

Après avoir découvert les bases de l’achat revente dans la partie 1 de notre guide de l’achat revente, nous nous attarderons maintenant sur les différentes techniques qui vous permettront d’empocher un maximum de crédits sur FIFA Ultimate Team.Les différentes techniques d’achat reventeIl existe une multitude de techniques en achat revente, que nous allons ici trier par budget. En effet, plus vous avez de crédits en stock, plus il sera simple de les faire augmenter. C’est comme dans la vraie vie ! Pour vous faciliter la tâche, un indicateur de budget sera présent pour savoir quelle technique est la plus optimale pour vous. Je me base sur le remplissage d’une bonne partie de la pile pour fixer le budget : plus vous avez de cartes, plus vous ferez de ventes !Avant de commencer, voici trois conseils pour optimiser vos ventes :Relistez vos joueurs le plus souvent possible ;Achetez intelligemment ! C’est-à-dire avec un maximum de contrats (minimum 7), un maximum de forme (minimum 90) et, si possible, avec un style. Cela les rendra plus intéressantes sur le marché.Remplissez votre pile au maximum, et rappelez-vous : plus vous aurez de joueurs dedans, plus vous vendrez.Les techniques de baseLa tech 59 : voici la base de l’achat revente, acheter un joueur à la 59e seconde de la 59e minute, ce qui donne le nom de tech 59 ! Cette technique mise tout sur l’erreur de prix, c’est pourquoi vous pouvez l’effectuer avec n’importe quel budget. Par exemple, vous voyez qu’un joueur est au prix achat immédiat de 20.000 crédits, vous décidez de spammer en-dessous de ce prix pour l’acheter moins cher, par exemple à 18.000 crédits. Si vous n’avez jamais effectué cette technique, vous pouvez l’effectuer de deux manières. Soit en indiquant un prix plus bas que le marché, dans les critères de recherche et en recherchant le plus vite possible, soit en allant vers la dernière carte du joueur que vous recherchez ou en actualisant.La tech enchères : autre mode d’achat, les enchères! Vous trouverez, quasi systématiquement, votre joueur moins cher qu’en achat immédiat. Vous pouvez faire d’excellentes affaires lorsque vous êtes seul à enchérir sur un joueur. Les enchères sont à privilégier en horaires décalés, comme la nuit ou le matin, mais également lors des événements où beaucoup de packs sont ouverts. En effet, il y aura énormément de cartes packées et la plupart des joueurs vont les lister directement sans prendre la peine d’augmenter leur fourchette de base. Ainsi, 1h après l’ouverture des packs, des dizaines de joueurs arrivent, simultanément, aux enchères. Il est donc plus facile de se retrouver seul sur un joueur. Voici par exemple un Joao Felix que j’ai acheté 10.250 pendant le Black Friday. Revendu 48.000, soit 35.350 crédits de bénéfice net en quelques secondes. Les techniques en-dessous de 20.000 créditsLa tech noob : aussi appelée tech bronze ou tech argent en fonction des joueurs, elle consiste à acheter des joueurs Bronze ou Argent des grands championnats, et de les lister 200/250 crédits de plus. Ces cartes se vendent mieux si elles sont rares. Vous pouvez parfois tomber sur de très bonnes surprises avec des cartes achetées 300 crédits qui en valent réellement 10 fois plus si elles sont recherchées dans un DCE Ligue, par exemple.La tech pack bronze : comme son nom l’indique, il suffit d’ouvrir des packs Bronze en boutique pour vendre leurs contenus. Un pack Bronze est au prix de 400 crédits, et il est donc très simple de le rentabiliser. Si vous avez un peu de chance, vous pourrez tomber sur des cartes Bronze à forte valeur grâce aux DCE, ou encore des cartes formes équipes qui se vendent plus de 1.000 crédits. Les techniques entre 20.000 et 150.000 crédits La tech or non rare : rien de plus simple ! Achetez des cartes Or Non Rare le moins cher possible et listez-les 300/350 crédits supplémentaires. Évidemment, les gros championnats sont à privilégier, ainsi que les joueurs connus.La tech or rare : même principe que pour la tech Or Non Nare, mais on augmente le budget ! Pour une carte achetée entre 650 et 800 crédits, vous pouvez la lister 400/450 de plus en fonction de celle-ci. Cette technique marche très bien en cas de DCE demandant des joueurs rares, et vous vendrez alors toutes vos cartes dans l’heure sans aucun problème !Les techniques entre 150.000 et 450.000 créditsLa tech fut millionnaire : avec cette technique il vous faudra remplir votre pile avec des joueurs populaires dans la communauté FUT 20, entre 1.000 et 5.000 crédits. Vous pouvez facilement vous faire une liste sur FUTbin, ou vous en procurer une chez les spécialistes de l’A/R sur les réseaux sociaux. Ces joueurs devront avoir au minimum 10 contrats, 90 de forme et un style. Concernant le relistage, vous pouvez ajouter entre 800 et 1.200 crédits en fonction de la carte (type de style, nombre de contrats, etc.).La tech changement de poste : un joueur avec un poste modifié est plus recherché sur le marché. Ainsi, cette technique consiste à acheter des joueurs en changement de poste comme un AD en AVD, un MC en MOC ou encore MDC en MC. Même principe que la fut millionnaire : choisissez des joueurs adorés par la communauté et ayant un minimum de 10 contrats, un style et 90 de forme. Vous pouvez les relister 1.000 à 1.400 crédits de plus. Si vous arrivez à trouver un joueur avec un gros changement de poste, par exemple un BU en MC (cela nécessite 3 cartes), vous pourrez le lister encore plus cher.La tech avion low cost : elle consiste à vendre un joueur avec 99 contrats, 99 de forme et un style. Cette carte devient très intéressante sur le marché. Pour y parvenir, vous aurez besoin du bonus de 50 % de contrat, grâce aux entraîneurs, pour économiser des consommables. Cette technique est à appliquer sur des cartes entre 5.000 et 10.000 crédits. Vous pouvez les relister 2.000 crédits de plus que leur prix d’achat initial en comptant les consommables. Par exemple, vous avez appliqué à votre carte 2 contrats et un style. Si vous êtes économe, vous avez dépensé 450 crédits pour ces consommables et vous allez donc lister votre carte 2.500 de plus que son prix d’achat. Si vous avez une carte en changement de poste, vous pouvez augmenter encore un peu plus son prix de revente.Au-dessus de 450.000 crédits La tech avion : il s’agit de la tech la plus utilisée et la plus rentable. Même principe que la tech avion low cost mais sur des cartes à plus de 10.000 crédits. En fonction de votre budget, vous pouvez acheter des cartes de plus en plus coûteuses. Toujours avec 99 contrats, 99 de forme et un style, et vous trouverez des barèmes de relistage sur les réseaux sociaux. Vous pouvez également multiplier le prix de votre carte par 1,15 + le prix de vos consommables (10 % de bénéfice, 5 % de taxe EA et environ 500 crédits de consommables). Parfaite à utiliser pendant les investissements, cette technique comporte un risque puisque, si vous n’achetez pas au bon moment ou au bon prix, vous risquez de perdre des crédits.La tech icône : la tech des ultras riches! Il est compliqué de faire de l’achat revente sur les icônes, car il y en a très peu sur le marché. Leurs prix varient constamment, ce qui signifie que, pour effectuer de l’A/R sur ces cartes, il faut connaître parfaitement le prix de chaque icône. Généralement, vous ferez des affaires aux enchères, même si cela reste risqué si vous ne connaissez pas très bien le prix de l’icône. Vous pouvez facilement perdre 50.000 / 100.000 en quelques heures. Cependant, si vous arrivez à acheter au bon prix, vous pouvez espérer des bénéfices énormes de plusieurs dizaines de milliers de crédits, voire même plusieurs centaines.La technique sans budgetL’investissement de masse : cette technique est assez spéciale et consiste à anticiper les différents évènements qui peuvent survenir sur FIFA, notamment les DCE (défis de création d’équipe). Si vous pensez que jeudi sortira un DCE qui demandera des joueurs de Tottenham, par exemple, alors investissez un maximum dessus. Car lorsque ce DCE sortira, tout le monde devra trouver des joueurs de Tottenham. La demande augmentera donc en flèche, mais l’offre ne bougera pas, car il n’y aura pas forcément de pack ouvert. Ce qui veut dire que le prix augmentera très rapidement sur vos joueurs investis.Voici donc la deuxième partie du guide de l’achat revente. En combinant la partie 1 et la partie 2 du guide, vous êtes désormais prêt à commencer votre carrière de trader dans FIFA. Bonne chance!

FUT Champions Cup 3: Stefano Pinna échoue dans la phase de groupe

FUT Champions Cup 3: Stefano Pinna échoue dans la phase de groupe

Mardi dernier, Stefano “Pinna97” Pinna s’envolait pour Atlanta (USA) afin de participer à la FUT Champions Cup 3 du 17 au 19 janvier. Malheureusement le jeune Belge n’est pas parvenu à sortir de la phase de groupe.

Brian est le nouveau sélectionneur de l’équipe de France eFoot

Brian est le nouveau sélectionneur de l’équipe de France eFoot

L’Équipe de France eFoot a un nouveau sélectionneur. Il s’agit de Brian Savary, l’ancien coach adjoint de Neo et membre du staff Vitality.Après la défaite française face au Danemark sur le score de 3-2, le sélectionneur Fabien “Neo” Devide mettait fin à deux années de collaboration à la tête de l’équipe nationale. Vingt-quatre mois qu’il a pourtant marqués de son empreinte avec la toute première victoire à l’eNation Cup grâce à son équipe composée de DaXe et Maestro. Malgré tout, le tout premier homme fort de l’histoire des Bleus sur le jeu FIFA confirmait son départ et son souhait de se concentrer sur sa vie de famille et son poste de président de Vitality. Merci à la @FFF pour ces deux magnifiques années. J’ai pris la décision de quitter mes fonctions pour me concentrer sur ma vie de famille et Vitality. Ce fut un vrai honneur d’avoir représenté mon pays, d’avoir été le 1er sélectionneur et la 1ère nation championne du monde. https://t.co/MS4qXs3ycK- Fabien 'Neo' Devide (@Vitality_Neo) January 8, 2020 Depuis l’échec du 8 janvier dernier, si certains pensaient à l’arrivée de l’ancien champion du monde emblématique Bruce Grannec pour reprendre les commandes, des rumeurs persistantes plaçaient l’ancien adjoint et capitaine de l’équipe Vitality comme favori numéro un. Des rumeurs confirmées ce week-end, avec l’intronisation de Brian comme nouveau coach officiel. Une annonce réalisée dimanche dernier lors de l’émission “l’Expresso” de la chaîne beIN Sports et rapidement félicitée par Neo lui-même. D'adjoint à sélectionneur Réactions de @Vitality_Brian, coach de l'Equipe de France eFoot.Vidéo complète : https://t.co/dvKlW8G8Sv#efootdefrance pic.twitter.com/agmgW7mIwl- Equipe de France eFoot (@efootdefrance) January 12, 2020 Les choses ne traîneront pas pour le nouveau sélectionneur qui sera sollicité dès le 28 janvier prochain avec le camp de sélection à Clairefontaine. Trois jours qui lui permettront de choisir les joueurs qui représenteront l’Équipe de France eFoot pour les prochaines échéances sur FIFA 20.

Guide de l’achat revente sur FUT20 (partie 1 – les bases)

Guide de l’achat revente sur FUT20 (partie 1 – les bases)

L’objectif du mode de jeu Ultimate Team est de créer son équipe de rêve, ce qui coûte souvent très cher ! Pour avoir des crédits et s’acheter les joueurs que l’on désire acquérir pour sa formation, il n’y a pas 36 solutions.La première d’entre elles est d’ouvrir des packs et d’avoir beaucoup de chance. La deuxième option consiste à jouer beaucoup ! Comme vous gagnez environ 700 crédits par match, cela signifie que si vous voulez vous acheter Messi regular (960.000 crédits actuellement), il vous faudra terminer 1371 matchs seulement pour pouvoir l’obtenir. Et il vous faudra encore 10 joueurs pour compléter votre équipe. Troisième solution : l’achat revente ! En plus de vous prendre pour un trader de Wall Street, cette technique vous apportera les crédits nécessaires pour vous acheter votre équipe ultime et pouvoir vous amuser sur FUT Champions !En quoi consiste l’achat revente ? Comme vous l’aurez surement deviné, il s’agit d’acheter un élément sur le marché des transferts et de le revendre sur ce même marché. Évidemment, cela implique une plus-value, sinon comment pourrait-on gagner des crédits ? Vous pouvez réaliser de l’achat revente avec tous les éléments disponibles sur le jeu. Cependant, il vaut mieux garder à l’esprit que des joueurs fonctionnent mieux que d’autres. Il existe aussi des techniques d’achat revente pour augmenter votre rentabilité. Rien de compliqué, voici ce que vous devez savoir pour faire de l’achat revente.La taxe EAVous le savez surement déjà, EA prend une taxe sur chacune de vos ventes, et ceci à hauteur de 5 % par transaction. Vous devez donc toujours connaître le montant de cette taxe pour savoir à quel prix vous devez vendre le joueur ! Prenons l’exemple suivant : vous achetez un joueur 20.000 crédits pour faire de l’A/R. Puis vous le listez sur le marché des transferts à 21 000 crédits en vous disant que vous allez faire un bénéfice de 1.000 crédits. Malheureusement, non ! Si vous calculez 5 % de 21.000 (21.000 x 5/100), vous obtenez 1050, ce qui correspond au montant qu’EA va vous prélever. 21.000 – 1.050, cela vous donne 19.950 crédits. Vous avez donc acheté un joueur 20.000 crédits et récolté 19.950 crédits. Vous accusez finalement une perte de 50 crédits.Vous devez donc calculer le montant de la taxe avant de vendre votre joueur. Cela peut en effet sembler fastidieux. Si vous ne voulez pas calculer la taxe à chaque fois, utilisez des barèmes de prix qui se trouvent notamment sur Twitter, où la communauté A/R (achat revente) aide beaucoup. Si vous ne souhaitez vraiment pas vous casser la tête, vous pouvez aussi multiplier votre prix d’achat initial par un pourcentage englobant la taxe. Par exemple, vous fixez un pourcentage par carte, admettons 10 %. Il vous suffit alors de multiplier votre prix d’achat par 1,15 (5 % de taxe EA + 10 % de bénéfice, ce qui donne 15 %, soit une multiplication par 1,15). Sur notre joueur à 20.000 crédits, cela donne une vente à 23.000 crédits, une taxe à 1.150 et une plus-value à 1.850.Les outils nécessaires pour effectuer de l’achat reventeIl existe quelques astuces pour vous aider dans votre achat revente. Ici, nous détaillerons trois indispensables : FUTbin.com, le bonus contrat lié aux entraîneurs et votre pile des transferts.FUTbin.comC’est ce site internet qui va, définitivement, vous faire rentrer dans le monde du CAC 40, du NASDAQ, avec vos millions à investir sur plein de joueurs. Ce site possède de nombreuses aides sur FUT, mais nous allons nous intéresser uniquement à l’apport pour l’A/R. FUTbin répertorie TOUS les prix des joueurs disponibles sur le marché. Vous pouvez donc, presqu’en temps réel, vérifier le prix d’un joueur que vous venez de packer, par exemple. Autre point très intéressante : FUTbin propose une courbe indexée sur le prix des joueurs. Comme une vraie bourse, le marché possède un nombre de points qui augmentent, ou diminuent, en fonction de la hausse, ou diminution, des prix des joueurs. © FUTbin.com Comme vous pouvez le voir sur cette capture d’écran, le marché PS4 est à 44.69 points, soit une baisse de 0.02 par rapport à l’ouverture du marché (44.71). Vous pouvez également observer que, au plus bas, ce dernier était à 42.74 et 45.12 au plus haut. Le plus intéressant reste la courbe dont on peut observer les fluctuations : vers 20h il y a eu une hausse et vers 22h un petit “crash” du marché.FUTbin est indispensable pour l’achat revente, et il est évident que vous prenez plus de risque à acheter vos joueurs quand le marché est haut, puisque les prix risquent de chuter par la suite.Le bonus de contrat lié aux entraîneursComme vous l’aurez surement constaté, des entraîneurs sont disponibles sur le jeu. Ils vous permettent d’augmenter le collectif de votre équipe, mais également de disposer d’un bonus lorsque vous appliquez un contrat à vos joueurs. Cette prime est appelée ”bonus de négociation” et va de 0 % à 3 % en fonction de l’entraîneur. Elle se cumule pour tous les entraîneurs dont vous disposez dans votre club, avec un plafond de 50 %. Par exemple, si vous bénéficiez du bonus de 50 %, à la place d’appliquer un contrat Or Rare de 28 contrats, un bonus de 50 % sera appliqué. Votre joueur aura donc 42 contrats (28 + 14).En quoi est-ce utile pour l’achat revente? Une carte avec un contrat est plus attractive qu’une carte sans contrat. Si vous vous rendez sur le marché des transferts pour acheter Mbappé et que vous en trouvez deux au même prix, mais avec une différence de 10 contrats, il est plus intéressant d’acquérir la version qui a le plus de contrats. Ainsi, les joueurs qui disposent du maximum de contrats (99) sont très recherchés. Avec ce bonus, vous pourrez donc consommer moins de contrats, économiser de l’argent et être plus compétitif sur votre prix de vente si vous décidez de répertorier l’achat de vos consommables (ici, des contrats) sur le prix de vente de la carte. Par expérience, les cartes entraînements n’ont, par contre, pas d’effet.Quand acheter vos joueurs?Retenez bien cette phase : “On achète quand tout le monde vend et on vend quand tout le monde achète”. Si vous appliquez cette formule, vous pouvez facilement faire de l’achat revente sans trop de risques de perte. Il s’agit d’un principe d’économie : tout est basé sur l’offre et la demande. Une offre de carte très élevée et une demande de carte basse feront baisser les prix. A l’inverse, une offre faible couplée à une forte demande fera augmenter les prix. Vous comprendrez plus ci-dessous lorsque nous allons comparer les prix du marché par jour en semaine sans événement le vendredi (ce qui devient rare). Pour l’exercice, nous commençons la semaine le mercredi, qui est le commencement, selon moi, de la semaine FUT avec la nouvelle TOTW (équipe de la semaine)..Mercredi : le mercredi est une journée où le marché, en général, évolue peu, mais vers la hausse jusqu’à la sortie de la TOTW à 19h. À partir de cette heure, le marché baisse, car les gens ouvrent des packs pour avoir les nouveaux joueurs de l’équipe de la semaine. Automatiquement, si on a plus de packs ouverts, on a plus de joueurs packés et donc plus de joueurs sur le marché et une baisse des prix. Le mercredi soir est donc un moment propice à l’achat des joueurs.Jeudi : la journée la plus importante de la semaine en A/R ! Récompense FUT Champions et Division Rivals le matin. Beaucoup de packs sur le marché, mais pas de baisse, car les gens achètent leurs équipes pour le week-end, donc les prix ont même tendance à augmenter. Sauf pour les joueurs avec une faible note de général, car ils sortent beaucoup dans les packs. Si vous avez été malin, vous avez investi le mercredi soir ou le jeudi matin avant les récompenses, voire pendant, mais uniquement en tech 59 (nous irons plus en détail sur la technique tech 59 lors de la deuxième partie du guide). À partir de 8h le marché ne va faire qu’augmenter non-stop et vous allez pouvoir faire un maximum de crédits jusqu’au samedi soir ! Vos joueurs vont se vendre, peu importe la technique d’achat revente utilisée. Les joueurs de FIFA vont acheter en masse pour faire leurs équipes pour FUT Champions (Ligue Week-end).Vendredi : début de FUT Champions, les prix augmentent encore toute la journée. C’est une bonne journée de vente toute technique. Vous pouvez racheter vos ventes, mais attention aux prix, ne soyez pas trop gourmand. Et surtout, vérifiez toujours si le prix n’a pas trop augmenté par rapport au jeudi.Samedi : en général, le marché n’évolue pas beaucoup, mais commence à baisser au fil de la journée avec les personnes qui ont fini FUT Champions et qui revendent leurs équipes. Si vous n’avez pas vendu tout votre investissement de mercredi soir/jeudi matin, pas de panique, la patience est le maître mot dans l’achat revente.Dimanche : le marché baisse toute la journée avec la fin de FUT Champions, vous pouvez déjà réaliser quelques affaires le dimanche après-midi et investir tranquillement le dimanche soir, surtout sur les cartes Boost en baisse, par exemple.Lundi : journée particulière puisqu’à 2h du matin les récompenses Clashs équipes sont disponibles. Il y a donc une baisse à 2h du matin. Il y aura une deuxième baisse entre 6h et 8h du matin : les joueurs se réveillent et ouvrent leurs packs, ce qui cause une baisse. Après 8h, le marché ne fait qu’augmenter et vous vendez donc très bien ! C’est une belle journée de vente le lundi, peut-être même mieux que le jeudi.Mardi : c’est en général une journée calme niveau vente. Vous allez beaucoup moins vendre que le lundi, mais il n’y aura pas de baisse du marché. C’est un peu la journée de transition de la semaine.Vous connaissez maintenant toutes les bases de l’achat revente sur FIFA. Dans la deuxième partie de ce guide, vous découvrirez les différentes techniques d’achat revente qui vous permettront de récupérer un maximum de crédits.

Un joueur professionnel de NFL s’est lancé dans l’e-sport sur FIFA 20

Un joueur professionnel de NFL s’est lancé dans l’e-sport sur FIFA 20

Jay Ajayi est un joueur professionnel en NFL. Ce sportif s’est lancé un nouveau défi, en parallèle de sa carrière, en se lançant dans l’e-sport sur FIFA 20. Le joueur a remporté le Super Bowl en 2018 avec les Eagles de Philadelphie qui est encore son équipe à ce jour. Aujourd’hui, nous pouvons constater qu’il a trouvé une manière assez cocasse de s’occuper durant l’intersaison.Il a participé à l’eMLS Cup 2019 dans laquelle il n’a pas forcément brillé. Ajayi a eu du mal à d’adapter au niveau des joueurs professionnels sur FIFA. Il a malheureusement accumulé douze défaites consécutives lors de sa première journée de jeu. Lors des 12 rencontres, il n’a marqué que 11 buts tandis qu’il en a encaissé 72. Grâce au fait qu’il représentait l’Union de Philadelphie, il a eu le droit d’effectuer un match en stream face à didychrislito. Ce joueur a dominé la première journée en remportant 9 matchs et faisant 2 matchs nuls. Jay en action dans un showmatch qui l’oppose à Chad Johnson, un autre joueur de football américain. Et en Belgique, où en sommes-nous ? En Belgique, la Proximus ePro League est toujours en cours. Après une quatrième journée électrique, la cinquième journée se déroulera en direct sur Proximus Pickx ce samedi à partir de 16h30. En somme, nous nous attendons à du spectacle de la part des différentes équipes qui compose la ligue. Surtout que cette cinquième journée verra un choc wallon entre Mouscron et Charleroi. (Crédit photo: Philadelphia Union)

Kevin De Bruyne à nouveau choisi dans l'équipe de l'année d'EA Sports

Kevin De Bruyne à nouveau choisi dans l'équipe de l'année d'EA Sports

Kevin De Bruyne figure dans l'Equipe de l'année d'EA Sports, dévoilée lundi par le développeur du célèbre jeu vidéo FIFA20. Les utilisateurs du jeu ont pu voter le mois passé pour leurs joueurs préférés. Eden Hazard et Jan Vertonghen faisaient partie des nommés mais n'ont pas été repris. C'est la troisième année de suite que De Bruyne est sélectionné dans l'Equipe de l'année.

La Proximus ePro League démarre dans quelques jours

La Proximus ePro League démarre dans quelques jours

Plus que quelques jours et la deuxième saison d’ePro League sur FIFA 20 débutera ! Qui ? Quoi ? Comment ? Quand ? On fait le point pour vous !L’excitation est à son paroxysme ! Les fans de football et plus précisément du jeu FIFA sont sur le point de vivre la deuxième saison de la Proximus ePro League, la plus grande compétition belge de l’année sur le jeu de simulation de foot à succès.Ces dernières semaines, les 16 clubs de foot de Pro League ont procédé à l’engagement et au recrutement de leurs représentants. Si plusieurs formations ont engagé un joueur « pro » automatiquement qualifié pour les play-offs, tous se sont mis à la recherche d’un joueur « amateur » issu d’un processus de sélection mêlant compétitions, tests et entretiens personnels.Ces 16 joueurs, devront quant à eux passer par une première phase de championnat de 15 journées de compétition, qui débutera le samedi 28 décembre prochain. L’objectif ? Atteindre les play-offs en terminant dans les six premiers du classement régulier. Vers la fin du mois de mars, les six joueurs qualifiés participeront alors au tournoi à élimination directe en compagnie des joueurs pros afin de décrocher le Saint Graal, l’un des quatre tickets pour la grande finale du 28 mars 2020 !L’année dernière, le tout premier trophée de l’histoire de l’ePro League a été soulevé par le joueur du Royal Excel Mouscron, Quentin « ShadooW » Vande Wattyne. Désormais engagé par le Standard de Liège, Quentin aura fort à faire pour conserver son titre. Nul doute que le joueur du RSC Anderlecht, Zakaria « Emperatoor » Bentato, aura à cœur de prendre sa revanche sur la finale sèchement perdue lors de l’édition précédente sur le score de 0-4.N’oublions pas non plus le joueur du Club Bruges KV et demi-finaliste, Geoffrey « Blakerevenge » Meghoe. Ou encore la nouvelle recrue du club mouscronnois, Anthony « REGO » Rochetti, le jeune mais non moins talentueux Matthias « MatthaX » Rousselet du Sporting de Charleroi et le joueur pro de Zulte Waregem, Nicolas « Nycom » Persoons. CHAMPION DE BELGIQUE 2019!!????? pic.twitter.com/srgt2AdphT— Quentin 'ShadooW' VW (@RSCL_ShadooW) March 23, 2019 Évidemment, là ne s’arrête pas la liste des prétendants au titre tant le niveau est élevé. Toujours est-il que pour suivre ces sportifs des temps modernes ou encore pour encourager votre favori, Proximus met les petits plats dans les grands avec la diffusion de toutes les journées de championnat, bien évidemment disponible sur Pickx.Pour les six premières journées un magazine sera diffusé chaque samedi et mercredi, avec le récapitulatif de la journée sur Proximus Sports (sous l’option All Sports), Twitch et Pickx Live (accessible pour tous les clients Proximus). Pour la suite du championnat, il sera diffusé sur la même chaîne Proximus Sports ainsi que sur Twitch et sur le site Proximuspickx.be/esports avant chaque match de la Jupiler Pro League afin d’offrir la même affiche avant le coup d’envoi du vrai match.Vous pourrez également les visionner sur demande sur Proximuspickx.be/esports ainsi que via le décodeur Proximus (via le menu « Shop » > « Autres » > « Sports ») ou via l’onglet du menu « Proximus VOD » > section Sport pour les décodeurs V7.Tous les matchs complets, résumés des matchs et reportages seront disponibles tout au long du championnat sur Proximuspickx.be/esports.

Saturn Belval FIFA 20 Cup : les résultats du Standard de Liège et du Royal Excel Mouscron

Saturn Belval FIFA 20 Cup : les résultats du Standard de Liège et du Royal Excel Mouscron

Le Standard de Liège et l’Excel Mouscron étaient présents à la Saturn Belval FIFA 20 Cup qui accueillait près de 128 joueurs au Luxembourg. Malheureusement, les résultats n’ont pas été probants. Le tournoi a été organisé par 11F, une organisation luxembourgeoise qui fait beaucoup d’événements gaming pour le Benelux. Cette fois-ci, c’est un tournoi sur FIFA 20 qui était organisé par l’association luxembourgeoise. Le week-end de compétition a eu lieu à Esch-sur-Alzette, plus précisément au Belval Plaza, un important centre commercial de la région. Le bracket était composé de 32 poules de 4 joueurs, les deux meilleurs de chaque poule se qualifiant pour le reste du tournoi. Parmi les 128 joueurs, on a pu retrouver des Belges connus de la scène FIFA : Rego (Royal Excel Mouscron), Aurelinho, ShadooW (Standard de Liège) et Bearded Dogan (Coach de l’équipe de football UR La Louvière Centre). De gauche à droite : Bearded Man, Rego, Fabio de Aguiar (11F), ShadooW et Aurelinho – © Anthony Rocchetti Les joueurs belges Bearded Dogan, Rego et ShadooW sortiront de leur poule assez facilement. Bearded Dogan se fera éliminer en huitième de finale suite à une défaite 4 à 6 face à Yugo, joueur chez Helios Gaming.Les deux autres joueurs, représentants tous les deux un club de football belge, parviendront à se qualifier en quart de finale. En quart, Rego s’est malheureusement fait éliminer par Ciscinho, qui sera plus tard proclamé vainqueur de cette deuxième édition de la Saturn Belval Cup. Quant à ShadooW, il perdra lui aussi son match 3 à 4 en quart face à MalkaBiH11.Ce week-end, aucun des Belges n’aura réussi à toucher une part des 4000 euros de chèques cadeau mis en jeu. À charge de revanche !

EA Sports annonce le Black Friday et le Super Sunday pour FIFA 20

EA Sports annonce le Black Friday et le Super Sunday pour FIFA 20

Comme à son habitude, EA Sports a annoncé du nouveau contenu pour FIFA Ultimate Team lors du Black Friday. Tout au long du week-end, différentes promotions seront proposées aux joueurs, notamment différents packs, de nouveaux objectifs et de nouveaux défis, auxquels s'ajouteront toute une série de Squad Builder Challenges.

Charleroi présente son nouveau joueur esport

Charleroi présente son nouveau joueur esport

Le Sporting de Charleroi a présenté aujourd'hui son nouveau joueur esport sur FIFA 20, qui les représentera dans l'ePro league. Il s'agit de Florian Vandamme, vingt ans, de Fleurus. Le club avait déjà un joueur esport dans ses rangs, à savoir "MatthaX", mais avec Vandamme, l'équipe se renforce.

Pas de Belges dans la onzième Team of the Week

Pas de Belges dans la onzième Team of the Week

EA a présenté la onzième Team of the Week et cette fois nous ne trouvons aucun Belge dans la liste. Nous trouvons trois Néerlandais. En particulier, les joueurs de la Premier League et de La Liga peuvent se frotter les mains, car la Team of the Week leur apporte un arsenal de cartes utiles.

La Champions Cup Stage II remportée par «Nraseck»

La Champions Cup Stage II remportée par «Nraseck»

Le week-end dernier, la FUT 20 Champions Cup Stage II s'est déroulée à Bucarest, où 32 joueurs (par plateforme PS4/XBOX) se sont affrontés dans la bataille pour un partie des Global Series Points et un prize pool totalisant 60 000 $. La composante PlayStation 4 a été remportée par l’Italien "CRAZY", alors que sur Xbox One, l’allemand "Nraseck" l’a emporté. Dans la grande finale, "Nraseck" a pris les devants et a remporté 50 000 $.

Deux Belges dans la Team of the Week 9

Deux Belges dans la Team of the Week 9

EA a dévoilé aujourd'hui la neuvième Team of the Week et deux Belges, qui ont réalisé des performances impressionnantes la semaine dernière font partie de l'équipe. En outre, nous pouvons appeler la neuvième Team of the Week l’une des meilleures à ce jour, avec toute une série de cartes de joueurs importants. En particulier, les ligues italiennes et espagnoles apportent de très bons joueurs.

EA annonce des objectifs très difficiles pour les Icon Swaps de l’Ultimate Team

EA annonce des objectifs très difficiles pour les Icon Swaps de l’Ultimate Team

Il est maintenant temps de passer à la deuxième série d'objectifs Icon Swaps, qui vous permet de gagner des swaps d'icônes pouvant être échangés contre des joueurs icônes sur FIFA Ultimate Team. Cette fois, EA n'a clairement pas facilité la tâche pour gagner des cartes, car les tâches que vous devez exécuter dans Rivals et Squad Battles, entre autres, sont extrêmement difficiles.

« Tekkz » remporte la première FUT Champions Cup

« Tekkz » remporte la première FUT Champions Cup

Donovan "Tekkz" Hunt, joueur britannique de FIFA 20, qui vient de rejoindre Fnatic, a immédiatement remporté un trophée pour sa nouvelle équipe. Il a réussi à battre le Brésilien Falvio "Fifilza" Brito avec une lourde victoire 3-0, faisant de lui le vainqueur de la phase 1 de la 2020 FUT Champions Cup Stage 1.

Le KV Malines fait son entrée dans FIFA 20 avec Miran Salim

Le KV Malines fait son entrée dans FIFA 20 avec Miran Salim

Le club de football belge KV Malines a annoncé de nombreuses nouveautés pour la prochaine saison FIFA 20. En plus de l’arrivée d'un tout nouveau joueur FIFA (et plus encore), ils créent un véritable "département gaming" au sein du club de football. Avec cela, ils participeront non seulement à diverses compétitions d’esport mais ils voudront également plus d’engagement et de contact avec leurs fans via le jeu FIFA.

« Tekkz » va jouer à FIFA pour Fnatic

« Tekkz » va jouer à FIFA pour Fnatic

L'organisation esport Fnatic a annoncé que Donovan "Tekkz" Hunt va commencer une nouvelle aventure sur FIFA 20. Le Britannique, âgé de 17 ans, a signé un contrat avec l'organisation jusqu'à la fin de la vie de FIFA 21. L'annonce avait été faite il y a longtemps, car Tekkz était sans équipe depuis un certain temps.

Deux Belges dans la huitième Team of The Week FIFA 20

Deux Belges dans la huitième Team of The Week FIFA 20

EA Sports nous a déjà présenté la huitième team of the week et nous retrouvons cette fois encore quelques Belges parmi les joueurs sélectionnés. De plus, la Team of The Week regorge de cartes utilisables, avec quelques grands noms de la Bundesliga, mais surtout de la Série A.

Encore plus de Champions League dans FIFA 20 Ultimate Team

Encore plus de Champions League dans FIFA 20 Ultimate Team

Hier, la première journée de la Champions League était disputé, mais ce soir encore, les meilleures équipes de leurs pays respectifs donneront le meilleur d’eux-mêmes. EA ne pouvait pas manquer cette opportunité, car le développeur nous présente une fois de plus de nouveaux défis pour Champions League Squad Builder Challenges et quelques Season objectives.

Toute l'actu CS:GO

Voir tout
Bouleversement en Pro League CSGO : ESL n’invite que 24 équipes au lieu de 48

Bouleversement en Pro League CSGO : ESL n’invite que 24 équipes au lieu de 48

L’annonce est tombée en cette fin de semaine et a été relayée par HLTV et DBLTAP. ESL a réduit de moitié le nombre d’équipes participantes à la prochaine Pro League. Un changement de cap qui fera de nombreux déçus. Après la transformation du système de qualifications pour les Majors sur Counter Strike: Global Offensive, c’est désormais au tour de l’ESL Pro League d’être bouleversée ! Dites adieu au format à 48 pour mouture réduite à 24 équipes ! Voici la liste des structures invitées qui y participeront pour autant qu’elles l’acceptent. AstralisfnaticLiquidG2FaZeComplexityVitalityNorthTYLOOforZeFURIAGODSENTmousesportsEvil GeniusesNatus Vincere100 ThievesENCENiPHeroicRenegadesSharksINTZVirtus.proOG La liste initiale reprenait également Cloud9 et MIBR. Mais étant déjà engagés pour la prochaine “B Site” league, qui se déroulera au même moment que l’ESL, quelques ajustements ont dû être opérés. Évidemment, plusieurs conséquences découlent de cette décision, dont la méthode de sélection des formations invitées. Si tous les critères utilisés par ESL n’ont pas été divulgués, plusieurs pistes ont été avancées par le média DBLTAP. Il semble clair que ceux-ci reprennent les finalistes de la saison 10, le classement ESL ainsi que les vainqueurs de Mountain Dew League (ESEA) Europe et Amérique du Nord (forZe et INTZ). Plus encore, il semblerait que l’acceptation du « Lanxess Agreement » entre également en ligne de compte. Pour prouver cela, HLTV avance un argument sur la présence de CompLexity. La structure n’a en effet pas participé aux dernières finales de l’ESL Pro League et ne se trouve qu’à la 39e place au classement. Une situation qui laisse penser que certains slots sont bien réservés aux membres ayant signé l’accord. Il s’agit en tout cas d’un gros coup de massue pour de nombreux participants à la dernière Pro League, mais aussi aux deuxièmes et troisièmes de la 32e saison d’ESEA MDL, qui ne pourront dès lors pas intégrer la ligue sous ce nouveau format. Il leur faudra désormais espérer une qualification directe à la saison 12 via la Mountain Dew League et le classement mondial ESL. Au niveau du format, la saison 11 sera également divisée en quatre groupes organisés autour de matches en BO3. Les vainqueurs de chaque groupe auront l’avantage de se qualifier pour les dernières étapes de la phase à élimination directe, alors que les seconds et troisièmes s’affronteront dès les premiers tours. Pour terminer, les six meilleures équipes se rencontreront à l’occasion d’une grande finale offline de trois jours. Crédit photo: ESL

Bouleversement sur CS:GO : Valve arrête les invitations directes pour les Majors

Bouleversement sur CS:GO : Valve arrête les invitations directes pour les Majors

C’est un véritable pied de nez à la tendance actuelle que vient de réaliser l’éditeur de Counter Strike : Global Offensive. Si de nombreuses compétitions passent vers un système de franchise pour favoriser le développement économique des grosses écuries, Valve semble vouloir aller à contre-courant. L’annonce est tombée en cette fin de semaine. Les invitations automatiques aux Majors, sur base du classement du dernier en date, seront remplacées par un tout nouveau système de ranking. Celui-ci se basera sur les classements du Major et de deux autres événements organisés entre juillet et septembre. Après ces trois tournois, les huit meilleures équipes seront invitées sous le statut de « Légende ». Les huit suivantes auront leur ticket de « Challenger ». Il restera ensuite huit autres places pour les équipes en provenance de tournois mineurs. La nouvelle mouture prendra effet dès l’ESL One de Rio qui se déroulera du 11 au 24 mai 2020. Les deux autres tournois qualificatifs font encore l’objet d’un appel à candidatures et ne peuvent dès lors pas encore être officialisés. Ce revirement opéré par Valve s’apparente également à un sacré pari, qui pourrait bouleverser son écosystème. Car, là où les structures professionnelles pouvaient retirer un peu de stabilité financière grâce à des qualifications plus directes pour ces compétitions hautement rémunératrices, celles-ci seront maintenant nettement plus exposées à un faux pas et donc au risque de problèmes financiers. Espérons par contre que cette nouvelle ligne de conduite permette à des formations du subtop de tirer leur épingle du jeu, pour agrandir le cercle restreint des équipes professionnelles. Les effets bénéfiques pourraient en effet résulter dans l’élargissement de la scène et dans l’augmentation du spectacle au-travers d’un plus grand nombre de tournois à enjeu.

Le joueur belge Davidp annonce sa nouvelle équipe sur CS:GO

Le joueur belge Davidp annonce sa nouvelle équipe sur CS:GO

Davidp est un joueur professionnel belge sur Counter-Strike : Global Offensive. Récemment, il a fait parler de lui après s’être emparé du spot en ESEA MDL de son ancienne équipe, Team Heretics.Il semblerait que le joueur belge David Prins a retrouvé une équipe après le drama qui l’a opposé à ses anciens coéquipiers de Team Heretics.Pour rappel, malgré les critiques de la communauté, Davidp était dans son droit et avait l’occasion de recréer un projet autour de ce spot en Mountain Dew League.Et bien, c’est chose faite. Davidp fera équipe avec devoduvek, ayken, tabz et Bymas sous le tag Demolition Crew. Il précise dans son tweet d’annonce que l’équipe jouera tous les open qualifiers et tous les tournois proposés par des organisateurs. Demolition Crew is now officially up and running! Our lineup for MDL Season 33 will be: @davidpCSGO @aykencs @devoduvekk @tabzcsgo @bymascsWe'll be playing open qualifiers and any tournament organizers can contact us here: officialdavidpcsgo@gmail.com- David Prins (@davidpCSGO) January 14, 2020 Nous devrons attendre afin de voir si l’équipe aura une véritable synergie. De ce que l’on en sait, elle est très prometteuse.Tabz est un ex-joueur de chez LDLC qui s’est imposé dans son ancienne équipe grâce à son niveau de jeu, devoduvek est l’ancien coéquipier de Davidp chez Team Heretics, les deux joueurs se connaissent déjà très bien.Quant à ayken, il n’a pas eu d’équipe fixe depuis quelque mois après son passage chez Sprout en 2018. Pour finir, Bymas est un jeune joueur de 16 ans sans expérience si ce n’est la FACEIT Pro League.Demolition CrewDavid “davidp” PrinsBastian “ayken” SchendDavid “devoduvek” DobrosavljevicSimon “tabz” FeldtAurimas “Bymas” Pipiras

Counter-Strike : Global Offensive a battu son record moyen de joueurs en 2019

Counter-Strike : Global Offensive a battu son record moyen de joueurs en 2019

Le FPS de Valve a vécu un excellent cru 2019. Plus de sept années après son lancement, CS:GO attire toujours autant les foules. En témoignent ses excellentes statistiques en termes d’affluence : 400.000 joueurs par mois en moyenne, avec un pic à environ 770.000 joueurs en décembre.La nouvelle année oblige, il est temps de tirer les bilans de la précédente. C’est ce qu’a fait le site spécialisé SteamCharts. Il s’est en effet intéressé à la popularité de CS:GO au cours de la dernière année de la décennie passée.Le shooter phare de la scène esportive mondiale n’a pas perdu une ride depuis son lancement en 2012. Ayant su traverser les époques et perdurer malgré l’arrivée de concurrents plus ou moins sérieux mais aussi et surtout de nouveaux types de jeu (Battle Royale en tête), CS:GO aura su s’adapter et ainsi continuer à répondre aux attentes de la communauté. © SteamCharts Comment expliquer de tels chiffres?Force est de constater que les équipes en charge du développement du jeu ont su miser juste quant à leurs choix. L’apparition d’un Battle Royale, bien que moins populaire que les cadors de la discipline, aura eu le mérite de faire parler de lui et d’attirer la curiosité d’une nouvelle tranche de joueurs.La dernière mise à jour du jeu, “Shattered Web”, résume bien l’évolution du titre et la direction prise par les équipes techniques. En proposant de nouveaux skins pour les opérateurs, pour les armes mais également de nouvelles cartes, le joueur se retrouve face à un titre évoluant sans cesse. Même si la plupart du temps, il s’agit plutôt de faire du neuf avec du vieux. Mais cela fonctionne !Si l’on en croit SteamCharts, Counter-Strike : Global Offensive ne s’est jamais aussi bien porté ! Il s’est en effet payé le luxe de battre son record d’affluence moyenne de joueurs par mois. Une hausse considérable par rapport à l’année précédente, qui porte désormais ce nouveau record à 398.000 joueurs mensuels en moyenne. © SteamCharts En 2019, ce sont les trois derniers mois qui ont été les plus bénéfiques en termes d’affluence avec plus de 425.000 joueurs à chaque fois. Le mois de décembre a été remarquable puisqu’avec un pic à 777.000 joueurs, il devient le sixième mois le plus prolifique de l’histoire du jeu. Un tel score n’avait plus été atteint depuis janvier 2017.Le moins bon mois s’est avéré être avril avec un peu plus de 350.000 joueurs en moyenne sur le mois. Ce qui reste malgré tout un chiffre qui pourrait faire tourner la tête de nombreux studios concurrents !Ces bonnes statistiques sont certainement dues en partie au passage en free-to-play du jeu. Ce système économique, véritable révolution pour CS:GO, a su donner un coup de boost au titre après une année 2018 en demi-teinte. La gratuité des deux jeux les plus populaires du moment (Fortnite et League of Legends) n’est sans doute pas étrangère à ce choix.Un autre élément d’explication pourrait être la multiplication des compétitions esportives jouées sur le FPS. Les cashprizes offerts lors de certains tournois ont de quoi faire tourner la tête de tous les joueurs, et poussent certainement une tranche de passionnés à tenter l’aventure plus sérieusement et ainsi relancer le jeu de manière plus régulière. La sensation d’évolution “from Zero to Hero” est palpable, la médiatisation de plus en plus importante de la scène esportive et plus particulièrement de Counter-Strike renforce ce sentiment. La multiplication des qualifications en ligne gratuites pour des événements majeurs rend en effet ce rêve accessible à tous (ou presque). Malheureusement, il y a souvent beaucoup d’appelés pour très peu d’élus ! © ESL / Helena Kristiansson En Belgique, l’organisation et la médiatisation de compétitions touchent de plus en plus de monde. L’ESL Proximus Championship en est un bon exemple. Des centaines de passionnés se sont réunis pendant deux jours afin de partager la même passion. Ils étaient même encore plus nombreux sur internet à regarder la diffusion en direct via la plateforme Twitch.Tout cela créé une sorte d’émulation collective et pousse de plus en plus de joueurs à s’investir sur le jeu. Ce qui fait bien évidemment augmenter les statistiques d’affluence.Comparons un peu…Si l’on regarde les deux jeux Steam complétant le podium, on se rend compte que PLAYERUNKNOWN’S BATTLEGROUNDS a comptabilisé 368.000 joueurs en moyenne chaque mois contre 477.650 pour Dota 2. CS:GO se place en deuxième position derrière le MOBA de Valve !L’éditeur truste donc les deux premières places du classement avec ses titres. Dota 2, bien que plus discret au niveau médiatique que son cousin CS:GO, cartonne dans certaines zones géographiques du monde et a donc supplanté le shooter de près de 80.000 joueurs en moyenne par mois ! C’est énorme et presque inattendu. © SteamCharts / Année 2019 de Dota2 Bien entendu, ces titres se placent assez loin de Fortnite et ses 250 millions de joueurs au total. Ou encore de League of Legends et ses millions de joueurs par mois…Quid de 2020?Il y a fort à parier que CS:GO va continuer sur sa lancée en 2020. Le jeu, présent sur la scène esportive depuis les premières heures, n’est pas encore tout à fait prêt à baisser les armes et à rendre son titre de FPS star de la scène esportive mondiale.Les circuits les plus connus et les plus réputés vont bien entendu continuer cette année. De nouveaux vont également faire leur apparition, comme l’ESL Pro Tour par exemple. Les structures professionnelles ne vont donc certainement pas atténuer leurs investissements tant que des cashprizes de plus en plus colossaux seront mis en jeu. © ESL Même si le jeu ne devrait pas exploser tous ses records pour cette nouvelle année, il peut largement continuer sur son rythme de croisière et n’a pas à trembler face à la concurrence. Pas encore… Et quand bien même, faisons confiance aux développeurs pour trouver et exploiter de nouvelles idées afin d’aller toujours plus loin et de continuer à amuser et à passionner les foules. Et pourquoi pas avec l’intégration de la réalité virtuelle?En Belgique, les compétitions vont également reprendre. La grande nouveauté pour le moment étant le circuit “The Number One” proposé par le groupe Imperium (LouvardGame, Spawn Bar, Epsilon, Innovent). Cherchant à professionnaliser le subtop francophone, il mêlera tournois en ligne et LANs afin d’offrir la chance à tout le monde de vivre de sa passion.Si la deuxième édition de la Charleroi Esport ne devrait pas voir le jour avant 2021, on pourra toujours compter sur l’une ou l’autre organisation pour nous proposer des événements live de qualité.Counter-Strike : Global Offensive a donc encore de beaux jours devant lui et devrait continuer à battre des records dans le futur… © Colin Young-Wolff / Riot Games

Aucun belge ne figure dans les qualifiés pour l’IEM Katowice

Aucun belge ne figure dans les qualifiés pour l’IEM Katowice

L’IEM Katowice 2020 aura lieu du 27 février au 1er mars. 16 des meilleures équipes de Counter-Striker : Global Offensive au monde vont voyager jusqu’en Pologne pour tenter de remporter l’événement.L’événement qui prendra place à la Spodek Arena verra les meilleures équipes du monde s’affronter dans des matchs épiques. Parmi les équipes invitées, on retrouve Fnatic qui a remporté la Dreamhack Malmö 2019, Astralis qui a remporté l’IEM Beijing-Haidian 2019 ou encore mousesports qui est le vainqueur de l’ESL Pro League Odense 2019.Les frenchies de la Team Vitality sont également invités au côté de l’équipe Natus Vincere menée par s1mple. Du côté des équipes qualifiées, on retrouve pour l’instant FaZe Clan et G2 Esports pour les qualifiers européens, Cloud 9 pour le qualifier américain et Vici Gaming pour le qualifier asiatique. Les équipes attendues à l’IEM Katowice 2020 Astralis étant les champions en titre, il faudra se méfier de l’équipe danoise composée de dev1ce, dupreeh, Xyp9x, gla1ve et Magisk. L’autre équipe à surveiller de près et Team Vitality qui possède de gros éléments tels que ZywOo ou encore Shox.Le seul regret que l’on peut avoir est qu’aucun belge ne participera à cet événement. Tandis que l’IEM Katowice va battre son plein, c’est la guerre dans le subtop après que le joueur belge Davidp s’est emparé du slot ESEA MDL de la Team Heretics. Vous pouvez retrouver davantage d’informations sur cette histoire dans notre article dédié.

Davidp, l’ex-joueur CS:GO de la Team Heretics, s’est emparé du spot en ESEA MDL

Davidp, l’ex-joueur CS:GO de la Team Heretics, s’est emparé du spot en ESEA MDL

Davidp, un joueur belge connu dans la scène CS:GO, s’est emparé du spot de la Team Heretics en ESEA MDL après avoir été viré de l’équipe. L’ESEA MDL (Mountain Dew League) est une ligue sur Counter-Strike dans laquelle la plupart des grosses équipes d’Europe s’affrontent.Team Heretics avait une place dans cette ligue de prestige. Cependant, l’équipe espagnole a décidé de limoger son ancien capitaine, David “Davidp” Prins, de la composition. Ce dernier ne s’est pas laissé faire et a viré l’intégralité des joueurs de l’équipe sur le site d’ESEA. De ce fait, Davidp se retrouve en possession exclusive du spot. Après avoir fait beaucoup de bruit sur Twitter, le joueur a décidé de s’exprimer. You guys have to know that we played half of the season with JiNKZ & logaN then after with KioShiMa and Lucky, the only guy which i played the whole season with was Maka.I have been a part of this spot since day 1. 2/2- David Prins (@davidpCSGO) January 5, 2020 Je vais maintenant m’expliquer. Après que nous ayons quitté Heretics avec devoduvek, je me suis informé de comment cela allait se passer. J’ai questionné les administrateurs et lu les règles correctement. J’ai le droit de garder la place en MDL. J’ai l’occasion d’en faire quelque chose et je le ferai.Vous devez savoir que nous avons joué la moitié de la saison avec JiNKZ et logaN puis avec KioShiMa et Lucky, le seul gars avec qui j’ai joué toute la saison était Maka. Je fais partie de ce spot depuis le premier jour. Malgré les critiques de la communauté, Davidp est dans son droit et aura l’occasion de recréer un projet autour de ce spot en Mountain Dew League. De leur côté, Team Heretics sont contraints de jouer sans spot en ESEA, avec la composition suivante : Jérémy “jeyN” Nguyen Lucas “Lucky” Chastang Bryan “Maka” Canda Alexandre “xms” Forté Fabien “kioShiMa” Fiey

Nicolas “Keoz” Dgus, joueur chez Syman Gaming : “Je m’investis à fond dans mon équipe pour qu’on aille le plus loin possible ensemble.”

Nicolas “Keoz” Dgus, joueur chez Syman Gaming : “Je m’investis à fond dans mon équipe pour qu’on aille le plus loin possible ensemble.”

S’il est fréquent de voir des compatriotes quitter nos frontières pour pouvoir vivre de leur passion, rares sont les joueurs belges qui s’expatrient aussi loin que Nicolas “Keoz” Dgus. C’est en effet au Kazakhstan, pour la structure Syman Gaming, que le jeune Belge a posé ses valises virtuelles. Nous sommes donc partis à sa rencontre afin de comprendre son choix mais également de revenir sur ses récentes victoires en qualifications pour les WESG et à la NEST Pro 2019.Pour ceux qui ne te connaîtraient pas, pourrais-tu brièvement te présenter à nos lecteurs ? Je m’appelle Nicolas Dgus, plus connu sous le pseudonyme de “Keoz”, j’ai 19 ans dans une dizaine de jours, je viens de La Louvière et je suis joueur professionnel de Counter-Strike : Global Offensive.J’ai commencé les jeux vidéo très jeune, vers 6 ou 7 ans. Je jouais à la Playstation2 sur Pro Evolution Soccer puis je suis passé sur la Playstation3 et Call of Duty. J’ai donc débuté sur console.Puis un jour, ma sœur a eu un ordinateur. Elle jouait à League of Legends et Minecraft avec des amis de son école. Du coup, dès qu’elle n’était pas sur l’ordi, j’en profitais et c’est comme ça que je suis devenu un joueur PC.J’étais encore jeune mais j’ai pas mal joué à League of Legends. J’avais un assez bon niveau dessus, je suis même arrivé à monter au rang “Diamant 1” alors que je n’avais que douze ans. C’est complètement dingue quand j’y pense !C’est en regardant des vidéos sur Youtube que j’ai eu envie de tester Counter-Strike.À quel moment es-tu passé du récréatif au compétitif?Je jouais aussi pas mal à Hearthstone à cette époque. J’ai vu qu’il existait des compétitions en ligne sur le jeu où il était possible de gagner 25 ou 50€. J’ai tenté ma chance plusieurs fois mais je n’ai jamais rien gagné.Puis un jour, je suis passé sur le stream d’un joueur Counter-Strike qui jouait sur FaceIt. C’est là que j’ai découvert qu’il existait une plateforme proposant un ranking par ELO comme sur League of Legends. Cela m’a directement attiré et je me suis donc inscrit à mon tour.J’ai commencé à “try hard” pour atteindre le niveau 10 et c’est en y jouant beaucoup que j’ai su me faire repérer par ma première équipe. C’est de là que tout est parti : les premiers entrainements, les premières LANs, …On le sait peu mais tu es passé par la structure belge Sector One à tes débuts. Quels souvenirs as-tu gardé de cette époque ? Franchement, c’était kiffant de découvrir une nouvelle atmosphère avec les compétitions, les LANs, …C’était beaucoup plus stressant. Tu arrives dans le milieu, tu n’es personne. Tu dois donc faire tes preuves, c’est ce qui m’a plu.Depuis le début de ta jeune carrière, on a pu te voir dans différentes équipes francophones telles qu’Oserv Esport, MaxiSaucisse, Epsilon. Tu fais partie aujourd’hui de la structure Syman Gaming qui est basée au Kazakhstan. Comment as-tu atterri là ?À force de jouer sur FaceIt, j’ai réussi à me qualifier pour la FaceIt Pro League. Cela m’a aussi permis d’avoir une invitation en “Rank S” sur la plateforme ESEA.C’est en jouant en “Rank S” que j’ai fait la connaissance de plusieurs joueurs parlant le russe. Il faut savoir que grâce à mes origines, je me débrouille plutôt bien dans cette langue.J’ai pu leur démontrer mon niveau de jeu à plusieurs reprises et au bout d’un moment, ils m’ont appelé pour passer un test dans leur équipe. C’était Syman Gaming. J’ai réussi à les convaincre et c’est comme ça que j’ai intégré la structure. © StarLadder Pourquoi partir si loin alors que certaines structures francophones te voulaient?La première chose qui m’a attiré chez eux est la possibilité de se qualifier pour un “Major” plus facilement qu’en restant en Europe. Les qualifications de la zone CIS présentent moins de niveau que chez nous. J’ai donc saisi l’opportunité que l’on m’offrait.En plus, lors de mes tests chez eux, j’ai vraiment été très impressionné par leur niveau de jeu !La zone CIS est-elle une étape de transition dans ta carrière? Comptes-tu t’y investir à fond ou cela va te servir de tremplin pour revenir dans une équipe du top ici en Europe?Seul l’avenir nous le dira. Aujourd’hui, je m’investis à fond dans mon équipe pour qu’on aille le plus loin possible ensemble.Quelle est la différence entre la scène CS:GO européenne et celle de la zone Asie-Pacifique dans laquelle tu évolues aujourd’hui ?Les joueurs se prennent peut-être un peu moins la tête au niveau des stratégies de jeu.Pour le reste, c’est très similaire contrairement à ce que l’on pourrait croire. Au niveau de la mentalité, cela dépend contre qui tu tombes. Tu peux avoir des gens très toxiques en Europe comme en CIS, mais l’inverse est également vrai.C’est pareil pour les tournois. La qualité dépend de l’organisateur, pas de sa nationalité.Ta famille et ta sœur en particulier avaient une grande importance dans tes choix esportifs auparavant? Est-ce toujours le cas?Non, ce n’est plus autant le cas qu’avant.Mes proches ont été plutôt surpris de mon choix quand j’ai choisi une équipe du Kazakhstan mais ils ont respecté ma décision. Ils me font confiance.Cela ne m’empêche pas de leur demander des conseils régulièrement lorsque je suis face à des décisions importantes. Ils ne choisissent pas à ma place mais ces conseils restent très importants dans toutes mes décisions esportives.Mais je pense que j’aurais signé chez Syman Gaming quoi qu’il arrive.Et vu comment les choses se déroulent, ma famille est très fière de moi. Mes parents me supportent sur tous les matchs, ils essaient de tous les regarder ! Ils investissent de leur temps pour ça et sont très ouverts aux sports électroniques. © StarLadder Ton équipe est composée de Russes et de Kazakhstanais. Est-ce difficile, dans le jeu et en dehors, de communiquer avec tes équipiers ?Au début, c’était compliqué parce que je ne connaissais pas les termes techniques propres à CS:GO en russe.J’ai appris la langue à la maison, on y parle russe régulièrement. Je n’ai donc pas appris ça à l’école. Je ne sais pas le lire non plus.Mais avec le temps, je me suis amélioré et aujourd’hui, ça va beaucoup mieux !Il y a cinq heures de décalage avec le Kazakhstan. Comment gères-tu cela ?Pour le moment, je me suis rendu deux fois au Kazakhstan pour les qualifications pour les WESG.Sinon, Syman Gaming a une base en Russie plus proche de l’Europe. On s’y rend pour faire nos bootcamps et d’importantes qualifications en ligne. Là-bas, il n’y a qu’une heure de décalage par rapport à ici donc c’est tout à fait gérable.Mais il m’est arrivé de jouer de Belgique, par exemple le Qualifier pour le Minor de Berlin, parce que j’étais en période d’examens. Mes déplacements dépendent aussi du lieu où se trouvent le serveurs de jeu. Impossible pour moi de jouer de Belgique sur des serveurs russes par exemple.Vous vous êtes récemment qualifiés pour les WESG de la zone Asie-Pacifique. Raconte-nous un peu votre parcours pour en arriver là ?Pour pouvoir prendre part aux qualifications de la zone CIS, on a dû intégrer un troisième joueur du Kazakhstan. Celui-ci a donc pris la place du Russe “n0rb3r7”.On a d’abord dû passer par les qualifications en ligne du Kazakhstan. Je n’ai pas su la jouer parce que j’étais en Belgique et qu’elles se faisaient sur des serveurs se trouvant là-bas.On s’est qualifié pour la qualification fermée en LAN. On a simplement dû jouer un BO3 contre Winstrike. On a gagné assez facilement 2 à 0.Grâce à notre victoire, on s’est qualifié pour une autre LAN où d’autres pays nous ont rejoints. On a terminé deuxième derrière AVANGAR, mais on s’est tout de même qualifié pour les WESG de la zone Asie-Pacifique.C’est la dernière étape avant les WESG 2019 !Vous allez potentiellement y rencontrer des gros morceaux comme TYLOO et les nouveaux Virtus.pro. Quel sera votre objectif lors de ce tournoi ?On va tout faire pour passer à l’étape suivante et se qualifier pour les WESG. Il y a deux places qualificatives et même si on va jouer avec une lineup différente de notre cinq de base, on garde bon espoir de décrocher un des deux tickets mis en jeu.Les équipes engagées ne nous font pas particulièrement peur. Il y a quand même Virtus.pro qui est une excellente équipe, mais le fait qu’il y ai deux tickets nous rassure sur nos chances de qualification.Quoi qu’il arrive, on va tout donner à chaque match !Ce week-end, vous avez remporté le NEST Pro 2019, un tournoi en Chine doté de 50.000$. Vous avez notamment sorti TYLOO, 22ème au ranking CS:GO mondial. Quel effet ça fait?Franchement, rien de spécial. Ce n’est pas la première grosse équipe que l’on bat. On sait de quoi on est capable, on s’entraine beaucoup et donc battre une grande équipe ne nous étonne pas plus que ça au final.On a juste appliqué ce que l’on fait à l’entrainement et c’est passé. © CGA Quels seront vos objectifs en 2020?L’objectif principal est de se qualifier pour le “Major”.On veut également se qualifier à d’autres tournois comme des “DreamHack Open”, …Les WESG sont également un objectif mais ce ne sera pas notre priorité puisque la lineup ne sera pas au complet pour cet événement.Va-t-on avoir la chance de te croiser en Lan ici en Belgique l’année prochaine?Tout va dépendre de mon emploi du temps. Si je suis en Belgique et que je n’ai pas d’entrainements ou de matchs importants avec Syman Gaming, pourquoi pas.J’essayerai probablement de refaire une LouvardGame, qui est pour moi le meilleur tournoi en Belgique. J’ai toujours pris du plaisir à y participer avec des potes.Merci d’avoir pris le temps de nous répondre, je te laisse le traditionnel mot de la fin.Je remercie tous nos supporters pour leur soutien, mais également ceux qui encouragent mon équipe. Attendez-vous à voir de bons résultats en 2020 !

Keoz remporte les NEST Pro Series 2019 sur CS:GO avec Syman Gaming

Keoz remporte les NEST Pro Series 2019 sur CS:GO avec Syman Gaming

Les NEST Pro Series sont un tournoi professionnel sur CS:GO organisé par CGA eSports et U Can Company. La finale de l’événement a eu lieu et un Belge fait partie des vainqueurs. La finale qui a eu lieu au Suzhou Yangcheng International E-sport Hall a vu Syman Gaming s’imposait face à TYLOO, une organisation chinoise réputée. Après trois mois de compétition en ligne, les meilleurs équipes de différentes régions du monde (Asie, Europe et Sud-Amérique) se sont retrouvés en Chine dans le stade. C’est finalement après 4 jours de compétition, du 12 au 15 décembre, que l’équipe gagnante a été désignée et proclamée championne. Avec une part des 50 000 dollars de cashprize à la clé, Syman Gaming (neaLaN, Perfecto, Ramz1kBO$$, Keoz et n0rb3r7) a fait tout pour prendre l’avantage face à TYLOO (somebody, BnTeT, Summer, Attacker et Freeman) Syman Gaming remporte les NEST Pro Series 2019 sur CS:GO – © CGA Solaar, le coach de Syman Gaming, s’est entretenu avec prosports.kz à propos de ce match incroyable : “Objectivement parlant, l’équipe du Brésil et Big Time Regal de Chine sont plus faibles que nous, nous avons donc considéré TYLOO comme le principal rival avant le tournoi. Mais comme la finale la montré, ils n’étaient pas suffisamment prêts pour cette compétition […] Il n’y a eu aucun problème avec notre motivation, puisque nous étions déterminés à nous battre durant chaque round, match ou situation. Nous avons remporté la finale sans donner une seule carte !“ Finalement, c’est Ramz1k qui obtiendra le titre de MVP de l’événement après une très bonne performance durant l’intégralité du tournoi. Encore une fois, la Belgique brille à l’international et cela fait plaisir à voir !

Daniel “smogger” Adgamov, capitaine de Game Fist : “Sur scène, une fois que le premier round commence, le public n’existe plus, vous êtes dans le match.”

Daniel “smogger” Adgamov, capitaine de Game Fist : “Sur scène, une fois que le premier round commence, le public n’existe plus, vous êtes dans le match.”

L’ESL Proximus Championship et la Kayzr League sont deux événements majeurs de la scène CS:GO belge. Leurs finales se jouent à quelques semaines d’intervalle et rares sont les équipes prenant part aux deux !C’est le cas de la structure Game Fist. Après leur finale manquée lors de l’ESL Proximus Championship et leur défaite 2 à 0 face aux Tenerife Titans, l’équipe a immédiatement dû se remobiliser afin d’attaquer la phase finale de la Kayzr League de la meilleure des manières.Qualifié pour les demi-finales de la compétition après plusieurs semaines de duels acharnés, Game Fist a affronté One One esports ce mardi pour tenter d’enchaîner une deuxième finale d’affilée après celle de l’ESL Proximus Championship.Malheureusement, les hommes de Daniel « smogger » Adgamov se sont fait surprendre et se sont inclinés 2 à 0.Nous sommes donc partis à la rencontre du capitaine de Game Fist afin d’avoir son opinion sur les deux performances contrastées de son équipe et de connaître leurs prochains objectifs.Pour ceux qui ne te connaîtraient pas, pourrais-tu brièvement te présenter à nos lecteurs ?Je m’appelle Daniel « smogger » Adgamov et je suis joueur de Counter-Strike : Global Offensive.Je joue à CS:GO de manière compétitive depuis 2012. J’ai joué pour plusieurs équipes ces dernières années, ce qui m’a permis de gagner pas mal de tournois dans ma carrière.Aujourd’hui, tu fais donc partie de la structure Game Fist. Comment es-tu arrivé là ? Cela s’est fait très naturellement. L’année dernière, je jouais pour Sector One et nous avons terminé dans le top 4 de la Kayzr League. Nous avions de ce fait gagné le droit de participer à la phase de relégation de cette année.Ce ticket appartenant aux joueurs et non à la structure, lorsque nous avons quitté Sector One, nous avons dû recomposer une équipe pour y participer.On a réussi à le faire un jour seulement avant la date limite et comme nous n’avions toujours pas retrouvé de structure à représenter, nous avons contacté Game Fist. C’est comme cela que nous avons signé chez eux. © Benjamin Meulemans On vous a vu il y a 15 jours à la finale de l’ESL Proximus Championship. D’abord, comment se sont passés vos qualifications ?La phase de relégation a été super facile pour nous ! Je dois admettre que 50% des équipes n’y ont même pas participé, ce qui nous a facilité la tâche !Je pense même que notre ancienne équipe, Sector One, n’a pas dû jouer un seul match ! Pour notre part, nous n’avons eu qu’une rencontre à disputer.Par contre, la phase de groupes a vraiment été désastreuse pour nous. À l’époque, nous jouions en mix et j’ai dû m’arranger avec d’autres joueurs chaque semaine car à chaque fois, nous avions au minimum un absent dans la lineup! Un grand merci à l’administrateur ESL « HolyBunny », il s’est montré très compréhensif envers nous et il nous a beaucoup aidé!Vous avez donc affronté Sector One en demi-finale de l’ESL Proximus Championship. Vous n’étiez pas forcément favoris et pourtant vous avez su brillamment remporter ce match. Comment l’expliques-tu ?(rires) J’étais convaincu que nous pouvions gagner contre eux ! Mais quand nous avons perdu la première manche sur Mirage, j’ai immédiatement su que les choses allaient se compliquer grandement et que nous devions faire un sacré come-back. Au final, mes coéquipiers ont montré un très bon niveau de jeu et nous avons réussi à gagner sur Nuke et Overpass. Nous avons pris le match round après round.Comment se prépare-t-on mentalement avant de rentrer sur scène ?Surtout en riant et en faisant des blagues. Parce que lorsque l’atmosphère est trop calme, vous pouvez commencer à trop penser et alors le stress peut pointer le bout de son nez. Ce n’est jamais bon !On vous a vu particulièrement heureux après cette victoire. Comment avez-vous géré la pause entre vos deux matchs ?Nous sommes d’abord allés nous rafraîchir! Ensuite, nous avons eu notre session d’autographes.Après cela, nous avons juste été manger quelque chose puis nous avons regardé l’autre demi-finale opposant Vanguard à Tenerife Titans.La finale contre Tenerife Titans s’est malheureusement moins bien passée. Que s’est-il passé ? Étaient-ils vraiment trop forts pour vous dans ce match ?Nous le savions, ce sont tous de bons joueurs. Mais pour le coup, je pense que Sector One était meilleur ce jour-là.Malheureusement, nous avons mal géré la première manche et nous leur avons donnée quasiment sur un plateau ! (ndlr : Game Fist a mené 13 à 7, puis 18 à 15 en overtime avant de perdre la manche 25 à 21).On s’est donc retrouvé dans la même situation que face à Sector One en demi-finale. Malheureusement, cette fois, nous n’avons pas réussi à inverser la tendance et nous avons perdu sur Inferno.Est-ce que le fait de jouer sur scène devant un public ajoute du stress ? Au début, un peu oui. Mais une fois que le premier round commence, le public n’existe plus, vous êtes dans le match. © Benjamin Meulemans Comment avez-vous géré le fait d’être passé si près du titre ?Nous savions que nous pouvions obtenir la première place mais au final, nous étions déjà très heureux d’avoir pu gagner contre Sector One.Heureusement sinon cela aurait été la cinquième fois dans ma carrière que je n’aurais pas réussi à passer le stade des demi-finales d’un grand tournoi !Vous avez enchaîné ensuite par la demi-finale de la Kayzr League. One One semblait à votre portée mais vous avez tout de même perdu ce match. Que s’est-il passé ?Le match s’est joué le 10 décembre dernier. Malheureusement, deux de nos joueurs faisant partie du noyau dur n’ont pas su être présents : “CRUC1AL” et “Lenny”.One One n’a pas eu la possibilité de reporter le match à plus tard alors nous avons commencé à jouer avec deux remplaçants. C’est difficile d’intégrer autant de joueurs occasionnels d’un coup et nous n’avons pas réussi à trouver les automatismes et une osmose suffisante pour battre One One esports. C’est dommage.Est-ce des séquelles de l’ESL Proximus Championship ?Absolument pas ! Notre lineup en ESL Proximus Championship et lors de cette demi-finale de Kayzr l’équipe n’était pas du tout la même. Ce qui explique notre contre-performance.Quels sont vos prochains objectifs en 2020 ?Nous représentions Game Fist pour l’ESL Proximus Chmapionship et la Kayzr League. Aujourd’hui, nous sommes donc à nouveau sans structure.Je cherche actuellement à créer une autre équipe mais je ne peux malheureusement pas fournir d’informations à ce sujet pour le moment. Je peux néanmoins déjà vous dire qu’une annonce officielle sera faite dans peu de temps !Pourra-t-on vous revoir en action prochainement sur le sol belge ?La saison CS:GO est terminée pour nous cette année. Mais en principe, notre prochain tournoi sera la LouvardGame en février, suivi de la Frag-o-Matic le week-end d’après.On pourra dès lors nous revoir sur le sol belge très prochainement ! (rires) © Benjamin Meulemans Mot de la finJe tiens à remercier le public pour leur soutien, sans vous, nous n’existerions pas !

Aperçu : phase finale CS:GO de la Kayzr League

Aperçu : phase finale CS:GO de la Kayzr League

La société flamande Kayzr est devenue, en l’espace de quelques années, incontournable sur la scène esportive du BeNeLux. Proposant une plateforme en ligne totalement gratuite permettant de se mesurer à des adversaires proches de chez soi, l’entreprise a déjà séduit plusieurs milliers de joueurs venant d’un peu partout en Europe !Fort de son succès, Kayzr a lancé dans la foulée une ligue compétitive destinée à faire s’opposer les meilleures équipes du BeNeLux. Appelée « Kayzr League », cette dernière se joue sur plusieurs jeux, dont Counter-Strike : Global Offensive, Rocket League, League of Legends et Hearthstone.Preuve du sérieux et de la bonne forme de l’événement, c’est presque naturellement que Kayzr s’est associé pour 2020 avec LouvardGame afin d’intégrer le circuit « Number One » de la marque et ainsi tenter de se faire mieux connaitre en Wallonie. Chaque étape CS:GO de la prochaine saison fera remporter des points au classement de ce « Number One » et permettra donc aux joueurs de tenter de se qualifier pour la grande finale. © The Number One Cette année, deux des quatre finales ont déjà été jouées : Rocket League et League of Legends.C’est la structure hollandaise mCon esports qui s’est largement imposée sur Rocket League après une qualification sur le fil lors de la phase classique. L’équipe « Gekke Mannen », composée pour l’occasion, n’aura rien pu faire et finira par s’incliner 1 à 4 lors de cette finale.En revanche, sur League of Legends, la phase de qualification aura été plus disputée puisque Defusekids et Sector One termineront premiers ex-aequo. Ce sont d’ailleurs eux que nous avons pu retrouver en finale. Comme souvent, ce sont les Defusekids qui se sont emparés du titre face à des Sector One sans solutions.Les prochaines finales auront lieu les 14 et 15 décembre prochains : le samedi au complexe de Réalité Virtuelle R.A.V.E.N. à Bruxelles pour la finale CS:GO et le dimanche à l’Esports Game Arena d’Alphen aan den Rijn aux Pays-Bas pour Hearthstone.Intéressons-nous de plus près à la finale CS:GO où le spectacle risque bien d’être au rendez-vous !Après cinq semaines de qualifications acharnées, quatre équipes ont réussi à se hisser en haut du classement afin de se qualifier pour la grande finale et ses 4.000€ de cashprize. © Kayzr La première journée de la phase classique de la Kayzr League a déjà donné de bonnes indications sur la suite de la compétition. mCon et Sector One ne lâchant rien jusqu’à aller en overtime pour finalement voir mCon s’imposer, Asterion et Game Fist s’inclinant lourdement face à JoinTheForce et One One esports.Surprise en revanche lors de la deuxième journée puisque si mCon allait continuer sur sa lancée en s’imposant face à Game Fist, on a eu droit au réveil d’Asterion qui n’a laissé aucune chance à Sector One. JoinTheForce finira également par tomber face à One One esports.mCon et One One esports ayant pris une légère avance au terme des deux premières manches, la troisième journée pouvait déjà s’avérer décisive pour la qualification.Si JoinTheForce et Asterion semblaient déjà hors du coup après leur défaite contre Game Fist et mCon, la surprise a eu lieu dans le match opposant One One esports à Sector One. Les « Foxes » vont littéralement rouler sur leurs adversaires en s’imposant 16 à 3 ! Si le haut du classement semblait tout doucement se dessiner, les deux dernières places qualificatives semblaient elles encore à la portée de beaucoup.L’avant-dernière manche à définitivement scellé le sort d’Asterion puisque la structure va une nouvelle fois s’incliner, cette fois face à One One esports. mCon se fera également surprendre par JoinTheForce et Sector One n’arrivera pas à garder la bonne dynamique de la semaine précédente en perdant face à Game Fist.La dernière journée de la phase classique de cette Kayzr League a vu deux forfaits, un de la part d’Asterion (déjà éliminé) et l’autre de One One esports (déjà qualifié). En revanche, le troisième match allait décider qui de Sector One ou JoinTheForce allait empocher son ticket pour la grande finale !La pression était maximale et les deux équipes sont restées coude à coude jusqu’à ce que Sector One se détache légèrement et remporte la victoire 16 à 13.Les quatre finalistes sont maintenant connus : mCon (4V-1D), One One esports (3V-2D), Game Fist (3V-2D) et Sector One (2V-3D).Grâce à ce classement, on peut déterminer à l’avance l’affiche des demi-finales. Nous aurons donc droit à mCon face à Sector One et Game Fist face à One One esports.mCon esportsLa structure hollandaise a réussi l’exploit de remporter la phase classique de la Kayzr League avec un tout nouveau roster. En effet, l’équipe a officialisé un tout nouveau cinq de base pour cette nouvelle saison. Seul Jamie “luosrevo” Lammers revenait en terrain conquis puisqu’il est le seul rescapé de la lineup qui a remporté la troisième édition de la Kayzr League l’an passé.Déjà vainqueur d’une Kayzr League et impressionnant lors de la phase de poules, mCon esports fera sans doute office de favori de la compétition. On notera également leur deuxième place lors de l’ESL Dutch Championship Summer 2019 où ils ne s’inclineront qu’à deux reprises tout au long de la compétition : une fois en poule face à Defusekids et lors de la finale face à ces mêmes joueurs. © mCon Esports One One esportsComposée essentiellement de joueurs belges, l’équipe CS:GO des One One esports est capable du meilleur comme du pire.On les aura notamment vu battre Defusekids fin septembre lors du tournoi de qualification pour la DreamHack Open Rotterdam, ainsi que Game Fist (finaliste de l’ESL Proximus Championship) mais également perdre des rencontres pourtant plus abordables sur papier.La lineup ne devrait en théorie par créer la surprise lors de cette Kayzr League mais attention tout de même à ne pas trop les sous-estimer. Iulian Alexandru “ALEXJ” Jitaru et ses hommes ont de l’expérience à revendre et ont réalisé une phase classique plus que correcte. Reste à voir s’ils sauront trouver la même efficacité sur scène le jour J. © Valve Game FistGame Fist est l’équipe en forme du moment. Après un parcours parsemé d’embûches lors de la qualification pour la finale de l’ESL Proximus Championship, l’équipe a démontré quelques difficultés à imposer son jeu lors des rencontres plus disputées.Mais contre toute attente, elle a su se débarrasser de Sector One en demi-finale sur scène et faire un joli top2 lors de cette deuxième saison de l’ESL Proximus Championship. Mais on a également pu s’apercevoir de leur fragilité lorsqu’il s’agit de partie à fort enjeu, face à des équipes sur le papier favorites.Il faut espérer que cette bonne performance leur ai fait passer un cap et que les talents en place dans l’équipe sont potentiellement capables de viser la plus haute marche du podium ! © Benjamin Meulemans Sector OneSector One était probablement l’équipe ayant le plus de confiance dans ses valises avant le début de la phase finale de l’ESL Proximus Championship. Ayant terminé la phase classique avec six victoires pour une seule défaite, les « Foxes » pouvaient légitimement croire en leur chance et avaient certainement prévu de retrouver les Tenerife Titans en finale.Ajoutez à cela leur excellent parcours en ESEA Main cette saison et toutes les conditions semblaient réunies pour que Sector One bataille pour le titre final. Malheureusement pour eux, il n’en fût rien puisqu’ils sont tombés 1 à 2 face aux surprenants Game Fist, et ce malgré le gain de la première manche.Simple erreur de parcours ? Pression de la scène et du public ? Espérons que l’équipe ait pu trouver et corriger ses erreurs car après un parcours compliqué en phase classique de Kayzr League, il faudra que Jarne « Kzealos » Van Ransbeeck et ses hommes soient à 100% pour espérer créer l’exploit face à mCon ! © Benjamin Meulemans Demi-finale #1 : mCon vs Sector OneLa première demi-finale opposera donc mCon à Sector One le 9 décembre à 19h00. Si l’on suit la logique sur papier, mCon devrait s’imposer au terme de la rencontre. La bonne forme des Hollandais couplée à la contre-performance des « Foxes » lors de la phase finale de l’ESL Proximus Championship devraient peser lourdement dans la balance.Attention tout de même à l’excès de confiance d’un côté et au sursaut de la bête blessée de l’autre. Et rappelons qu’il y a un mois, Sector One avait poussé mCon en overtime lors de la journée d’ouverture de la Kayzr League ! Une surprise est donc toujours envisageable mais nous mettons mCon vainqueur.Demi-finale #2 : One One esports vs Game FistLes deux équipes se sont également rencontrées lors de la première journée de la compétition. One One esports avait écrasé Game Fist 16 à 5 ! Mais attention à ne pas tirer de conclusions trop hâtives. One One a quelque peu baissé le rythme au fil de la compétition jusqu’à carrément déclarer forfait lors de la dernière journée.Game Fist sort d’une finale perdue lors de l’ESL Proximus Championship mais y aura fait le plein de confiance.C’est probablement le match le plus indécis des deux, ce dernier sera sans doute aiguillé par la forme du jour des deux équipes. Ces demi-finales se jouant en BO3, Game Fist pourrait prendre l’ascendant psychologique et finir par s’imposer au terme d’une rencontre disputée.ConclusionSi la logique de la phase classique est respectée, c’est mCon qui devrait s’adjuger le titre. Le reste du podium reste assez indécis, mais Game Fist et Sector One devraient normalement y figurer en bonne place.Rendez-vous donc le 9 décembre à 19h00 pour la première demi-finale opposant mCon à Sector One, le 10 décembre pour One One esports contre Game Fist et le 14 décembre à 11h00 pour la grande finale sur scène !

Le Français NBK rejoint l’équipe OG sur CS:GO

Le Français NBK rejoint l’équipe OG sur CS:GO

La structure OG est très connue pour le niveau de son équipe Dota 2. L’organisation affiliée à Redbull se lance dans un nouveau challenge en recrutant une équipe sur Counter-Strike: Global Offensive.L’organisation e-sport OG est mondialement réputée pour son excellence en terme de niveau sur les scènes où elle est présente. Sur Dota 2, ils ont remporté la Coupe du Monde, The International, en 2018 et 2018. Pour rappel, cette compétition est celle qui a le plus gros cashprize au monde avec près de 16 millions de dollars cette année.La composition présentée pour CS:GO semble incroyable sur le papier. Cocorico, un joueur français fait partie de l’équipe, il s’agit de Nathan “NBK” Schmitt qui était auparavant chez la Team Vitality aux côtés de ZywOo, RPK, apEX et Alex. © OG Dans cette nouvelle aventure, ses coéquipiers seront Aleksib, valde, ISSAA et mantuu. Ce dernier est un rookie de la scène qui n’est pas encore connu du grand public. Il reste à voir s’il sera la nouvelle révélation en étant entouré par des vétérans de la scène.OG a sorti une vidéo pour annoncer l’équipe, NBK est présenté comme le “Kingmaker” qui parvient toujours à faire frémir la foule.Premièrement, nous avons besoin d’un homme français grognon, le “Kingmaker”, dont les opinions et les clutch plays parviennent toujours à exciter la foule Alors que l’équipe s’entraînait déjà ensemble depuis quelques semaines, de nombreuses rumeurs s’étaient répandues sur la toile. En tout cas, une seule chose est clair : OG est là pour gagner.

Steven “Stev0se” Rombaut, capitaine des Tenerife Titans : “Nous étions tous convaincus que nous allions gagner le tournoi.”

Steven “Stev0se” Rombaut, capitaine des Tenerife Titans : “Nous étions tous convaincus que nous allions gagner le tournoi.”

Après sa victoire en ESL Proximus Championship sur CS:GO, le capitaine des Tenerife Titans nous résume le parcours de son équipe, nous parle de ses hauts et ses bas, du sentiment de jouer sur scène devant un public et de ses futurs objectifs. Pour ceux qui ne te connaîtraient pas, pourrais-tu brièvement te présenter à nos lecteurs ? Je m’appelle Steven “Stev0se” Rombaut, j’ai 26 ans. Je suis capitaine des Tenerife Titans et je viens de remporter l’ESL Proximus Championship sur CS:GO. J’ai commencé à jouer à Counter-Strike : Source en 2007, mais pas sérieusement dans un premier temps. J’ai vraiment commencé à jouer de manière compétitive avec l’arrivée de CS:GO. J’ai commencé à percer dans le sport électronique en 2014 quand j’ai atteint mon premier top 3 à la Frag-o-Matic. C’était juste avec une équipe mixte, entre amis, et c’est comme ça que j’ai commencé. C’est à ce moment-là que j’ai pensé que je pouvais vraiment songer à construire quelque chose à partir de cette base et que j’ai commencé à jouer un peu plus sérieusement. Je me suis donc mis à la recherche d’une équipe parce que je n’avais aucune expérience dans le milieu. Au fil des années, j’ai fini par en acquérir et suis devenu capitaine de ma line-up. Tu as écumé pas mal d’équipes ces dernières années en Belgique. Aujourd’hui, tu fais partie de la structure espagnole Tenerife Titans. Comment en es-tu arrivé là ? Tenerife Titans m’avait en fait demandé quelques mois auparavant de venir jouer seul et de rejoindre une line-up espagnole mais je ne voulais pas quitter mon équipe parce que nous avons commencé à gagner nos premières LANs ensemble. Je ne voulais pas en partir. J’aurais certes gagné plus d’argent mais j’aurais dû jouer à un niveau inférieur. Quelques mois plus tard, ils m’ont recontacté et demandé si je n’étais pas intéressé de les rejoindre avec tous mes équipiers. Nous venions alors tout juste de rejoindre Epsilon à l’époque. On a finalement accepté, sauf Dries qui ne pouvait pas jouer à plein temps à cause de ses obligations scolaires. © Lionel Mealfeyt Quelle est la différence entre la scène CS:GO espagnole et la scène belge ? La différence tient simplement dans le fait que chaque personne qui veut jouer dans la ligue espagnole doit toucher une certaine rémunération de la part de sa structure. Sinon, ces équipes ne sont pas autorisées à prendre part à la compétition. Chaque équipe doit donc avoir de l’argent à investir et chaque joueur doit en profiter. En Belgique, il y a les Defusekids qui gagnent un peu d’argent et c’est à peu près tout. Les autres structures ne paient qu’une petite contribution pour le temps passé à les représenter, mais cela fait finalement très peu. On vous a vu ce week-end à la finale de l’ESL Proximus Championship. Raconte-nous un peu ton parcours pour en arriver là. Nous avons joué la première qualification pour l’ESL Proximus Championship et nous l’avons gagné. Ensuite, nous avons perdu le premier match en phase de groupes. C’était un match indécis. Et après ça, on n’a plus rien perdu. On a tout de même été forcé de jouer deux prolongations lors de cette phase et le plus compliqué était que nous n’avions plus de cinquième joueur depuis le départ de Dries. Nous avons donc dû jouer avec cinq remplaçants différents et au final, aucun n’a su s’imposer comme étant un membre à part entière de l’équipe. Nous sommes donc toujours à la recherche d’un cinquième joueur. Denzstou nous a dépanné ce week-end lors de la finale, mais c’est notre remplaçant officiel. En fait, on a gagné l’ESL Proximus Championship avec une doublure. Comment se prépare-t-on mentalement avant de rentrer sur scène ? Il y a quelques semaines, on a joué la finale de la Gameforce. Je pense que cela nous a donné un avantage. Nous avons déjà l’habitude de savoir ce que c’est que de jouer sur scène avec du public. Nous n’avons plus aucun problème avec ça. Nous avons joué beaucoup de LAN ensemble. Nous ne ressentons plus aucune pression. Il y a toujours le petit « Hoppa Boys ! » avant de sortir des coulisses ? Ah oui (rires). Bien sûr, et même plus que ça ! Vous avez affronté Vanguard en demi-finale. On vous a vu un peu peiner à rentrer dans le match. Comment expliques-tu cela ? À titre personnel, j’ai eu beaucoup de mal à trouver mon niveau. J’ai dit à mon équipe : ” Je suis en 4-14 les gars et je ne sais pas ce qui se passe !”. Après ça, j’ai fait une bonne action et j’ai finalement commencé à me sentir un peu mieux dans mon jeu. Mais je n’avais pas passé assez de temps à m’échauffer sur les ordinateurs de scène pour les demi-finales et du coup, je l’ai fait pour la finale. J’y ai joué 20 à 30 minutes avant la finale et après ça, tout s’est beaucoup mieux passé. © Benjamin Meulemans Est-ce que cela a influencé ta manière de leader ingame? Je crois que j’ai beaucoup plus de confiance en moi pour diriger quand je joue bien. Si j’éprouve des difficultés, tenir le rôle de leader en jeu sera aussi plus difficile parce que j’ai moins confiance en moi. Mais je pense que dans les rounds où j’ai mal joué, nous avions toujours le contrôle. Vous vous êtes finalement qualifiés pour la finale. Comment avez-vous géré la pause entre vos deux matchs ? Il a fallu descendre assez vite de scène. Ensuite, nous avons aussi dû faire une interview et quelques vidéos, ce qui nous a fait du bien. Personne n’était stressé. Nous étions tous convaincus que nous allions gagner le tournoi. On vous a senti bien meilleurs collectivement lors de la finale mais également toi personnellement. Comment expliques-tu cela ? Le fait d’avoir pu m’échauffer une demi-heure sur les ordinateurs de la scène m’a vraiment fait du bien. J’ai senti que j’étais prêt. Dans le match, nous avons eu un bon départ suivi d’une très mauvaise période. Nous étions menés 7 à 14 à un moment donné, alors que nous gagnions 4-1 au début. Mais j’ai su garder le bon rythme et j’étais donc confiant quant à notre come-back. Et nous avons réussi à le faire, même si nous avions six ou sept balles de match contre nous ! Qu’as-tu ressenti lorsque tu as soulevé la coupe devant les caméras et le public présent ? C’était un sentiment incroyable ! C’était des émotions très différentes de celles que nous avions ressenties quand nous avons gagné la Gameforce parce qu’il y avait beaucoup de public ici, c’était une très belle scène dans une superbe salle. © Lionel Mealfeyt Quelle est la suite pour vous après ce magnifique titre ? Cette semaine, on a joué quelques compétitions. Maintenant, on va ralentir un peu le rythme. Au lieu de jouer 6 jours par semaine, nous allons passer à 4 jours pendant quelques semaines, mais quand même six à sept heures par jour ! Et l’année prochaine, la nouvelle saison commence avec toutes les ligues européennes dans lesquelles nous sommes qualifiés et bien sûr, il y a la ligue espagnole. Vous allez donc jouer le championnat national en Espagne ? Oui, c’est la compétition LVP avec douze équipes. On va commencer par se rendre à Barcelone en janvier pour une journée média puis, on entamera la compétition. Quel est le prochain tournoi où l’on pourra vous voir sur le sol belge ? On espère de tout cœur être sélectionné pour le « Number One », la nouvelle compétition de LouvardGame. L’annonce devrait avoir lieu prochainement, donc d’ici là on ne sait pas, on attend. Ce « Number One » est vraiment le gros objectif pour vous en 2020 ? Oui, bien sûr. C’est une nouvelle étape de franchie pour la scène esportive belge. Merci à LouvardGame de rendre ça possible. Nous sommes pratiquement les seuls Flamands qui nous déplaçons dans les LouvardGame depuis des années. Je pense que j’y suis allé avec toutes les équipes dans lesquelles j’ai joué. Nous sommes heureux d’être la seule équipe flamande parmi toutes les équipes françaises et wallonnes à y participer régulièrement. Y a-t-il des différences de mentalité entre les équipes flamandes et wallonnes lors des LouvardGame par exemple ? Je ne sais pas s’il y a beaucoup de différences entre les équipes flamandes et les équipes wallonnes. Je pense que nous sommes un peu plus bruyants que les équipes francophones, mais sinon c’est à peu près la même chose. Je sais que certaines équipes francophones peuvent être assez têtues et hargneuses les unes envers les autres, mais les équipes flamandes aussi. © Lionel Mealfeyt Merci d’avoir pris le temps de nous répondre, je te laisse le traditionnel mot de la fin. Je tiens à remercier tous ceux qui nous ont encouragés ainsi que notre organisation Tenerife Titans pour leur soutien. Et je tiens à remercier mes coéquipiers parce que nous avons encore gagné ensemble. Nous avons eu une année fantastique !

Le joueur CS:GO belge MetaL met en pause sa carrière

Le joueur CS:GO belge MetaL met en pause sa carrière

Benoit “MetaL” Guelette est un joueur semi-professionnel sur Counter-Strike : Global Offensive. Le 4 décembre 2019, nous avons appris qu’il allait mettre sa carrière e-sport en pause. Ce dernier souhaite prendre du recul sur le jeu par manque de motivation et de temps. Mais d’abord, qui est MetaL ? Le belge de 28 ans est un joueur de la première heure de Counter-Strike. Il a représenté la Belgique plusieurs fois dans des grosses compétitions tels que le championnat d’Europe mais aussi le championnat du monde. Équipe Belgique (NpK, Toinou, Ex6TenZ, MetaL, Scream) – © Millenium En février 2017, il gagne la Pasino Gaming Days avec les E-Corps Bumpers composé de ZywOo, wallax, waneG, Delaney et lui-même. Il rejoint ensuite l’organisation WySix avec laquelle il terminera deuxième de la Gamers Assembly 2017, 1er de la LanEx #24 mais aussi second de l’ESL Championnat National Summer 2017. Il rejoindra aAa (Against All Authority) et parviendra à remporter l’ESL Championnat National Summer 2018. Cependant, l’équipe devra encaisser le départ du prodige ZywOo pour Team Vitality. Finalement, aAa a décidé de ne pas poursuivre le contrat avec l’équipe, les laissant sans organisation. C’est dans un tweet publié le 4 décembre que wallax annonce l’arrêt de MetaL, ce dernier n’a pas fait de déclaration officielle pour l’instant. Une page se tourne. Hier @MetaL_CSGO nous a annoncé qu'il souhaitait prendre du recul sur le jeu par manque de motivation et de temps. Bisous poto :'( Nous sommes donc à la recherche de 2 joueurs pour la suite. N'hésitez pas à me contacter ou à contacter @GatsHohen.- wallax (@wallax_csgo) December 4, 2019 Pour le reste de son équipe, ils sont à la recherche de deux joueurs afin de compléter leur line-up.

StarLadder se défend des accusations de retard de paiement

StarLadder se défend des accusations de retard de paiement

Suite à des accusations faites par des commentateurs CS:GO à propos de certains retards de paiement, StarLadder a décidé de répondre aux polémiques. Dans un dossier effectué par Richard Lewis, il rapporte que StarLadder ne paie pas à temps ses prestataires par le biais d’un témoignage du commentateur HenryG. “Si vous êtes un freelancer, et je ne peux évoquer que le cas des commentateurs, travailler avec StarLadder signifie malheureusement que vous allez devoir vous donner à fond, aller à leur événement, délivrer une performance de classe mondiale et n’être payé que lorsqu’ils en ont envie […]“ HenryG – © ELEAGUE Dans sa déclaration, Henry Greer a pointé copieusement du doigt les problèmes rencontrés avec l’organisation d’événement e-sport. Il a même déclaré qu’il n’irait plus à aucun événement organisé par StarLadder tant que tous les commentateurs n’auront pas été payés. Dans un TwitLonger publié par StarLadder, l’organisation se défend des attaques des commentateurs. Ils assurent que l’intégralité des paiements ont été effectués en novembre et décembre. “[…] Le virement pour HenryG a été envoyé le 8 novembre. Malheureusement, il y a eu un délai dans une banque de correspondance. HenryG était au courant de la situation, nous avons fourni tous les documents confirmant le paiement. Nous lui avons aussi demandé de contacter la banque et de fournir ces documents afin d’accélérer la résolution de cette situation. Quant à nous, nous faisons de notre mieux pour aider HenryG à résoudre ce problème aussi vite que possible […]” Pour l’instant, aucune réponse complémentaire n’a été apportée par les commentateurs qui blâment l’organisation.

L’organisation Astralis est sur le point d’entrer en bourse

L’organisation Astralis est sur le point d’entrer en bourse

Astralis compte faire son entrée en bourse. L’équipe Astralis possède la meilleure équipe du monde sur Counter-Strike : Global Offensive. L’équipe danoise a remporté quatre majors dans son histoire, notamment les trois derniers en date. Après deux événements majeurs remportés en 2019 (l’IEM Katowice et le StarLadder Berlin), l’organisation a la volonté de passer à un niveau supérieur en rentrant en bourse.Le groupe Astralis ne s’arrête cependant pas à Counter-Strike. La structure a pris ses marques sur League of Legends avec l’équipe Origen (Alphari, Xerxe, Nukeduck, Upset, Destiny) mais aussi sur FIFA avec le Future FC (FIFAÜstun, Roee, Teca). Cette présence sur des scènes internationales attire sans aucun doute des investisseurs prêts à parier sur la réussite des différentes équipes. © StarLadder Suite à cette entrée en bourse, Astralis deviendrait la deuxième organisation e-sport publique au monde après Luminosity. Les acheteurs se seraient enregistrés du 18 au 29 novembre, la cotation sur le Nasdaq de Copenhague est prévue pour le 9 décembre. La société espère pouvoir lever entre 16 et 20 millions d’euros grâce à cela.Le patron de l’organisation, Nikolaj Nyholm, a déclaré qu’il était confiant et que des investisseurs d’Europe et d’Asie avait déjà montré leur intéressement. Il a également déclaré au média Bloomberg qu’il pense que « la fondation de l’une des marques les plus importantes et iconiques de cette prochaine décennie est en train d’être construite aujourd’hui. »Cette entrée en bourse rappelle sans équivoque les deux levées de fond de la Team Vitality en un an. La structure française était parvenue à lever 20 millions d’euros auprès du milliardaire indien Tej Kohli en novembre 2018. En novembre 2019, ce n’est pas moins de 14 millions d’euros qui ont levé avec Rewired.GG.

ForZe, grand vainqueur de la DreamHack Open Winter 2019

ForZe, grand vainqueur de la DreamHack Open Winter 2019

L'équipe russe CS:GO de ForZe a été désignée vainqueur de la DreamHack Open Winter 2019 après une finale fascinante contre les Danois de Tricked. ForZe a pu rentrer à la maison en tant que vainqueur avec un résultat final de 2-1. En fin de compte, la finale entre les deux équipes s'est étalée sur trois cartes; Inferno, Vertigo et Train.

Astralis bat Liquid et remporte la finale de la saison 8 des ECS

Astralis bat Liquid et remporte la finale de la saison 8 des ECS

Les Danois d'Astralis peuvent célébrer à nouveau après avoir remporté la finale de la saison 8 des ECS contre les Nord-Américains de Team Liquid. Malheureusement pour Team Liquid, c'est déjà la quatrième fois de suite qu'ils n'ont pas battu Astralis, alors qu'Astralis est sur le point de clôturer 2019 en tant qu'équipe numéro un au monde du classement CS:GO.

Le coach « ryk » ne sera pas avec TYLOO pour l’ESL Pro League Finals

Le coach « ryk » ne sera pas avec TYLOO pour l’ESL Pro League Finals

L'entraîneur de l'équipe chinoise CS:GO TYLOO LiKan "ryk" Luo ne sera pas en mesure d'aider son équipe sur place lors de la phase finale de l'ESL Pro League Season 10. Son absence est due à des problèmes de visa. Le coach a donné plus d'informations sur le problème sur ses réseaux sociaux.

Singularity recrute « Zellsis » dans son équipe CS:GO

Singularity recrute « Zellsis » dans son équipe CS:GO

Team Singularity a recruté Jordan «Zellsis» Montemurro pour renforcer son équipe CS:GO. L'organisation l'a récemment annoncé sur ses réseaux sociaux. "Zellsis" a déjà joué quelques matchs avec Singularity après que l'organisation se soit séparée de Collin "wrath" McSweegan. Avec l’arrivée de l’Américain, Singularity a maintenant une équipe complète et avec un gros potentiel.

Astralis et Liquid en demi-finale des ECS Season 8

Astralis et Liquid en demi-finale des ECS Season 8

Hier a eu lieu la première journée des finales de la saison 8 des ECS et deux équipes se sont déjà assuré une place en demi-finale. A savoir les Danois d'Astralis et les Nord-Américains de Team Liquid. Ils ont battu respectivement Fnatic et Evil Geniuses, avec un score de 2-0.

ESL Proximus Championship CS:GO

Retour sur les ESL Proximus Finales

Retour sur les ESL Proximus Finales

Le week-end dernier, les finales de l'ESL Proximus pour League of Legends et CS:GO ont eu lieu à l'Auditorium 2000 de Brussels Expo. Deux équipes ont été proclamées vainqueurs ultimes de la compétition. Les spectateurs avaient également l'occasion de profiter de plusieurs activités y compris collectionner les signatures des joueurs et casters. Nous avons parlé à quelques visiteurs et les casters de l'événement.

Intech Tenerife Titans remporte l’ESL Proximus CS:GO Championship

Intech Tenerife Titans remporte l’ESL Proximus CS:GO Championship

Après sept semaines de compétitions au cours de la phase de groupes et de demi-finales excitantes avec des rebondissements surprenants, nous avons enfin pu assister à la finale de l'ESL Proximus CS:GO Championship. Game Fist a battu Sector One et (de manière inattendue pour beaucoup) a atteint la finale, tandis qu'Intech Tenerife Titans a pu vaincre sa bête noire de la phase de groupes, Vanguard eSports, sur deux cartes différentes cette fois. À la fin, ce sont les Intech Tenerife Titans qui ont remporté la victoire finale.

Aperçu: Finale de l’ESL Proximus CS:GO

Aperçu: Finale de l’ESL Proximus CS:GO

Il est presque temps ! Nous allons bientôt commencer la grande finale de l'ESL Proximus Championship. Les deux vainqueurs des demi-finales s'affrontent pour le titre. Nous avons d'une part Game Fist, qui a battu Sector One, et d'autre part, les Intech Tenerife Titans, qui ont terrassé Vanguard Esports.

Récap demi-finale – Vanguard eSports vs. Intech Tenerife Titans

Récap demi-finale – Vanguard eSports vs. Intech Tenerife Titans

La bataille entre les Intech Tenerife Titans et Vanguard Esports promettait d’être intéressante, les deux équipes ayant fini la phase de groupes avec le même nombre de points. Vanguard avait remporté le match opposant les deux équipes dans la phase de groupes, mais les Intech Tenefire Titans sont en meilleure forme pour le moment. Qui rejoindra Game Fist, qui a surpris Sector One plus tôt dans la journée, en finale ?

Récap demi-finale – Sector One vs. Game Fist

Récap demi-finale – Sector One vs. Game Fist

Le premier match au programme était celui entre la tête de série, Sector One (6-1), et la dernière équipe à s'être qualifiée pour les play-offs Game Fist (3-4).

Aperçu de l’ESL Proximus CS:GO – Demi-finales

Aperçu de l’ESL Proximus CS:GO – Demi-finales

C'est l'heure ! Aujourd'hui, les demi-finales de l'ESL Proximus CS:GO Championship ont lieu. Les quatre meilleures équipes de la compétition s'affrontent aujourd'hui dans une bataille acharnée pour la première place. Qui sortira vainqueur des demi-finales et pourra rejoindre la finale en fin d'après-midi ?

Aperçu final des CS:GO finals

Aperçu final des CS:GO finals

Samedi, les quatre équipes CS:GO les plus fortes de la phase de groupe de l'ESL Proximus vont s'affronter pour déterminer l’équipe la plus forte de la compétition. Avec toute l'action qui a eu lieu durant la phase de groupe sur CS:GO, il est parfois assez difficile de faire des prédictions. C'est pourquoi nous avons demandé à Robert-Jan “RJ” Kortooms, le caster CS:GO, de nous faire part de ses pensées.

Sjokz: « C’est une sensation particulière d’être à nouveau sur scène en Belgique »

Sjokz: « C’est une sensation particulière d’être à nouveau sur scène en Belgique »

Cette fois aussi, la Belge Eefje "Sjokz" Depoortere se chargera de tout lors de la finale de l’ESL Proximus. En plus de son travail pour Riot Games sur le jeu League of Legends, elle a également commencé à présenter des événements CS:GO l'année dernière. Il est donc grand temps de s'asseoir de nouveau avec cet icône du Benelux afin de parler de la pratique de l’esport au Benelux et de son année chargée.

Où pouvez-vous regarder les ESL Proximus Finals ?

Où pouvez-vous regarder les ESL Proximus Finals ?

Les ESL Proximus Finals sont à nos portes. Samedi et dimanche, quatre équipes du Benelux donneront le meilleur d'eux-mêmes sur CS:GO et League of Legends sur la grande scène. Les billets pour l'événement sont encore disponibles (plus d'infos ci-dessous), mais comment seront organisés les deux journées de compétition et comment suivre les finales en ligne ?

A quoi pouvez-vous vous attendre lors des ESL Proximus finals ?

A quoi pouvez-vous vous attendre lors des ESL Proximus finals ?

Du samedi 30 novembre au dimanche 1er décembre, les finales de la compétition League of Legends et CS: GO de l'ESL Proximus auront lieu. En plus du meilleur de l'esport au Benelux, il y a beaucoup plus à découvrir. Les billets pour l'événement sont toujours en vente (plus d'informations ci-dessous).

ESL Proximus: Quelles équipes ne participent pas aux play-offs ?

ESL Proximus: Quelles équipes ne participent pas aux play-offs ?

Nous approchons maintenant des play-offs de l'ESL Proximus pour League of Legends et CS:GO, où les quatre meilleures équipes de la phase de groupes s'affronteront. Nous avons pourtant commencé la saison avec huit équipes, dont quatre n’ont pas pu se qualifier. Alors jetons un coup d'œil aux équipes qui n'ont pas réussi à atteindre la dernière phase du tournoi.

Road to the Finals: Game Fist

Road to the Finals: Game Fist

Le compte à rebours a commencé pour les play-offs de l'ESL Proximus CS:GO, où les quatre meilleures équipes du Benelux s'affronteront. Pour vous préparer à toute cette action, nous examinons une à une toutes les équipes présentes et le parcours qu’elles ont eu dans la phase de groupes pour atteindre les play-offs. Cette fois-ci, nous examinons la dernière équipe des play-offs, Game Fist.

Road to the Finals: Vanguard eSports

Road to the Finals: Vanguard eSports

Le compte à rebours a commencé pour les play-offs de l'ESL Proximus CS:GO, où les quatre meilleures équipes du Benelux s'affronteront. Pour vous préparer à toute cette action, nous examinons une à une toutes les équipes présentes et le parcours qu’elles ont eu dans la phase de groupes pour atteindre les play-offs. Nous passons aujourd'hui en revue l'équipe Vanguard eSports.

Road to the Finals: INtech Tenerife Titans

Road to the Finals: INtech Tenerife Titans

Le compte à rebours a commencé pour les play-offs de l'ESL Proximus CS:GO, où les quatre meilleures équipes du Benelux s'affronteront. Pour vous préparer à toute cette action, nous examinons une à une toutes les équipes présentes et le parcours qu’elles ont eu dans la phase de groupes pour atteindre les play-offs. C'est au tour d'INtech Tenerife Titans aujourd'hui.

Road to the Finals: Sector One

Road to the Finals: Sector One

Le compte à rebours a commencé pour les play-offs de l'ESL Proximus CS:GO, où les quatre meilleures équipes du Benelux s'affronteront. Pour vous préparer à toute cette action, nous examinons une à une toutes les équipes présentes et le parcours qu’elles ont eu dans la phase de groupes pour atteindre les play-offs. Sector One est la première équipe qui passe à la loupe.

Eefje « Sjokz » Depoortere présentera les finales de l’ESL Proximus

Eefje « Sjokz » Depoortere présentera les finales de l’ESL Proximus

Les finales de l'ESL Proximus sont à nos portes (30 novembre et 1er décembre) et bien sûr, une maîtresse de cérémonie expérimentée est nécessaire pour fournir la meilleure expérience à tous. Cette présentatrice n'est nulle autre que Eefje "Sjokz" Depoortere, qui a également présenter la finale de l'ESL Proximus l'an dernier.

Review Phase de groupe - Journée 7 - 5/11

Review Phase de groupe - Journée 7 - 5/11

La phase de groupe de l’ESL Proximus CS:GO Winter Championship est terminée. Toutes les équipes ont concouru jusqu'à la dernière minute et nos candidats aux play-off sont également connus. Sector One Vanguard eSports, Intech Tenerife Titans et Game Fist peuvent se préparer pour la finale hors ligne!

Review Phase de groupe - Journée 6 - 29/10

Review Phase de groupe - Journée 6 - 29/10

Les équipes se sont bien battues lors de la sixième journée de l’ESL Proximus CS:GO Winter Championship, car les play-offs sont plus serrés que jamais. Le match le plus intéressant de la soirée était entre Intech Tenerife Titans et Game Fist mais certains autres matches au programme ne se sont également pas passés comme prévu.

Review Phase de groupe - Journée 5 - 22/10

Review Phase de groupe - Journée 5 - 22/10

Nous attendions avec impatience le match décisif entre Sector One et Game Fist lors de la cinquième journée de l’ESL Proximus CS:GO Winter Championship. De plus, certaines équipes ont été capables de faire de bonnes opérations dans la bataille pour une place dans les play-offs.

Review Phase de groupe - Journée 4 - 15/10

Review Phase de groupe - Journée 4 - 15/10

La quatrième semaine de l’ESL Proximus CS:GO Winter Championship est maintenant finie et nous avons, encore cette semaine, eu droit à beaucoup de spectacle du plus haut niveau au Benelux. Ce fut une journée de matchs confirmant ce que nous savons déjà.

Review Phase de groupe - Journée 3 - 8/10

Review Phase de groupe - Journée 3 - 8/10

La troisième journée de l’ESL Proximus CS:GO Winter Championship championnat est terminée. Cette fois, nous avons vu des victoires attendues, mais aussi une équipe capable de résister à l’un des grands favoris!

Review Phase de groupe - Journée 2 - 1/10

Review Phase de groupe - Journée 2 - 1/10

Nous avons également assisté à beaucoup de spectacle lors de l’ESL Proximus Winter Championship. Nous avons notamment assisté à un clash entre deux grands noms, deux victoires logiques et même une petite surprise.

Review Phase de groupe - Journée 1 - 24/9

Review Phase de groupe - Journée 1 - 24/9

C'est l'heure ! Hier soir, le premier jour du CS:GO ESL Proximus Winter Championship a pris fin. Au final, nous avons assisté à trois matches dans lesquelles les favoris ont pu confirmer leur statut, ainsi qu’à un match dans lequel deux des meilleures équipes du Benelux se sont livrées à un superbe match.

Tout sur League of Legends

Voir tout
League of Legends: le Belge Moopz débute par deux défaites en LFL

League of Legends: le Belge Moopz débute par deux défaites en LFL

Cette semaine marquait aussi le début de la Ligue Française League of Legends (LFL). Une compétition regroupant les meilleures structures du pays. On y retrouvait un seul belge bien connu chez nos voisins français. Ce sont de grands noms de l’e-sport qui sont engagés en LFL. Entre les joueurs de Vitality, LDLC, Misfits ou encore GamersOrigin, nous y retrouvons un belge, Amaury “Moopz” Minguerche! Expérimenté, grâce à ses passages dans des structures telles que SK Gaming, Millenium ou encore Gambit Esports, Moopz défend désormais les couleurs de MCES dans le rôle de support. Après le lancement des championnats belge et néerlandais, que vous avez probablement suivi avec attention ces derniers jours, c’était au tour de la division 1 française de prendre ses quartiers. Teintée de noir, jaune, rouge, l’équipe première de MCES affrontait GameWard ce mardi 21 janvier à l’occasion de la première journée. Pourtant favoris des pronostics, Amaury et ses coéquipiers se sont malheureusement inclinés. Résultats des pronostics du jour ! On fait ceux pour demain sous ce tweet #LFL pic.twitter.com/4JmEhsWsRN- LoL esports FR (@lolesports_fr) January 21, 2020 Mais impossible de s’apitoyer sur son sort, car si la compétition est encore longue, les hostilités continuaient dès le lendemain soir face à Vitality. Pas le temps de rêvasser, il fallait déjà se relever face au grand “V”, qui sortait confiant d’une belle victoire contre LDLC. Malheureusement pour notre compatriote, la réussite n’était toujours pas au rendez-vous, synonyme de deuxième défaite en autant de rencontres. La #LFL est terminée pour cette semaine ! À mardi prochain pic.twitter.com/5YbmRLBvdZ- O'Gaming LoL (@OGTVLoL) January 22, 2020 Heureusement, la phase de groupe étant au format aller-retour, il n’est pas trop tard pour rectifier le tir et tenter de décrocher l’une des cinq places qualificatives pour les play-off. Pour rappel, la LFL est organisée en deux segments distinctifs, printemps et été. Grâce à leur classement au cours de ces deux phases, les huit équipes engrangeront un certain nombre de points, qui permettront de déterminer les trois meilleures formations de l’année. Celles-ci seront alors invitées à la prochaine Paris Games Week (23 au 27 octobre) pour se disputer le titre de champion de France. Ensuite, au terme de la saison, la Ligue Française sera également élargie à dix participants, grâce à la promotion des deux meilleures équipes de division 2. Autre petite précision et non des moindres. Les deux premiers de chaque segment décrocheront leur qualification pour les European Masters! De plus, les cinq finalistes de chaque split se partageront également la coquette somme 30 000€, dont la moitié pour le champion. Mais avant d’en arriver là, place à la suite du championnat ces mardi 28 et mercredi 29 janvier, face à Solary et IziDream pour notre représentant!

Changement de format pour les LCS 2020

Changement de format pour les LCS 2020

Les League of Legends Championship Series accueillent de nouveaux changements pour leur mouture 2020. Ajout de matchs le lundi soir, intégration d’un looser bracket lors de la phase de playoffs et des qualifications pour les Worlds chamboulées, voilà les grandes nouveautés de cette nouvelle saison. La compétition commençant le 25 janvier, il est temps de faire un point sur les annonces faites par Riot Games concernant les changements majeurs de sa compétition reine. Une journée de compétition par semaine en plus La première modification majeure est l’ajout d’une journée supplémentaire. Le samedi comportera donc quatre rencontres, le dimanche également et le lundi aura l’honneur de proposer les deux matchs faisant office de têtes d’affiche ! Appelé “Monday Night League”, il permettra aux passionnés de jouir d’un jour de plus pour regarder leurs équipes favorités en action. © Riot Games Malheureusement pour l’Europe, les horaires ne changent pas. Il vous faudra donc votre dose de caféine nocturne si vous comptez assister à l’entièreté des rencontres ! Rendez-vous à partir de 23h00 les samedis, 21h00 les dimanches et 2h30 du matin les lundis. Changement de format pour les playoffs (à partir du Summer Split 2020) La phase de playoffs des LCS a aussi été repensée. Ces derniers s’étaleront désormais sur quatre semaines et bénéficieront dorénavant d’un looser bracket. Les équipes auront donc le droit à l’erreur sans pour autant être éliminées immédiatement du tournoi. C’est une bonne chose pour la compétition, et cela nous permettra peut-être de voir certains outsiders tenter des coups de poker dans les compositions ou dans les stratégies mises en place. Afin de rendre les choses plus logiques, ces playoffs seront désormais composés de huit équipes au lieu de six précédemment. Ce qui permettra évidemment la tenue de quarts de finale et un looser bracket qui tient la route. La qualification pour les Worlds a changé L’autre grosse nouveauté annoncée par Riot Games est la modification de son système de qualification pour sa compétition reine : les championnats du monde de League of Legends. Exit le système de qualification régionale ainsi que le système de classement à points. © Bartosz Plotka/Riot Games Les meilleures équipes gagneront dès à présent leur ticket lors des playoffs nouvelle génération du Summer Split. Ces playoffs vont donc avoir une double utilité pour les joueurs et seront plus importants que jamais ! Trois places seront ainsi mises en jeu. Le risque de la manœuvre étant peut-être que les équipes ne se concentrent uniquement que sur l’obtention de ce Graal, et fasse passer la victoire finale de ces playoffs au second plan. C’est d’autant plus plausible lors du Spring Split et ses playoffs, qui n’auront désormais plus d’impact sur une quelconque qualification pour les Worlds ! Les LCS Academy subissent également de nombreux changements L’antichambre des League of Legends Championship Series, appelé LCS Academy, a aussi été passée en revue par les organisateurs. Preuve que Riot Games ne snobbe pas cette compétition, ce ne sont pas moins de quatre jours qui lui seront consacrés cette saison ! La semaine type des LCS Academy commencera le vendredi avec une toute nouvelle émission : l’Academy Rush. Quatre matchs y seront diffusés en multiplex, suivi par un match en intégralité. De quoi bien commencer le week-end… Le samedi et le dimanche contiendront tous deux un match de LCS Academy diffusés après les LCS. Le marathon se terminera alors le lundi avec les trois derniers matchs du week-end de la LCS Academy, juste avant la Monday Night League. Format des playoffs du Spring Split 2020 en détails Les six meilleures équipes de la saison régulière du Spring Split seront envoyées directement en playoffs. Ces derniers abandonneront alors le “Best-Of-One” pour du “Best-Of-Five”, ce qui allongera drastiquement la durée des matchs mais procurera théoriquement beaucoup plus de spectacle en retour. © Riot Games Premier tour : lors du premier tour du winner bracket, l’équipe faisant office de tête de série aura la possibilité de choisir entre la troisième et la quatrième équipe au classement (match A1). La deuxième tête de série affrontera alors l’équipe qui n’aura pas été choisie (match A2). Les deux vainqueurs passeront alors au tour suivant. Les perdants seront reversés dans le looser bracket (matchs X1 et X2) où le cinquième et le sixième de la phase régulière les attendent. Les vainqueurs de ces matchs avanceront au tour suivant (match Y1) afin de s’affronter. Les perdants étant bien évidemment éliminés de la compétition. Deuxième tour : pour la seconde manche de ces playoffs, les vainqueurs des matchs A1 et A2 s’affronteront en finale du winner bracket (match B1). Le gagnant se qualifiera alors pour la grande finale (match C1) alors que son adversaire malheureux aura une deuxième chance dans la finale du looser bracket (match Z1). Tour final : nous commencerons par la finale du looser bracket (match Z1). Le vainqueur rejoindra la grande finale alors que le perdant terminera sur la troisième marche du podium. Le vainqueur de la grande finale sera couronné champion du Spring Split, décrochant ainsi son ticket pour le Mid-Season Invitational. Format des playoffs du Summer Split 2020 en détails Le nouveau format annoncé en début d’année sera appliqué pour la première fois lors de ce Summer Split. Ce sont donc les huit meilleures équipes de la phase classique qui seront qualifiées pour l’événement. © Riot Games Premier tour : lors du premier tour du winner bracket, la troisième tête de série jouera la sixième (match A1) et la quatrième jouera la cinquième (match A2). Le perdant de la première rencontre devra alors affronter la huitième tête de série (match W1) alors que celui de la seconde rencontre rejoindra la septième tête de série (match W2). Les vainqueurs de ces matchs avanceront alors dans les demi-finales du looser bracket (matchs X1 et X2). Deuxième tour : c’est le moment où les deux premières têtes de série entre en jeu. La première rencontrant alors le vainqueur du match A1 (match B1), la seconde celui du match A2 (match B2). Les deux vainqueurs passant au tour suivant (match C1). Les deux perdants seront eux reversés dans le looser bracket où ils rencontreront respectivement les vainqueurs du premier tour de ce looser bracket (matchs X1 et X2). Les équipes victorieuses avanceront au tour suivant (match Y1). Troisième tour : le winner bracket verra le vainqueur du match C1 passer en grande finale (match E1) alors que le perdant devra passer par le looser bracket (match Z1). Tour final : ce tour débutera par la finale du looser bracket (match Z1). Le vainqueur rejoindra la grande finale, le perdant devant se contenter de la troisième place finale. Les trois meilleurs de ce Summer Split (les deux finalistes et le perdant de la finale du looser bracket) empocheront leur ticket pour les Worlds 2020. Format des LCS Academy en détails La saison régulière : la version Academy fonctionnera de la même manière que les LCS: deux splits de neuf semaines de phase régulière en BO1. © Riot Games Les playoffs : les six meilleures équipes de la saison régulière seront présentes lors de ces playoffs. La troisième tête de série affrontera la sixième pendant que la quatrième tête de série affrontera la cinquième. La tête de série, directement qualifiée pour la première demi-finale, pourra choisir quel vainqueur du premier tour elle souhaite affronter. La deuxième tête de série, présente dans la seconde demi-finale, affrontera alors le vainqueur non choisi. La grande finale opposera les vainqueurs des demi-finales. Toutes les rencontres seront jouées en BO5. Le calendrier La phase régulière des LCS se jouera en deux Splits, Spring et Summer, sur une durée de neuf semaines. Le format “Best-Of-One” sera toujours d’application et rendra donc chaque partie plus tendue que jamais. Le coup d’envoi du Spring Split aura lieu le samedi 25 janvier, ce dernier se terminant le 22 mars. Les playoffs prendront alors le relai de 28 mars au 19 avril, jour de la finale. Après une petite trêve bien méritée, les joueurs reprendront la compétition avec le Summer Split le samedi 20 juin. La saison régulière courra alors jusqu’au 16 août. Les playoffs suivront du 20 août au 13 septembre. Les LCS Academy commenceront un jour plus tôt que leur grande sœur. Jouées du 24 janvier au 22 mars, leur phase de playoffs se tiendra du 26 mars au 10 avril. La première semaine de ces LCS ressemblera à ceci : Samedi 25 janvier : 23h00 : C9 vs TL00h00 : CLG vs DIG01h00 : 100 vs GG02h00 : IMT vs FLY Dimanche 26 janvier : 21h00 : DIG vs EG22h00 : TSM vs IMT23h00 : GG vs C900h00 : FLY vs CLG Lundi 27 janvier : 02h30 : EG vs 10003h30 : TL vs TSM Crédits photo : Colin Young-Wolff/Riot Games

League of Legends Belgian League: Sector One cartonne, le RSCA impressionne

League of Legends Belgian League: Sector One cartonne, le RSCA impressionne

Ce lundi marquait les grands débuts de la Belgian League. La toute nouvelle compétition nationale sur League of Legends. Une première organisée par 4Entertainment et Riot Games. À l’instar des prochaines semaines, la première journée nous proposait quatre rencontres. De 19h à 23h, les fans ont assisté au tout premier match officiel du RSCA sur le jeu LoL, ou encore à la revanche de Sector One sur Aethra Esports, après sa finale perdue lors du Proximus Championship 2019. Entre surprises et confirmations, le spectacle était au rendez-vous. La soirée commençait par la rencontre entre Anderlecht, les anciens Zeeman à l’exception de leur nouveau jungler, et Brussels Guardians. Un duel fratricide pour certains Anderlechtois, qui ont également porté les couleurs de l’autre formation bruxelloise par le passé. Toujours est-il que pour ce match d’ouverture, les mauves et blancs ont déroulé pour remporter une première victoire historique pour le club de foot. Un succès impressionnant en un peu plus de 25 minutes. Les Guardians ne sont pas parvenus à résister à la pression mise dès le premier kill réalisé sur la botlane. Dans la foulée, Sector One, finaliste malheureux de l’ESL Proximus Championship 2019, était opposé à TimeOut. Considérée comme l’équipe forte de cette première journée, les “Foxes” rencontraient une structure d’expérience, mais avec une line-up majoritairement remaniée. Après une trentaine de minutes de jeu, pendant que les deux équipes étaient concentrées sur un teamfight interminable, Night, le midlaner de Sector One, s’éclipsait en solitaire pour détruire le Nexus à lui tout seul. Une décision aussi surprenante, qu’impressionnante, pour ponctuer une magnifique victoire! Retour ensuite sur les Brussels Guardians, qui avaient l’opportunité de se relancer immédiatement après leur défaite de début de soirée. De nouveau opposés à un club de foot professionnel, le KV Mechelen, les Bruxellois n’ont cette fois-ci pas tremblé. Une victoire méritée qui leur permet de ne pas se retrouver au pied du mur avec deux défaites dès la première journée. La soirée pouvait alors se clôturer avec le choc du jour entre les deux finalistes du dernier ESL Proximus Championship! Une opportunité en or pour Sector One de poursuivre sur sa lancée et de marquer les esprits d’entrée de jeu. Mais nul doute qu’Aethra comptait bien l’emporter pour confirmer son statut de champion. Cependant, il n’a fallu que 26 minutes aux coéquipiers de “Phoenix” pour décrocher leur deuxième victoire de la soirée. Si les joueurs d’Aethra n’ont pas démérité, ils ont tout de même été impuissants face à une solide équipe. Les “Foxes” s’installent donc temporairement seuls en tête et marquent ce début de compétition de leur empreinte. © Belgian League

League of Legends Belgian League : preview

League of Legends Belgian League : preview

L’entreprise belge 4Entertainment et Riot Games ont officialisé fin de l’année dernière l’arrivée d’une nouvelle compétition League of Legends en Belgique !Fondé en 2010 et basé à Turnhout, 4Entertainment a su se faire un nom sur la scène esportive du BeNeLux grâce aux nombreuses compétences dont ses membres font preuve.Consultant sur de nombreux événements et projets passés et actuels tels que Proximus Esport, Victory Lan, GameForce, RIV4L Lan Tour et le RSCA Esport, c’est aujourd’hui l’éditeur à succès Riot Games qui fait confiance à la société flamande.Deux nouvelles compétitions sur League of Legends vont donc voir le jour aux Pays-Bas et en Belgique en 2020. Toutes deux d’une durée d’un an, elles seront dotées de 25.000€ de cashprize chacune !Cerise sur le gâteau, une invitation pour les European Masters attendra la meilleure équipe de la saison.Dans notre pays, la compétition portera le doux nom de « Belgian League » et réunira six équipes pour cette première édition. En fonction des candidatures et du succès de l’initiative, un passage à dix équipes sera envisagé pour la saison prochaine.Ce qui est certain, c’est que Riot a la volonté d’offrir une compétition de qualité à notre pays. C’est pour cela que l’entreprise, via des spécialistes en interne, a sélectionné les heureux élus à partir de critères restés secrets.Cette première saison de la Belgian League se jouera en plusieurs phases : deux splits et une grande finale nationale viendront égayer une phase classique déjà bien alléchante. Notons que chaque split sera doté de 7.500€ de cashprize, laissant donc 10.000€ pour la grande finale.Les deux organisateurs ont également pensé aux équipes non sélectionnées pour le championnat. Une série de tournois appelés « Open Tour » seront également organisés afin de détecter les potentielles futures équipes de la Belgian League. Riot visant la stabilité et la professionnalisation des équipes présentes, il est logique de penser que l’éditeur ne se basera pas uniquement sur le niveau de jeu des équipes en compétition mais également sur leur image, leur communauté et leur potentiel à long terme.Les candidatures pour la Belgian League étaient ouvertes jusqu’au 4 décembre. Elles ont depuis lors été analysées par les spécialistes de chez Riot Games et ces derniers ont finalement annoncé les six équipes retenues. Il s’agit du Sporting d’Anderlecht, du KV Mechelen, de Sector One, de Brussels Guardians, d’Aethra Esports et de TimeOut Esports. © Belgian League LoL Chaque équipe aura donc l’occasion de s’affronter chaque lundi du 20 janvier au 16 mars jusqu’à déterminer les finalistes.Sporting d’AnderlechtDéjà actif depuis plusieurs années sur la scène esportive grâce notamment à son représentant officiel sur FIFA, Zakaria Bentato, le RSCA a créé la surprise en arrivant sur League of Legends.Afin de mettre toutes les chances de son côté, le club a décidé de se payer les services de l’ancien roster « Zeeman », jusqu’à présent sans structure après leur départ de chez Brussels Guardian.On y retrouve donc des noms bien connus de la scène esportive belge tels que Nicky “Taz” Riat (midlaner), Mathias “Saitam” Gassman (botlaner), Théo “Findus” Fouassier (jungler), Maximilien “Ioni” Lambert (support) et Alexandre “KeABambi” Vanseveren (toplaner).Récente demi-finaliste de l’ESL Proximus Championship (sans “Taz” parti représenter nos couleurs lors du Red Bull Player One au Brésil), l’équipe n’a pas su dérouler son jeu pour atteindre la finale.Son capitaine nous a déclaré « avoir joué sans réelles intentions compétitives depuis le départ de chez Brussels Guardian mais que l’objectif en 2020 était de tout remporter ».Il s’agit ici certainement du cinq avec le plus de potentiel. Il faudra en tout cas certainement compter sur eux pour jouer le haut du tableau. © Belgian League LoL KV MechelenLe KV Mechelen a décidé de s’investir pleinement dans le sport électronique en ouvrant une section dédiée au sein du club. Composée de joueurs FIFA, elle est gérée par Miran Salim, figure bien connue de la scène belge.Après sa sélection pour la Belgian League, le club a donc dû se mettre à la recherche d’un cinq de base performant. Le marché des transferts battant son plein en ce moment, les Malinois ont porté leur dévolu sur un noyau dur de joueurs ayant déjà livré bataille ensemble.C’est ainsi que quatre anciens joueurs de chez Glorious Gaming BE vont représenter le club cette saison. Le Néerlandais Rob “Robba” Zoon (toplaner) et les Belges Joël “Mussiah” Gonzalez (jungler), Nino “Lifeless” Frans (botlaner) et Siemen “Flubbertje” Vanhove (support) sont rejoints par Thomas “DreAmZyY” De Cock (midlaner) afin de former la line-up qui disputera la Belgian League.Ces joueurs se connaissent tous, ces derniers ayant au moins une fois joué ensemble en compétition officielle ou en LAN. Si leur palmarès reste pour le moins peu étoffé, nul doute que l’encadrement offert par le club devrait les aider à gravir les échelons et pourquoi pas créer quelques surprises lors de cette saison. Les ex-Glorious Gaming se sont en tout cas déjà payés le scalp des ex-Brussels Guardians lors de la phase de poules de l’ESL Proximus Championship Winter 2019.Au vu du niveau annoncé lors de la compétition, un podium serait déjà un beau résultat pour cette jeune formation. © Belgian League LoL Sector OneAprès des qualifications convaincantes pour l’ESL Proximus Championship où les « Foxes » ont terminé à la deuxième place derrière l’invaincu Aethra Esports, c’est lors de la grande finale à l’Auditorium 2000 que le plein potentiel des cinq hommes s’est fait ressentir.Après une victoire facile face à TimeOut en demi-finale, Sector One a retrouvé son meilleur ennemi Aethra Esports en finale.Malheureusement pour eux, Jeroen « Night » Segers et ses équipiers vont s’y incliner mais tout de même faire le plein d’expérience et de confiance pour l’année à venir.Entre temps, le mercato est passé par là et a fait des ravages dans la line-up. Un seul rescapé de cette finale est conservé par la structure pour la Belgian League. Un autre joueur belge de l’ESL Proximus Championship intègre l’équipe : le MVP de la compétition Maarten “Phoenix” van Dyck. Arrivant tout droit de chez Aethra Esports, le jeune toplaner devrait apporter la confiance au reste de son équipe.Celle-ci est également composée du Finlandais Janne “dibu” Heikkonen (jungler), de l’Allemand Ömer “Practice” Türgüt (botlaner) et du Russe Vladen “Saviour” Dvoretskiy (support).Night, dibu et Saviour ont joué une bonne partie de l’année ensemble sous les couleurs de Sector One. Les deux derniers jouant le rôle de jokers de luxe pour la structure. Les cinq hommes ont en tout cas de l’expérience à revendre sur la scène du BeNeLux.Sector One fera donc office d’outsider rêvé dans cette Belgian League et mérite que l’on garde un œil dessus dans le futur. © Belgian League LoL Brussels GuardianLa structure semblait au point mort depuis le départ l’été dernier de son équipe. Dirigé par Julien « Kopitz » Dumoulin, Brussels Guardian aura malgré tout su rebondir puisqu’en plus de l’arrivée d’un tout nouveau roster, c’est une invitation à la Belgian League qui attend l’équipe.Choix pour le moins étonnant mais ambitieux de la part de Riot Games qui a préféré donner la priorité à une structure en mal de résultats et sans line-up plutôt qu’à une formation déjà bien en place.Brussels Guardian a en tout cas choisi de faire confiance à cinq francophones pour les représenter lors de cette Belgian League : Thomas “Aristochrate” Durdu (toplaner), Hadrien “Shamber” Robalo Marques (jungler), François-Xavier “NoXe” Thomas (midlaner), Frédéric”Kawamel” Denis (botlaner) et Nicolas “Mirai” Virino (support).Nous sommes face à un cinq relativement peu expérimenté, ce qui pourrait s’avérer fatal dans les moments décisifs. L’équipe pourra néanmoins compter sur l’encadrement du staff pour les aider à progresser. Le début de saison devrait surtout servir de laboratoire aux joueurs, afin de trouver les automatismes et ainsi grandir en tant qu’équipe. Seul l’avenir nous dira si les Gardiens auront la maturité nécessaire et le niveau pour embêter les favoris… © Belgian League LoL Aethra EsportsAethra a été la bonne surprise de cette édition de l’ESL Proximus Championship. Après des qualifications menées de main de maître où l’équipe a su préserver son invincibilité, les hommes de Boy « Boykuh » Kemps ont déroulé lors de la grande finale afin de s’y imposer brillamment !Maarten « Phoenix » van Dyck, toplaner de l’équipe, s’est même payé le luxe de remporter le titre de MVP du tournoi !Malheureusement, suite à ce succès, la line-up a décidé de quitter la structure. Aethra a donc été obligé de leurs chercher des remplaçants. Ayant pris goût au succès, les responsables se sont tournés vers une line-up cosmopolite : trois Néerlandais, un Roumain et un Espagnol la composent.Ce sont donc Jan-Willem “Tuomari” Van Wingerden (toplaner), Alex-Andrei “Kopendown” Cuvuliuc (jungler), Simon “Seem” Berkulo (midlaner), Ramazan “Lunar” Tokmak (botlaner) et Pablo “Gaax” Pérez (support) qui auront la responsabilité de briller lors de cette Belgian League.Ces hommes ont l’habitude de jouer ce genre de compétitions nationales. Reste à voir si la sauce va prendre à temps et si ces cinq joueurs vont arriver à trouver leurs marques assez rapidement que pour être déjà compétitifs lors de cette saison. © Belgian League LoL TimeOut EsportsQualifiés pour la phase finale de l’ESL Proximus Championship, non sans s’être inclinés à trois reprises notamment face à Sector One et Aethra Esports, la structure a fait office d’invité surprise dans le tournoi.Malheureusement, une défaite 0 à 2 face à Sector One va les priver de la finale mais on aurait pu penser que cette première expérience sur scène sous les couleurs de TimeOut aurait pu servir aux cinq hommes afin de continuer à travailler et entamer cette Belgian League de la meilleure des manières. Il n’en sera rien puisque la majorité de la line-up a quitté la structure après le tournoi.Deux joueurs présents lors de cette finale disputeront néanmoins la Belgian League : les Belges Xavier “Valyrian” Hélin (jungler) et Alexandre “Drawleks” Samouri (support). Ils sont rejoints par le Français Louis “Tobio Rapido” Spiser (toplaner) et les Néerlandais Peter “Dragflick” Dekker (midlaner) et Job “Slyv3r” Goossens (botlaner).Cette line-up a fière allure et est composée d’hommes d’expérience. Si l’entente passe bien et que les joueurs sont à leur niveau lors de chaque match, nous tenons peut-être là un outsider confirmé ! © Belgian League LoL ConclusionLe niveau global de cette Belgian League est plutôt élevé et vu le nombre de changements dans les équipes, il est difficile de se faire un avis précis et immédiat sur les favoris. Personne n’a en tout cas volé sa place dans cette compétition et le spectacle sera très certainement de la partie.Rendez-vous donc chaque lundi à partir du 20 janvier pour suivre cette League of Legends Belgian League !

Le club de foot d’Anderlecht s’engage sur League of Legends

Le club de foot d’Anderlecht s’engage sur League of Legends

Si l’information n’a pas encore été officiellement annoncée, elle n’est plus cachée pour autant et devrait faire sensation. Anderlecht investit la scène League of Legends avec sa nouvelle équipe.En effet, lors de la présentation officielle de la nouvelle Belgian League sur le jeu LoL, les personnes attentives auront remarqué le logo du club de foot professionnel d’Anderlecht ! Plus aucun doute, après son engagement sur FIFA, le RSCA possède désormais sa propre équipe League of Legends !Et les Bruxellois ne passent pas par quatre chemins en intégrant immédiatement la première ligue nationale développée par 4Entertainment et Riot Games. Conscients de l’opportunité que représente cette nouvelle compétition, les dirigeants ont recruté l’équipe Zeeman et ses joueurs belges au palmarès impressionnant. Et pour cause, ceux-ci ont par le passé remporté plusieurs LouvardGame, les deux YesWeLan, la Frag’O’Matic Summer 2018 et en plus de leur troisième place à la Benelux Premiere League, ils se sont également qualifiés pour les phases finales de l’ESL Proximus League (2018 et 2019)Petit tour des effectifs :Alexandre “KeABambi” VanseverenLe joueur de 24 ans et habitant Perwez occupera la toplane. Il a notamment atteint le niveau Challenger sur le serveur européen (EUW).Nicky “Taz” RiatFigure bien connue en Belgique, Nicky s’est notamment distingué l’année dernière avec sa qualification pour le RedBull PlayerOne au Brésil ! Lors de la saison 9, l’étudiant de 24 ans était classé Grand Master (EUW). Il sera chargé du rôle de capitaine et de contrôler la midlane.Mathias “Saitam” GassmannAvec son coéquipier Taz, Saitam a eu le privilège de participer à la compétition étudiante des University eSports Master. Il a également atteint le rang de Grand Master (EUW). Le jeune homme de 23 ans occupe le poste d’ADC.Maximilien « Ioni » LambertLui aussi passé par l’University eSports Master, ce streamer de 24 ans a déjà atteint le niveau Challenger (EUW). Il prend le poste de support.Pour ce qui est du rôle de jungler, celui-ci devait initialement être occupé par Noaman « Taour » Boukhari. Mais, selon nos sources, le joueur de 22 ans a été remplacé par Théo “Findus” Fouassier.“Être le le capitaine de la première équipe LoL du RSCA? C’est sympa! J’espère que l’e-sport continuera de grandir et que je pourrai m’en vanter auprès de mes enfants plus tard, sourit Nicky, qui n’en perd pas pour autant son ambition. Notre objectif est d’être la meilleure équipe belge.”Nul doute que les nouveaux Anderlechtois ne seront pas là pour faire de la figuration. Mais ils auront fort à faire face aux quatre finalistes de la dernière Proximus League, aux Brussels Guardians et au KV Malines, l’autre club de foot engagé sur League of Legends.

Les équipes qui participeront à la Belgian League sur League of Legends ont été annoncées

Les équipes qui participeront à la Belgian League sur League of Legends ont été annoncées

La Belgian League est la Ligue régionale européenne officielle de Belgique, ce qui représente une étape majeure pour amener la scène régionale de League of Legends à un nouveau niveau professionnel. Dans ce tournoi, les six équipes participantes s’affronteront pour obtenir une part du prize pool de 25000 € tout au long de l’année 2020. De plus, le nombre d’équipes passera à au moins huit après la première saison.La compétition se compose de deux divisions (printemps et été) et d’une finale nationale par pays. Chaque Split dispose d’un cash prize de 7500 € et le vainqueur de chaque Split gagnera une place dans les European Masters Play-Ins, ce qui leur donnera l’opportunité d’affronter certaines des meilleures équipes de toute l’Europe. Introducing the teams of the Belgian League pic.twitter.com/58ILZzEqnK- lolesports BE (@lolesportsbe) December 11, 2019 Le calendrier de la première semaine de compétition a d’ores et déjà été annoncé. Les Brussels Guardians ainsi que Sector One joueront deux matchs pour le début de la ligue, une façon considérable de se mettre en jambe pour le reste de la compétition.Calendrier de la première journée de la Belgian League (20 janvier 2020)19h00 | Brussels Guardians – RSCA Esports20h00 | Sector One – Timeout Esports21h00 | Brussels Guardians – KVM Esports22h00 | Sector One – Aethra EsportsCôté LEC, la compétition débutera le 24 janvier à Berlin. Vous pouvez retrouver le calendrier de la première semaine de la ligue européenne dans notre article dédié.Crédits image : Belgian League

La première semaine du Spring Split du Championnat d’Europe de League of Legends s’annonce mouvementée

La première semaine du Spring Split du Championnat d’Europe de League of Legends s’annonce mouvementée

Le championnat d’Europe de League of Legends (LEC), est le nom de la ligue professionnelle d’e-sport sur League of Legends gérée par Riot Games à laquelle dix équipes participent.Dès le 24 janvier, le LEC fait son grand retour en direct de Berlin. 4 mois après la victoire de G2 Esports, le tournoi va reprendre avec de fortes confrontations. Riot Games a d’ores et déjà annoncé les premiers matchs qui auront lieu, sur le calendrier de la compétition. The schedule for the first weeks of the @LEC & @LCSOfficial Spring Split is now available!Kicking off each Split:@G2esports vs @MADLions_LoLEN #LEC@Cloud9 vs @TeamLiquidLoL #LCSFull schedule: https://t.co/i8eqyS3Ath pic.twitter.com/Yp0t841K58- lolesports (@lolesports) January 11, 2020 Le premier match opposera G2 Esports contre MAD Lions à 18h00. Il sera suivi à 19h00 par un match de l’équipe française Team Vitality, composée notamment de Cabochard, Skeanz et Saken, contre SK Gaming. Le Français Hans Sama jouera quant à lui contre Misfits avec Rogue à 20h00.On retrouvera le joueur belge Gabriël “Bwipo” Rau avec son équipe Fnatic contre Origen à 22h00, ce match promet du lourd en perspective puisque les deux équipes sont les favorites de la ligue.Calendrier de la première journée du LEC (24 janvier 2020)18h00 | G2 Esports – MAD Lions19h00 | Vitality – SK Gaming20h00 | Misfits – Rogue21h00 | Schalke 04 – Excel22h00 | Fnatic – OrigenEn Belgique, la Belgian League 2020 commencera le 20 janvier 2020. C’est une ligue régionale entièrement professionnelle sur League of Legends, cette dernière est en partenariat avec l’agence belge 4Entertainment. Six équipes vont s’affronter dans la première phase de la ligue, mais seulement 4 équipes poursuivront jusqu’aux éliminatoires.

La dixième saison de League of Legends débutera cette semaine

La dixième saison de League of Legends débutera cette semaine

Depuis le 19 novembre 2019, League of Legends est en pré-saison. Cela permet à tous les joueurs de tester tous les changements avant que la saison régulière ne reprenne.On connait désormais la date à laquelle la dixième saison de League of Legends débutera. Dans un tweet publié sur le compte officiel du jeu, on peut apercevoir une image du champion Urgot avec la légende “Dans 5 jours, nous les briserons“. On apprend sur la deuxième image que le lancement de la saison 10 aura lieu le 10 janvier. pic.twitter.com/7dYgDmcQjB- League of Legends (@LeagueOfLegends) January 5, 2020 En soit, la nouvelle saison va voir le retour des parties avec classement. D’ores et déjà disponible en pré-saison, les joueurs pourront désormais sécuriser leur rank de départ pour mieux appréhender la nouvelle saison.Un rank provisoire sera attribué à tous les joueurs après leur première partie de placement. Il sera finalement défini dès lors que vous aurez terminer vos dix parties de placement.Qu’en est-il de la saison professionnelle ?Nouvelle saison rime aussi avec le retour des ligues professionnelles. Du côté de la LEC, elle reprendra le 24 janvier prochain. On retrouvera notamment le joueur belge Gabriël “Bwipo” Rau avec son équipe Fnatic mais aussi des Français comme Skeanz, Saken et Cabochard chez Vitality ou encore Hans Sama chez Rogue.Tandis que la Chine débutera son Spring Split dès le 13 janvier, les LCS débuteront le 25 janvier. Pour finir, la LCK en Corée du Sud n’a pas encore de date de reprise.En Belgique, la Belgian League 2020 commencera le 20 janvier 2020. C’est une ligue régionale entièrement professionnelle sur League of Legends, cette dernière est en partenariat avec l’agence belge 4Entertainment. Six équipes vont s’affronter dans la première phase de la ligue, mais seulement 4 équipes poursuivront jusqu’aux éliminatoires.

Le Belge Bwipo s’est imposé dans le All-Star Event 2019

Le Belge Bwipo s’est imposé dans le All-Star Event 2019

Chaque année, le “All-Star Event” confronte les meilleurs joueurs de League of Legends pour un tournoi on ne peut plus spécial. C’est dans des affrontements en 1 contre 1 que le Belge Gabriël “Bwipo” Rau a récemment brillé.C’est le rendez-vous des meilleurs joueurs du monde sur League of Legends. Chaque année, après la saison, toutes les plus grosses personnalités de la scène e-sport League of Legends se retrouve pour le “All-Star Event”.Pour cette édition, une compétition sur Teamfight Tactics était organisée parallèlement. Pour ceux qui pourraient ne pas connaître TF, c’est un jeu de stratégie gratuit qui reprend qui reprend l’univers de League of Legends. Le jeu est disponible uniquement sur PC et macOS mais Riot Games prévoit de le sortir sur Android et iOs en 2020.Le All-Star Event se veut être une compétition bien évidemment beaucoup moins sérieuse que la saison régulière même si certains joueurs professionnels font naturellement tout pour ne pas perdre. Alors que Faker, Caps ou encore le streameur français GoB ont fait le déplacement, ils ont pu assister à la victoire en 1vs1 de Bwipo, top laner chez Fnatic. © Riot Games Après avoir rencontré et remporté ses matchs contre Bolulu (1907 Fenerbahçe) et “Pabu” (ex-Gravitas), il s’est rendu en quart de finale contre FoFo (Bilibili Gaming). Le Belge a su garder son sang froid et remporter le match pour accéder à la demi-finale. Dans cette dernière, il y affronta TheShy (Invictus Gaming), dans un BO3 où il perdit un round. Malgré cette frayeur, il se qualifia pour la grande finale du tournoi 1 contre 1.Finalement, il rencontra Uzi (Royal Never Give Up) qui avait d’ores et déjà remporté la compétition deux fois. Cependant, Bwipo a été chercher la victoire en s’imposant 2 à 1 dans cette finale du “All-Star Event”. Une belle façon de conclure une saison sur League of Legends.Ce n’est d’ailleurs pas sa seule victoire dans l’événement puisqu’il parviendra à remporter le légendaire showmatch Europe contre Amérique du Nord avec l’aide de ses coéquipiers Jankos, Caps, Nervarien et Noway. © Riot Games

Vitality officialise son équipe sur League of Legends

Vitality officialise son équipe sur League of Legends

Team Vitality a annoncé l’équipe qui la représentera au LEC 2020 (League of Legends European Championship). Comme beaucoup s’y attendait, les Français Cabochard et Skeanz feront bien partie de l’aventure. Le League of Legends European Championship (LEC) représente la principale ligue e-sport de League of Legends en Europe. Team Vitality a annoncé son équipe dans une vidéo inspirée par les comics. Les héros ne sont pas nés. Ils sont construits. Bienvenue à notre équipe pour le LEC 2020. Heroes aren't born. They are built. Welcome to our 2020 @LEC team #VforVictory pic.twitter.com/cRu1kKUAK4- Team Vitality (@TeamVitality) December 7, 2019 Dans la composition, on retrouve Cabochard, Jactroll, Skeanz, Comp et Milica. Les deux joueurs français seront donc entourés de joueurs européens pour cette saison, venant de Pologne, de Grèce ou encore de Serbie. Le personnel qui encadrera l’équipe est composé de nombreux gros noms de la scène. On retrouve notamment Hadrien “Duke” Forestier, ancien joueur Splyce qui prendra le poste d’entraîneur en chef et Louis-Victor “Mephisto” Legendre, ancien joueur de chez Fnatic, qui prendra le rôle d’entraîneur adjoint. Dennis “Leggifant” Hennersdorf officiera au poste de manager d’équipe tandis que Mitch “Boris” Voorspoels sera directeur d’équipe.Le suédois Jakob “YamatoCannon” Mebdi, coach de l’équipe depuis deux ans et demi, quitte quant à lui l’équipe. Les abeilles s’avère avoir une équipe très prometteuse pour l’année 2020. Le staff autour du projet semble très solide, ce qui pourrait privilégier les bons résultats. À suivre !

Nicky “Belgian Taz” Riat, midlaner dans l’équipe Zeeman : “En 2020, on veut tout gagner !”

Nicky “Belgian Taz” Riat, midlaner dans l’équipe Zeeman : “En 2020, on veut tout gagner !”

N’ayant pu participer à la finale de l’ESL Proximus Championship avec son équipe “Zeeman” à cause de sa qualification individuelle au Red Bull Player One, le midlaner revient avec nous sur ses débuts, son tournoi au Brésil, ses prochains objectifs et nous donne son avis sur la prestation de ses équipiers lors de son absence.Pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore, pourrais-tu brièvement te présenter à nos lecteurs ?Je m’appelle Nicky « Belgian Taz » Riat, j’ai 24 ans, j’habite à Rixensart et je suis en dernière année d’informatique à l’EPHEC à Louvain-la-Neuve.J’ai commencé à jouer aux jeux vidéo quand j’avais 6 ou 7 ans. Je me souviens qu’on jouait à Crash Team Racing en famille sur ma Playstation 1. Et depuis lors, je ne me suis plus jamais arrêté !Plus tard, je suis passé sur les jeux en ligne avec Dofus. Cela peut paraitre étrange mais ce jeu m’a beaucoup appris. Je pratiquais pas mal d’achat/revente et j’y ai acquis quelques notions de base en économie.Puis après un passage sur Counter-Strike, un ami avec qui je jouais aux FPS à l’époque m’a conseillé de tester League of Legends. On s’y est mis tous les deux et on y joue depuis la toute première saison, il y a presque dix ans maintenant.À quel moment t’es-tu intéressé à l’esport ?Je m’y suis intéressé assez tard ! J’ai fait quelques parties classées lors de cette saison 1 sur League of Legends jusqu’à atteindre le niveau « Argent ». Ayant pris goût au jeu, j’ai persévéré et suis passé « Diamant » la saison suivante, ce qui n’était pas évident à l’époque.C’est seulement lors de la troisième saison que j’ai commencé à m’intégrer dans la communauté en retransmettant en direct mes parties. J’ai notamment streamé sur des chaînes connues comme celle de ZeratoR ou Millenium. Mais jamais en compétitif, juste pour le côté récréatif et divertissant.J’ai dû abandonner cela pour aller faire un an d’étude aux États-Unis et c’est à mon retour que j’ai seulement commencé à réellement entrer dans le monde compétitif de la discipline. C’était aux alentours de la saison 5.Ce qui est drôle, c’est que dans ma première équipe, j’étais déjà aux côtés de « Saitam ». Et dix ans plus tard, on joue toujours ensemble ! © Marcelo Maragni On t’a vu quitter Brussels Guardians cet été pour intégrer le mix Zeeman. Aujourd’hui, quelle est ta situation ?C’est en fait toute l’équipe qui a quitté Brussels Guardians pour créer le mix Zeeman.Le but initial n’était pas forcément de se faire repérer par une plus grosse structure mais nos résultats prenant de l’ampleur, c’est aujourd’hui un de nos souhaits.Tu n’as pas su participer à la grande finale de l’ESL Proximus Championship à cause de ta qualification au Red Bull Player One. La line-up Zeeman, avec toi, aurait pu aller au bout ?Sincèrement, je pense que oui. Il faut savoir qu’on se connait tous au sein de l’équipe depuis plus d’un an et demi. Voir plus longtemps encore pour certains. On a donc aujourd’hui des habitudes, une façon de jouer et des automatismes bien rôdés. Tout devient instinctif et on se comprend les yeux fermés. Tout cela nous permet d’être extrêmement efficaces dans le jeu.Mais à partir du moment où l’on remplace un des membres de l’équipe, il faut alors réapprendre tout ça. Mon remplaçant, « Pak », a en plus un style de jeu tout à fait différent du mien. Il est beaucoup plus carré, plus dans la théorie du jeu.Quand je suis dans l’équipe, on fonctionne plus à l’instinct, aux réflexes et vu que la cohésion est parfaite, cela fonctionne très souvent. Je sais que peu importe ma décision sur le moment, l’équipe sera là derrière moi pour me soutenir et éventuellement transformer mon erreur de jugement en avantage dans la partie.Après, je ne blâme pas du tout « Pak », qui m’a brillamment remplacé et qui n’aura eu que quelques matchs pour s’habituer à l’équipe !Tu t’es donc qualifié à titre individuel pour la finale mondiale du Red Bull Player One lors de la GameForce. Raconte-nous un peu ton parcours lors de ces qualifications.Avant d’arriver à la GameForce, il fallait d’abord se qualifier via un tournoi en ligne organisé au préalable.Le problème, c’est que Dofus Retro venait de sortir. C’est un peu mon jeu de cœur et j’y ai donc beaucoup joué à cette période-là.Heureusement, mon niveau individuel et le fait que je joue midlaner en équipe m’ont suffi à gagner le tournoi. Mais à la base, je m’y étais plus inscrit pour le fun qu’autre chose.La chance que j’ai eu, c’est que c’était la première édition en Belgique de ce type d’événement et personne ne l’a vraiment préparé à fond.Les joueurs belges qui auraient pu prétendre à la victoire n’étaient pas présents ou peu habitués à jouer en midlane, ce qui m’a laissé une voie royale jusqu’à la qualification. Je pense avoir perdu deux rounds seulement sur l’entièreté du tournoi. © Jelle Lapere As-tu réalisé tout de suite l’ampleur de cette victoire ?Pas vraiment parce que je ne m’attendais pas du tout à gagner. Saitam et moi, on s’était vraiment inscrits pour le fun. Et vu le peu d’entrainement à cause du temps passé sur Dofus, je ne pensais vraiment pas m’en sortir de la sorte.Je m’attendais à tomber contre un adversaire surentrainé et me faire éliminer d’entrée de jeu. Mais grâce au fait que c’était la première édition, les joueurs ne connaissaient pas vraiment les meilleurs personnages pour ce format.J’ai vraiment été surpris de gagner. Je ne connaissais même pas les dates de mon départ ! (rires).C’est sur le chemin du retour, dans la voiture avec Saitam, que j’ai vraiment commencé à réaliser que j’allais m’envoler pour le Brésil et y disputer une compétition internationale.Avant de parler de la compétition, raconte-nous un peu ton arrivée sur place et le bootcamp qui a suivi.Le premier jour sur place, on a directement assisté au tirage au sort des rencontres pour la compétition. On a ensuite pu avoir un peu de temps libre à l’hôtel.Le bootcamp commençait le lendemain dans les studios de Riot Brésil. J’ai eu l’occasion de m’entrainer contre mes futurs adversaires, notamment le français et le luxembourgeois que je connaissais déjà de précédentes confrontations en équipe.On a aussi pas mal parlé entre nous, l’ambiance était excellente. Nous étions tous adversaires mais également amis en dehors des matchs. C’est une atmosphère très particulière mais très agréable.D’habitude, en équipe, la concurrence se fait très vite sentir. On se dit bonjour de loin, on se jauge, et au final on reste entre coéquipiers.Ici, c’était très différent. On était tous supporters des autres, on s’entraidait. Et le soir, on sortait manger ensemble, on faisait la fête. C’était vraiment très « bon enfant ». © Marcelo Maragni Tu as eu l’occasion d’être coaché par deux membres de la Team Vitality : Lucas “Saken” Fayard (midlaner) et Rayane “Shanky” Kheroua (Team manager de la Team Vitality Academy). Dis-nous un peu ce qu’ils ont pu t’apporter lors de ces quelques jours.Ils ont énormément d’expérience ! Ils ont tout de suite su mettre le doigt sur mes points faibles, notamment mes timings de retour à la base pour acheter mes objets. Donc j’ai pu travailler là-dessus grâce à eux.Dans l’ensemble, c’était assez compliqué pour eux de coacher. Le 1v1 est un mode assez atypique. De plus, ils devaient s’occuper des 25 participants donc à part jouer contre nous et nous montrer nos erreurs, ils n’ont pas su rentrer plus en profondeur dans la théorie.L’avantage, c’est qu’ils parlent également français, ce qui m’a pas mal facilité la tâche et m’a permis de glaner quelques conseils supplémentaires.On a également pas mal échangé sur d’autres aspects que le jeu en dehors du bootcamp. Il a notamment été question de préparation, d’hygiène de vie, de nutrition, …Malheureusement, tu tombes au premier tour face au Portugais « znd1 ». Que s’est-il passé ?Avant de choisir son personnage, on a le droit de bannir trois d’entre eux afin qu’ils ne soient plus sélectionnables. La subtilité, c’est qu’au moment du choix du champion que l’on veut jouer, on ne voit pas ce que notre adversaire a pris. Ce qui nous empêche de choisir un champion qui a l’avantage par rapport à celui d’en face.C’est donc un peu quitte ou double. C’est pour ça qu’en général, on choisit un champion parfois moins fort mais beaucoup plus polyvalent, de manière à pouvoir s’adapter à celui de l’adversaire.Contre lui, le hasard a fait que l’on a choisi le même personnage : Syndra. En revanche, les sorts d’invocateurs étaient différents. Je suis parti dans une optique plus agressive alors que lui a opté pour des sorts plus défensifs.Les stratégies étaient donc différentes : je devais absolument le tuer alors que lui allait essayer de survivre jusqu’à tuer 100 minions, qui était également une condition de victoire.Malheureusement, après une petite dizaine de minutes, j’ai commis une erreur en ratant une de mes capacités et je l’ai payé cash ! Il s’est rué sur moi et ne m’a laissé aucune chance. © Marcelo Maragni Comment réagit-on après une telle défaite ?Chacun réagit à sa manière je pense. Personnellement, j’étais assez frustré et en colère sur moi-même.Depuis, j’ai eu l’occasion d’analyser la rencontre et de comprendre pourquoi j’ai perdu ce match. Aujourd’hui, il ne reste que de la déception parce que mon adversaire a ensuite déroulé jusqu’à la finale. Je me dis que si j’avais passé ce tour, cela aurait pu être moi !Est-ce que selon toi, le format en 1v1 va se faire une place sur la scène League of Legends ?Tout va dépendre des investissements ! Je pense que ça pourrait intéresser pas mal de joueurs parce que cela facilite le jeu mais aussi et surtout parce que le résultat de la partie ne dépend que de vous-même et pas de vos équipiers.Il arrive parfois que l’on perde une partie à cause d’un mauvais choix indépendant de notre volonté. L’inverse est également vrai. Ici, on ne peut s’en vouloir qu’à soi-même en cas de contre-performance.Quelles sont les qualités à avoir pour performer en 1v1 sur LoL ?Je pense qu’il faut avoir de l’expérience en tant que midlaner. Ce poste présente des aspects assez particuliers par rapport aux autres.Il faut aussi savoir jouer pas mal de champions, et les connaitre tous afin de savoir ce que l’adversaire est capable de faire ou non.Et il faut être très discipliné dans sa manière de jouer.Tu as su te démarquer sur la scène mondiale. Peut-on espérer te voir prochainement intégrer une équipe de renom ? Petit scoop, on est en discussion actuellement avec une grosse structure belge qui devrait pouvoir nous faire évoluer et atteindre un nouveau palier. La line-up Zeeman au complet pourrait être absorbée par cette dernière. © Jelle Lapere Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter de mieux pour 2020 ?En premier lieu, réussir mes examens ! (rires).On a pris cette année vraiment à la légère avec Zeeman, sans réellement s’investir énormément sur le jeu, ou du moins de manière optimale.Par contre, en 2020, on veut tout gagner ! On veut que nos futurs adversaires craignent de tomber contre nous en tournoi.Et on espère aussi être sélectionné pour la Belgian League !Merci d’avoir pris le temps de nous répondre, je te laisse le traditionnel mot de la fin.Merci à tous ceux qui nous suivent, peu importe la structure que l’on représente, vous avez toujours été fidèles. On a énormément de supporters et c’est vraiment très agréable !Désolé de ne pas avoir gagné l’ESL Proximus Championship cette année, mais croyez-moi, l’an prochain, vous ne serez pas déçus !

L’ancien support de T1 « Wolf » part à la retraite

L’ancien support de T1 « Wolf » part à la retraite

Lee "Wolf" Jae-wan, ancien support de T1, a annoncé qu'il rangerait sa souris et son clavier et ferait ses adieux à League of Legends de manière compétitive. "Wolf" a remporté deux fois les Worlds et affirme que la décision de cesser de jouer n'a pas été facile. Il a annoncé qu'il a des doutes depuis très longtemps, mais qu'il a maintenant pris sa décision.

Splyce devient MAD Lions dans la LEC

Splyce devient MAD Lions dans la LEC

Overactive media a annoncé que Splyce n’existera plus dans la LEC, la compétition européenne de League of Legends. Au lieu de Splyce, nous aurons maintenant droit aux Espagnols de MAD Lions. En plus du changement de nom, l'identité graphique de l'équipe est également complètement modifiée et le logo est actualisé. L'équipe participera sous ce nouveau nom dans la saison 2020 de la LEC.

Récap demi-finale – Sector One vs. TimeOut Esports

Récap demi-finale – Sector One vs. TimeOut Esports

La deuxième demi-finale de l'ESL Proximus League of Legends Championship se jouait entre la deuxième tête de série, Sector One, et la troisième tête de série, TimeOut Esports (qui a débuté la saison sous le nom de S9 Abusers). En fin de compte, c’est lSector One qui a réussi à gagner après un premier match très disputé et un second match convaincant. En finale, ils affronteront Aethra Esports.

« PowerOfEvil » rejoint FlyQuest

« PowerOfEvil » rejoint FlyQuest

L’organisation de la LCS FlyQuest a confirmé que le midlaner Tristan "PowerOfEvil" Schrage les rejoindrait pour la saison 2020 de League of Legends. Chez FlyQuest, l'Allemand retrouvera Lee "IgNar" Dong-geun. Le duo a déjà joué chez MisFits Gaming et a atteint les quarts de finale des Worlds, où il a finalement perdu contre SK Telecom T1.

Dignitas ajoute « Johnsun » à son équipe

Dignitas ajoute « Johnsun » à son équipe

Dignitas est toujours en train de préparer son équipe pour la saison 2020 à venir dans la LCS. L'équipe a annoncé une nouvelle acquisition. C'est l'AD Carry Johnson "Johnsun" Nguyen qui débutera comme titulaire dans la bot lane de Dignitas. Nous connaissons "Johnsun" principalement par son expérience avec l'équipe TSM Academy.

Le jungler « Karsa » quitte Royal Never Give Up

Le jungler « Karsa » quitte Royal Never Give Up

Le jungler Hung "Karda" Hau-Hsuan ne fera plus partie de l'équipe LPL, Royal Never Give Up, pour la saison 2020 de League of Legends. L'organisation l'a annoncé hier. Un remplacement n'a pas encore été annoncé.

100 Thieves recrute le mid laner « ry0ma »

100 Thieves recrute le mid laner « ry0ma »

100 Thieves est en train de revoir entièrement son équipe et cela inclut naturellement un nouveau mid-laner. Là où l'équipe avait dans le passé souvent recruté des joueurs connus, cette fois-ci, l'organisation a opté pour un nouveau visage. 100 Thieves a recruté un Astralien venant de l'OPL, Tommy “ry0ma” Le.

Pas de « Bjergsen » durant les All-Stars 2019

Pas de « Bjergsen » durant les All-Stars 2019

Le mid laner danois de TSM, Søren "Bjergsen" Bjerg, a annoncé qu'il ne participerait pas à l'événement All-Star League of Legends de 2019 qui se déroulera le mois prochain. Selon le mid-laner, lui et son équipe sont à Shanghai pour un bootcamp avec la nouvelle équipe de TSM, ce qui signifie qu'il n'a pas le temps de se rendre à Las Vegas pour participer à la compétition.

Pas de LEC ou de LCS pour « Amazing » et « Wadid » l’année prochaine

Pas de LEC ou de LCS pour « Amazing » et « Wadid » l’année prochaine

L’ancien jungler de 100 Thieves Maurice "Amazing" Stuckenschneider et l’ancien support de FlyQuest Kim "Wadid" Bae ont annoncé qu’ils ne joueraient pas dans la LEC ou la LCS l’année prochaine.

ESL Proximus Championship LoL

Retour sur les ESL Proximus Finales

Retour sur les ESL Proximus Finales

Le week-end dernier, les finales de l'ESL Proximus pour League of Legends et CS:GO ont eu lieu à l'Auditorium 2000 de Brussels Expo. Deux équipes ont été proclamées vainqueurs ultimes de la compétition. Les spectateurs avaient également l'occasion de profiter de plusieurs activités y compris collectionner les signatures des joueurs et casters. Nous avons parlé à quelques visiteurs et les casters de l'événement.

Aethra Esports remporte l’ESL Proximus League of Legends Winter Championship

Aethra Esports remporte l’ESL Proximus League of Legends Winter Championship

L'heure était enfin arrivée. Le moment que tous les fans de League of Legends attendaient. Il était temps de déterminer un gagnant dans l'ESL Proximus League of Legends Championship. Aethra Esports a affronté Sector One en finale et a finalement été le plus fort. L'équipe remporte 5 000 € et est couronnée ESL Proximus Winter Champion.

Aperçu: Finale de l’ESL Proximus League of Legends

Aperçu: Finale de l’ESL Proximus League of Legends

Les demi-finales sont terminées et les finalistes de l'ESL Proximus League of Legends Championship sont impatients de commencer. Aethra Esports a battu Zeeman en demi-finale, alors que Sector One a trouvé un client difficile dans TimeOut Esports, mais a tout de même réussi à remporter la victoire 2-0.

Récap demi-finale – Sector One vs. TimeOut Esports

Récap demi-finale – Sector One vs. TimeOut Esports

La deuxième demi-finale de l'ESL Proximus League of Legends Championship se jouait entre la deuxième tête de série, Sector One, et la troisième tête de série, TimeOut Esports (qui a débuté la saison sous le nom de S9 Abusers). En fin de compte, c’est lSector One qui a réussi à gagner après un premier match très disputé et un second match convaincant. En finale, ils affronteront Aethra Esports.

Récap demi-finale – Aethra Esports vs. Zeeman

Récap demi-finale – Aethra Esports vs. Zeeman

Dans la première demi-finale de ce dimanche, Aethra Esports (Seed 1) a affronté Zeeman (Seed 4) dans un "best-of-three". En fin de compte, c’est Aethra Esports qui, avec une très belle performance, a montré pourquoi ils sont l’un des grands favoris pour la victoire finale. Ils sont donc les premiers finalistes.

Aperçu de l’ESL Proximus League of Legends – Demi-finales

Aperçu de l’ESL Proximus League of Legends – Demi-finales

Aujourd'hui (dimanche 1er décembre), les demi-finales et la finale de l'ESL Proximus League of Legends Championship ont lieu. Les quatre meilleures équipes de la phase de groupes se rendent au LAN pour montrer leurs talents et déterminer qui est la meilleure équipe de la compétition. Au cours de cette phase de groupe, nous avons déjà vu deux équipes se démarquer, suivies de deux outsiders.

Quel est le travail d’un entraîneur de League of Legends ?

Quel est le travail d’un entraîneur de League of Legends ?

Ce dimanche, la finale de League of Legends ESL Proximus aura lieu. De plus en plus d’équipes choisissent de faire appel à un coach lors de leurs matches. Mais que fait exactement un coach et quel impact cela a-t-il sur les matches ? Nous avons interviewé l'entraîneur de l’équipe Sector One, Bjorn Panek.

Sjokz: « C’est une sensation particulière d’être à nouveau sur scène en Belgique »

Sjokz: « C’est une sensation particulière d’être à nouveau sur scène en Belgique »

Cette fois aussi, la Belge Eefje "Sjokz" Depoortere se chargera de tout lors de la finale de l’ESL Proximus. En plus de son travail pour Riot Games sur le jeu League of Legends, elle a également commencé à présenter des événements CS:GO l'année dernière. Il est donc grand temps de s'asseoir de nouveau avec cet icône du Benelux afin de parler de la pratique de l’esport au Benelux et de son année chargée.

Où pouvez-vous regarder les ESL Proximus Finals ?

Où pouvez-vous regarder les ESL Proximus Finals ?

Les ESL Proximus Finals sont à nos portes. Samedi et dimanche, quatre équipes du Benelux donneront le meilleur d'eux-mêmes sur CS:GO et League of Legends sur la grande scène. Les billets pour l'événement sont encore disponibles (plus d'infos ci-dessous), mais comment seront organisés les deux journées de compétition et comment suivre les finales en ligne ?

A quoi pouvez-vous vous attendre lors des ESL Proximus finals ?

A quoi pouvez-vous vous attendre lors des ESL Proximus finals ?

Du samedi 30 novembre au dimanche 1er décembre, les finales de la compétition League of Legends et CS: GO de l'ESL Proximus auront lieu. En plus du meilleur de l'esport au Benelux, il y a beaucoup plus à découvrir. Les billets pour l'événement sont toujours en vente (plus d'informations ci-dessous).

ESL Proximus: Quelles équipes ne participent pas aux play-offs ?

ESL Proximus: Quelles équipes ne participent pas aux play-offs ?

Nous approchons maintenant des play-offs de l'ESL Proximus pour League of Legends et CS:GO, où les quatre meilleures équipes de la phase de groupes s'affronteront. Nous avons pourtant commencé la saison avec huit équipes, dont quatre n’ont pas pu se qualifier. Alors jetons un coup d'œil aux équipes qui n'ont pas réussi à atteindre la dernière phase du tournoi.

Road to the Finals: Zeeman

Road to the Finals: Zeeman

Le compte à rebours a commencé pour les play-offs de l'ESL Proximus LoL, où les quatre meilleures équipes du Benelux s'affronteront. Pour vous préparer à toute cette action, nous examinons une à une toutes les équipes présentes et le parcours qu’elles ont eu dans la phase de groupes pour atteindre les play-offs. En attendant, le moment est venu pour le quatrième et dernier participant; Zeeman.

Road to the Finals: Aethra Esports

Road to the Finals: Aethra Esports

Le compte à rebours a commencé pour les play-offs de l'ESL Proximus, où les quatre meilleures équipes du Benelux s'affronteront. Pour vous préparer à toute cette action, nous examinons une à une toutes les équipes présentes et le parcours qu’elles ont eu dans la phase de groupes pour atteindre les play-offs. Cette fois-ci, nous examinons notre première équipe dans les play-offs, Aethra Esports BE.

Road to the Final: Sector One

Road to the Final: Sector One

Le compte à rebours a commencé pour les play-offs de l'ESL Proximus CS:GO, où les quatre meilleures équipes du Benelux s'affronteront. Pour vous préparer à toute cette action, nous examinons une à une toutes les équipes présentes et le parcours qu’elles ont eu dans la phase de groupes pour atteindre les play-offs. Cette fois, nous examinons l’un des favoris, Sector One.

Road to the Final: TimeOut Esports

Road to the Final: TimeOut Esports

Le compte à rebours a commencé pour les play-offs de l'ESL Proximus LoL, où les quatre meilleures équipes du Benelux s'affronteront. Pour vous préparer à toute cette action, nous examinons une à une toutes les équipes présentes et le parcours qu’elles ont eu dans la phase de groupes pour atteindre les play-offs. Cette fois, nous examinons la troisième tête de série, TimeOut Esports.

Eefje « Sjokz » Depoortere présentera les finales de l’ESL Proximus

Eefje « Sjokz » Depoortere présentera les finales de l’ESL Proximus

Les finales de l'ESL Proximus sont à nos portes (30 novembre et 1er décembre) et bien sûr, une maîtresse de cérémonie expérimentée est nécessaire pour fournir la meilleure expérience à tous. Cette présentatrice n'est nulle autre que Eefje "Sjokz" Depoortere, qui a également présenter la finale de l'ESL Proximus l'an dernier.

Review Phase de groupe - Journée 7 - 7/11

Review Phase de groupe - Journée 7 - 7/11

La phase de groupe de l’ESL Proximus League of Legends Winter Championship est enfin terminée. Lors de la dernière journée de jeu, nous avons vu Zeeman et 7AM s'affronter pour obtenir la dernière place des play-offs, tandis que D1Boys cherchait toujours sa première victoire. Aethra Esports et Sector One ont également essayé de faire le plein de confiance avant d’entamer les play-offs.  

Review Phase de groupe - Journée 6 - 31/10

Review Phase de groupe - Journée 6 - 31/10

Lors de l’avant-dernière journée de l’ESL Proximus Winter Championship championnat, trois équipes ont pu s'assurer une place aux play-offs. Néanmoins, la dernière journée sera extrêmement excitante pour la quatrième place, car deux équipes vont devoir se battre dans une confrontation directe en semaine 7.

Review Phase de groupe - Journée 5 - 24/10

Review Phase de groupe - Journée 5 - 24/10

La cinquième journée du ESL Proximus League of Legends Winter Championship était une journée de matches très importante. L'un des matchs les plus importants de cette phase de groupe se déroulait entre les deux meilleures équipes pour la première place, le classement commence à prendre forme également pour les play-offs.

Review Phase de groupe - Journée 4 - 17/10

Review Phase de groupe - Journée 4 - 17/10

La quatrième journée de l’ ESL Proximus League of Legends Winter Championship était une journée importante. Deux équipes ont réussi à remporter leur quatrième victoire et sont à peu près certaines de leur participation aux play-offs. De plus, une troisième équipe a pu montrer qu'il faudra compter sur elle durant les play-offs et pour la victoire finale.

Review Phase de groupe - Journée 3 - 10/10

Review Phase de groupe - Journée 3 - 10/10

Au cours de la troisième semaine de l’ESL Proximus League of Legends Winter Championship, nous avons eu la chance de voir un match entre deux grands favoris, Sector One et Zeeman, tandis que les autres matches offraient également du beau spectacle.

Review Phase de groupe - Journée 2 - 3/10

Review Phase de groupe - Journée 2 - 3/10

La deuxième journée de l’ESL Proximus League of Legends Winter Championship a été riche en rebondissements. Qui a remporté sa (première) victoire et quelle équipe est en tête du classement ?

Review Phase de groupe - Journée 1 - 26/9

Review Phase de groupe - Journée 1 - 26/9

La première journée de la nouvelle saison de l’ESL Proximus Championship - League of Legends aura lieu le jeudi 26 septembre, tournoi dans lequel les meilleures équipes League of Legends vont pouvoir montrer de quoi elles sont capables. Outre les grands favoris Sector One et Aethra Esports, nous avons également de nouveaux noms, tels que 7AM. Il sera certainement intéressant de voir ce qu’ils peuvent apporter.

Toute l'actu esports

Voir tout
Un Belge aux portes de la Call of Duty League dès ce week-end

Un Belge aux portes de la Call of Duty League dès ce week-end

Ce vendredi marque les grands débuts de la Call of Duty League. Si aucun Belge n’est engagé dans cette nouvelle ligue franchisée, ce n’est pas le cas de la catégorie Challenger où nous pourrons suivre BSDenza. Les fans de CoD seront aux anges ce vendredi. Et pour cause, ils pourront assister au match d’ouverture de la Call of Duty League entre les Chicago Huntsmen et Dallas Empire. Deux villes américaines parmi les douze franchisées qui participeront à la toute nouvelle compétition. Malheureusement, vous aurez beau fouiller, vous n’y retrouverez pas de joueurs belges. Mais le drapeau noir, jaune, rouge ne sera pas pour autant absent du Minneapolis Armory (USA), lieu hôte de la première étape du championnat. En effet, parallèlement à la compétition professionnelle, nous pourrons assister à son pendant amateur, la Call of Duty Challenger! C’est bien à ce niveau que notre pays sera représenté. Grâce à ses performances, le Belge Bjarne “BSDenza” Sleebus y portera le maillot de Team War. L’équipe Californienne comptera sur notre compatriote pour confirmer son statut de tête de série numéro 1. En plus d’être la porte d’entrée officielle pour la CDL, ce tournoi, équivalent à une division 2, sera dotée d’un cash prize total de 250 000$. Excusez du peu! New Year, New Face, Same Vision. pic.twitter.com/94N13lO5Mx- Team WaR (@OfficialTeamWaR) January 18, 2020 La répartition du cash prize 1er80 000$2e40 000$3e25 000$4e20 000$5e & 6e12 500$7e & 8e7 500$9e à 12e6 250$13e à 16e5 000$ Si leur compétition prendra bien fin avec un vainqueur au terme du week-end, d’autres tournois Challenger seront organisés par les franchises de CDL tout au long de la saison. Pour en revenir à la ligue professionnelle de ce week-end, vous pourrez aussi suivre un total de douze rencontres entre autant de villes représentées. Notons que seules trois d’entre elles ne sont pas en provenance des États-Unis, à savoir Londres, Paris et Toronto. Le week-end inaugural sera à suivre en live sur la chaîne officielle Call of Duty sur Twitch Que la bataille pour les 6 millions de dollars commence! Le programme du week-end 24 janvier 23h30Chicago HuntsmenvsDallas Empire25 janvier 00h45Seattle SurgevsFlorida Mutineers25 janvier 02h00LA Guerrillas vs Minesota ROKKR25 janvier 08h30New York Subliners vs London Royal Ravens25 janvier 21h45Toronto Ultra vs Seattle Surge25 janvier 23h00LA Guerrillas vs Florida Mutineers26 janvier 00h15OpTic Gaming LA vs Paris Legion26 janvier 1h30Atlanta FaZevsDallas Empire26 janvier 20h30Paris LegionvsLondon Royal Ravens26 janvier 22h00Chicago HuntsmenvsOpTic Gaming LA26 janvier 00h00New York SublinersvsAtlanta FaZe27 janvier 01h15Toronto UltravsMinesota ROKKR © Call of Duty League Crédit photo: Activision

Qualifications UEFA eEuro 2020 sur PES: la Belgique connaît ses adversaires

Qualifications UEFA eEuro 2020 sur PES: la Belgique connaît ses adversaires

Ce mercredi, le tirage au sort des groupes pour les qualifications de l’eEuro 2020 sur Pro Evolution Soccer a été réalisé par l’UEFA et Konami. La Belgique devra batailler ferme pour décrocher son ticket.Alors que les meilleures nations européennes de foot s’affronteront en juillet prochain à l’occasion de l’Euro, une autre compétition internationale aura lieu simultanément sur les terrains virtuels du jeu PES. Il s’agit de l’UEFA eEuro 2020! Un tournoi qui regroupera les seize meilleures nations les 9 et 10 juillet prochains.Évidemment, pour avoir la chance de participer à cette compétition issue d’un partenariat entre l’UEFA et Konami, les 55 équipes nationales concernées devront s’affronter lors d’une phase éliminatoire. Et c’est ce mercredi 15 janvier que le tirage au sort des dix groupes a été réalisé en direct vidéo depuis les studios d’ESL Cologne. © UEFA Si la mission ne s’annonce pas impossible pour les Belges, elle risque tout de même d’être compliquée. Et pour cause, en plus de l’Arménie, de Chypre et de la République Tchèque, les Diables devront se frotter à la Croatie, mais surtout à la France, l’une des grandes nations de l’e-sport. Pour ne rien arranger, seul le vainqueur de chaque groupe et les six meilleurs deuxièmes décrocheront leur ticket pour la phase finale. © UEFA L’enjeu est de taille pour les prétendants au titre, qui se battront pour un cash prize total de 100.000$, accompagné de places pour la finale de l’Euro 2020. Une finale qui, à l’instar de l’eEuro, se déroulera dans le stade mythique de Wembley! À noter que les grands vainqueurs remporteront la coquette somme de 40.000$.Toujours est-il que la Belgique possède les armes pour décrocher son ticket pour l’Angleterre. Après des qualifications organisées par ESL dans chaque pays participant, Mikail “FETIH1453ElTurco” Gonen et Jon “Milan7Jon” Bruno ont été sélectionnés pour représenter le drapeau belge! Si Mikail possède déjà un beau parcours international et une présence parmi les 100 meilleurs joueurs dans les éditions précédentes du jeu, Jon, lui, est champion d’Italie en “Pro Club”. Celui qui a remporté le tournoi qualificatif national côtoie chaque semaine le gratin de Pro Evolution Soccer. Soit un atout non négligeable pour le défi majeur qui les attend!Crédit photo: Konami Digital Entertainment

Paris Eternal Academy a recruté un joueur belge sur Overwatch

Paris Eternal Academy a recruté un joueur belge sur Overwatch

Paris Eternal Academy a finalement révélé la composition de son équipe pour la nouvelle saison des Overwatch Contenders, le tournoi à 175 000 dollars.L’Overwatch League est sur le point de commencer, les Contenders également. Cette dernière compétition permet de découvrir de futurs talents en les confrontant au reste du subtop sur Overwatch. Paris Eternal a créé sa propre académie pour participer aux Contenders en Europe.La deuxième line-up sera composée de Tsuna, Erki, Patiphan, Hafficool, MuZe, AFoxx et CQB. Alors que deux joueurs belges, Logix et SPREE, sont d’ores et déjà dans la ligue principale, la Belgique sera également représentée en Contenders avec AFoxx. So happy to be on a stacked team like this https://t.co/TwbZTA0buk- AFoxx (@AFoxxxxxx) January 13, 2020 Fabio “AFoxx” Veigas jouera un rôle important dans la nouvelle composition, il est le flex heal de l’équipe. Auparavant, le joueur belge était chez Angry Titans et faisait de très bons résultats en Contenders en finissant quasiment tout le temps entre la 1ère et 4ème place. Ancien coéquipier d’Erki chez AT, il joue principalement avec Ana et Zenyatta.L’objectif de l’équipe est clair, il faudra finir dans les quatre premiers au tournoi de placement des Contenders. Grâce à cette performance, ils pourront démarrer la compétition sans passer par les matchs face aux meilleures équipes de l’Overwatch Trials qui feront tout pour être repêchées.AFoxx et son équipe commenceront la compétition le 17 janvier en affrontant Shu’s Money Crew.

Le joueur belge Aztral mis à l’honneur par la communauté Rocket League

Le joueur belge Aztral mis à l’honneur par la communauté Rocket League

À chaque nouvelle année, beaucoup de personnes réagissent à propos des 365 derniers jours qui se sont passés afin d’en faire une rétrospective. Ce principe s’applique globalement aux awards qui mettent en valeur un individu pour ses différentes qualités.Reddit est un site qui permet à de nombreuses communautés de se rassembler à travers des forums. Rocket League, comme tous les jeux vidéo populaires, a le droit à son topic spécialisé dans le sport électronique. Ce regroupement de joueurs est géré par des administrateurs et des modérateurs qui veillent au grain tout en animant le forum.Pour conclure l’année 2019, les modérateurs ont organisé une série de sondages afin d’élire les meilleurs joueurs de l’année, mais aussi le meilleur coach, la meilleure compétition ou encore le meilleur match de 2019. © Rocket League Les résultats des awards sont tombés le 10 janvier 2020. Le joueur belge, Maëllo “Aztral” Ernst, qui n’a que 17 ans et qui représente déjà la Team Dignitas, a été élu rookie de l’année 2019. Pour rappel, un rookie est en quelque sorte le meilleur débutant de la saison.D’autres résultats notablesMeilleur joueur de l’année – JSTNMeilleur événement de l’année – Les finales RLCS S8 à MadridMeilleure équipe de l’année – NRG EsportsCoach de l’année – VirgeCaster / Talent de l’année – Johnnyboi_iLa saison 9 de RLCS (Rocket League Championship Series) est la première saison en 2020. Cette saison de RLCS marque l’expansion de la ligue à 10 équipes en Amérique du Nord et en Europe. La compétition battra son plein jusqu’au 28 mars 2020.

Calendrier esports : janvier

Calendrier esports : janvier

Retrouvez chaque mois, grâce à Proximus Pickx, le calendrier des événements esportifs belges et internationaux à ne pas louper ! BELGIQUE League of Legends Belgian League | 20 janvier et 27 janvier La tant attendue Belgian League, nouvelle compétition League of Legends lancée par 4Entertainment en collaboration avec Riot Games, débutera le 20 janvier prochain. Nous devrions connaitre d’ici là la composition des équipes. Les six équipes retenues, après candidature et étude des profils par les organisateurs, ont d’ores et déjà été annoncées. Quelques surprises sont présentes : Sector One, Brussels Guardians, TimeOut, Aethra mais surtout le Sporting d’Anderlecht et le KV Mechelen ! L’arrivée de deux clubs de football professionnels dans la compétition marque l’intérêt croissant de ces entités pour le sport électronique. Nous sommes en tout cas curieux de connaitre les futurs joueurs de ces structures. Une line-up telle que Zeeman, sans structure officielle depuis quelques mois mais réalisant tout de même de belles performances, devrait certainement intégrer l’une ou l’autre des équipes sélectionnées. Introducing the teams of the Belgian League pic.twitter.com/58ILZzEqnK- lolesports BE (@lolesportsbe) December 11, 2019 Rappelons tout de même que la compétition sera dotée de 25.000€ au total ainsi que d’un ticket pour les European Masters 2020. Deux splits viendront entrecouper la saison et seront chacun dotés de 7.500€. Cette nouvelle compétition donnera en tout cas un bon état des lieux de la scène League of Legends dans notre pays et devrait servir de baromètre à d’autres organisateurs de tournois pour éventuellement intégrer la discipline à leurs prochains événements. Ces deux premières journées permettront également de voir de nouvelles équipes en action et pourquoi pas de découvrir de nouvelles pépites belges. Proximus ePro League – phase classique | 1,4,8,11,15,17,24,25,26 janvier La Proximus ePro League est lancée ! Opposant sur FIFA20 les représentants des clubs de Jupiler Pro League, la compétition s’annonce pleine de rebondissements et de spectacle. Le niveau de la phase classique est réhaussé cette saison avec la présence de joueurs ayant tout à fait le potentiel de remporter le titre final ! Qui succèdera à Quentin “ShadooW” Vande Wattyne et l’Excel Mouscron cette année? Vous pourrez découvrir la réponse dans le magazine récapitulatif diffusé chaque samedi et mercredi sur Proximus Sports (sous l’option All Sports), Twitch et Pickx Live (accessible pour tous les clients Proximus) et également sur Proximuspickx.be/esports ainsi que via le décodeur Proximus (via le menu « Shop » > « Autres » > « Sports ») ou via l’onglet du menu « Proximus VOD » > section Sport pour les décodeurs V7. © Proximus INTERNATIONAL WESG APAC : finale CS:GO | du 2 au 5 janvier Les World Electronic Sports Games (WESG) réunissent chaque année les meilleurs joueurs du monde sur plusieurs disciplines. La phase finale de la compétition se déroulera au mois de mars et réunira des équipes du monde entier autour d’un cashprize étourdissant d’un million de dollars ! © WESG Pour y parvenir, des qualifications régionales, nationales puis continentales ont été organisées tout au long de l’année 2019 afin de faire émerger la meilleure équipe de chaque zone. La particularité de la compétition est que, pour pouvoir y prendre part, les équipes sont contraintes d’avoir au moins trois joueurs de la nationalité de la zone pour laquelle elles se présentent. Plusieurs Belges ont tenté leur chance dans les qualifications pour l’Europe de l’Ouest : David “Davidp” Prins avec la Team Heretics, Adil “ScreaM” Benrlitom et son frère Nabil “Nivera” Benrlitom en mix et la structure belge Defusekids. Aucun d’eux ne se qualifiera pour les WESG. En revanche, un de nos compatriotes est toujours en lice pour remporter son ticket pour la grande finale : Nicolas “Keoz” Dgus avec Syman Gaming. La structure, basée au Kazakhstan, a dû intégrer un troisième joueur de cette nationalité dans le roster afin d’être éligible aux qualifications de leur pays. © Syman Gaming Après avoir brillamment remporté la qualification du Kazakhstan puis d’Asie Centrale, le Belge et ses équipiers sont à une marche des WESG. En effet, il leur faudra terminer dans les deux premiers de la qualification de la zone Asie-Pacifique (APAC) pour décrocher une place en phase finale. La mission semble réalisable pour Syman Gaming, malgré la présence de Virtus.pro, Invictus Gaming ou encore dream[S]cape. Même si de l’aveu de notre compatriote, les WESG ne sont pas une priorité pour la structure puisque la line-up n’est pas celle habituelle, une qualification en phase finale pourrait lancer l’année 2020 de la meilleure des manières ! FUT Champions Cup #3 : finale | du 17 au 19 janvier Les FUT Champions Cup sont le rendez-vous mensuels des joueurs compétitifs FIFA20. Joués en LAN et proposant un cashprize de plusieurs dizaines de milliers de dollars, ces tournois sont l’aboutissement de longues heures passées à créer son équipe et à jouer ses FUT Champions chaque week-end afin de gagner le droit d’être éligible à ce genre d’événement. Chaque FUT Champions Cup est précédée d’un week-end de qualification où seuls les meilleurs joueurs empochent leur droit d’entrée au tournoi. Pour cette troisième édition de la saison, la compétition se jouera à l’ELEAGUE Arena d’Atlanta aux États-Unis. Notre meilleur joueur, et ce depuis quelques années, a réussi à se qualifier pour cette FUT Champions Cup ! Il s’agit bien évidemment de Stefano Pinna, ancien champion du monde sur PS4 et actuel représentant du club de football de Lille. © LOSC MCES eSports Pour y arriver, il aura notamment dû battre le Portugais Gonçalo “RastaArtur” Pinto (ex-Sporting Portugal) et le Britannique Shaun “Shellzz” Springette (Manchester City). Qualifié sur Playstation 4, le Belge aura de la concurrence pour le podium final puisque des joueurs tels que Corentin “Maestro” Thuillier (Team Vitality) et Nicolas “nicolas99fc” Villalba (FC Bâle) se dresseront devant lui. On connait néanmoins la capacité de notre compatriote à se surpasser lors des grands événements. Un exploit est donc tout à fait envisageable ! Call of Duty League | du 24 au 26 janvier La Call of Duty League est le circuit franchisé officiel de la discipline. Commençant en janvier pour se terminer en juillet, la compétition sera coupée à mi-saison par une trève et un tournoi parallèle au circuit. Pour cette édition, la majorité des étapes se dérouleront outre-Atlantique. On peut néanmoins se réjouir d’avoir quatre manches sur le sol européen : deux à Paris et deux à Londres. Ce sont là en effet les deux seules franchises du “Vieux Continent” à avoir intégré la ligue. Pas d’équipes ni de joueurs Belges cette année, au grand regret des fans. Pour l’anecdote, la franchise “Paris Legion” n’est composée à l’heure actuelle que d’un seul Français, ce qui retire finalement tout le sens au projet… Notons qu’un tournoi “Challenger” sera également joué en parallèle de la CoD League. Le Belge Bjarne “BSDenza” Sleebus y participera grâce à ses bonnes prestations en ligne de ces derniers mois et sera même tête de série numéro 1 ! Le coup d’envoi de la Call of Duty League aura lieu du 24 au 26 janvier 2020 à Minnesota aux États-Unis où les douze équipes se jaugeront et débuteront le long combat les menant aux 6.000.000$ de cashprize total ! © Activision Qui succèdera à eUnited, vainqueur de l’édition précédente sur Call of Duty : Black Ops 4? DreamHack Open Leipzig CS:GO | du 24 au 26 janvier Le circuit des DreamHack Open ouvrira sa saison 2020 avec la DH Open Leipzig en Allemagne. Dotée comme à l’accoutumée d’un cashprize de 100.000$, la compétition réunira huit équipes (cinq invitées et trois qualifiées) du 24 au 26 janvier prochains. Une seule équipe participante est actuellement connue : la structure allemande Sprout. Victorieuse de l’ESL Meisterschaft Winter 2019, l’équipe a empoché son ticket d’entrée pour la compétition. Deux qualifications (une européenne et une nord-américaine) auront lieu le 12 janvier afin d’envoyer leur vainqueur respectif à la DreamHack Open Leipzig. Le nom des autres équipes invitées ne devraient pas tarder à être dévoilé par l’organisation. Nous pourrions espérer y voir l’équipe en forme du moment, mousesports, vu leur origine allemande. À suivre… FUT Champions Cup #4 : qualification | du 25 au 26 janvier Une semaine seulement après la troisième manche de la FUT Champions Cup, les qualifications pour l’édition suivante arrivent déjà. Pas de répit donc pour les joueurs qui devront réaliser leur meilleure performance du mois s’ils veulent espérer avoir une chance de se qualifier pour la FUT Champions CUP #4. Peu d’informations concernant la localisation de cette manche ont fuité. Elle devrait cependant présenter le même cashprize que d’habitude et elle réunira sans doute une nouvelle fois les meilleurs joueurs de la planète FIFA20. © FIFA Plusieurs Belges tenteront leur chance lors de ce week-end de qualification et nous pouvons avoir bon espoir d’en retrouver au moins un lors de la phase finale. Notre meilleure chance restant évidemment Stefano Pinna, qui sortira tout juste de l’édition précédente et qui aura certainement à cœur de remettre ça très vite. Ces Fut Champions Cup restent pour beaucoup un objectif majeur dans la saison et une qualification surprise d’un autre de nos compatriotes n’est pas à exclure ! Hearthstone Masters Tour Arlington | du 31 janvier au 2 février La première étape du Masters Tour 2020 sur Hearthstone aura lieu à Arlington aux États-Unis. Proposant un cashprize de 250.000$ dont 50.000$ pour le vainqueur, cette étape pourrait servir de rampe de lancement à l’un des Belges ayant gagné son ticket d’entrée lors des nombreuses qualifications organisées par Blizzard. En effet, au moins trois de nos compatriotes ont gagné leur place : Matthias “Sjoesie” Lootens (Sector One), Michaël “Maverick” Looze (Team Vitality) et Cassie “BabyBear” Kalin. On notera également les deuxièmes places de Thomas “SaucisseSwan” Buisseret (Ice Up), “Theflash” et Adrien “Foxmen”, à une marche seulement de la qualification. © Blizzard Nos trois meilleurs représentants sur le jeu, et ce depuis quelques années, ont de réelles chances de succès. Habitués aux grands événements, les trois joueurs pourraient créer la surprise et amener le noir-jaune-rouge sur la plus haute marche du podium. Rendez-vous donc du 31 janvier au 2 février afin de supporter nos compatriotes dans leur aventure outre-Atlantique. À eux le rêve américain !

Takamura a fait une “magnifique” performance au Red Bull Kumite 2019

Takamura a fait une “magnifique” performance au Red Bull Kumite 2019

La Belgique a été représentée au Red Bull Kumite 2019. Takamura s’est rendu au Japon ce week-end pour participer au célèbre tournoi de Street Fighter. Le Japon est assurément le “berceau spirituel” des jeux de combat, dont Street Fighter. Pourtant, c’est bel et bien la première fois que le Red Bull Kumite a lieu en dehors de Paris.16 joueurs ont concouru le temps d’un week-end pour savoir qui est le meilleur joueur de Street Fighter en 2019. Parmi les gros noms, on retrouve notamment Fujimura, Problem X ou encore Tokido. Le Belge Rabie “Takamura” Houmaid a lui aussi fait le déplacement jusqu’au Japon pour affirmer le fait qu’il est un concurrent sérieux. © Vexanie Après être malheureusement tombé face à Fujimura au premier tour, il a été envoyé dans le loser bracket. Cependant, il a réussi à remonter en enchaînant les victoires face à Haku, puis face à Kichipa-mu.Finalement, il affrontera Punk, qui est le meilleur joueur au ranking sur Street Fighter V. Il parviendra à éliminer l’Américain 2 à 0 et enchaînera avec une victoire contre Problem X sous le score de 2 à 0.Assuré d’une quatrième place, il échouera face à SB|801 Strider dans la demi-finale du loser bracket. Même éliminé du tournoi, le joueur belge gardera le sourire et déclarera que ce fut un “magnifique” tournoi. Red Bull Kumite 2019 – Résultats1. FD|Fujimura (Ibuki) 2. CYG|Infexious (Zeku) 3. SB|801 Strider (G) 4. Takamura (Akuma) 5. iXA|StormKubo (Abigail) 5. Mouz|Problem X (M. Bison) 7. Rohto|Tokido (Akuma) 7. REC|Punk (Karin, G) 9. NASR|BigBird (Rashid) 9. RB|Luffy (R. Mika) 9. YHC-Mochi (Dhalsim) 9. AZ|Kichipa-mu (Zangief) 13. RB|Bonchan (Nash, Sagat) 13. RB|Gachikun (Rashid) 13. CYG|Daigo (Guile) 13. Haku (F.A.N.G)

Badjian et la team YKTV remportent le premier NBA 2K League European Invitational

Badjian et la team YKTV remportent le premier NBA 2K League European Invitational

Le week-end dernier, les meilleurs joueurs de NBA 2K20 de toute l’Europe se sont réunis pour participer à un tournoi organisé par la NBA 2K League. Un Belge a gagné l’événement avec la Team YKTV (You Know The Vibes). L’équipe composée de “Badjian”, “PG MGoCrzy”, “WelshJordy”, “Pocholo-Fiesta” et “Dovalinho” a été très rapidement envoyé dans le loser bracket après avoir perdu un match contre Rise Above. Cependant, YKTV a effectué un gros comeback en remportant quatre victoires d’affilée.Dans ces victoires, on retrouve un match face au double champion d’Espagne et d’Europe, “EdduardoPV”. La performance incroyable de l’équipe du joueur belge Badjian a permis de soulever le trophée du NBA 2K League European Invitational. L’installation à la Gfinity Arena – © NBA 2K League L’Allemand Marcel “MGoCrazy” Sthol a été désigné comme joueur MVP du tournoi grâce à ses 28 points et ses 10 passes décisives durant la finale. Grâce à cette victoire, les joueurs sont assurés de participer à la prochaine draft et d’être repérés par des sélectionneurs pour participer à la NBA 2K League en Amérique. Chaque joueur participant au tournoi a des chances d’être sélectionné grâce à son évaluation personnelle. Cependant, on ne sait pas quand on aura lieu la prochaine draft.

La finale des Fortnite Champion Series n’a pas été brillante pour la Belgique

La finale des Fortnite Champion Series n’a pas été brillante pour la Belgique

Ce week-end, les fans de Fortnite ont pu assister à la finale des Fortnite Champion Series. La compétition à un million de dollars étaient disputées notamment par trois joueurs belges.Après quatre semaines de qualification, 150 équipes venant du monde entier se sont confrontées en finale des Fortnite Champion Series. Dans les équipes européennes participant au tournoi, on peut retrouver Evan “DRG” Depauw (Team Vitality), Adil “Adz” Kamel (Team Vitality) et Howard “Noward” Castiaux (Cooler Esport).Alors que “Adz” faisait équipe avec Craky, Antorak et Marcote, les deux autres Belges étaient accompagnés de 4zr et Andilex. Maheureusement, aucune des deux équipes n’est parvenue à décrocher le Saint Graal lors du tournoi.Les deux compères DRG et Noward ont tout de même réussi à atteindre la finale en se qualifiant pour le dimanche après avoir terminé à la quatrième place de leur groupe, là où Adz a échoué, soit en demi-finale. Classement Heat 1 – © Epic Games Finalement, les deux Belges encore en lice termineront le tournoi avec une onzième place honorable. Grâce à ce résultat, les joueurs ont gagné 9600 dollars à se partager en équipe. On a fait quelques erreurs mais c'était pas notre jour non plus. J'espère que pour le Winter on aura plus de chance.C'est dommage de finir comme ça mais j'trouve qu'au final on s'est bien débrouillé ces dernières semaines. @oh4zr @MCES_Andilex @DRG_FN, j'vous kiffe, changez pas.- COOLER Noward (@NowardBE) December 8, 2019 Le Winter Royale en duo est la prochaine étape pour les Belges. Quant au reste des francophones, ils s’en sont très bien sorti à l’image d’Airwaks, Skite, Nikof et Vato qui ont terminé à la troisième place de l’événement.Le mix LeStream et Solary semble avoir plutôt bien fonctionné. Ces derniers ont remporté 96 000 dollars ce week-end. Même si le résultat est déjà énorme, les joueurs ont eu du mal à retenir leur frustration suite leur défaite sur quelques détails. Forcément aprés plusieurs heures passées, j'aurai pas du réagir comme ça à chaud a tweet directement, quand même content de ma perf avec les monstres, 3eme ça reste une bonne performance (96,000$), go focus sur la DoigCup, le tournoi Warlegend et ensuite la duo pic.twitter.com/53vW0R7DMC- SB Skite (@RxTSkite) December 9, 2019

Calendrier esports : décembre

Calendrier esports : décembre

Retrouvez chaque mois, grâce à Proximus Pickx, le calendrier des événements esports belges et internationaux à ne pas louper !BELGIQUE :Kayzr League : finale CS:GO | 14 décembreKayzr est sans doute l’une des organisations ayant la plus forte croissance sur la scène du sport électronique au BeNeLux. Proposant des tournois en ligne gratuits, la société flamande a lancé il y a quelques années sa “Kayzr League”. Mêlant qualifications en ligne et grande finale en LAN, elle propose différentes disciplines sur lesquelles s’affronter : CS:GO, Rocket League, League of Legends et Hearthstone.Ce mois-ci, ce seront Counter-Strike : Global Offensive et Hearthstone qui auront droit à leur grande finale. La finale CS:GO se jouera le samedi 14 décembre dans la salle du centre de Réalité Virtuelle R.A.V.E.N. à Bruxelles et laissera place à Hearthstone le lendemain à l’Esports Game Arena d’Alphen aan den Rijn aux Pays-Bas.Qui de mCon, One One esports, Game Fist ou Sector One décrochera le titre de champion et une part des 4.000€ mis en jeu? © Kayzr Be.Brussels Esport Show | du 22 au 23 décembrePour la première fois de son histoire, l’European Gaming Organisation (EGO) organise le be.Brussels Esport Show. Véritable festival dédié aux jeux vidéo ainsi qu’au sport électronique, cet événement est plus qu’un simple tournoi classique !En effet, une multitude d’activités seront proposées durant les deux jours afin de divertir petits et grands autour du milieu de l’esport : une arène NERF Fortnite, des stations de jeux en libre accès, une boutique de goodies, un bar, …Afin que la fête soit totale, EGO a mis les petits plats dans les grands en invitant quatre joueurs de la prestigieuse équipe française Vitality ! L’identité d’un de ceux-ci a déjà été dévoilée : il s’agit de Maxime “Robi” Dambrine, ancien joueur pro sur Fortnite et aujourd’hui ambassadeur de la marque.Tout cela se déroulera dans les 820m² que propose le Stade Roi Baudoin. Et cerise sur le gâteau, l’entrée est totalement gratuite !   INTERNATIONAL :ESL Pro League Saison 10 : finale CS:GO | du 3 au 8 décembreL’ESL Pro League (EPL) est née d’une collaboration entre l’Electronic Sports League (ESL) et l’E-Sports Entertainment Association (ESEA).Proposant un cashprize de 750.000$ et des qualifications continentales, la saison 10 de l’EPL touche à sa fin avec l’arrivée de la grande finale mondiale organisée cette année à Odense au Danemark.Seize équipes (huit provenant des qualifications européennes, six des qualifications américaines, une de la qualification océanienne et une de l’asiatique) vont s’affronter pour tenter de décrocher les 250.000$ promis au vainqueur ainsi qu’une place pour l’IEM Katowice 2020.On aura la chance d’y retrouver les meilleures équipes au monde telles qu’Astralis, Evil Geniuses, fnatic, Liquid, 100 Thieves, mousesports, FaZe, NaVi, MIBR, … Pas de Belges malheureusement mais une équipe francophone tout de même : G2 Esports.Un joueur du BeNeLux sera tout de même présent : le Hollandais Chris “chrisJ” de Jong chez mousesports ! Il aura la lourde tâche de représenter au mieux notre région.Qui succédera à la Team Liquid, vainqueur de la saison précédente? Rendez-vous du 3 au 8 décembre prochains afin d’avoir la réponse. © Helena-Kristiansson | ESL Fortnite Champion Series : finale | du 6 au 8 décembreLes Fortnite Champion Series (FNCS) sont le premier gros événement de la licence depuis son passage au chapitre 2.Au bout de quatre semaines de qualifications en équipe, des centaines de joueurs du monde entier s’affronteront dans des finales régionales en ligne afin de sacrer le champion de chaque zone géographique ciblée : Amérique du Nord – Ouest, Amérique du Nord – Est, Europe, Océanie, Asie, Brésil et Moyen-Orient. Un cashprize total de près de 1.200.000$ sera mis en jeu pour l’occasion !Nous aurons le plaisir de retrouver deux Belges dans la zone Europe : Howard “Noward” Castiaux (Cooler Esport) et Evan “DRG” Depauw (Team Vitality). Faisant équipe pour l’occasion avec le Suisse Jérémy “4zr” Dang (Cooler Esport) et Alexandre “Andilex” Christophe (MCES), ils ont véritablement survolé les qualifications en terminant deux fois premiers, une fois deuxièmes et une fois quatrièmes ! Grâce à cela, ils endosseront le périlleux statut de favoris, ce qui nous laisse espérer de belles choses. Et pourquoi pas du noir-jaune-rouge sur la plus haute marche du podium? © Epic Games BLAST Pro Series : finale CS:GO | du 12 au 14 décembreOrganisées par RFRSH Entertainment, les BLAST Pro Series consistent en un circuit à étapes mondiales, chacune dotée d’un cashprize de 250.000$ mais également de points comptant pour un classement final. Chaque structure n’avait le droit de participer qu’à quatre événements sur les six proposés. Il s’agissait donc d’être régulier et de bien choisir ses étapes afin de marquer un maximum de points au classement final.Les quatre meilleures équipes à l’issue des six manches sont alors automatiquement qualifiées pour la grande finale et ses 500.000$ !Cette année, ce sont FaZe, Team Liquid, Astralis et Ninjas in Pyjamas qui auront su tirer leur épingle du jeu et se qualifier pour la grande finale à Riffa au Bahreïn. C’est la première fois qu’un tel événement clôturera la saison, et au vu des équipes engagées, bien malin est celui qui pourra pronostiquer le résultat final !Malheureusement, aucun Belge ne sera de la partie cette saison. © HLTV Capcom Cup| du 13 au 15 décembreOrganisée par l’éditeur de jeux du même nom, la Capcom Cup est l’un des tournois le plus important de la saison sur le jeu de combat Street Fighter. Plus que les 250.000$ mis en jeu, c’est pour la renommée, la gloire et le prestige que les trente-deux participants se battront !La finale aura lieu du 13 au 15 décembre à Los Angeles et réunira les vingt-six meilleurs joueurs de Street Fighter V au classement mondial, le gagnant de chaque qualification régionale, le champion en titre ainsi qu’un dernier chanceux ayant décroché son ticket lors du “Last Chance Qualifier” joué juste avant le début de la compétition.Un Belge, Houmaid “Takamura” Rabie, avait l’opportunité d’y tenter sa chance afin d’essayer une ultime fois de se qualifier pour la Capcom Cup. Notre compatriote va malheureusement devoir faire l’impasse sur le tournoi afin de se concentrer sur le Red Bull Kumite joué une semaine plus tard et pour lequel il a été invité ! © Capcom NBA2K League European Invitational| du 13 au 14 décembreLa prestigieuse compétition de basketball américaine possède depuis quelques années sa propre ligue virtuelle sur la licence NBA2K. Tout comme en NBA classique, une période de draft précède la saison et permet aux différentes franchises de se renforcer au mieux.Cette année, pour la première fois, il est offert aux Européens de se qualifier pour cette phase de draft et ainsi avoir la chance de se faire recruter par une structure. Pour ce faire, un camp d’entrainement sera organisé à Londres du 13 au 14 décembre en présence de recruteurs.Notre compatriote, Bryan “Badjian” Badjie, y a été invité grâce à ses bonnes performances en ligne. Il aura deux jours pour montrer son niveau de jeu, mais également sa capacité à gagner, à diriger ses équipiers, à jouer avec eux, à communiquer sur et en dehors du terrain. Il faudra prouver aux responsables sur place qu’il est un joueur complet, fiable et intéressant au niveau marketing et commercial.Il aura donc plus que jamais besoin de notre soutien le jour J, mais aussi dès à présent sur les réseaux sociaux. Montrons à l’Amérique de quoi nous sommes capables ! © NBA 2K League EPICENTER| du 17 au 22 décembreDernière compétition d’envergure sur CS:GO en 2019, l’EPICENTER va permettre aux retardataires de peut-être atteindre les objectifs fixés en début de saison, mais également pour les plus affûtés, de faire un beau cadeau de fin d’année à leur structure.500.000$ seront mis en jeu, de quoi étoffer les cadeaux de Noël et terminer l’année sur une bonne note. Quatre équipes invitées (AVANGAR, Evil Geniuses, Natus Vincere et Team Vitality) rejoindront les quatre qualifiés (Heroic, mousesports, forZe et EHOME) pour tenter de décrocher le dernier titre majeur de 2019.Afin de rajouter un enjeu supplémentaire, notons qu’il s’agira de la dernière chance pour Evil Geniuses de tenter de ravir la première place à Astralis au classement mondial CS:GO ! Terminer l’année au sommet de la pyramide pourrait être un objectif en soi pour la structure américaine.Plus qu’un simple tournoi, certains joueurs pourraient potentiellement jouer leur place pour 2020 dans leur structure. Ce qui pourrait amener un spectacle et une tension rarement atteints dans un tournoi. L’expression “jouer sa vie” pourrait prendre tout son sens lors de cet EPICENTER 2019 ! © EPICENTER

L'association européenne de l'e-sport a choisi Bruxelles pour installer son siège

L'association européenne de l'e-sport a choisi Bruxelles pour installer son siège

Le secteur de l'e-sport vient de choisir Bruxelles pour établir le siège de sa fédération européenne. Outre la dimension internationale de la ville, l'expérience des associations internationales, la santé du secteur audiovisuel local et un cadre juridique favorable aux associations ont motivé ce choix, qui sera entériné lors d'un congrès fondateur le 21 février prochain dans la capitale, a annoncé mercredi le cabinet du secrétaire d'Etat au Commerce extérieur et aux Relations européenne de la Région bruxelloise, Pascal Smet (one.brussels-sp.a).

L’EGO recevra la Team Vitality au Brussels Esport Show 2019

L’EGO recevra la Team Vitality au Brussels Esport Show 2019

L’European Gaming Organisation (EGO) est un organisateur connu pour ses événements e-sport en région de Bruxelles. Une étape supplémentaire semble avoir été franchie avec leur dernière annonce : le Brussels Esport Show. L’événement aura lieu du dimanche 22 au lundi 23 décembre.Avec le soutien de la région de Bruxelles, Be.Brussels, EGO peut se targuer de recevoir la Team Vitality, la plus grosse structure française e-sport. Quatre membres de l’organisation feront le déplacement jusqu’au stade Roi Baudouin à Bruxelles pour un show entièrement gratuit. Le Brussels esport show. Notre cadeau de noël 100% gratuit à l’initiative de https://t.co/nd9T8qO3MwVenez rencontrer les joueurs @teamvitality les 22-23/12 à BruxellesPremier invité annoncé : @Robi_owInscriptions https://t.co/KuCREipglh pic.twitter.com/IaWRqYYM5u- EGOrganisation (@EGO_Brussels) December 1, 2019 Maxime « Robi » Dambrine comme premier invitéLe premier invité annoncé est le français Maxime « Robi » Dambrine. Ce jeune homme est un phénomène qui excelle dans tous les jeux vidéo qu’il touche. De ce fait, lorsque Fortnite est sorti, il a rejoint la branche e-sport de Millenium et a notamment joué avec le talentueux belge Klaivert « Teeqzy » Dervishi. Finalement, Robi a rejoint Team Vitality lors du Gotaga Barrière Show après une demande faite à Gotaga devant un public en folie. Aujourd’hui, il occupe une place d’ambassadeur dans l’organisation jaune et noire.Pour l’instant, on ne connaît qu’un seul des quatre invités. Cependant, nous savons d’ores et déjà que des séances photos et dédicaces seront proposées ainsi qu’un stand Vitality. L’EGO a également annoncé qu’une arène NERF Fortnite ainsi que des stations de jeu seront accessibles à tous. Seulement 600 places seront cependant disponibles sur 4 plages horaires : soit le matin, soit l’après-midi pour les deux jours.

Epic Games bannit FaZe Jarvis de Fortnite

Epic Games bannit FaZe Jarvis de Fortnite

Les développeurs du Battle Royale Fortnite ont donné plus d'explications dans leur déclaration concernant leur décision de bannir FaZe Jarvis de leur jeu. Le créateur de contenu, âgé de 17 ans, a été définitivement exclu du jeu pour avoir téléchargé une vidéo dans laquelle il utilisait publiquement des cheats sur Fortnite.

Natus Vincere ferme son équipe Fortnite

Natus Vincere ferme son équipe Fortnite

L’organisation esportive Natus Vincere a décidé de ne plus continuer à supporter son équipe Fortnite. Natus Vincere était représenté par deux joueurs néerlandais, à savoir Levi "LnueF" Edelijn et Quinten "Quinten" van der Zijpp. Ils devront donc rechercher une nouvelle organisation à représenter.

L’ancien joueur professionnel de CS:GO, Shroud rejoint la plateforme Mixer

L’ancien joueur professionnel de CS:GO, Shroud rejoint la plateforme Mixer

Michael “Shroud”, ancien joueur professionnel de CS:GO, principalement connu pour son stream sur Twitch, a annoncé qu’il passerait à une autre plateforme de streaming. A partir de maintenant, il streamera sur Mixer. Il suit les traces de Tyler "Ninja" Blevins, qui avait précédemment effectué le changement.

La première période d’essai de « Legends of Runeterra » est terminée

La première période d’essai de « Legends of Runeterra » est terminée

Durant les festivités autour du dixième anniversaire du jeu League of Legends de Riot Games, l’éditeur et le développeur ont annoncé de nouveaux projets de jeu. En autres, Legends of Runeterra; un jeu de cartes qui doit concurrencer Hearthstone et Magic The Gathering: Arena. En attendant, les joueurs pouvaient déjà tester le jeu avec le preview patch, mais cette période est terminée (pour un certain temps, en tout cas).

Riot Games annonce quatre nouveaux jeux

Riot Games annonce quatre nouveaux jeux

Riot Games, le développeur du célèbre jeu League of Legends, a fait de grandes annonces en direct pour le dixième anniversaire de son jeu League of Legends. Dans les années à venir, ils sortiront quatre nouveaux jeux. De plus, TeamFight Tactics et League of Legends seront également disponibles en version mobile et console.

Manchester City et FaZe Clan entament une collaboration

Manchester City et FaZe Clan entament une collaboration

Le club de football britannique Manchester City a noué un partenariat avec le géant de l’esport FaZe Clan. Ce n’est pas la première fois que Manchester City fait son entrée dans l'esport et souhaite, avec ce nouvel accord, laisser une empreinte plus grande sur le paysage esport. La collaboration porterait sur l'organisation d'événements, les droits de marque et la création de contenu en ligne.

L’équipe Echo Zulu (avec le belge « ImpacT ») remporte le RLRS

L’équipe Echo Zulu (avec le belge « ImpacT ») remporte le RLRS

L'équipe néerlandaise Echo Zulu, avec le Belge Ibrahim "ImpacT" Karaca dans les rangs, s'est qualifiée pour la Rocket League Rival Series via le play-in. Lors de la prochaine saison des SRRL, ils se mesureront à des équipes telles que Method et ARG.

Teamfight Tactics aura bientôt une scène esport

Teamfight Tactics aura bientôt une scène esport

Hier, le jeu "Auto Chess" Teamfight Tactics a déjà reçu l'un de ses patchs les plus importants, et aujourd'hui, d'autres nouvelles ont également été annoncées à propos du jeu et de son futur dans l'esport. Riot a annoncé qu’il commençait à mettre en place une scène compétitive pour Teamfight Tactics, qui devrait être lancée en 2020. Cependant, les informations un peu plus concrètes sont rares et Riot ne veut pas encore en dévoiler plus.

« Abdullahwaiss » et Sector One gagnent le MNM x Sporza Summer

« Abdullahwaiss » et Sector One gagnent le MNM x Sporza Summer

Le week-end dernier, les finales de la MNM x Sporza Summer ont eu lieu à la fois pour FIFA 19 et Rocket League. Le vainqueur de la finale de FIFA 19 a remporté une toute nouvelle PlayStation 4 et une place sur le stand Sporza à la GameForce. Le vainqueur sur Rocket League s'est qualifié pour les demi-finales du tournoi Rocket League à la GameForce qui garantira (au moins) 600 €.

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top

Contrôle parental actif

Veuillez introduire votre code PIN pour désactiver le contrôle parental pendant 10 minutes.

Le code PIN introduit n'est pas correct. Veuillez réessayer.

Code PIN oublié? Contactez le 0800 99 696

Aide?

Le contrôle parental est maintenant désactivé pendant 10 minutes.