Oscar Pereiro, d'une victoire surprise au Tour de France au football professionnel

Cyclisme |

Le sacre d’Oscar Pereiro sur le Tour de France 2006 n’est pas forcement resté dans les mémoires, ou alors pour les mauvaises raisons. Mais ce succès sera le rare coup d’éclat de l’Espagnol sur le vélo avant de se lancer dans le football. 

De Proximus

Partager cet article

En 2006, le Tour de France pensait tourner une page de sa (triste) histoire, celle de Lance Armstrong. L’américain, le seul vainqueur de sept éditions consécutives, a pris sa retraite sur un dernier succès en 2005. Le maillot jaune va donc devoir se trouver un nouveau propriétaire sans dopage, si possible, puisque l’Américain avouera bien des années plus tard être passé par la case dopage pour conquérir ses succès. 

Un Tour ouvert 

Au départ de Strasbourg pour cette 93e édition, aucun favori ne se dégage, d’autant que ceux qui l’étaient ne sont pas là à cause de l’affaire Puerto. En première semaine, sans lever les bras, un certain Tom Boonen endosse quelques jours le maillot jaune. Une tunique jaune qui va arriver sur les épaules lors de la 13e étape de l’Espagnol Oscar Pereiro. 

Vainqueur d’une étape un an plus tôt, le coureur de la Caisse d’Epargne a perdu 29 minutes lors de la première journée de montagne de ce Tour de France. Mais lors de cette 13e bataille, l’échappée dans laquelle il se trouve va aller au bout arrivant 30 minutes avant le peloton ! Cela permet à Pereiro de devenir le leader de la course pour 1’29 sur son plus proche poursuivant. 

Retournement de situation 

Deux jours plus tard, lors de l’arrivée à l’Alpe d’Huez, l’Américain Floyd Landis prend les commandes pour 10 secondes sur l’Espagnol. Le lendemain, cependant, Landis connait une terrible défaillance et Pereiro reprend le maillot, comptant notamment 8 minutes d’avance sur le coureur de la Phonak, éjecté du top 10. Mais ce dernier va réagir. 

Lors de la 17e étape vers Morzine, il réalise une extraordinaire chevauché, reprenant du temps à tous les favoris en se replaçant à 30 secondes de Pereiro, toujours leader. Un écart qu’il va combler lors de l’avant-dernière étape, un chrono où il prend la tête du général. C’est lui qui triomphe le lendemain à Paris avec le maillot jaune devant Pereiro et Kloden. Mais il va vite déchanter. Quelques jours plus tard, Landis est déclaré positif à la testostérone après un contrôle antidopage lors de sa fameuse remontée. Après de long mois de procédure, il est déclassé et Pereiro est déclaré vainqueur du Tour 2006.

Galère et football 

"Quand j’ai su que je gagnais le Tour, j’ai d’abord été dégoûté", expliquait Pereiro l’an dernier à Ouest France. Dixième lors du Tour 2007, l’Espagnol ne confirmera jamais sa victoire. En 2008, il chute lourdement sur la Grande Boucle, s’occasionnant une fracture de l’humérus gauche. Il abandonne en 2009 à cause d’une fatigue généralisée et il met un terme à sa carrière de cycliste fin 2010. 

Mais il ne met pas le sport au placard pour autant puisqu’il signe au Coruxo FC, club de troisième division espagnole où il évolue avant tout avec l’équipe B. Il joue l’un ou l’autre match, marquant notamment un doublé lors d’une rencontre. "J’avais le physique, ça c’est sûr, mais la technique, la vitesse, tout ça, c’était difficile pour moi, je l’avoue. Je n’étais pas le meilleur, je n’étais pas jeune, mais j’ai aimé continuer le sport, j’avais besoin de ça à l’arrêt de ma carrière de cycliste", a-t-il affirmé. Aujourd’hui, Oscar Pereiro est consultant à la télé pour le foot, à la radio pour le vélo et commercial pour des vêtements de sport. Et il restera à jamais le vainqueur du Tour de France 2006, malgré le fait que son nom ait été cité lui aussi dans des affaires de dopage. 

Une fois de plus, dans le sport tout est possible !

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top