L’artiste de la semaine - Promis3 se réinvente : "L'individualité prévaut"

Musique |

Sur la scène de la musique électronique expérimentale, le duo Promis3, ou Andras Vleminckx et Brent Dielen, est un nom marquant depuis quelque temps. Avec un mélange de cyber-pop rétro-futuriste et de trance nostalgique, ils ont un son qui n'est pas égalé dans notre pays. Aujourd'hui, ils sortent leur nouveau single ‘Die in This Moment’, le deuxième d'un triptyque sur la recherche d'une identité artistique. Proximus Pickx les a rencontrés !

De Proximus

Partager cet article

Bonjour Brent et Andras. Votre musique est difficile à mettre dans une case, du coup comment la décririez-vous ?

Andras : "Nous sommes influencés et inspirés par des musiques de différents genres, donc ça oscille entre les deux. Si nous nous en tenions à un seul genre, nous nous en lasserions très vite. En ce moment, notre musique est très inspirée par la trance et l'eurodance. Les influences hyper-pop s'entendent toujours dans le traitement des voix, mais nous nous sommes un peu éloignés de ce genre. "

C'est un son unique en Belgique. Comment avez-vous trouvé cette idée ?

Andras : "Nous sommes davantage inspirés par des villes comme Londres et Tokyo que par la Belgique. Nous pensons qu'il y a une couche poussiéreuse sur la scène musicale belge actuelle. Nous ressentons moins de lien avec elle. D'autre part, nous ressentons une connexion avec le son des années 2000, comme Yves Deruyter, Lasgo ou le premier album de Regi. Ce son était très cool et pionnier à l'époque et c'est ce que nous essayons de ramener avec notre musique."

Brent : "Cela va aussi de pair avec l'aspect visuel. Quand on pense au son du passé, on pense automatiquement aux visuels trash du passé. Nous voulons réinventer cela. Notre style est également influencé par les jeux de la première Playstation, par exemple. J'étais complètement obsédé par les jeux "Tomb Raider". Il y a des designs sonores dans ceux-là qui sont restés et qui reviennent souvent en studio."

Andras : "C'est très nostalgique. La sensation que procuraient ces jeux que l'on pouvait encore tenir en main dans un magasin à l'époque est complètement différente de celle que l'on ressent aujourd'hui en achetant un jeu dans une boutique en ligne. C'est ce que nous essayons de ramener, c’est ce sentiment qui nous manque aujourd’hui."

Ce qui revient aussi beaucoup dans vos visuels, c'est l'aspect queer, dans vos tenues par exemple. Pensez-vous que cela devrait être plus présent dans le monde de la musique ?

Andras : "Ce que nous aimerions voir, c'est que certaines tenues ou styles plus excentriques ne soient pas nécessairement liés à la pédérastie. Je pense que c'est déjà le cas. Par exemple, regardez Machine Gun Kelly portant un crop top."

Brent : "Pour moi, il s'agit surtout de trouver une individualité visuelle qui soit fidèle à nos intérêts en tant qu'artistes. Nous travaillons avec mon colocataire Jamie, qui est costumier. Il m'a fait comprendre que je ne devais pas avoir peur de passer pour un homosexuel. C'est pourquoi je joue avec la frontière entre homme et femme. Je trouve intéressant que les gens ne sachent plus si je suis un homme ou une femme. Nous avons aujourd'hui cette identité plus que jamais."

Individualité et liberté

La recherche de l'individualité et de l'identité est également un thème de votre musique, notamment du nouveau single ‘Die in This Moment’. Que pouvez-vous dire à ce sujet ?

Brent : "Nos sorties de cette année racontent une histoire, divisée en trois parties. Le premier chapitre, ‘New Horizon’, traite de la recherche du succès, de la réinvention de soi et de la difficulté que cela peut représenter. ‘Die in This Moment’ évoque l'échec, les obstacles qui vous font tomber dans cette quête et de la façon dont un meilleur alter ego peut en émerger. La troisième partie sera ‘l'Atlantide’, c'est-à-dire atteindre la destination finale et devenir cette nouvelle personne. Nous sommes très enthousiastes à l'idée de pouvoir partager cela avec le monde entier."

Cette histoire reflète-t-elle votre véritable quête en tant qu'artistes ?

Brent : "Je pense que oui. Au début du projet, nous étions encore beaucoup en train de chercher qui nous étions en tant que personne et en tant qu'artiste. Cela a toujours été une sorte de lutte pour moi, la recherche de la version idéale de nous-mêmes. En fin de compte, ce triptyque est né de manière organique, il est allé de pair avec ce que nous ressentions à ce moment-là. Nous n'avons pas encore atteint l'Atlantide, la version idéale de nous-mêmes, et j'espère que nous continuerons à la chercher pendant longtemps. " 

Andras : "C'est la même chose pour moi. J'ai toujours travaillé en tant que producteur en arrière-plan sur des projets plus commerciaux, mais j'ai toujours eu envie de faire mes propres trucs. Je faisais toujours des copies de copies parce que les labels en demandaient. Lorsque j'ai rencontré Brent, cela m'a poussé à dire adieu à tout cela et à me concentrer sur quelque chose de totalement nouveau."

C'est ainsi qu'est née l'idée de créer votre propre label et votre agence de création, Simulated Paradise ?

Andras : "Oui, absolument. Sinon, nous serions toujours à la recherche d'un label qui veuille bien produire notre musique. Nous ne voulions pas continuer à attendre. De nombreux labels en Belgique ne veulent pas prendre de risques. C'est pourquoi nous avons décidé de tout faire nous-mêmes du côté créatif, comme les vidéos mais aussi les relations publiques, en passant par la mise en ligne de notre musique sur Spotify et YouTube... C'est la même approche que pour nos vidéos. Au lieu d'échanger des e-mails pendant des mois pour trouver un réalisateur ou un concepteur, nous avons commencé à le faire nous-mêmes. Brent était déjà très doué avec Photoshop et Illustrator, mais nous ne connaissions pas encore After Effects. Nous avons appris à utiliser ce programme pour réaliser le clip du single 'Simulated Paradise'."

Brent : "De nos jours, on peut tout trouver en ligne. Sur YouTube, si vous vous y mettez rapidement, vous pouvez devenir un concepteur 3D. Mais bien sûr, j'avais besoin d'Andras pour tout ce qui est technique, car ma tête éclate quand je dois lire cinq phrases techniques."

En fait, vous vous complétez parfaitement ?

Andras : "Oui, je suis plutôt le producteur et Brent trouve les idées créatives. Mais pour certaines choses de production, comme la compilation des voix, Brent est le meilleur. Si je suis bloqué, il suffit de s'asseoir ensemble pendant une journée et nous y arrivons. Ensuite, Brent trouve souvent ce qu'il faut pour mener une piste à bon terme."

Brent : "Et parfois, je l'aggrave aussi (rires)."

À quoi ressemble votre été ?

Andras : "Nous faisons pas mal de concerts. Samedi, nous jouons à la Luxemburg Pride et plus tard à Dour et aux Lokerse Feesten. Nous combinons cela avec le montage de la vidéo d' ‘Atlantis’, qui devrait sortir en septembre. Avec le temps qu'il nous reste, nous essayons de faire de nouvelles démos."

Et quelles sont les prochaines étapes pour Promis3 ?

Brent : "Nous espérons réaliser notre rêve international. Nous pensons que nous pouvons y attirer un public plus large. À l'étranger, l'accent est souvent mis sur la nouveauté, alors qu'ici en Belgique, l'accent reste plutôt mis sur la tradition."

Proximus Pickx ne peut donc que souhaiter le meilleur pour Promis3 !

 

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top