Le calendrier de la Pro League va devoir digérer la Coupe du monde

Jupiler Pro League |

Ce mercredi, la Pro League a dévoilé le calendrier de la prochaine saison en D1A. Un calendrier qui débutera plus tôt et qui aura un hiver particulièrement chargé, pour cause de Coupe du monde en novembre et décembre.

De Proximus

Partager cet article

C’est nouveau pour beaucoup de championnats européens, pour ne pas dire quasiment tous : une trêve forcée en milieu de saison pour cause de Coupe du monde. Le mondial qatari se déroulera en effet du 21 novembre au 18 décembre, créant une coupure inédite en Belgique. En effet, entre novembre et décembre, le championnat belge sera quasiment à l’arrêt. Deux mois avec à peine 3 matchs, qu’il faudra compenser plus tard.

Pour digérer cela, la Pro League a décidé de faire démarrer la compétition une semaine plus tôt, soit le 22 juillet. Les clubs joueront ensuite jusqu’à la mi-novembre (certains seront donc privés de leurs internationaux) et reprendront fin décembre, une semaine après la finale de la Coupe du monde. En revanche, le mois de janvier sera chargé.

Calendrier soutenu

A l’issue du boxing day belge, les joueurs disposeront d’une mini-trêve au nouvel an avant de reprendre le collier en 2023 dès le 6 janvier. Sur ce premier mois de l’année, les clubs disputeront 5 rencontres, ayant droit à un match en semaine lors de la 21e journée. Ensuite, il faudra jouer tous les week-ends jusqu’à la mi-mars et la prochaine fenêtre internationale. La phase classique se terminera fin juillet, les play-offs se prolongeant jusque début juin.

S’il n’y avait que le championnat, ce serait long mais abordable. Il ne faut toutefois pas oublier que des matchs de coupes vont venir se rajouter, de Belgique mais aussi d’Europe pour peu que l’un ou l’autre club passe l’hiver. Cela va venir alourdir un calendrier qui sera particulièrement soutenu pour plusieurs clubs. Peut-être faudra-t-il faire des choix, encore plus si de nombreux joueurs ont participé à la Coupe du monde.

Comment gérer ?

Pour beaucoup de clubs qui ne participent pas aux coupes d’Europe et disposent de peu d’internationaux, ce calendrier n’aura rien d’insurmontable. Avec 1 mois et demi sans compétition, les joueurs auront le temps de se reposer un peu et refaire une préparation pour la deuxième partie de championnat. De là à dire qu’ils en profiteront, il y a un pas qu’on ne voudrait pas franchir.

En revanche, pour d’autres, il va falloir jongler intelligemment avec les joueurs du noyau. D’une part pour ne pas trop les cramer avant la Coupe du monde, s’il est prévu qu’ils y participent, et d’autre part pour parvenir à enchainer tous les matchs. Les clubs qui ont beaucoup d’internationaux seront pénalisés, car pour peu que leur pays aille loin dans la compétition, ils n’auront que peu de plages de repos.

Les clubs vont-ils profiter de ce mercato pour agrandir leur noyau, quitte à le dégraisser en janvier ? C’est une possibilité, d’autant plus que ceux qui disposent d’une équipe U23 dans les divisions inférieures ne pourront pas trop utiliser les joueurs de ce noyau sous peine qu’ils ne puissent plus y jouer. Un sacré casse-tête pour certains entraineurs, mais peut-être une chance pour certains joueurs de se révéler.

Suivez la Jupiler Pro League tout au long de la saison sur les chaînes d’Eleven Pro League, disponibles dans le forfait Pickx Sports de Proximus.

Proximus Pickx propose dans son app (Android & iOS) et sur son site web proximuspickx.be un mode « interactif » lors des rencontres en UEFA Champions League, Jupiler Pro League et la Challenger Pro League. Grâce à cette fonctionnalité, vous découvrez les compositions des équipes, les statistiques du match ou encore l’historique des rencontres, le tout en un seul clic ! Mais surtout, le lecteur vidéo interactif vous permet de revivre à votre guise les plus belles actions du match instantanément. Vivez les exploits de votre équipe favorite comme nulle part ailleurs et jouez votre propre VAR !

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top