Cinq choses que vous ignoriez peut-être sur ‘The Wire’

Séries | ‘The Wire’ souffle ses 20 bougies en ce jeudi 2 juin ! La série policière diffusée de 2002 à 2008 a récemment été élue par la BBC meilleure série du 21e siècle. Mais connaissez-vous tous les détails de la série qui se déroule à Baltimore, aux États-Unis ?

De Proximus

Partager cet article

Basée sur l'expérience du co-scénariste

Ce n'est un secret pour personne : le créateur et scénariste David Simon s’est inspiré de son expérience de journaliste couvrant les affaires policières pour le Baltimore Sun pour écrire la série. Mais pour les détails spécifiques et les comportements des personnages principaux, il s'est tourné vers son co-scénariste, Ed Burns. Ce dernier avait en effet fait carrière au sein du département des homicides de la police de Baltimore. Difficile de trouver une meilleure source d'inspiration !

Peu après le lancement de la série en 2002, Simon avait expliqué qu'une grande partie de la première saison est basée sur la carrière de son partenaire d'écriture. "Il avait l'habitude de mener lui-même de nombreuses et longues enquêtes, qui duraient souvent plus d'un an, sur des trafiquants de drogue violents. Ces premiers épisodes étaient donc largement basés sur ses expériences et ses frustrations dans le département."

De vrais toxicomanes comme figurants

Steve Earle a joué le personnage de Waylon, qui est apparu dans les saisons 1, 4 et 5 comme un toxicomane guéri devenu une sorte de modèle pour les autres toxicomanes de la série. Un jour, Earle a révélé que les scènes de réunions pour toxicomanes dans la série ont été filmées dans de véritables centres de désintoxication. Certains figurants étaient même de réels résidents de ces centres. 

L'équipe a pu préserver leur anonymat en ne révélant pas au public quels figurants étaient des acteurs. En interrogeant de vrais toxicomanes de Baltimore et en nouant des relations avec eux, les réalisateurs de la série ont pu brosser un tableau plus précis de leur vie et des obstacles qu'ils rencontrent.

La colère du maire de Baltimore

Si ‘The Wire’ est aujourd’hui considérée par certains comme la meilleure série du siècle, elle n’était pas du goût de tout le monde à sa sortie. Et notamment de Martin O'Malley, alors maire de Baltimore, qui avait passé un coup de fil rageur à David Simon pour dire tout le mal qu’il pensait de sa série et de l'image qu'elle donnait de Baltimore, lui demandant d’y intégrer ses bonnes actions pour la ville sans quoi il ne pourrait plus y filmer. Simon ne fut évidemment pas dupe et comprit rapidement que la seule volonté du maire était de redorer son image.

John C. Reilly est passé près du rôle principal

‘The Wire’ avait sans aucun doute l'un des castings les plus talentueux de son époque. Dominic West, notamment, était si convaincant dans le rôle de Jimmy McNulty que beaucoup n'ont pas réalisé qu'il était en réalité Britannique et non Américain. Mais il aurait pu ne jamais jouer ce rôle, car David Simon avait initialement jeté son dévolu sur John C. Reilly ('Gilbert Grape'). "Je lui ai parlé au téléphone pendant cinq minutes quand j'ai été contraint de raccrocher", a raconté Simon. "Je lui ai demandé si je pouvais le rappeler et il a accepté. Mais après ça, il n'a plus répondu à un seul appel." 

Obama est un grand fan

La série compte d’innombrables fans, dont certains sont plus célèbres que d’autres… C’est notamment le cas de l'ex-président des États-Unis, Barack Obama, qui a apprécié les cinq saisons de 'The Wire', comme il l’a déjà indiqué lors d’interviews. Son personnage préféré n'est autre qu'Omar Little, qu'il dépeint comme le "bad boy le plus cool de la série".

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top