Amenra, tête d'affiche belge du Graspop : "Il y a une réelle chance que nous chantions avec les Scorpions"

Graspop Metal Meeting |

Les festivals reprennent enfin cet été, et le Graspop Metal Meeting, l'un des festivals emblématiques de notre pays, n’y échappe pas ! La tête d'affiche du vendredi 17 juin n’est autre que le groupe Amenra, fierté du métal belge et internationalement reconnu. Un spectacle live à ne pas manquer dans tous les cas ! Pour l’occasion, Proximus Pickx s’est entretenu avec le chanteur Colin H van Eeckhout.

De Proximus

Partager cet article

Amenra a été fondé en 1999 par les amis courtraisiens Colin H van Eeckhout et Mathieu Vandekerckhove. Le premier album ‘Mass I’ est sorti en 2003. Entre-temps, sept albums sont sortis et le groupe est reconnu internationalement comme une référence en matière de post- et doom metal intense et convaincant. Leurs concerts sont des expériences visuelles et auditives bouleversantes, souvent accompagnées de vidéos captivantes et de performances artistiques incontournables.

Le groupe de cinq musiciens - actuellement composé des membres fondateurs Mathieu et Colin, ainsi que de Bjorn Lebon (batterie), Lennart Bossu (guitare) et Tim De Gieter (basse) - vient de terminer la première partie de la tournée de leur dernier album ‘De Doorn’, et se prépare maintenant pour l'été des festivals, qui les amènera notamment à Graspop (17 juin), Best Kept Secret (12 juin) et Roskilde (29 juillet). Le moment idéal pour sonder le chanteur, frontman et cofondateur Colin H van Eeckhout sur son envie de faire tout péter sur scène.

Pickx : Vous avez fait une sacrée tournée en Europe en avril dernier. C'était probablement un retour sur scène très attendu après deux ans d'absence ?

Colin : "Nous avons eu de la chance, car entre les fermetures, nous avons pu faire quelques tournées, même s'il s'agissait principalement de spectacles pour un public assis. Le timing était parfait : dans tous les pays où nous nous sommes produits, les mesures venaient d'être levées, et le public était donc très reconnaissant. Mais ce qui a rendu cette tournée particulièrement amusante, c'est d'être sur la route tous ensemble. Ça nous a beaucoup manqué. Elle nous offre toujours un moment de détachement, d'évasion de la vie quotidienne.

Ces spectacles acoustiques ont également été un succès. Est-ce un changement bienvenu pour vous en tant que groupe de métal ?

Colin : "Cela fait partie de notre histoire. Les émotions humaines couvrent un large spectre et, avec ces spectacles acoustiques, nous y répondons. Les concerts plus durs sont aussi devenus un peu une zone de confort, on peut se cacher derrière le volume de la musique, alors qu'avec les concerts intimes, on est ouvert et à nu devant le public. Beaucoup de choses peuvent mal tourner, mais c'est ce qui rend le travail aussi intéressant et stimulant pour nous. C'est aussi un moyen de montrer ce que nous pouvons faire. Certaines personnes aiment prendre le métal de haut, comme si c'était juste du bruit ou des cris, mais lors des sets acoustiques comme celui-ci, nous prouvons que nous pouvons également jouer et chanter."

Ces spectacles plus calmes attirent-ils un public différent ?

Colin : "Eh bien, nous jouons souvent dans des centres culturels ou des théâtres, ce qui signifie qu'il y a aussi des abonnés. Des gens qui ne connaissent pas nécessairement notre musique, mais qui sont parfois curieux. Et secrètement, nous trouvons amusant qu'un tel fan de métal soit assis à côté d'un homme d'affaires soigné de soixante ans. Des personnes dont on ne s'attendrait pas immédiatement à ce qu'elles entrent en contact les unes avec les autres. Nous sommes satisfaits d'avoir réussi à rapprocher ces deux "ennemis" avec notre musique - les gens ont souvent plus en commun qu'ils ne le pensent. J'ai également remarqué à maintes reprises que notre musique, qui est très intense et chargée, libère quelque chose. Si, après un spectacle, quelqu'un se trouve devant vous en train de pleurer, je dois admettre que vous ne savez parfois plus quoi dire. Mais les réactions que nous recevons, également via les réseaux sociaux, montrent toujours beaucoup de gratitude. C'est ce que fait la musique, elle libère quelque chose, elle offre un soutien ou donne une nouvelle force. »

Un mal nécessaire

Alors comment faire pour passer à la saison des festivals ? Pour Amenra, qui accorde beaucoup d'attention à l'aspect visuel et artistique, cela doit nécessiter un état d'esprit complètement différent, non ?

Colin : "C'est exact. Pour être honnête, nous considérons que les festivals sont un peu un mal nécessaire. Dans une salle de concert, nous pouvons attirer les gens dans notre monde en utilisant des visuels et en créant de l'obscurité, mais c'est beaucoup plus difficile sur une scène de festival. Il y a toujours un peu de lumière du jour indésirable, des gens qui entrent et sortent constamment, parfois des touristes qui s'arrêtent puis repartent... D'un autre côté, un festival est un excellent endroit pour toucher un nouveau public. Et il en va de même pour nous, nous pouvons aussi y découvrir de nouveaux groupes."

Étiez-vous ou êtes-vous vous-même un festivalier ?

Colin : "Nous l'avons été, mais comme nous devons faire beaucoup de choses nous-mêmes ces jours-ci, cela s'est estompé. Les autres membres du groupe se produisent encore régulièrement, mais pour moi, cela se limite aux festivals où nous jouons. Et puis, je ne suis capable de voir que les groupes qui jouent après nous, parce qu'avant je suis souvent bien trop nerveux pour notre propre spectacle, que pour profiter d’un autre concert. Ce n'est qu'après notre performance que je peux me détendre et me vider la tête. Par contre, je ne vais pas regarder toutes les affiches à l'avance, je veux me laisser surprendre au moment même. En général, si un groupe nous intéresse, nous le plaçons en première partie, ce qui nous permet de connaître la personne qui se cache derrière l'artiste. Je pense que c'est important. Nous avons d’ailleurs tellement de bons groupes en Belgique !"

Il y a donc plus de chance de vous voir brandir votre briquet après votre concert au Graspop sur le son des Scorpions, plutôt que sur la musique de Megadeth, qui se produit avant vous ?

Colin : "Ah, cette chance est réelle ! (rires) Bon conseil d’ailleurs, après notre spectacle il faut aller chanter en chœur, c’est vraiment idéal."

Étiez-vous auparavant attiré par le genre métal ou cela a-t-il pris une tournure plus large ?

Colin : "Je ne me considère pas du tout comme un métalleux, les autres membres du groupe Amenra en savent beaucoup plus. Dour, Pukkelpop, Werchter, Sjockfestival à Gierle... vous pourriez m'y trouver en tant que jeune invité".

Il a fallu beaucoup de temps pour que vous soyez à l'affiche du Graspop pour la première fois. La première était en 2014, alors que vous jouiez depuis 15 ans. Le fait que vous soyez maintenant en tête d'affiche là-bas est-il une douce victoire ?

Colin : "Il est vrai que nous avons été négligés pendant longtemps. Je ne sais pas pourquoi, nous avons nous-mêmes été surpris par cela. Peut-être qu'il y avait un programmateur qui n'aimait pas notre musique ? Mais nous ne sommes pas rancuniers à ce sujet. En attendant, c'est la troisième fois que nous sommes à l'affiche là-bas."

L'année dernière, vous avez sorti un nouvel album avec ‘De Doorn’, cette fois en néerlandais et avec beaucoup de place pour le spoken word. Est-ce que ce sera également la base de la setlist du festival ?

Colin : "Pas vraiment. Pour les représentations en festival, nous essayons de composer un mélange de tous nos albums. Nous apprécions que, lorsque nous allons à un spectacle, il y ait des chansons plus anciennes ou plus connues entre les deux. Dans les festivals, il s'agit de frapper et d'en mettre plein la vue à tout le monde. ‘De Doorn’ est de toute façon difficile à combiner avec nos anciens titres : c'est une expérience totale, un album que l'on écoute idéalement d'une traite, par exemple pendant un voyage nocturne en voiture. Il est difficile d'apporter quelque chose comme ça à un festival, il y a trop de longs déroulements ou de lectures à voix haute, alors qu'un festivalier - surtout dans un festival de métal - préfère un peu de grandiloquence."

Vous avez enregistré deux versions de l'album ‘The Thorn’, pourquoi ?

Colin : "Eh bien, nous avions deux tendances dans le groupe : ceux qui aimaient que la musique soit lourde et lente et ceux qui la préféraient plus expérimentale. Nous avons donc pensé : faisons un double mastering de l'album. Pour la partie plus expérimentale, nous sommes allés voir un producteur aux États-Unis, pour un mixage avec plus de voix. En fait, c'est surtout une question de curiosité, on a toujours envie de se dépasser, d'évoluer, de se remettre en question. Se réinventer sans se renier, mais ce n’est pas toujours évident."

Amenra a un public très dévot, rassemblé sous la bannière de l'Église de Râ, un concept que vous avez conçu vous-mêmes, avec la sortie d'un livre, des produits dérivés, des visuels... Y a-t-il des fans que vous voyez surgir partout, à chaque festival, dans chaque pays ?

Colin : "Le genre métal dans son ensemble attire des fans très fidèles, mais il est vrai qu'avec Amenra, nous voyons souvent le même groupe, nous sommes toujours surpris qu'ils soient partout. Nous en sommes reconnaissants, mais d'un autre côté, cela suscite des attentes élevées auxquelles il faut répondre à chaque fois. Souvent, le groupe appartient à ces personnes, ou bien elles commencent à vous réclamer, et vous devez faire attention à cela. Mais vous ne voulez pas non plus que les gens se fassent tatouer et le regrettent un an plus tard, nous devons donc être honorables à ce sujet."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top