Les genres dans lesquels James Bond a emprunté au cinéma

Cinéma | L'une des raisons pour lesquelles les films de Bond sont toujours pertinents aujourd'hui est que les réalisateurs ont toujours évolué avec leur temps. Les films sont, bien sûr, avant tout des thrillers d'espionnage remplis d'action effrénée, mais les réalisateurs sont inspirés d'autres genres cinématographiques pour influencer et façonner la franchise James Bond. Voici quelques exemples.

De Proximus

Partager cet article

Kung-fu

Dans les années 70, Bruce Lee est devenu une icône du cinéma grâce à des films tels que 'The Big Boss', La Fureur de vaincre' et 'La fureur du dragon'. Les films d'arts martiaux sont en vogue et, tandis que Bruce Lee travaille avec Warner Bros sur 'Opération Dragon', -le film de kung-fu le plus populaire chez le public occidental de la décennie-, 'L’homme au pistolet d’or' est également en production. Pour le neuvième film de la série James Bond, le réalisateur Guy Hamilton a décidé de s'inspirer non seulement du livre de Ian Fleming, mais aussi des arts martiaux.

L'histoire prendra place majoritairement en Chine et en Thaïlande, alors que le livre se déroule en Jamaïque. Le James Bond de Roger Moore combat deux ennemis dans une école de karaté en une seule scène, avant d’affronter une armée de karatékas.

Dans les années 1990, le cinéma d'arts martiaux a connu un renouveau avec les films de John Woo ('À toute épreuve', 'Chasse à l'homme'). Ainsi, lorsque Pierce Brosnan enfile le costume de Bond et se rend à Hong Kong dans 'Demain ne meurt jamais', on peut voir que les films de John Woo ont influencé la production. Les scènes de ralentis étant un élément majeur dans le style du réalisateur chinois.

Science-fiction

À partir de 1977 et la sortie en salles du premier film 'Star Wars', la popularité de la science-fiction monte en flèche. De nombreux films ont rapidement suivi et, avec 'Moonraker', la franchise Bond avait également une histoire de science-fiction à proposer au cinéma. 'Moonraker' est le seul film dans lequel James Bond va dans l'espace, pour empêcher Hugo Drax d’exterminer l'humanité. Cette intrigue, d'ailleurs, est inventée de toute pièce par les scénaristes, puisque l'histoire du livre se déroule entièrement en Grande-Bretagne. Le James Bond de Fleming n’ira jamais dans l'espace.

La science-fiction était également très populaire au début des années 2000. Les préquelles de 'Star Wars’ étaient en route et 'Matrix' eut un succès inattendu. Ce sont ces films qui ont encouragé le réalisateur Lee Tamahori à inclure des éléments de science-fiction dans 'Meurs un autre jour', comme la voiture invisible, un laser spatial géant et une histoire de manipulation génétique. À propos, ce film n'est pas directement basé sur un livre de Fleming, mais il a été inspiré par 'Moonraker' et 'L’homme au pistolet d’or'.


Action

Dans les années 1980, Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger et Bruce Willis règnent sur le grand écran. 'Rambo', 'Terminator' et 'Die Hard' montrent une violence particulièrement brutale, parfois même grotesque. Une fois de plus, Bond n’échappe pas à la tendance des films d’action bodybuildés. Dans 'Permis de tuer’, avec Timothy Dalton, la violence et le sang sont beaucoup plus présents qu'auparavant. Robert Davi, acteur dans 'Die Hard', et Michael Kamen, le compositeur qui avait assuré la musique de 'Die Hard' et 'Lethal Weapon', ont été recrutés pour le film.

L'action est revenue à la mode dans les années 2000, avec notamment une nouvelle adaptation de 'La Mémoire dans la peau' de Robert Ludnum, qui a établi la nouvelle norme en matière de thrillers d'action et d'espionnage. Là encore, la violence est brutale, accentuée par des prises de vue saccadées et un montage rapide. Lorsque Daniel Craig a endossé le rôle de 007 pour la première fois dans 'Casino Royale', l'influence des films Bourne était plus que tangible.

Hitchcock

Dans les années 1950, bien avant la sortie du premier film de James Bond, 'James Bond 007 contre Dr No', Alfred Hitchcock était le maître du suspense. Avec des films comme 'Fenêtre sur cour' et 'Sueurs froides', il réussit à tenir le public en haleine. Mais c'est surtout son film 'La Mort aux trousses' qui a eu une grande influence sur la franchise James Bond. Dans ce film, un homme ordinaire, Cary Grant dans le rôle de Roger Thornhill, est impliqué dans une histoire d’espionnage et d’assassinat. 

Le James Bond des livres de Fleming est plutôt froid et calculé, à l’opposé de l'espion charmant et suave dépeint par Sean Connery. L’acteur écossais n'a pas emprunté ces caractéristiques aux livres, mais il les a empruntées au film d'Alfred Hitchcock. Et depuis lors, chaque nouveau Bond est plus ou moins basé sur le 007 de Sean Connery. En ce sens, on peut dire que non seulement les films Bond se sont inspirés d'Hitchcock, mais aussi que tous les Bond après Connery se sont inspirés de ces premiers films emblématiques.

La saga James Bond est disponible dans le catalogue Proximus VOD, et dès aujourd'hui, vous retrouverez également le dernier volet, 'Mourir peut attendre'. Vers le catalogue Proximus VOD ? Appuyez sur le bouton « On demand » ou « Shop » de votre télécommande ou accédez directement au catalogue Proximus VOD ici !


Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top