Gilles Dewaele peut-il faire grandir la défense du Standard ?

Jupiler Pro League |

En manque d’arrières droits, le Standard a jeté son dévolu sur le Courtraisien Gilles Dewaele. Un transfert qui a surpris certains, satisfait d’autres. Le défenseur a-t-il la carrure pour redonner de la solidité à l’arrière-garde liégeoise ?

De Proximus

Partager cet article

Hugo Siquet parti pour Fribourg et Collins Fai présent à la Coupe d’Afrique des Nations (en plus d’être suspendu pour la reprise), le Standard se retrouvait sans arrière droit spécifique pour le mois de janvier. Une épine dans le pied qui a été retirée en faisant signer le joueur de Courtrai Gilles Dewaele. A 25 ans, le défenseur rejoint pour la première fois un club du top. Si du moins on peut encore qualifier le Standard ainsi, vu sa saison.

A Liège, il retrouve Luka Elsner, ce qui sera évidemment un avantage dans son adaptation. Le défenseur droit sait comment son entraineur fonctionne et ce qu’il attend de lui. Ce n’est évidemment pas un hasard si le Standard a été le recruter. C’était la solution la plus facile en termes de scouting.

Agressivité et mentalité

En recrutant Gilles Dewaele, Luka Elsner et le Standard ont un objectif bien simple en tête : ramener de la grinta à un secteur qui en manquait cruellement. Combien de fois n’a-t-on pas vu les défenseurs liégeois sombrer corps et biens quand la pression se faisait un peu plus intense. Gilles Dewaele doit venir apporter un peu plus de hargne.

Dewaele l’a d’ailleurs confirmé lors de sa présentation à la presse. A la question de savoir ce que le coach lui avait demandé, sa réponse fut limpide : « D’apporter plus d’agressivité et d’amener plus de mentalité dans l’équipe. » Jamais le dernier à aller au duel, il met plus vite le pied qu’il ne le retire. De quoi imposer sa présence.

L’ancien courtraisien était d’ailleurs un spécialiste pour nettoyer la surface de réparation. Avec lui, pas de chichi, quand il fallait faire le ménage il y allait franchement. Rien que pour ça, il pourra aider la défense liégeoise. Car dans sa situation actuelle, le Standard n’a pas besoin d’esthètes mais de joueurs qui jouent justes et efficacement avant tout.

Joueurs de flanc

S’il doit avant tout stabiliser la défense des Rouches, Gilles Dewaele a également certaines qualités offensives. Car avec le départ d’Hugo Siquet pour Bundesliga, les Liégeois ont perdu un véritable piston. Le jeune liégeois était toujours l’un des premiers à attaquer (parfois au détriment de son efficacité défensive) et son départ laisse un certain vide. Fort heureusement, Gilles Dewaele pourrait venir le combler. A Courtrai, depuis son poste d’arrière droit, Dewaele a ainsi donné 7 passes clefs à ses équipiers, sans que cela ne débouche sur un but. Il a également tiré au but à 9 reprises depuis le début de la saison.

Toutefois, le joueur doit encore s’améliorer sur certains points. Son contrôle de balle n’est pas toujours le meilleur, et sa concentration peut parfois avoir certains passages à vide. Des défauts qu’il faudra gommer pour véritablement tirer les Liégeois vers le haut. S’il y parvient, ce transfert pourrait alors être une vraie bonne pioche.

Suivez la Jupiler Pro League tout au long de la saison, et notamment Eupen – Standard ce mercredi à 18h45, sur les chaînes d’Eleven Pro League, disponibles dans le forfait Pickx Sports de Proximus.

Proximus Pickx propose dans son app (Android & iOS) et sur son site web proximuspickx.be un mode « interactif » lors des rencontres en UEFA Champions League, Jupiler Pro League et la D1B. Grâce à cette fonctionnalité, vous découvrez les compositions des équipes, les statistiques du match ou encore l’historique des rencontres, le tout en un seul clic ! Mais surtout, le lecteur vidéo interactif vous permet de revivre à votre guise les plus belles actions du match instantanément. Vivez les exploits de votre équipe favorite comme nulle part ailleurs et jouez votre propre VAR !

 

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top