Quand Ryan Reynolds devient Pikachu, le film 'Pokémon Détective Pikachu' doit censurer certaines blagues

Le dimanche, et en plus le lendemain de Noël, il n’y a rien de mieux que de regarder un film en famille ! Ce n’est pourtant pas si facile de choisir l’oeuvre qui plait aussi bien aux petits qu’aux grands. Mais Proximus Pickx pense, comme à son habitude, à vous ! Tipik diffuse ce soir à 20h05 un petit bijou de la franchise Pokémon, qui fera rire tout public. Il a pourtant bien failli en être autrement.

Après le manga, le dessin animé les jeux vidéos, les cartes à collectionner, les films d’animation et autres produits dérivés, l’univers Pokémon continue encore aujourd’hui à se développer. En 2018, un film est consacré au plus adorable des Pokémon : Pikachu. Tiré du jeu vidéo de Satoshi Tajiri en 2016, le long-métrage est le premier de la franchise à être tourné en prises de vues réelles et n’a pourtant rien à voir avec les arènes, les combats de Pokémon et les Poké Balls que l’on connait bien.

Si vous vous imaginiez que Pikachu n’émet que des sons ‘Pika Pika’ et ‘Chu’, vous aviez tout faux. Dans cette oeuvre dérivée de la célèbre franchise, le Pokémon jaune s’exprime comme nous et ne tient pas sa langue dans sa poche. Plus bizarre encore, il a la voix de Deadpool. Ryan Reynolds troque son costume d’anti-héros pour incarner la mignonne créature. En plus de sa voix et de ses vannes, il prête à son personnage son corps puisqu’il est tourné en ‘motion capture’. C’est donc un Pikachu méconnaissable que Rob Letterman met en scène. Dans cette version, Pokémon et humains cohabitent paisiblement à Ryme City et s’entraident. Sacha n’est plus l’acolyte de l’animal éclair. À présent, il fait équipe avec le jeune Tim Goodman. Ensemble, ils vont devoir résoudre une enquête pour retrouver le père de l’adolescent qui a mystérieusement disparu.



Une autre version du film

Bien que les rôles soient différents, il y avait des moments où Ryan Reynolds avait du mal à séparer le personnage de Pikachu de celui de Deadpool. "Pikachu me rappelle Deadpool car il est aussi une grande gueule qui filtre ce qu’il voit à travers l’humour... Quand on y réfléchit il a pas mal en commun avec Deadpool. Sauf qu'il ne tue pas les gens et ne balance pas des insultes à tour de bras. C’est un personnage fun mais pour tous les publics contrairement à Deadpool."  explique l’acteur à Filmsactu. La frontière était limite parfois entre les deux rôles et l’acteur a eu des moments où il se lâchait complètement dans la peau du Pokémon. Il pouvait faire des blagues salaces ou encore insulter ses congénères et jurer comme un charretier par moment. Mais pour ne pas faire fuir les fans de la franchise, ces scènes ont été coupées au montage.

Auprès du site Comic Book, la star canadienne explique qu’en tournant en ‘motion capture', l’imagination prime sur le reste. Sur le plateau, il est tout seul et doit balancer 800 versions différentes d’une même blague. Ce sont donc les éditeurs au montage qui sélectionnent les séquences désirées. L’acteur est persuadé qu’avec les rushs du film et toutes les répliques censurées, il y a de la matière à donner un autre caractère à Pikachu, peut-être encore plus proche du personnage Marvel.

Quand on regarde la filmographie de l’acteur dans son ensemble, on s’étonne de voir qu’il ait accepté de jouer dans un film tout public. En effet, on ne peut pas dire que ‘Blade:Trinity’, ‘Amityville’ ou encore ‘Buried’ soient des longs métrages à l’ambiance bon enfant. Aux États-Unis, ils reçoivent même la classification R qui défend les mineurs de moins de 17 ans de voir ces films dans les salles obscures. Ici, sa motivation concerne ses enfants qui à l’époque étaient âgés de 5 et 3 ans. Il souhaitait que ces derniers puissent voir légalement le film de leur père au cinéma. "J’étais enthousiasmé par l’idée de faire un film que mes enfants adoreraient. Je ne fais pas beaucoup de films qui ne sont pas classifiés R, alors ça n’est pas rien pour moi." ajoute l’acteur, toujours auprès de Comic Book.

Regardez ‘Pokémon Détective Pikachu’ ce dimanche 26 décembre à 20h05 sur Tipik ou sur Pickx.be ou l'app de Proximus Pickx. Via TV Replay, vous pouvez regarder le programme jusqu'à 36 heures plus tard quand vous le souhaitez, ou également sur le site ou l'app 7 jours après sa diffusion !

Jeunesse

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top