Bernd Storck s'est-il déjà tiré tout seul une balle dans le pied au Racing Genk ?

Jupiler Pro League | Le Racing Genk est au plus mal et la réception du Sporting Charleroi ce jeudi, 21h, ne risque pas d'arranger les choses. Le discours de Bernd Storck sera-t-il enfin compris par ses joueurs ?

De Proximus

Partager cet article

Il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Beaucoup d'observateurs, et sans aucun doute un certain John van den Brom, usent et abusent de ce proverbe à l'encontre de Bernd Storck depuis son intronisation à la tête du Racing Genk. Avec deux défaites en autant de rencontres, et une élimination en Coupe d'Europe, on ne peut pas dire que l'entraîneur allemand connait des débuts de rêve dans le Limbourg. Ses critiques acerbes envers les limites tactiques de son prédecesseur lui reviennent évidemment comme un boomerang. Ce jeudi, il serait inspiré de prendre quelque chose face au Sporting Charleroi sous peine de voir son groupe rapidement lui tourner le dos.

Plus le temps pour les expérimentations

Que ce soit en Europa League ou ce dimanche à La Gantoise, le Racing Genk fut méconnaissable. À l'agonie défensivement pendant des semaines, c'est désormais le secteur offensif qui bat de l'aile. Incapable de se créer la moindre occasion, les feux follets Theo Bongonda et Junya Ito sont comme perdus sur le terrain. Intrinsèquement l'un des meilleurs joueurs de notre championnat, l'ailier japonais cristallise peut-être à lui seul le mal-être limbourgeois. Paul Onuachu, de son côté, est abandonné par une équipe qui pense actuellement davantage à défendre plutôt qu'à attaquer. En jouant contre nature, tout le groupe semble avoir perdu ses qualités que la Belgique entière louait encore il y a peu. 

Il faut dire que Bernd Storck fait pour l'instant des choix pour le moins curieux. Paintsil en numéro 10 face au Rapid, Ito sur le mauvais flanc ou obligé de le couvrir entièrement, Thorstvedt trop bas pour s'infiltrer ou encore Eiting en tant que piston gauche... Dans une équipe en manque de confiance, les changements sont trop nombreux et les joueurs mal utilisés. Si la pause hivernale devrait permettre au coach de poser des bases solides, il reste encore des échéances à court terme qui doivent être abordées différemment.

Charleroi dans la peau du favori

Pour ne pas arranger les choses, le calendrier ne facilitera pas vraiment la tâche des Limbourgeois dans les jours qui viennent. Après la réception de Charleroi, c'est l'Antwerp qui se présentera à la Cegeka Arena avant un déplacement toujours compliqué en plein hiver sur la côte au KV Ostende. Positionné déjà à dix points de la quatrième place, détenue justement par les Zèbres, Genk n'a plus de temps à perdre. La victoire est impérative, peu importe la manière.

Si les Limbourgeois ne sont pas vernis, leur adversaire de ce dimanche est en pleine confiance en ce moment. Charleroi est, en effet, bien cramponné au top-4 et son succès compliqué de vendredi dernier face au KV Ostende dans un climat dantesque a encore prouvé que les Hennuyers avaient de grosses ressources mentales. Leur victoire à Sclessin a certainement dû leur donner le boost nécessaire pour ne plus craindre personne. Une chose est certaine : les deux formations viseront les trois points dans le Limbourg.

Suivez la Jupiler Pro League tout au long de la saison, y compris la rencontre entre le Racing Genk et le Sporting Charleroi de ce jeudi 21h, sur les chaînes d’Eleven Pro League, disponibles dans l'option Pickx Sports de Proximus.

Proximus Pickx propose dans son app (Android & iOS) et sur son site web proximuspickx.be un mode « interactif » lors des rencontres en UEFA Champions League, Jupiler Pro League et la D1B. Grâce à cette fonctionnalité, vous découvrez les compositions des équipes, les statistiques du match ou encore l’historique des rencontres, le tout en un seul clic ! Mais surtout, le lecteur vidéo interactif vous permet de revivre à votre guise les plus belles actions du match instantanément. Vivez les exploits de votre équipe favorite comme nulle part ailleurs et jouez votre propre VAR !

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top