Les effets spéciaux incroyables utilisés dans ‘L'étrange histoire de Benjamin Button’

Il y a treize ans déjà, les spectateurs découvraient ‘L’étrange histoire de Benjamin Button’, et l’incroyable technologie qui a permis sa réalisation. David Fincher est parvenu à raconter une histoire sur plusieurs décennies, avec un acteur qui ne cesse de changer et d'évoluer. Un défi technologique de taille pour représenter le vieillissement inversé du personnage principal.

Le nom de Benjamin Button apparaît pour la première fois dans la littérature en 1922, dans une nouvelle de F. Scott Fitzgerald, auteur du célèbre roman ‘Gatsby’. Les adaptations de l’histoire de Benjamin Button se sont succédées au fil des décennies, mais il semble qu’aucune n’ait eu autant d’importance que celle portée à l’écran par David Fincher. Le personnage principal naît dans le corps d’un vieil homme et finit par mourir nouveau-né. Pour parvenir à raconter son histoire, il a relevé le défi de réaliser un rajeunissement spectaculaire

Le réalisateur fait confiance à Brad Pitt pour incarner Benjamin. À ce moment-là, l’acteur n’en est pas à sa première collaboration avec David Fincher. Les deux hommes ont déjà travaillé ensemble dans ‘Seven” et ‘Fight Club’. Pour ce nouveau projet, le réalisateur va utiliser d’incroyables effets spéciaux numériques. Fincher n’est pas un amateur dans ce domaine. Depuis quelques années, il est même passé maître dans l'utilisation d'images de synthèse en combinaison avec des images réelles.

Expérience

Le film ‘The Social Network’ de David Fincher contient plus de plans avec des effets informatiques que le film ‘Godzilla’ de 2014. Incroyable mais vrai. Dans le film ‘Zodiac’, presque toutes les scènes en extérieur ont été filmées dans un studio. Dans ‘Millenium: les hommes qui n'aimaient pas les femmes’, chaque goutte de sang a été ajoutée après coup par ordinateur. Preuve que les effets spéciaux n’ont plus aucun secret pour David Fincher. Il a appris à les utiliser lorsqu'il travaillait sur des superproductions comme ‘Le retour du Jedi’ et est ensuite devenu un pionnier de l'utilisation des effets dans ses propres films.

Ce qui nous amène à ‘L'étrange histoire Benjamin Button’. Lorsque le film a été produit, la technique qui consistait à tracer quelques points sur le visage et le corps d'un acteur était déjà bien connue. Mais le résultat était toujours un peu raide et peu naturel, ce qui n'était pas acceptable pour Fincher. Le personnage de Brad Pitt devait être un enfant avec l'apparence d'un octogénaire et, à l'inverse, une personne âgée avec l'apparence d'un bébé. Si les effets n’étaient pas impeccables, le film devenait alors complètement bancal. 

Fascinant

Fincher a alors fait appel à Steve Perlman, maître de la technologie de capture de mouvement avec sa société Reardon. Au lieu d'appliquer quelques points sur le visage d'un acteur et de les tracer, il recouvrait l'acteur d'une sorte de poudre réfléchissante, permettant aux caméras de tracer non pas des dizaines, mais des milliers de points. Fincher a appliqué cette technique et créé les scènes les plus détaillées jamais vues au cinéma.

Cet exploit technologique lui a valu trois Oscars (pour les meilleurs effets visuels, la meilleure direction artistique et le meilleur maquillage). En outre, le film a été nommé dans dix autres catégories, dont celles du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur acteur principal (Brad Pitt) et du meilleur second rôle féminin (Taraji P. Henson).

Selon la critique du New York Times, "Fincher a ajouté une dimension délicate et une grâce au cinéma numérique. Le film doit beaucoup à des prédécesseurs comme 'Minority Report', 'Le Seigneur des Anneaux' et 'Forrest Gump', mais c'est justement par sa subtilité qu'il est l'exemple le plus envoûtant d'une combinaison d'images numériques et réelles." Rien que ça ! 

Regardez ‘L'étrange histoire de Benjamin Button’ sur Netflix. En savoir plus sur l'option TV 'All Stars' (avec Netflix) ou sur Netflix chez Proximus Pickx.

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top