Lorsque Joséphine Baker était l’agent particulier du Général de Gaulle

Joséphine Baker, connue pour être la première icône noire en Europe, a eu une vie pleine de rebondissements. Ce que l’on sait peu, c’est qu’elle a longtemps été l’agent particulier du Général de Gaulle. Proximus Pickx revient sur ce lien incroyable qu’ils entretenaient.

Joséphine Baker était une artiste pleine de talents. Munie de costumes extraordinaires, elle dansait et chantait devant un public enchanté de la découvrir. Mais lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, l’Américaine originaire du Missouri habite Paris et refuse de se produire devant les soldats nazis. En septembre 1939, Jacques Abtey, chef du contre-espionnage militaire à Paris, est présenté à Joséphine. Ce dernier lui offre une mission : dénicher des informations sur les troupes ennemies en usant de sa popularité. Etant souvent invitée à des diners et dans les ambassades, elle semble avoir un profil parfait pour ne pas être soupçonnée.

Dans son château des Milandes, situé en Dordogne, elle organise aussi des cercles de résistants. C’est à ce moment-là qu’elle est appelée à aider le Général de Gaulle, réfugié à Londres. Pour réussir à transmettre des informations aux renseignements de la France Libre, elle sert de couverture à Jacques Abtey qui voyage à ses côtés comme étant son ‘compagnon’. Les informations secrètes sont dissimulées en langage chiffré dans les partitions de la chanteuse. Ce stratagème l’amène finalement à rencontrer le Général.

Elle continue de voyager en Afrique du Nord, à Alger, Fez, Alexandrie,…  sous sa couverture d'artiste, mais toujours avec une mission secrète. En 1943, elle retrouve De Gaulle à Alger qui lui offre une petite croix de Lorraine en or. Elle la revendra directement pour financer la Résistance. Un geste que le General apprécie. Plus tard, en 1957, elle sera faite chevalier de la Légion d’honneur.

‘Première icône noire’

Le documentaire ‘Joséphine Baker, première icône noire’ revient en 1925. A cette époque, l’artiste se heurte au racisme de l’Amérique, son pays natal, et décide de rejoindre l’Europe. La jeune danseuse noire de music-hall tente sa chance à Paris. Elle devient en une nuit la coqueluche de la ville. Le film revient sur le récit hors du commun de la première star noire et de ses combats, loin des clichés. Sa ‘danse sauvage’ bouscule les mentalités en Europe. Mais à chacun de ses retours dans son pays d’enfance, elle fait face à nouveau au racisme et à la discrimination.

Véritable tornade scénique aux multiples talents (chant, danse, comédie), le documentaire nous invite à découvrir toutes les facettes de sa personnalité, et comment elle a fait évoluer les mentalités.

Retrouvez ‘Joséphine Baker, première icône noire’ ce mardi à 20h30 sur La Trois, ou sur Pickx.be ou l'app de Proximus Pickx. Via TV Replay, vous pouvez regarder le programme jusqu'à 36 heures plus tard quand vous le souhaitez, ou également sur le site ou l'app 7 jours après sa diffusion !

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top