Le revanchard Benteke a saisi sa chance face à l’Estonie

Diables Rouges |

Les Diables rouges ont validé leur ticket pour la prochaine Coupe du monde au Qatar qui se déroulera dans un peu plus d’un an. Christian Benteke a profité des absences pour montrer que le sélectionneur pouvait toujours compter sur lui. 

De Proximus

Partager cet article

En venant à bout tranquillement de l’Estonie 3-1 ce samedi soir dans un stade Roi Baudouin garni de 36000 spectateurs, la Belgique a assuré sa participation à la prochaine Coupe du monde qui débutera en novembre 2022 au Qatar. C’est ainsi la cinquième participation consécutive pour les Diables à un tournoi majeur, cette série a débuté avec la grand-messe mondiale au Brésil en 2014. 

Sur le front de l’attaque des Diables, c’est Christian Benteke qui a pris place, un peu par défaut il faut bien le dire, puisque le numéro trois dans la hiérarchie des attaquants avait le champ libre avec les absences de Romelu Lukaku et Michy Batshuayi. Et l’attaquant de Crystal Palace a fait valoir ses arguments pour espérer monter dans la hiérarchie et se placer derrière Big Rom. 

Un but à la… Batshuayi

Dans un match bien contrôlé par les hommes de Roberto Martinez, Benteke a montré la voie à suivre. C’est lui qui, à la 12e minute, profite du mauvais calcul du gardien estonien, Matvei Igonen, pour faire trembler les filets. Un but de renard des surfaces qui fait penser aux exploits de... Michy Batshuayi. Quelques instants plus tard, c’est le poteau qui vient sortir une tête dont l’attaquant de 30 ans a le secret, l’empêchant de réaliser un doublé.

Mais Benteke, souvent disponible et intelligent dans ses choix, va se montrer une nouvelle fois décisif au retour des vestiaires en offrant le but du break à Yannick Carrasco. Malgré la réduction du score d'Erik Sorga, les Belges ne doutent pas et Thorgan Hazard fixe les chiffres à 3-1. A un peu moins de dix minutes du terme, Benteke est remplacé par Origi et peut sortir l’esprit tranquille, lui qui a fait le job.

Un profil différent

Auteur de son 17e but en sélection, et le 4e lors de ses 4 titularisations sous l'ère Martinez, Benteke a répondu présent. "C'est difficile d'avoir du temps de jeu avec les Diables, aujourd'hui j'ai su saisir ma chance" expliquait-il à la RTBF après le match. Une prestation qui pourrait bien redistribuer les cartes derrière l’intouchable Lukaku pour le poste d’attaquant. Il peut amener de la profondeur, du jeu dos au but et surtout son jeu de tête, un profil différent de celui de Batshuayi. 

Auteur d’un bon début de saison à Crystal Palace, Benteke espère bien être du voyage dans un an au Qatar. "Pendant la Nations League, j’aurais aimé être là mais voilà, l’entraîneur en a décidé autrement. Le plus important, c’est de toujours être prêt quand il fait appel à moi et c’est ce que je fais encore aujourd’hui (NDLR : ce samedi). Ai-je l’intention de bousculer la hiérarchie ? Bien sûr. Je pense que le plus important est de faire le mieux possible quand je suis sur le terrain et donner le meilleur joueur de moi-même. On sera ensuite jugé sur nos performances."

Benteke ou Batshuayi en joker de Lukaku ? C’est Roberto Martinez qui aura la décision finale mais il ne pourra pas se louper car ce sera sûrement la dernière occasion de récolter un trophée pour cette génération dorée. 

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top