Joshua King, entre lutte contre le racisme et bougeotte anglaise

Premier League |

En Premier League, Joshua King est un personnage. L’attaquant de Watford a claqué ses premiers buts de la saison à l’occasion d’un triplé contre Everton, mais s’érige surtout en leader de la lutte contre le racisme.

De Pickx

Partager cet article

L’Angleterre, Joshua King la connait comme sa poche. Depuis son arrivée à 16 ans à Manchester United, en 2008, l’international norvégien a écumé un paquet de clubs : Preston North End, Hull City, Blackburn Rovers, Bournemouth, Everton et maintenant Watford. L’attaquant a pas mal bourlingué même si c’est surtout dans le sud de l’Angleterre qu’il s’est révélé.

L’an dernier, il avait tenté l’aventure à Everton en milieu de saison mais n’avait jamais réussi à s’y imposer. Au bout de seulement 6 mois, il quittait déjà les Toffees sans avoir claqué le moindre but. Une déception qu’il a exorcisée il y a une dizaine de jours en plantant un triplé avec Watford à ses anciennes couleurs. Mais l’attaquant est surtout connu pour autre chose que ses buts : la lutte contre le racisme.

Des tatouages qui en disent long

Joshua King n’a pas besoin de parler beaucoup pour qu’on comprenne son attachement à la lutte contre les inégalités raciales. Lorsqu’il retire sa vareuse, de nombreux tatouages prennent le relais pour exprimer son désir de justice. Sur son corps, des dessins de Martin Luther King, Rosa Parks, Nelson Mandela ou encore Muhammed Ali et Bob Marley. Que des figures héroïques de la lutte contre le racisme.

« Ce sont simplement des personnes qui sont des héros pour nous. Il y a beaucoup de racisme dans le football ces derniers temps et je ne peux pas le comprendre », expliquait-il dans une interview au Guardian en 2019. Après le décès de George Floyd, en 2020, il avait poussé ses équipiers de Bournemouth à réaliser une vidéo pour dénoncer les discriminations raciales qui ont encore cours actuellement.

Ancrage familiale important

Malgré un nom qui sent bon l’Angleterre, Joshua King est Norvégien et même fils d’immigré gambien. Il est donc bien placé pour savoir ce qu’est le racisme. Son père a quitté son pays natal quelques années avant la naissance de Kingy pour rejoindre la Norvège et y vivre une vie meilleure.

Aujourd’hui, Joshua King tient à ancrer profondément certaines valeurs à son rejeton Noah, n’hésitant pas à l’emmener chaque année en Gambie pour voir la famille et comprendre d’où il vient et que sa qualité de vie n’est pas acquise. Joshua King expliquait ainsi qu’il voulait que son fils « sache que ce pour quoi je me suis battu pour ma famille, et que j'essaie encore d'obtenir, n'est pas facile. Pour l'avoir, il faut travailler dur et j'espère qu'il grandira et deviendra un grand homme.»

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top