Rafael Jimenez Jarque, dit Fali, n'est pas un footballeur comme les autres. Milieu défensif de Cadix, actuel dix-septième de Liga, l'Espagnol de 28 ans représente, en effet, fièrement la communauté gitane à qui il doit une grosse partie de sa personnalité sur le terrain.
L'histoire unique de Rafael Jimenez Jarque, plus connu en Espagne sous le nom de Fali, commence en fait avant sa naissance. Les parents de Fali sont des gitans qui vivent, travaillent en Espagne et voyagent de ville en ville pour vendre leurs marchandises sur les marchés aux puces. Le jeune Fali a connu le même sort, jusqu'à ce que son père voie l'habileté de son fils à manier un ballon. 

Une adolescence sans école

Le père de Fali, prêt à tout pour réussir, inscrit tout d'abord son fils à l'académie des jeunes de Villarreal à l'âge de 10 ans. Il y reste pendant six ans et se fait de nombreux amis. Il le doit, car à l'âge de 14 ans, Fali abandonne l'école secondaire par manque d'intérêt. Deux ans plus tard, il épouse sa petite amie, ce qui lui vaut de se heurter à sa belle-famille, qui estime que Fali est bien trop jeune pour prendre toutes ces décisions. Surtout la première, que Fali regrettera beaucoup. Il a récemment déclaré à la presse espagnole qu'il ne pouvait même pas aider sa fille à faire ses devoirs. "Parfois, j’ai honte. Juanma, un de mes coéquipiers de Levante, a dû m’apprendre à parler en public, car j’étais pitoyable. Mais le plus fou, c’est quand ma fille vient vers moi et que je ne sais pas comment l’aider", explique le joueur de 28 ans.

Dans le football, également, la stabilité n'est pas le maître-mot de Fali. Après avoir quitté Villarreal en 2009, il atterrit à Levante, dans la région de Valence un an plus tard. Il y joue pendant trois saisons, dont deux avec l'équipe réserve. Après un bref passage à Huracán, il se voit proposer son premier contrat professionnel avec le club de deuxième division espagnole de Gimnàstic en 2015, à l'âge de 23 ans. Un contrat qui tarde à être signé car le réservoir d'essence de la camionnette dans laquelle Fali se rend au siège du club de Gimnàstic fuit et tombe en panne sèche. Au lieu de 2,5 heures, Fali en met plus de cinq pour arriver au bureau de son nouvel employeur.

Sauveur de Barcelone B

Là-bas, Fali s'illustre tout particulièrement. Si bien que le FC Barcelone décide de lui faire les yeux doux. Les Catalans comptaient en fait sur lui pour sauver l'équipe B de la relégation et demandent son prêt sur deux ans. De ses propres dires, Fali a réussi à tirer son épingle du jeu. Pour lui, les jeunes blaugranas étaient trop mous et avec son expérience de la vie et sa mentalité, il a transformé les jeunes talents catalans en véritables hommes. 

Après deux ans à jouer dans l'ombre du Camp Nou, le club andalou de Cadix est le premier à lui offrir un contrat lucratif. Et comme Cadix est située dans sa région natale, il accepte l'offre. Prêté dans un premier temps, il rejoint définitivement son nouveau club en 2019. Pour la première fois, après une période covid compliquée où il a pensé à tout arrêter, Fali peut se stabiliser dans une équipe. Après des années d'errance, il semble enfin épanoui. Et, comme un signe du destin, il se déplace cette semaine dans l'antre du club où tout a commencé pour lui : Villarreal. Il est déjà certain qu'il ne fera aucun cadeau à ses anciens amis.

Suivez la Liga tout au long de la saison sur les chaînes d'Eleven Sports, disponibles dans l'option All Sports de Proximus.