Organisés en Flandre, les championnats du monde de cyclisme sur route avaient droit à leur apothéose ce dimanche avec la course en ligne des hommes. L’épreuve reine, sur laquelle on attendait le grand favori Wout Van Aert, a finalement été décevante pour les Belges.
La dernière fois que la Belgique avait accueilli les championnats du monde de cyclisme sur route, c’était en 2002. A l’époque, la course en ligne homme s’était tenue sur le circuit de Zolder et avait vu la victoire de Mario Cipollini sur un parcours taillé pour les sprinteurs. Une chute importante dans le final avait laissé seulement 30 coureurs se départager pour le titre mondial.
 
Le parcours du mondial 2021 était totalement différent. D’Anvers à Louvain, les coureurs devaient avaler pas moins de 268,3 km et 2.250 mètres de dénivelé positif. Un parcours ardu à travers les Flandres qui convenait beaucoup mieux aux puncheurs et spécialistes des classiques comme Wout Van Aert, Julian Alaphilippe ou Mathieu Van der Poel.
 
La Belgique contrôle
 
La course a démarré directement avec une échappée matinale. Pas de grands noms, mais la Belgique a directement mis les choses au clair en se positionnant en tête du peloton pour contrôler la course et maintenir l’échappée à distance respectable. Une stratégie audacieuse qui posait question : notre pays avait-il besoin de se mettre devant si tôt dans la course, au risque de déjà griller certaines cartouches ?
 
La première partie de course a été fortement animée par Remco Evenepoel. Le petit prodige belge s’est placé devant, amenant un peu de mouvement dans une course rapide. Toutefois, de telles attaques n’annonçaient rien de bon pour la suite et cela s’est vérifié.
 
La Belgique se troue
 
Dans la deuxième partie de course, un groupe important de coureurs s’est dégagé, avec notamment 3 Belges (Stuyven, Evenepoel et Van Aert), 3 Français (dont Alaphilippe) et 3 Italiens. On retrouvait également van der Poel. On a vite compris que c’est là que se trouverait le futur champion du monde. Mais là encore, les Belges ont imposé un rythme puissant. Evenepoel s’est entièrement sacrifié pendant une trentaine de kilomètre, pour finir par craquer dans le moment final.
 
Moment choisi par Julian Alaphilippe pour attaquer. Personne ne parvenait à le suivre et les 15 derniers kilomètres s’apparentaient à un chrono pour le champion du monde sortant. Derrière, le groupe éclatait et seuls Stuyven, Van Baarle, Valgren et Powless arrivaient à tenter la poursuite. Mais Alaphilippe était décidément trop fort. Wout Van Aert était totalement cuit comme il l’a expliqué à l’arrivée, incapable de contrer ou redonner du rythme. Et c’est là qu’on se dit que si Evenepoel avait laissé travailler Français et Italiens, il aurait pu être utile pour Jasper Stuyven dans les derniers kilomètres. Sans voiture et sans oreillette, la Belgique est passée à côté, surtout que c'est Wout Van Aert lui-même qui a dit à Evenepoel de rouler à fond... alors même qu'il savait qu'il n'avait pas les jambes.
 
Julian Alaphilippe a tenu et s’offre donc un second sacre mondial de suite. Comme à Imola il y a un an, avec panache et bravoure, le Français est un superbe champion du monde. On prendra plaisir à voir une année de plus le maillot arc-en-ciel sur ses épaules.