Samedi soir, le RWDM n’est pas parvenu à battre sa bête noire, le SK Lommel. Les Bruxellois ont pourtant eu nombre d’occasions et la possession du ballon. Mais le réalisme et l’efficacité de  Lommel ont eu le dernier mot.

Après son 0 sur 12 de la saison passée contre Lommel, les Molenbeekois voulaient mettre un terme à cette série noire contre les Limbourgeois. Durant 90 minutes, ils ont ainsi dominé de la tête et des épaules Lommel, mais sont finalement rentrés au vestiaire au coup de sifflet final avec une défaite (1-2).

Ceux qui ont vu le match ont eu sans doute peine à croire que Lommel soit sorti vainqueur du duel. D’ailleurs les statistiques attestent d’une domination outrancière du RWDM. Ainsi, les Bruxellois ont eu 71,2 % de possession de balle. Et cette possession de balle s’est également traduite par des occasions de but. Le RWDM a tiré 19 fois au but (contre 7 tirs pour Lommel), mais n’a cadré que deux tirs (pour 5 tirs cadrés pour les Limbourgeois). Mais trois essais des Bruxellois ont touché le cadre du but. Les visités ont également obtenu 11 coups de coin (contre deux pour Lommel). Cependant, finalement, ils n’ont réussi à marquer qu’un seul but (alors que Lommel en a planté deux).

On sait qu’en football, il n’y a que les buts qui comptent. Le RWDM se retrouve donc à nouveau Gros-Jean comme devant, tandis que Lommel se donne de l’air au classement après son 6 sur 6.