Ce dimanche 26 septembre, à Louvain, la crème du peloton se disputera le maillot arc-en-ciel, le graal absolu du cyclisme. Beaucoup en ont rêvé, peu l'ont revêtu. Curieusement, certains Champions du Monde belges sont aujourd'hui oubliés. Retour sur le fabuleux destin de ces glorieux ancêtres. Deuxième épisode, à la rencontre d'Eloi Meulenberg, titré en 1934 et premier Champion du Monde wallon de l'histoire...
 
Un Wallon avec le maillot irisé ?

A cette évocation, on pense immédiatement à Claudy Criquelion, sacré en 1984 à Barcelone et qui aurait du s'imposer une seconde fois si l'injustice n'était pas un des ingrédients de base du cyclisme. C'est en 1988, devant son public, à Renaix, que le 'Criq', salement tassé par le Canadien Steve Bauer, avait chuté à quelques mètres de la ligne, laissant la victoire à un troisième larron, l'Italien Maurizio Fondriest.

Le successeur du Criq et de Phil

En 2012, un autre Wallon, Philippe Gilbert se pare du maillot arc-en-ciel à Valkenburg après avoir allumé tout le peloton dans son cher Cauberg, une côte qu'il avait déjà domptée par deux fois pour gagner l'Amstel Amstel Gold Race. Mais la Wallonie avait déjà connu un autre champion du Monde, près de 50 ans avant Criquelion. C'était au temps où les Belges gagnaient beaucoup, mais avec l'accent flamand. Mais après les titres mondiaux de George Ronsse (Budapest 1928, Zürich 1929), Karel Kaers (Leipzig 1934) et Jean Aerts (Floreffe 1935) viendra l'heure d'Eloi Meulenberg, né à Jumet, qui remporte le titre suprême à Copenhague en 1937."Tout le monde peut participer, sauf Eloi"

Eloi Meulenberg, né 100 ans avant le titre de Philippe Gilbert, était connu pour sa pointe de vitesse irrésistible. Dans sa jeunesse, certains organisateurs écrivent sur leurs affiches que "tout le monde peut participer à la course, sauf Eloi Meulenberg". Mais Meulenberg n'est pas seulement un bouledogue de la dernière ligne droite comme le prouve sa victoire dans Liège-Bastogne-Liège 1937, année où il gagnera également 4 étapes sur le Tour. Lors de cette édition de la Grande Boucle 1937, il aurait sans doute pu remporter d'autre succès si l'équipe belge ne s'était pas retirée du Tour, sous la menace de supporters fanatiques. Au total, Meulenberg glanera 9 bouquets sur le Tour.Mais la Guerre 40/45 amputera son palmarès de quelques probables succès, puisque le conflit mettra le cyclisme à l'arrêt pendant 6 ans. Il reprendra du service après le guerre et courra jusqu'en 1950. Il faudra ensuite attendre 47 ans pour que Claude Criquelion ne devienne le deuxième Champion du Monde Wallon de l'Histoire.

(LpR/ Picture : Photo News)

Cet article vous a plus? Découvrez les autres épisodes de notre série "Les Champions du Monde belges oubliés".

Déjà paru :
- Karel Kaers, le colosse de Campine (1934)

A paraître:
- Marcel Kint, l'interminable règne (1938)
- Stan Ockers, le mythe foudroyé (1955)
- Benoni Beheyt, l'insulte faite à Van Looy (1963)