Neuf point sur neuf, la Belgique a récolté le maximum de points disponibles en une semaine lors des qualifications pour la Coupe du monde 2022. Une tâche pas si simple à réaliser, le Pays de Galles peut en témoigner après son partage face à l'Estonie. 

Avec seize points, soit neuf de plus que la République tchèque et le Pays de Galles, qui comptent respectivement un et deux matches de moins, les Diables rouges ont fait un très grand pas en quelques jours vers le Qatar fin 2022. Avec les victoires face à l’Estonie (2-5), la République tchèque (3-0) et ce mercredi en Biélorussie (0-1), la Belgique est solidement accrochée à la première place du groupe E. 

Si mathématiquement, rien n’est encore fait, on voit mal les Diables rouges ne pas décrocher, en novembre prochain après les matches face à l’Estonie et au Pays de Galles, leur ticket pour le Qatar. Il faudrait un cataclysme pour que les hommes de Martinez loupent la Coupe du monde : un sans faute du Pays de Galles et des contre-performances belges. 

Vanaken marque des points

Durant ces trois matches, Roberto Martinez a donné sa chance à pas mal d’éléments, surtout sur le plan offensif. Après avoir assisté à l’Euro depuis les tribunes, Hans Vanaken a prouvé que le sélectionneur national pouvait compter sur lui quand il en avait besoin, comme c’est le cas avec l’absence de Kevin De Bruyne. Un but égalisateur en Estonie, deux assists géniaux contre la République tchèque, le Brugeois a marqué des points. 

C’est aussi le cas pour Alexis Saelemaekers. Après des débuts délicats en Estonie, il a pu redresser la barre durant cette même rencontre. Il a récidivé positivement lors de sa montée au jeu dimanche avec son premier but chez les Diables tout en amenant de la folie dans le jeu. Titulaire en Biélorussie, il a été le meneur offensif de la sélection. Et comment ne pas aborder le cas Eden Hazard qui semble retrouver de sa superbe, et cela fait plaisir à voir ! 

Des opportunités de loupées 

Ce que l’on peut retenir de ces trois rencontres, c’est peut-être encore et toujours la même chose : un certain manque de confiance en la défense des Diables. Le match face à la France en Nations League sera un bon test pour l’arrière garde belge où le choix sera fait entre Vertonghen, Alderweireld, Boyata et Denayer. De son côté, Zinho Vanheusden devra encore patienter, lui qui n’a pas reçu la moindre seconde de jeu cette semaine. 

Malgré son but ce mercredi, Dennis Praet a été assez transparent à Kazan, c’est Hans Vanaken qui doit s’en frotter les mains. Même chose pour Léandro Trossard, éblouissant en mars mais fantomatique cette fois. Dodi Lukebakio a lui soufflé le chaud et le froid, tout comme Michy Batshuayi. Roberto Martinez a en tout cas pu faire le tour de son noyau a un peu plus d’un an du Mondial.

A voir si le sélectionneur prendra des décisions en fonction de ce qu’il a vu ou s'il ne cherchera pas à chambouler son groupe.