CR7 est de retour à Old Trafford. Au bout du suspens, le Portugais a finalement choisi de retourner  là où tout a commencé (ou presque) pour lui. Treize ans après son départ, Ronaldo n’est plus du tout le même que lorsqu’il a explosé à Manchester United. Son palmarès, son jeu, son attitude ont bien évolué. Son mental, lui, est toujours aussi fort. 

Quel retournement de situation! Alors qu’on prédisait son arrivée à Manchester City, Cristiano Ronaldo a finalement signé à Manchester United. Son départ de la Juventus de Turin était dans l’air depuis quelques jours. Le joueur avait commencé le premier match de la saison sur le banc (un choix perçu comme un signe de protestation de sa part). Ensuite, son absence à l’entraînement cette semaine avait définitivement acté la rupture avec le club italien. 

Et hier soir, les Red Devils ont mis fin au suspense en annonçant eux-mêmes le retour au bercail de l’enfant prodige. Cristiano Ronaldo revient au club où il a passé six saisons entre 2003 et 2009. C’est sur la pelouse d’Old Trafford que le Portugais a explosé aux yeux de la planète football. Arrivée sur la pointe des pieds en Angleterre, en provenance du Sporting Lisbonne, le joueur d’alors 19 ans avait progressivement pris une place prépondérante dans le collectif de Sir Alex Ferguson. En six ans, celui qui est devenu CR7 a tout gagné avec ManU (y compris la Ligue des champions), et s’est érigé comme l’un des grands talents du football. 

Perfectionnement

En 2009, Cristiano Ronaldo a franchi une nouvelle étape en rejoignant le Real Madrid. En Espagne, il a encore décuplé son potentiel pour devenir la légende vivante que l’on connaît aujourd’hui. L’aventure merengue, longue de neuf saisons, s’est terminée en 2018. Désireux de relever un nouveau défi, CR7 s’est envolé pour la Juventus. Toutefois, ce changement d’air ne fut pas aussi épanouissant qu’espéré. Et à un an de la fin de son contrat, il vient de décider de se relancer ailleurs. Et quoi de mieux pour cela que de retourner à ses premières amours? 

Treize ans se sont écoulés entre le départ de Cristiano Ronaldo en 2009 et son retour cet été. En un tel laps de temps, le joueur a considérablement évolué. Son jeu tout d’abord s’est affiné. Considéré comme trop technique durant sa période mancunienne, le Portugais s’est depuis lors débarrassé de sa tendance à abuser des gestes inutiles. De manière générale, son jeu s’est fluidifié. CR7 a compris qu’il ne fallait pas faire l’étalage de tous ses talents en même temps. Au contraire, il a compris quelles armes utiliser - et à quels moments - pour faire mal à l’adversaire. 

S’il a gagné en simplicité, Ronaldo n’a toutefois cessé de devenir de plus en plus complet. Déjà à Manchester, mais surtout au Real, il a gagné en puissance. De plus, son jeu de tête est devenu redoutable, ce qui a encore accru son efficacité devant le goal. Bref, le futur sextuple Ballon d’Or a comblé, une à une, les lacunes qu’il présentait encore à United pour se transformer en une machine de football proche de la perfection

Longévité 

Ce résultat, Ronaldo le doit à son mental de fer qui, lui, n’a pas changé d’un iota. En insatiable bosseur, il a accumulé sans relâche les heures d’entraînement pour améliorer les différents aspects de son jeu. C’était déjà le cas à Manchester United, où beaucoup le voyaient déjà rester tard après les séances pour travailler individuellement. 

Aujourd’hui encore, CR7 est toujours animé de cette passion et de cette rage qui lui permettent de repousser les limites. À 36 ans, le joueur affiche une impressionnante longévité. Il n’a rien perdu de son efficacité et de son impact, en témoignent les nombreuses récompenses individuelles encore glanées à la Juventus. A contrario, on ne voit toujours pas poindre la moindre défaillance chez cet athlète ou dans son jeu.

Néanmoins, le temps s’écoule malgré tout. Ronaldo n’est plus le jeune talent aux grands perspectives d’avenir qu’il était en 2009. Cette année-là, son transfert au Real était alors le plus cher de l’histoire du football (94 millions d’euros). En 2021, la donne a changé: les Red Devils devraient payer à la Juventus une somme avoisinant les 30 millions d’euros. Un montant qui semble toutefois bien faible pour s’attacher les services d’une vedette du ballon rond qui n’a rien perdu de sa superbe.