Alain Bashung, le plus inoubliable des artistes français

Il y a douze ans, une étoile de la chanson française s’est éteinte. Alain Bashung est toujours populaire, et ce même après sa disparition. Pour la première fois, un documentaire faisant le portrait complet de sa vie et de sa carrière voit le jour sur France 2. Pour l’occasion, Proximus revient sur quatre éléments de sa carrière. 

Une carrière sur le tard

Vers la fin de l'année 1980, Alain Bashung a alors 35 ans quand il sort son 45 tours 'Gaby oh! Gaby' et connaît son premier grand succès. Le single se vend à plus d’un million d’exemplaires. Son talent sera confirmé auprès du grand public grâce à son tube ‘Vertige de l’amour’ qui lui donne accès à de grandes salles de concert telles que l’Olympia de Paris. Après des débuts difficiles, il devient pourtant l’une des figures importante de la chanson et du rock français. Son style et ses chansons influencent toute une génération. 
 

Acteur au cinéma

En plus d’être connu pour avoir composé certaines des plus belles chansons françaises, le chanteur a eu également son moment de gloire au cinéma. En 1982, il déniche son premier rôle dans ‘Nestor Burma, détective de choc’ de Jean-Luc Miesch. Il campe le rôle de Bo Craddock, un chanteur de rock qui engage un détective suite au suicide de sa petite amie. La bande originale est également signée de ses mains. En tout, il est apparu dans une quinzaine de films du grand écran. Il a même prêté sa voix à Maltazard, le méchant dans ‘Arthur et les Minimoys’ en 2006. Le dernier long-métrage en date  où il interprète son propre rôle est ‘J’ai toujours rêvé d’un gangster’ de Samuel Benchetrit en 2007.

 




Ses adieux lors des Victoires de la Musique

Quinze jours avant de disparaître, le poète-rocker donne une prestation d’adieu à son public en interprétant ‘Résident De La République’ aux Victoires de la musique. À bout de souffle, on y voit un homme épuisé, rongé par la maladie, mais pourtant si heureux d’être là.  Pour la dernière fois, il s’adresse à son public en ces termes : "Jamais, je n’oublierai cette soirée. Je voudrais vous remercier… Vous m'avez beaucoup aidé et vous m'avez donné beaucoup d'amour…".  Un grand moment d'émotion dans l'histoire de la chanson française. 

À ses 61 ans, l’homme se battait contre un cancer du poumon, maladie découverte un an plus tôt. Chapeau lunettes noires, un teint blafard, des kilos en moins, il tenait absolument à venir chercher en personne ses trois prix : interprète de l’année, meilleur album, meilleure tournée. Au même titre que Matthieu Chedid, il devient l’artiste le plus primé de l’histoire de la cérémonies avec treize récompenses en tout. 

Une carrière posthume

Celui qui n’avait pas sorti d’album depuis 2002 avait bien pris son temps pour lancer son dernier opus en 2008 avec ‘Bleu pétrole’. Ces longues années d’attente pour les fans ont donné plusieurs chansons inédites prêtes à sortir, mais qui n’avaient pas trouvé leur place dans ce dernier album. Et c’est presque dix ans après son décès que l’album ‘En amont’ voit le jour, composé de onze titres.

Avant ce disque, l’artiste avait demandé à ce que sa reprise intégrale de l’album ‘’L’homme à tête de chou’ de Serge Gainsbourg sorte après sa mort en 2011, accompagné d'un spectacle de danse. Cette oeuvre réunissant les deux poètes de la chanson française se classe en 18e position des meilleures ventes en France. 

En 2010, le célèbre magazine ‘Rolling Stone’ a classé six des albums du crooner dans les cent meilleurs de France, dont deux dans le top 10. C’est le huitième réalisé en studio ‘Osez Joséphine’ qui se trouve en tête de classement. Preuve un fois de plus que le Français ne se démode pas et qu’il traverse les générations, même après nous avoir quittés. 

Regardez ‘Osez Bashung !’ ce jeudi 19 à 23h45 sur France 2  ou sur Pickx.be ou l'app de Proximus Pickx. Via TV Replay, vous pouvez regarder le programme jusqu'à 36 heures plus tard quand vous le souhaitez, ou également sur le site ou l'app 7 jours après sa diffusion !

Musique

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top