Team Belgium 2020 : la pêche à la médaille sera-t-elle bonne dans les disciplines aquatiques ?

Les Jeux Olympiques 2020 de Tokyo, c'est pour très bientôt. C’est l’occasion de faire le point sur les athlètes qui composent la Team Belgium 2020 avec, ici, un focus sur les athlètes prenant part à des épreuves aquatiques. 

Ils sont douze athlètes composant la délégation belge pour ces JO 2020 à prendre part à des disciplines dites aquatiques. Seulement deux défendront les couleurs de la Belgique dans le centre aquatique olympique de Tokyo simplement à la force de leur bras et de leurs jambes. 

Pour les autres, ils seront aidés par des embarcations, que ce soit un kayak, l'aviron ou encore en voile. A Rio et Londres, les sports aquatiques nous avaient à chaque fois rapportés une médaille. Réaliserons-nous la passe de 3 ?

Aviron

Tim Brys et Niels Van Zandweghe prendront part au deux de couple poids légers à Tokyo et peuvent imaginer remporter une médaille. En effet, les deux hommes ont obtenu lors de l’Euro à Poznan en 2020, seule compétition courue l’an passé, la médaille de bronze. 

Un an plus tôt, le duo avait décroché son ticket pour Tokyo lors des Mondiaux disputés en Autriche. Tim Brys et Niels Van Zandweghe y avaient pris la septième place. Le deux belge, qui a remporté en 2018 la Coupe du Monde, peut mettre fin à 30 ans sans médaille dans la discipline. 

Kayak

Lors des JO de Rio il y a 5 ans, un seul kayakiste belge était présent, il s’agissait d’Artuur Peters. A l’époque, notre compatriote avait pris la 11e place du 1000 mètres en kayak monoplace. Le Limbourgeois de 24 ans semble en forme avant ces JO puisqu’il a décroché début juin la médaille de bronze du K1 sur 1000 mètres aux championnats d'Europe de kayak sprint. 

Artuur aura le privilège de faire le voyage avec sa soeur Hermien qui disputera la distance de 500 mètres en kayak biplace avec sa coéquipière Lize Broekx. Elles seront présentes à Tokyo grâce à leur 4e place aux Mondiaux de Szeged en 2019. Enfin, en slalom, Gabriel De Coster défendra les couleurs de la Belgique, lui qui a profité du désistement d’un athlète étranger pour être du voyage. Le jeune Tervurenois de 20 ans a terminé sur le podium avec la médaille de bronze à l’Euro U23 en 2020.

Natation

A Rio, Pieter Timmers avait décroché à la surprise générale la médaille d’argent sur le 100m nage libre. Mais ce dernier a mis un terme à sa carrière il y a quelques mois. Ce sera donc à Louis Croenen et Fanny Lecluyse de représenter les couleurs de la Belgique dans la piscine olympique de Tokyo. La Courtraisienne disputera ses troisièmes JO et tentera de se qualifier pour la finale du 200m brasse, sa distance de prédilection. Fin juin à Rome, elle a d’ailleurs amélioré son record de Belgique sur la distance. Elle disputera aussi le 100m brasse mais essentiellement dans le but de se mettre dans le rythme de la compétition. 

Chez les messieurs, Louis Croenen s’alignera sur le 200m papillon. Lui aussi en est à ses troisièmes Jeux. En mai, l’Anversois s’était classé 6e de la finale du 200m papillon des championnats d’Europe.

Voile

Orpheline d’Evi Van Acker, l’équipe belge de voile, troisième à Londres et 4e à Rio en Laser Radial, sera composée de 4 athlètes à Tokyo. Dans la même discipline, Emma Plasschaert tentera de prendre la relève de Van Acker. Dernièrement, elle a pris la neuvième place de la manche de Coupe du Monde disputée à Medemblik aux Pays-Bas où 23 des 44 qualifiées aux JO étaient présentes. 

Isaura Maenhaut et Anouk Geurts ont obtenu leur qualification pour les JO en mars dernier en 49er FX grâce à une septième place lors de la régate internationale de Lanzarote. Chez les messieurs, en laser, Wannes Van Laer a décroché début juin un ticket inespéré pour Tokyo.

Tokyo 2020

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top