Alors que l'Euro vient tout juste de trouver son vainqueur, le football n'a pas l'intention de prendre des vacances. Le ballon rond continuera de tourner dès le 21 juillet prochain aux Jeux olympiques de Tokyo chez les messieurs comme chez les dames avec de nombreuses stars présentes au Japon.
Honneur aux dames pour une fois dans un sport qui cherche encore la parité avec la suprématie masculine. Le tournoi olympique de Football féminin se déroulera du 21 juillet au 6 août prochain à Tokyo entre les 12 meilleures nations au monde. À la différence des messieurs, où une majorité d'espoirs représenteront leur pays du 22 juillet au 7 août, ce sont bien ici les meilleures joueuses de la planète qui se rendront au Japon pour tenter d'arracher l'or tant convoité. Alors, qui succédera à l'Allemagne, vainqueure à Rio de Janeiro en 2016 ?

Les USA à nouveau favoris

En l'absence des tenantes du titre, l'Europe pourra compter sur la Grande-Bretagne de Lucy Bronze, les Pays-Bas de Lieke Martens et la Suède de l'inusable Caroline Seger pour défendre les couleurs du continent. Si les trois nations ont toutes leurs chances de ramener une médaille à la maison, les grandissimes favorites seront, comme toujours, les Américaines qui ont remporté 4 des 6 éditions disputées depuis 1996. Les États-Unis ont certainement encore en travers de la gorge l'élimination aux tirs au but subie au Brésil face à la Suède... qu'elles retrouveront dès la phase de poules !

Dans le groupe G, aux côtés de ces deux mastodontes du football féminin qui s'affronteront dès le premier match, l'Australie de Samantha Kerr et la Nouvelle-Zélande d'Abby Erceg tenteront de faire bonne figure. Hôte de la compétition, le Japon de Saki Kumagai voudra, pour sa part, faire aussi bien qu'en 2012 où il avait obtenu une médaille d'argent dans un groupe E comprenant les outsiders britanniques mais aussi les coriaces canadiennes emmenées par la buteuse Christine Sinclair et le Chili de la gardienne Christiane Endler.

Enfin, Marta, considérée comme l'une des meilleures footballeuses de tous les temps, sera l'une des principales attractions du tournoi aux côtés de sa coéquipière Formiga, 43 ans, qui disputera les JO pour la septième fois (!). Le Brésil, qui a jusqu'ici obtenu deux médailles d'argent en 2004 et 2008, ne devrait pas avoir trop de souci pour s'extirper de la phase de poules où la Seleção défiera la République populaire de Chine, la Zambie et les Pays-Bas. Les Néerlandaises, dernières finalistes de la Coupe du monde, seront loin d'être un oiseau pour le chat et constitueront une préparation sérieuse pour la suite de la compétition pour des Brésiliennes à la recherche de la première médaille d'or de leur histoire.

Une revanche pour l'Allemagne chez les messieurs ?

À la différence de leurs compatriotes, les Brésiliens, eux, ont vaincu la malédiction sur leurs terres en 2016 en obtenant enfin une médaille d'or. Quintuple champion du monde, le Brésil s'en était alors remis à un tir au but décisif de sa superstar Neymar pour l'emporter en finale contre l'Allemagne. Cinq ans plus tard, les Sud-Américains seront présents au Japon pour défendre leur titre avec un renfort de poids puisque Dani Alves, 38 ans, apportera toute son expérience à la jeune sélection pour ses premiers JO.

Finaliste malheureux en 2016, donc, l'Allemagne sera le premier adversaire du Brésil dans le groupe D. Stefan Kuntz a fait appel, en plus de son groupe habituel, aux internationaux Nadiem Amiri et Maximilian Arnold ainsi qu'à l'expérimenté Max Kruse. Si ces deux nations devaient se disputer la première place, la Côte d'Ivoire devra être prise au sérieux avec les apports du Mancunien Éric Bailly, du Milanais Franck Kessié et de l'ancien joueur de Saint-Etienne Max-Alain Gradel. L'Arabie saoudite aura, elle, fort à faire pour ne pas terminer à la dernière place de la poule.

Parmi les favoris, on retrouve également la France qui a décidé d'entourer ses jeunes talents des expérimentés Florian Thauvin et André-Pierre Gignac. Les Bleuets, qui compteront aussi sur Eduardo Camavinga, devront s'extirper d'un groupe composé du pays hôte, le Japon, mais aussi du Mexique d'un certain Guillermo Ochoa et de l'Afrique du Sud. Les Français défieront d'ailleurs d'entrée de compétition l'ancien portier du Standard de Liège le 22 juillet prochain.

Le groupe B sera, lui, particulièrement homogène avec la présence de la Nouvelle-Zélande de Chris Wood, de la Corée du Sud, du Honduras et de la Roumanie de Ianis Hagi. Pour finir, dans le groupe C, c'est l'Espagne qui fera figure d'épouvantail aux côtés de l'Argentine. L'Egypte et l'Australie ne devraient pas se mêler à la lutte pour les deux premières places. Dans les rangs espagnols, on retrouvera notamment les Madrilènes Marco Asensio et Dani Ceballos, soit deux joueurs de plus du Real Madrid par rapport à la sélection de Luis Enrique à l'Euro... Sera-ce suffisant pour aller ici jusqu'au bout ?

Suivez les Jeux Olympiques d'été du 22 juillet au 8 août sur Tipik ou sur Pickx.be ou l'app de Proximus Pickx. Via TV Replay, vous pouvez regarder le programme jusqu'à 36 heures plus tard quand vous le souhaitez, ou également sur le site ou l'app 7 jours après sa diffusion !