Les athlètes belges à suivre à Tokyo : Elise Mertens

Le 23 juillet, l'heure est enfin venue. Après l’Euro de football, le Tour de France et Wimbledon, l’été sportif se poursuit avec les Jeux olympiques. Proximus Pickx passe en revue les plus grands candidats belges aux médailles de cette année. Aujourd'hui : la joueuse de tennis Elise Mertens.

 

Cinq athlètes défendront l'honneur du tennis belge à Tokyo. Chez les hommes, ce sera David Goffin (s'il est apte à jouer après sa blessure à la cheville) et le duo de double Sander Gillé et Joran Vliegen. En simple chez les dames, ce sont Elise Mertens et Alison Van Uytvanck qui sont à surveiller. Elles joueront aussi le double. Pour les deux joueuses, il s'agira de leurs premiers Jeux olympiques.

Elise Mertens se rendra à Tokyo avec beaucoup de confiance. L'actuel numéro 16 mondial n'a atteint que le troisième tour de Roland Garros et de Wimbledon en simple, mais en double, Mertens fait partie du top mondial absolu. Sur le gazon sacré de Wimbledon, elle a atteint et remporté la finale avec sa partenaire taïwanaise Hsieh Su-Wei, ce qui était la troisième finale de grand chelem dans la carrière de la Belge. Les deux précédentes, l'US Open en 2019 et l'Open d'Australie en 2021, ont été obtenues avec la Biélorusse Aryna Sabalenka. Cependant, cette dernière a fait savoir qu'elle voulait se concentrer sur les simples, et Mertens s'est donc retrouvée avec Su-Wei.

Une joueuse complète

Ce tandem a semblé avoir du mal à trouver le bon rythme au début, mais grâce à Wimbledon, le train est maintenant passé à la vitesse supérieure. Grâce à ce tournoi, Mertens est désormais l'actuel numéro 1 en double. "C'est quelque chose de très spécial dont je suis très fière", a déclaré Mertens.

Pas de Sabalenka ou de Su-Wei aux côtés de Mertens à Tokyo, mais Alison Van Uytvanck. Le duo aura deux semaines d'entraînement ensemble pour s'habituer l'une à l'autre. Un grand avantage est que le tournoi de tennis olympique se jouera sur un terrain en dur, la surface préférée des deux joueuses. Mertens a même obtenu ses meilleurs résultats sur dur, avec quatre titres et une demi-finale à l'Open d'Australie.

Si Mertens et Van Uytvanck veulent avoir une chance de médaille à Tokyo, elles devront compter sur Mertens pour tirer la charrette. "Son secret est qu'elle est une joueuse complète. Elle n'a tout simplement pas un coup inférieur. En outre, les vrais meilleurs joueurs sautent souvent les doubles parce que ce serait trop. Mais Elise peut s'en occuper. Elle est très forte physiquement", dit Sander Gillé, qui jouera le double masculin à Tokyo, à propos de Mertens.

Sur les traces de Callens et Monami

Si Mertens et Van Uytvanck remportent une médaille à Tokyo, les deux femmes auront une carrière courte mais brillante. La Belgique n'a jamais remporté que deux médailles en tennis aux Jeux olympiques.

La première médaille est allée au duo Els Callens et Dominique Monami-Van Roost aux Jeux de Sydney en 2000. Après avoir perdu en demi-finale contre les sœurs Williams, qui ont ensuite remporté l'or, le duo belge a joué en finale de consolation contre la paire biélorusse Natalia Zvereva et Olga Barabansjikova. La paire était alors le numéro 1 mondial en double. Callens et Monami ont semblé manquer le bronze lorsqu'elles ont perdu le premier set. Mais avec 6-4, 6-1 les dames belges ont fini le travail. Ce faisant, elles ont remporté la première médaille pour la Belgique en tennis aux Jeux olympiques.

Justine Henin a fait encore mieux à elle seule lors des Jeux de 2004 à Athènes. Dans la capitale grecque, l'ancienne meilleure joueuse belge a montré une fois de plus à quel point elle était une star. En finale, elle a battu la Française Amélie Mauresmo, ce qui a permis à Henin de recevoir la médaille d'or avec une belle couronne de laurier sur la tête.

Tokyo 2020

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top