Pau Wellens, l'Oncle de Tim, n'a pas seulement remporté le Tour de Suisse en 1978. Il a également terminé deux Tours de France dans le top 10. Et inspiré une chanson à Freddie Mercury. Récit...
 
Qui se souvient encore de Paul Wellens, un coureur de la fin des années '70 dont Peter Post, patron à l'époque de la surpuissante formation hollandaise Raleigh, a dit un jour qu'il avait le potentiel pour gagner le Tour?

S'il ne ramena jamais le maillot jaune sur les Champs-Elysées, Paul Wellens a quand même terminé le Tour 1978 à la sixième place, raflant cette année-là le maillot de la combativité, non sans avoir remporté une étape de montagne à Superbesse et le contre-la-montre par équipes au sein de l'armada Raleigh (avec Jan Raas, Gerrie Knetemann, Henk Lubberding, Hennie Kuiper, Gerben Karstens, Aad Van den Hoek, Klaus-Peter Thaler et... José de Cauwer, aujourd'hui commentateur adulé à la VRT).

Cette année-là, Wellens remporte également presque par hasard le Tour de Suisse, alors qu'il était venu préparer la Grande Boucle dans une équipe dont le patron s'appelait Hennie Kuiper.

Sur l'édition précédente du Tour, en 1977, il s'était déjà imposé en solitaire à Morzine, dans la demi-étape matinale du 17 juillet. Tous les coureurs étaient ce jour-là focalisés sur le contre-la-montre en montagne de l'après-midi.
Equipier de Luis Ocanà

Paul Wellens, revêtu du maillot Frisol-Gazelle-Thirion, 25 ans et du panache à revendre, profite de l'occasion pour fausser compagnie au peloton dans le Pas de Morgins. Il franchit en tête le col du Corbier et s'adjuge l’étape avec plus de 3 minutes d'avance sur le peloton. Nul ne sait s'il est félicité par son leader, le regretté Luis Ocanà, vingt-cinquième à Paris cet été-là. L'ombrageux Espagnol court son dernier Tour de France, 4 ans après son unique succès.Un coureur de l'été

En 1979, désigné leader de son équipe par Peter Post, il remporte avec son équipe les 2 chronos collectifs de cette édition et se classe huitième à Paris, son deuxième top 10.

Peu attiré par les trompettes de la renommée, Paul Wellens n'a jamais vraiment obtenu la notoriété qu'il aurait pourtant méritée. Il faut dire que pour un champion belge, il a un gros défaut: il ne court pour ainsi dire que deux mois par an, en juin et en juillet: le Dauphiné, le Tour de Suisse et le Tour de France, c'est là qu'il aime s'exprimer. Pas idéal pour se tailler une réputation au milieu des Flandriens de l'époque qui aiment les pavés, la boue et le ventTrois frères sur le Tour dans la même équipe

Paul Wellens, né le 27 juin 1952 à Hasselt, est le frère de Leo Wellens (le père de Tim) et a vu le jour dans une famille où le cyclisme est une religion. Avec ses frères Leo et Johan, également professionnels, il disputera aussi le Tour de France 1981, dans la formation Sunair-Sport 80-Colnago, au service exclusif de Freddy Maertens. Trois frères dans la même Grande Boucle, c'est rare. Trois frères dans la même équipe sur le Tour, c'est du jamais vu...

Chanté par Freddie Mercury

Une autre anecdote méconnue à propos Paul Wellens, coureur peu rock'n'roll, est pourtant liée à un des plus grands groupes de l'histoire de la musique.

Lors du Tour 1978, le groupe Queen et Freddie Mercury sont en plein enregistrement de leur septième album ('Jazz') en France. Après avoir débuté les sessions à Berre-les-Alpes sur les hauteurs de Nice, les musiciens décident de poursuivre leur travail aux Mountain Studios de Montreux.

Alors qu'ils sont installés dans la ville suisse, la dix-huitième étape du Tour de France, disputée entre Morzine et Lausanne (137,5 km) passe par Montreux. Freddie Mercury racontera plus tard qu'avoir assisté au passage des coureurs et de la caravane lui a donné l'idée d'écrire la chanson "Bicycle Race", dont le clip assez osé pour l'époque, fera scandale.Ce jour-là, surlendemain de la mise hors course de Michel Pollentier après le fameux épisode de la poire d'urine, le Français Mariano Martinez se lance dans une longue échappée pour s'emparer du maillot de meilleur grimpeur, porté jusque là par Hinault, lequel est totalement concentré sur le classement général.

Martinez franchit en tête le sommet du Pas-de-Morgins, à la frontière franco-suisse et celui de la Côte de Blonay, après être passé sous les yeux des membre de Queen, à Montreux. Martinez sera finalement repris à 8 kilomètres de l'arrivée par un groupe qui comprend... Paul Wellens, Gerrie Knetemann, Joseph Bruyère, Joaquin Agostinho et Edouard Janssens.

Troisième de l'étape derrière Knetemann et Bruyère, Paul Wellens est donc un des neuf coureurs qui peuvent se vanter d'avoir directement inspiré un des plus grands hits de la carrière de Queen.

"I want to ride my bike
I want to ride my bicycle
I want to ride it where I like"


(LpR/Picture : photo news)

Video : Tour de France 1978 et victoire de Wellens à Superbesse.