Les Diables qu’on a oubliés : Grégory Dufer

Les Diables Rouges vont tenter à l’Euro de décrocher leur premier succès majeur. Ces dernières décennies, de nombreux joueurs ont porté le maillot de la sélection et parfois, on les a oubliés. C’est le cas de Grégory Dufer, éphémère Diable en 2004 dont Proximus Pickx vous raconte le parcours.

S’il s’est aujourd’hui un peu éloigné du monde du football, Grégory Dufer a pendant une quinzaine d’années rouler sa bosse dans plusieurs clubs. De Charleroi à Liège en passant par Bruges, le Standard, Tubize ou encore Saint-Trond et l’Antwerp, il a même eu droit à une pige en France.
 
Mais ce qu’on oublie bien souvent, c’est que l’ancien ailier a également eu droit à un passage chez les Diables Rouges. Pour lui, c’était pratiquement le sommet de sa carrière, à seulement 23 ans. C’est une forme d’accomplissement après ce qu’il a pu faire à Charleroi, là où sa carrière a commencé.

Les débuts à Charleroi et chez les Diables

Grégory Dufer débute sa carrière professionnel à 18 ans, à Charleroi. Nous sommes lors de la saison 1999-2000 et c’est le 12 janvier 2000 qu’il honore sa première titularisation. Le jeune ailier s’impose rapidement dans l’équipe et devient un titulaire indiscutable au fil des saisons.
 
Lors de sa dernière saison avec les Zèbres, le niveau de Dufer est tel qu’il force les portes de l’équipe nationale. Le 31 mars 2004, il dispute une demi-heure contre l’Allemagne en match amical (défaite 3-0) avant d’entrer quelques minutes contre la Turquie un mois plus tard. 5 minutes suffisantes pour inscrire un superbe but synonyme de 2-2 à la 86e. Mais les Turcs finiront par claquer un 3e dans les arrêts de jeu. Dufer disputera encore 2 matchs à l’automne 2004 (Lituanie et Espagne) avant de disparaitre des radars.

L’échec français et le titre avec le Standard

Après 5 saisons pleines du côté du Pays Noir, le jeune Dufer avait décidé de tenter l’aventure à l’étranger. Pour lui, ce sera la France et le Stade Malherbe de Caen. Un transfert qui n’est pas une franche réussite : 1 seul but, des blessures, une relégation.
 
Cette saison compliquée lui fermera finalement les portes de l’équipe nationale. Peu envieux de goûter à la Ligue 2 malgré un contrat d’encore 2 ans, Dufer revient en Belgique, à Bruges. Si cela se passe bien au début, il finit par perdre sa place au gré des changements de coachs. Après un prêt à Lokeren, le Hennuyer atterrit au Standard en juillet 2007.
 
Avec les Rouches, Dufer va vivre un conte de fées. La saison du Standard et de Dufer est parfaite. Le club ne perdra qu’un seul match, lors de la 32e journée face à Charleroi. Une semaine avant, c’est le titre que le Standard a fêté, en s’imposant contre Anderlecht à Sclessin.

Déclin progressif

Dufer ne profitera plus de telles joies puisque la saison suivante il est prêté au promu Tubize. Il aidera tout de même le Standard a décroché un second titre en forçant Anderlecht au partage en fin de saison grâce à un but.
 
La suite est moins heureuse. De 2011 à 2014 il sera transféré à Saint-Trond, découvrant notamment la D2 en 2012. Il échouera ensuite à Seraing puis à l’Antwerp, Liège où il raccrochera les crampons en 2017.
 
Fan de notre série ? Retrouvez le portrait d’un autre Diable oublié, Nordin Jbari.

Diables Rouges

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top