Ce que vous ne saviez pas sur ‘Les Super Nanas’

Belle, Bulle et Rebelle reviendront prochainement pour de nouvelles aventures. Si le simple fait d’évoquer la série d’animation de Cartoon Network vous emplit de nostalgie, vous serez ravis d’apprendre que la chaîne américaine The CW travaille sur une nouvelle version des trois superhéroïnes. Cette fois-ci, ce seront de jeunes femmes de 25 dans une version live action. Proximus Pickx vous propose de découvrir cinq faits que vous ne connaissiez pas sur le cartoon.

Un autre nom à la base

'The Powerpuff Girls' (Les Super Nanas en anglais) n’a pas toujours eu ce nom. Au départ, le nom des trois super-héroïnes vient à l’esprit du créateur Craig McCracken après qu’il ait ouvert une canette de Whoopass (un agent toxique trouvé dans les canettes de soda). Pendant ses études à l'école d'animation CalArts, McCracken a créé un court-métrage intitulé ‘Whoopass Stew: A Sticky Situation’ et avait mis en scène ces jeunes filles qu’il avait appelées les ‘Whoopass Girls’.

À l’origine, l’agent chimique X qui sert à la création des trois filles dans la série ne s’appelait pas de la sorte mais était bel et bien une canette de ‘Whoop Ass’. Le film est présenté au festival d’animation 'Spike and Mike's Sick and Twisted Festival of Animation' en 1994. Il attire l’attention de Cartoon Network et propose à son créateur une réadaptation en série avec la chaîne américaine. La seule condition était de changer le nom puisque ‘Whoop Ass’ en anglais signifie ‘Botter le cul’ et par la même occasion de supprimer toutes les mentions ‘Ass’ (‘cul’ en anglais) pour augmenter les chances de commercialisation

Des énormes yeux

Les premiers croquis des super nanas apparaissent bien avant le court-métrage ‘Whoopass Stew’. La première fois que McCracken dessine les trois filles, c’était en dessinant sur la carte d’anniversaire de son frère. Les héroïnes aux énormes yeux sont inspirées par l’oeuvre de Margaret Keane, la célèbre peintre violentée par son époux, Walter Kean, qui s’est attribué tous le mérites de son art. Finalement, elle est parvenue à prouver qu’elle était la seule et unique créatrice des portrait d'enfants aux grands yeaux. La peintre est devenue l’une des artistes le plus influentes des années 1960. Tim Burton a d’ailleurs voulu retranscrire en 2014 son histoire dans le film ‘Big Eyes’.

Des débuts difficiles

Avant d’être diffusées à la télévision, ‘Les Super Nanas’ ne font pas l’unanimité. Aussi fou que cela puisse paraître aujourd’hui, quand on sait à quel point le cartoon a joué un rôle important dans la pop culture, les enfants n’étaient pas tellement enthousiastes face aux premières séquences de la série. Le fait que les jeunes filles n’ont pas de doigts, de nez, d’oreilles, de cou et  qu’elles ont de gigantesques yeux dérangeaient certains enfants. L’un d’entre eux aurait même fait la demande de licencier McCracken.

Pourtant, ces traits de caractères ont permis au dessin animé de se démarquer des autres et va même influencer la génération qui suivra. Visuellement, on retrouve d’énormes similitudes avec ‘Le laboratoire de Dexter’, dessiné par Genndy Tartakovsky, un ami de McCracken. Les deux séries étaient très différentes des autres dessins animés de l’époque. Plus symboliques que réalistes, les dessins sont intentionnellement sommaires avec moins de détails.Faisant des clins d’oeil aux séries TV des années 60-70, le dessin animé rejoint les codes graphiques de la société de production d’Hanna-Barbera (Scooby-Doo, Les Pierrafeu etc.) qui mise sur les couleurs vives, des contours noirs épais et des dessins simplistes.

Heureusement que la chaîne ne s’est pas basée sur ces premières critiques. En 1998, le premier épisode est diffusé et fait sensation. Appréciées par les petits et les grands, les filles et les garçons, ‘Les Super Nanas’ connaissent un succès instantané. La diffusion du premier épisode a obtenu la plus grande audience que Cartoon Network n’ait jamais connue jusqu’alors. 

Mojo Jojo a des origines japonaises

On ne peut pas parler du super trio sans évoquer le super méchant qu’elles affrontent dans de nombreux épisodes pour protéger Metropolis. Le petit singe à la peau verte aux plans diaboliques, avait tout du parfait méchant, une parfaite symbiose entre ‘La Planète des singes’ et Lex Luthor de 'Superman’.

Mais ce que vous ignorez, c’est que le personnage est tiré des Kaiju, des monstres géants de films japonais. L’idée d’un singe vert serait tirée de ‘Spectreman’, la première grande série de super-héros japonais des années 1970. Le protagoniste, un super agent cyborg, combat un savant fou singe pour tenter de déjouer ses plans machiavéliques. Lui aussi est vert et super intelligent. 

Un crossover avec le Joker

Au moment où les ‘Super Nanas’ partageaient le temps d’antenne avec ‘Batman : la série animée’, des idées avaient été mises sur la table comme celle de faire apparaître le Joker dans un des épisodes des ‘Powerpuff Girls’. Malheureusement, le projet n’a jamais abouti. Dommage puisque que cela aurait été le premier grand crossover de l’histoire de Cartoon Network. 

Dans cette épisode spéciale, le clown criminel aurait donc quitté ‘Gotham City’ pour commettre de nombreux crimes dans la ville de Metropolis. Un méchant de cette envergure aurait pu être un crossover amusant avec de nombreuses scènes créatives et loufoques. Par contre on ne sait pas si Batman était prévu dans cette épisode spécial. Quoi qu’il en soit, l’épisode n’a jamais été produit. Mais on ne perd pas espoir. Est-ce que cette idée va intéresser les producteurs de la nouvelle version live ? Verra-t-on encore une toute nouvelle interprétation du Joker par un enième acteur ? 

Jeunesse

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top