Le RFC Seraing s'est retrouvé dans l'oeil du cyclone ce mardi après qu'on ait appris que l'Union Belge avait ouvert une enquête pour une possible fraude aux tests corona avant les matches face au KVC Westerlo, au Standard et à Lommel SK. Le club a publié un communiqué pour livrer sa version des faits.
La direction du RFC Seraing commence par expliquer qu'elle a en première instance été avertie par le management du Standard "que des résultats de tests Covid de trois joueurs professionnels testés positifs la semaine précédant ce match avaient été remplacés par le nom de trois jeunes espoirs du club."
 
Le club aurait alors diligenté une enquête et aurait averti lui-même l'UB et la Pro League. "Après poursuite d’investigations, la responsabilité de ces faits apparaît n’être le fait que d’une seule personne, M. Kerremans, qui reconnaît avoir simplement voulu vérifier si ces trois joueurs étaient bien positifs alors qu’ils ne ressentaient aucun symptôme afin qu’ils puissent reprendre les entraînements le plus rapidement possible. En toute hypothèse, les joueurs concernés ne se trouvaient donc pas sur la feuille de match et le Club est donc heureux du fait que la santé des intervenants n’aurait pu à aucun moment être mise en péril."
 
Le club souligne également qu'à aucun moment il n'a été question de falsification d'un match ou de risquer de mettre la santé de tiers en péril. "Malgré le fait que M. Kerremans a toujours travaillé avec un grand sérieux et un total dévouement vis-à-vis du club, la Direction n’a eu d’autre choix que de mettre fin à toute collaboration avec celui-ci."
 
Sérénité
 
Le club se dit serein quant à la suite de cette affaire. "Le RFC Seraing ayant de sa propre initiative prévenu les instances concernées, il est donc tout aussi logique que le club soit convoqué afin de donner les explications utiles et nécessaires à la bonne compréhension de ces événements."